Depuis la rentrée 2010, le lycée général et technologique vit une assez profonde réforme. Cela se met en place progressivement : une nouvelle classe de seconde générale et technologique a été mise en place à la rentrée 2010, de nouvelles classes de première à la rentrée 2011, les nouvelles terminales en septembre 2012, et un nouveau baccalauréat sera inauguré pour les épreuves de 2013. Voilà pour le calendrier.

 La classe de seconde générale et technologique est qualifiée de “classe d’exploration”. Cela signifie que ça n’est qu’en fin de cette année scolaire que vous aurez à choisir votre futur bac. En d’autres termes, vous disposez d’une année scolaire (moins en réalité puisque vos voeux provisoires devront être exprimés en vue du conseil de classe du deuxième trimestre), pour décider de votre réponse à deux questions complémentaires qui vous seront immanquablement posées, et auxquelles vous serez obligé de répondre : quel bac allez-vous préparer? De quel profil allez vous vous doter sur le parcours première-terminale ?  

1) Quel baccalauréat ?

Face à vous neuf filières conduisant en deux ans (première puis terminale) à un baccalauréat. Lequel pour vous ? C’est le premier choix que vous devrez faire, le plus important pour la poursuite des études dans l’enseignement supérieur. Notons, avant d’aller plus loin, que les intitulés de ces diverses filières restent inchangés dans le lycée réformé. Ce sont les contenus (liste des enseignements, des spécialités pour chaque filière, des grilles horaires …) qui sont profondément modifiés.

Trois baccalauréats généraux sont à votre portée : économique et social (ES), littéraire (L) et scientifique (S).

- La filière ES est faite pour des élèves ayant du goût pour les questions d’actualité économique, politique et sociale, à l’aise en expression écrite (l’exercice roi de cette filière est la dissertation) et orale, aimant les débats, correctement dotés en langues vivantes et en mathématiques. On demande à ces élèves d’être porteurs d’esprit d’analyse, de méthode aussi. Bon à savoir : les élèves de ES sont fréquemment amenés à travailler sur des supports documentaires (presse, émissions de télévision ou radio, Internet …). Il est favorable, pour une telle orientation, d’avoir en seconde suivi l’enseignement optionnel d’exploration de “sciences économiques et sociales”. Mais rassurez vous si tel n’est pas le cas : rien n’interdit de solliciter une telle orientation si on n’a pas fait un tel choix. 

 Après le bac, 95% de ces élèves font des études supérieures, principalement à l’université (droit, économie-gestion, langues vivantes, administration économique et sociale, sociologie, histoire, psychologie …), mais aussi en classes préparatoires aux grandes écoles (secteurs économique et littéraire), en grandes écoles à recrutement niveau bac (Instituts d’études politiques, écoles de commerce et management des entreprises …), en Instituts universitaires de technologie (filières tertiaires : gestion, commerce, communication, carrières sociales, carrières juridiques, etc.), en sections de technicien supérieur (en vue de se doter de BTS des secteurs commerce/vente, comptabilité/gestion, tourisme et loisirs, communication, secrétariat, etc.), ou encore dans des écoles spécialisées (de commerce, comptabilité, secrétariat, tourisme, hôtellerie, sociales, paramédicales, d’éducation, administratives …).

En 2011, 20% des élèves de seconde générale et technologique sont entrés en première ES.

 - La filière L est plutôt faite pour des élèves ayant le goût de la lecture, dotés d’une solide aptitude à la dissertation, d’une bonne capacité de communication écrite et orale, solides en langues (vivantes et/ou classiques), et pour les futurs “artistes”, l’envie de cultiver un talent dans un des domaines suivants : arts plastiques, musique, théâtre, cinéma-audiovisuel, histoire des arts, danse, arts du cirque, etc.

Bon à savoir : la réforme du lycée recentre la filière L vers ses fondamentaux en langues (tout particulièrement en langues étrangères).

 Si, en sortant de troisième, vous êtes d’ores et déjà déterminé à opter en fin de seconde pour une orientation vers une première L, sachez que vous aurez avantage à opter pour l’enseignement d’exploration de “littérature et société” (ou “création et activités artistiques” si vous vous préparez à entrer en “L-arts”, et dans ce dernier cas, n’oubliez pas les options facultatives artistiques).

 Après ce baccalauréat, 99% des élèves entrent dans l’enseignement supérieur. Ils le font principalement à l’université (en lettres modernes, histoire, langues vivantes, psychologie, droit …), mais aussi en classes préparatoires aux grandes écoles (littéraires surtout), dans certaines grandes écoles à recrutement niveau bac (Instituts d’études politiques, écoles de tourisme, de communication, etc.). Une minorité d’entre eux entre dans des filières professionnelles courtes (BTS , IUT ou écoles spécialisées de secteurs tourisme, commerce, secrétariat, communication, carrières sociales, juridiques, etc).

 En 2011, 10% des élèves de seconde générale et technologique sont entrés en première L.

 - La filière S est évidemment recommandée aux élèves ayant de bonnes aptitudes dans les sciences et les mathématiques. Mais attention : cela ne suffit pas. Les enseignements littéraires, de langues vivantes, d’histoire-géographie, de philosophie en terminale … y comptent également pour beaucoup. Sachez que les enseignemens scientifiques et mathématiques y sont abordés de façon principalement abstraite.

 Bon à savoir : dans le cadre de la réforme du lycée, la filière S est recentrée vers ses fondamentaux scientifiques et mathématiques. Ainsi s’explique par exemple que l’enseignement obligatoire d’histoire-géographie ne soit plus présent dans la grille horaire de classe terminale (il y devient optionnel facultatif à horaire léger). Concrètement, cela veut dire que les élèves qui opteront pour cette voie d’études pourront moins  qu’auparavant compenser d’éventuelles lacunes en sciences et mathématiques par de bons résultats dans des disciplines plus littéraires. Le but est de conduire une plus grande proportion de bacheliers S à faire ensuite des études supérieures scientifiques (rappelons qu’à l’issue de l’ancien bac S, près d’un élève sur deux optait pour une filière supérieure non scientifique, ce qui est désormais considéré comme étant une anomalie qu’il convient de corriger).  

Si vous êtes déterminé à demander votre orientation vers une première S à l’issue de la classe de seconde, vous aurez avantage à avoir choisi l’enseignement d’exploration de “méthodes et pratiques scientifiques”. Sachez cependant que rien n’interdit de faire un tel choix si on a suivi d’autres enseignements optionnels d’exploration.

Après le bac S, la quasi totalité de ces bacheliers passent dans l’enseignement supérieur. La majorité d’entre eux entrent en première année d’université (principalement en premier cycle santé, mathématiques, sciences de la matière, sciences de la vie, sciences de la Terre et de l’Univers, sciences de l’ingénieur, sciences et techniques des activités physiques et sportives, mais aussi en économie-gestion, droit, psychologie …), près de 20% d’entre eux entrent en classes préparatoires aux grandes écoles (de toutes sortes : scientifiques, économiques, littéraires), 18% parviennent à se faire admettre en institut universitaire de technologie ou en section de technicien supérieur, pour y préparer des diplômes des secteurs industiel, biologie, comptabilité/gestion, commerce… Nombre d’entre eux parviennent à entrer dans des grandes écoles à recrutement niveau bac (d’ingénieurs, de commerce et management des entreprises, instituts d’études politiques …) ou des écoles spécialisés (notamment paramédicales, mais aussi sociales, de commerce, administratives…).

 En 2011, 32% des élèves de seconde générale et technologique sont entrés en première S.

Bon à savoir : les élèves qui entreront en première géérale (ES, S ou L) à compter de la rentrée 2011, y trouveront un tronc commun élargi à 60% du volume global (contre 40% seulement dans l’ancien lycée). Ainsi, près des deux tiers des enseignements (en lettres, langues, histoire-géographie, EPS (éducation physique et sportive), ECJS (éducation civique, juridique et sociale), TPE (travaux personnels encadrés), accompagnement personnalisé… seront strictement identiques dans les trois classes de premières générales. Cela a été fait afin de faciliter les éventuelles réorientations en cours ou en fin d’année de première.

 Six baccalauréats technologiques sont également proposés à l’issue de la classe de seconde générale et technologique : les baccalauréats STAV (sciences et technologies de l’agronomie et du vivant), STMG (sciences et technologies du management et de la gestion), STI2D (sciences et technologies de l’industrie et du développement durable), STL (sciences et technologies des laboratoires), ST2S (sciences et technologies de la santé et du social) et STD2A (sciences et technolgies du design et des arts appliqués).

 Notez que la réforme du lycée amplifie une évolution amorcée progressivement depuis plusieurs années, qui consiste à faire des filières technologiques des voies d’études de moins en moins “techniques”, de plus en plus “polyvalentes”, et même “généralistes”. C’est un point de différenciation très important par rapport aux filières des lycées professionnels qui préparent fondamentalement à l’emploi, alors que la quasi totalité des bacheliers technologiques sont destinés à faire des études supérieures, professionnelles, courtes pour la plupart, longues pour une minorité de plus en plus significative.

 - La filière STAV (”sciences et technologies de l’agronomie et du vivant”) n’est proposée que dans les lycées agricoles. Pour une telle orientation, il est fortement recommandé d’avoir, en seconde, pris l’option d’ enseignement d’exploration d’ “écologie-agronomie-territoire et développement durable”, qui n’est proposée que dans les lycées agricoles. Pour une telle vocation, il est donc quasiment nécessaire de se décider dès la sortie de la classe de troisième.

Un bac pour les mordus de la nature, ayant du goût pour les sciences biologiques, les problèmes écologiques et d’environnement, attirés par le milieu agricole, ayant envie d’étudier et de travailler ensuite au grand air … Notez que cette formation impose huit semaines de stages en milieu professionnel, qu’on vous y propose une forte proportion d’enseignements en travaux pratiques ou dirigés, que l’évaluation par le contrôle en cours de formation y est fortement développée, y compris pour la délivrance du baccalauréat.

Bon à avoir : la filière STAV ayant été récemment rénovée, il a été décidé provisoirement de ne pas la réformer à nouveau, du moins à court terme. Les classes de première STAV (rentrée 2011) et terminale (rentrée 2012) seront donc les mêmes qu’auparavant.

Après le bac, une forte majorité de ces élèves prolongent leurs études dans le supérieur. Ils le font principalement en vue de préparer des BTS agricoles ou des BTS de l’Education nationale. On en retrouve en IUT (génie biologique principalement),  à l’université (pour une petite minorité, principalement en sciences de la vie), mais aussi, pour une minorité, dans des classes préparatoires aux grandes écoles d’ingénieurs agricoles, agroalimentaires, agronomiques, ou dans de telles grandes écoles mais à recrutement niveau bac. On remarque l’importance du choix des formations par l’alternance chez ce type de bacheliers.

 - La filière STMG (”sciences et technologies du management et de la gestion”) est venue récemment remplacer l’ancienne filière STG . En gros, nous dirons que cette rénovation visait d’une part à renforcer la dimension “généraliste” de cette voie d’études, et d’autre part à adapter les enseignements technologiques aux besoins actuels du marché de l’emploi, vers lequel ces élèves se dirigeront après des études supérieures. Notons que  ce n’est qu’à la rentrée 2012 qu’a été mise en place la nouvelle classede première STMG, et en 2013 les nouvelles terminales STMG. Pour un élève qui, en entrant en seconde, est décidé à choisir ensuite une première STMG, il est recommandé d’opter pour l’enseignement d’exploration de PFEG (”principes fondamentaux de l’économie et de la gestion”), mais rien n’interdit une telle orientation pour un élève qui aurait préféré choisir l’enseignement d’exploration de “sciences économiques et sociales” (et vice versa). Bon à savoir : rien n’interdit de choisir ces deux enseignements économiques durant l’année de seconde générale et technologique.

En sortant de première STMG, les élèves ont le choix entre quatre terminales, ayant un même tronc commun, mais se différenciant par l’existence d’un module spécialisé d’enseignement technologique entre lesquels il faut choisir : “gestion et finance”, “mercatique”, “ressources humaines et communication” ou “système d’information etd e gestion”.

 Cette filière d’études est plus particulièrement conseillée aux élèves qui ont envie de faire des études secondaires économiques concrètes (découverte des rouages de l’entreprise) mais non professionnalisées, sont attirés par les technologies modernes de communication, mais aussi, sont porteurs de solides bases générales (la majeure partie des enseignements est composée de disciplines générales). Bon à savoir : l’enseignement des mathématiques, obligatoire, n’a rien de théorique.

 Après le bac, une large majorité de ces élèves (80%) opte pour la prolongation des études dans l’enseignement supérieur. Très majoritairement (près de 60%), ils se retrouvent dans des filières professionnelles courtes (principalement dans des préparations aux divers BTS tertiaires, mais aussi en IUT (sections tertiaires), et dans nombres d’écoles spécialisées tertiaires. Près d’un quart d’entre eux optent pour l’université (ils entrent principalement en première année de droit, administration économique et sociale, économie-gestion, mais aussi en langues, sciences humaines et sociales …), avec des taux d’échec importants. Enfin, une toute petite minorité (3%), parvient à intégrer une classe préparatoire économique et commerciale réservée aux bacheliers STG, ou à entrer dans une grande école (de commerce, gestion, tourisme, immobilier, transport et logistique, communication, etc.) à recrutement niveau bac. Bon à savoir : une assez importante proportion de bacheliers STMG opte pour une préparation d’un diplôme de l’enseignement supérieur professionnel par l’alternance (par contrat d’apprentissage ou de professionnalisation).

 En 2011, 13% des élèves de seconde sont entrés en première STG.

 - La filière STI2D (”sciences et technologies de l’industrie et du développement durable”) est faite pour des élèves qui aiment manipuler des objets, les démonter et remonter, sont bricoleurs, organisés et méthodiques. Il convient en outre d’être très attiré par les technologies modernes, et d’avoir une bonne base générale en mathématiques, physique et chimie, mais aussi en lettres, en langues…  Les élèves qui, en entrant en classe de seconde, sont déjà déterminés à opter ensuite pour une filière STI, sont incités à opter pour l’ enseignement d’exploration  de “création et innovation technologiques”. Rien cependant n’interdit de demander à entrer dans l’une des quatre spécialités de première du nouveau bac STI2D qui a ouvert à la rentrée 2011 (”innovation technologique et éco-conception”, “système d’information et numérique”, “énergie et environnement” et “architecture et construction”), quels que soient les enseignements d’exploration suivis en seconde.

 Après le bac STI2D, comme pour tous les bacheliers technologiques, la majeure partie entre dans l’enseignement supérieur. La demande très largement majoritaire (80 %) est de se faire admettre dans une filière professionnelle courte (IUT, BTS, écoles spécialisées, principalement du secteur industriel ou des métiers d’art). Une minorité (8%) opte pour l’entrée en université (en sciences de l’ingénieur, sciences de la matière, voire mathématiques), ou parvient à se faire admettre en grande école (d’ingénieurs principalement) à recrutement niveau bac, ou dans une classe préparatoire aux grandes écoles d’ingénieurs réservée aux bacheliers STI2D. Près de 12% d’entre eux optent pour la préparation d’un diplôme de l’enseignement supérieur professionnel par l’alternance (par contrat d’apprentissage ou de professionnalisation).

 En 2011, 6% des élèves de seconde générale et technologique sont entrés en première STI.

 - La filière STL (”sciences et technologies des laboratoires”) est faite pour les élèves qui sont attirés par les travaux en laboratoire, qui aiment procéder à des manipulations et des analyses de produits biologiques, chimiques, physiques … Attention : cette filière comprend une forte dose d’enseignements scientifiques divers, et une forte proportion d’enseignements généraux. Si, en entrant en seconde, vous êtes déterminé à choisir cette voie d’études secondaires, vous avez intérêt à opter pour l’enseignement d’exploration de “sciences et laboratoire”. Mais comme pour la plupart des autres filières technologiques, rien n’interdit de demander à entrer dans l’une des deux spécialités du bac STL qui ont vu le jour à la rentrée 2011 (”biotechnologies” ou “sciences physiques et chimiques en laboratoire”), indépendemment des choix d’enseignements d’exploration faits en seconde.

 Après le bac STL, une majorité de ces bacheliers se dirige vers les BTS, DUT ou écoles spécialisées correspondant à leur secteur technologique (biotechnologie, génie biologique, chimiste, analyses médicales, laborantin, etc.). Une minorité de bons élèves frappe à la porte des écoles paramédicales, ou de certaines classes préparatoires acceptant la candidature de cette catégorie de bacheliers. Une petite minorité entre en première année d’université (principalement en sciences de la vie, voire en premier cyle des études de santé).

En 2011, un pour cent seulement des élèves de seconde générale et technologique sont entrés en première STL.

 - La filière ST2S (”sciences et technologies de la santé et du social”) est venue récemment remplacer et rénover l’ancienne filière SMS. à la rentrée 2012 en première, et donc à la rentrée 2013 pour les nouvelles classes terminales ST2S. 

 Pour les élèves sortant de troisième, déterminés à demander la première ST2S à l’issue de la classe de seconde, il est recommandé d’opter pour l’enseignement d’exploration de “santé et social”. Toutefois, rien n’interdit de demander une telle orientation indépendemment du fait d’avoir choisi une telle option.

Cette voie d’études secondaires devrait plus particulièrement intéresser des élèves attirés par la perspective de pouvoir exercer, après des études supérieures complémentaires, dans le secteur paramédical et social. Notez bien l’importance des enseignements scientifiques généraux. Une bonne capacité de communication, un goût prononcé pour les relations humaines, une forte envie d’aider les autres, sont des traits de caractère favorables. Priorité d’accès pour les élèves qui, en seconde, ont suivi l’ enseignement optionnel de sciences médico-sociales.

Après le bac, une large majorité de ces élèves frappe à la porte des écoles paramédicales et sociales, des BTS “services et prestations des secteurs sanitaire et social” ou “économie sociale et familiale”, de la filière “carrières sociales” des IUT, voire tente sa chance en premier cycle universitaire de sciences de la vie, de psychologie ou de santé.

 En 2011, 3% des élèves de seconde générale et technologique sont entrés en première ST2S.

 - La filière STD2A (sciences et technologies du design et des arts appliqués) est l’une de celle qui, dans le cadre de la réforme du lycée général et technologique, est le plus fortement modifiée par rapport à celle qui lui pré existait jusque là (l’ex filière “arts appliqués”). Objectf : renforcer le potentel de ces élèves en vue de leur admission et réussite dans les filières supérieures préparatoires aux métiers d’arts (BTS et écoles d’arts de toutes sortes). Notons à ce sujet que les bacheliers STD2A sont les seuls à pouvoir se porter candidats pour une admission directe en première année de ces formations très recherchées : pour les autres bacheliers, ils devront commencer par passer par une année de mise à niveau pour études supérieures d’arts appliqués, les fameuses “MANAA”.

 Attention : nul n’est autorisé à entrer en première STD2A s’il n’a, en seconde, suivi l’enseignement d’exploration de “création et culture design”. La filière STD2A est donc un cas particulier de parcours d’études pour lequel il existe un choix strictement contraint à faire en entrant en seconde. L’explication est que cet enseignement d’exploration est lourd (six heures par semaine), si bien qu’il est inenvisageable de le rattraper si on ne l’a pas assimilé. Toute autre chose est la situation des autres enseignements d’exploration, qui ne sont présents en seconde qu’à raison d’une heure trente par semaine, sont donc aisément rattrapables si on ne les a pas choisis, si bien qu’ils ne sont pas considérés comme étant une condition nécessaire pour l’admission dans telle ou telle classe de première.

 En première STD2A, 16 heures par semaine d’enseignements généraux vous attendent (français, histoire-géographie, LV1 et 2, physique-chimie, mathématiques, EPS…), ainsi que 14 heures hebdomadaires d’enseignements technologiques divers. Attention : cette filière est très rarement présente.

 2) Quel profil dans le bac choisi ?

L’orientation vers une classe de première ne se limite pas au choix d’un baccalauréat. Chaque classe de première et terminale est composée d’un vaste tronc commun, mais aussi d’enseignements optionnels, qu’il convient de choisir avec soin car cela aura un important impact (moins que celui du choix du bac cependant) sur les possibilités d’études supérieures. Parmi ces enseignements optionnels, certains sont obligatoires, d’autres facultatifs. Tous concourent à vous doter d’un profil.

 La situation est cependant quelque peu différente selon que vous préparerez un baccalauréat général ou technologique.

- Dans les filières générales, il vous est parfois demandé, en première, et toujours en terminale, de choisir un enseignement optionnel obligatoire, auquel peuvent s’ajouter une ou deux options facultatives.

 . Dans toutes les voies, en première comme en terminale, vous aurez la possibilité de bénéficier de divers  enseignements optionnels facultatifs, à choisir (ou non) dans une liste proposée par chaque établissement (attendez-vous à de très importants écarts d’offre d’un établissement à un autre). Ce pourra être une LV3, du latin, du grec classique (à la condition d’avoir commencé ces options en seconde au moins), mais aussi un supplément de trois heures par semaine en EPS, ou un enseignement artistique (arts plastiques, musique, cinéma-audiovisuel, théâtre, danse, histoire des arts…). Bon à savoir : ces enseignements conduisent à des épreuves facultatives au baccalauréat, pour lesquelles seuls les points supérieurs à la moyenne sont pris en compte.

. En filière ES, c’est uniquement en entrant en terminale qu’un choix d’enseignement de spécialité sera proposé. Ce pourra être, selon l’offre propre à chaque établissement, un approfondissement en mathématiques, un complément en sciences politiques et sociales ou en économie approfondie (un seul de ces trois enseignements, au choix de l’élève). Attention : à ce choix fera pendant une épreuve spécifique au moment du baccalauréat.

 . En filière L, l’élève doit choisir dès l’entrée en première un enseignement optionnel obligatoire : approfondissement en langue vivante ou langue classique (latin ou grec classique) ou arts (au choix : arts plastiques, musique, histoire des arts, théâtre et expression dramatique, cinéma et audiovisuel, danse…) ou mathématiques . En terminale L, il sera possible de choisir son enseignement de spécialité dans la même liste, plus éventuellement un enseignement de “droit et grands enjeux du monde contemporain”.

. En filière S, il convient, comme en L, de distinguer le niveau première de celui de terminale.

En entrant en première S, les élèves doivent ajouter aux enseignements du tronc commun, un enseignement optionnel obligatoire de “sciences de l’ingénieur”, de “biologie/agronomie/territoire et développement durable” (uniquement dans les lycées agricoles) ou de SVT (”sciences de la vie et de la Terre”). Il existe donc trois profils d’élèves de première S.

En entrant en terminale, ceux qui ont choisi les enseignements de “sciences de l’ingénieur” ou de “biologie/agronomie/territoire et développempent durable”conservent cette spécialisation. Pour ceux qui, en première, ont opté pour les “sciences de la vie et de la Terre”, il est demandé de choisir une option obligatoire d’approfondissement parmi les enseignements suivants : mathématiques,  physique-chimie, ou “sciences de la vie et de la Terre” ou “informatique et sciences du numérique”. Là comme pour les autres filières, à chaque choix correspond une épreuve obligatoire spécifique au baccalauréat.

- Dans les filières technologiques, ce que nous avons qualifié de “profil” dans les filières générales, par le choix d’un enseignement optionnel obligatoire, correspond au choix d’un enseignement spécifique, une “spécialité technologique”, au sein de trois des six baccalauréats technologiques.

 Les filières STAV, STD2A et ST2S correspondent chacune à une spécialité en soi, ce qui veut dire que tous les enseignements sont dans le tronc comun, sauf quelques options facultatives éventuelles. Il n’en va pas de même pour les autres.

En filière STMG, l’entrée en première correspond à une classe unique. A l’issue de cette première STMG, vous aurez à choisir entre quatre spécialités de classe terminale : “gestion et finance”, “mercatique”, ressources humaines et communication”, “système d’information et de gestion”.

En filière ST2DI, vous aurez le choix (selon l’offre de chaque établissement)  entre quatre spécialités : “innovation technologique et éco-conception”, “système d’information et numérique”, “énergie et environnement” et “architecture et construction”.

. En filière STL, selon le même calendrier que pour la filière STI, vous aurez le choix entre deux spécialités : “biotechnologies” ou “sciences physiques et chimiques en laboratoire”. 

Attention : aucun lycée ne propose toutes ces options (obligatoires ou facultatives). Certaines d’entre elles sont même fort peu répandues. Vous rencontrerez donc parfois des difficultés pour trouver à proximité de votre domicile un lycée qui vous permet de vous doter de certains de ces profils. Et même si vous trouvez, il arrivera que le nombre des places offertes soit inférieur au nombre des demandes d’admission, obligeant l’établissement à pratiquer une certaine sélection à l’entrée. C’est pourquoi, si votre projet d’orientation de fin de seconde générale et technologique correspond à une spécialité rare, nous vous conseillons de prévoir une ou deux orientations de recours, pour des spécialisations moins rares.  

 Si vous êtes en quête d’une aide en vue de faciliter l’orientation d’un élève scolarisé en seconde générale et technologique, n’hésitez pas à poser une question. Nous y répondrons.

Bruno Magliulo

Pour aller plus loin, dans la collection l’Etudiant :

- Parents d’élèves, vos droits (pour bien préparer ses recours en commission d’appel, etc.)

- Que faire avec un bac ES ?

- Que faire avec un bac L ?

- Que faire avec un bac S ?

- Que faire avec un bac technologique ?

- Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse pour traiter aisément les réponses)

664 réponses to “S’orienter après la classe de seconde générale et technologique”

  1. Homerle 01 juil 2010 à 22:24

    Monsieur Magliulo, bonsoir;

    Tout d’abord, félicitations et remerciements pour la profondeur, la pertinence et l’adéquation de vos vues et conseils - c’est immense.

    Il s’agit là de choix d’enseignement d’exploration à faire demain, après demain au plus tard, entrant en seconde générale à Paris.

    Parmi les enseignements d’exploration qu’offre le nouveau lycée, se trouve le latin et le grec, presentés comme la découverte de ces langues et civilisations. Donc, l’abord de nouvelles disciplines, pour ceux qui n’ont pas fait de latin ou grec auparavant ?

    Un lycée le proposant doit-il le permettre à des élèves n’ayant pas étudiés ces langues ? Peut-il le refuser ? Est-ce à sa discrétion ? Peut-on y avoir accès sans avoir étudié ces langues auparavant dès lors que ces enseignements sont proposés ?

    Qu’en est il à Paris ? Dans certains lycées, cela ne se pourrait.

    Point sensible pour qui envisage L, une prépa littéraire peut être plus tard, sans avoir à ce jour fait de latin ni de grec.

    Que peut-on faire alors ? Maintenant, plus tard ? Réalistiquement.

    Par avance, merci de vos avis éclairés.

  2. Homerle 01 juil 2010 à 22:37

    Précision : enseignement d’exploration, option facultative - latin, grec - en 2de: même perspective d’impossibilité à les choisir pour qui n’a déjà fait de latin, comme de grec, semble-t-il, dans certains lycées. Vraiment ? N’est-ce pas contraire à l’esprit de ces deux choses ? Que faire pour les aborder ?

  3. B. Magliulole 03 juil 2010 à 10:22

    Réponse à Nikita

    J’avoue être sidéré par ce que vous me dites. Que le conseil de classe de seconde vous réoriente vers une seconde professionnelle, pourquoi pas, mais le job de l’établissement, c’est de vous y préparer à l’avance afin de vous permettre, ainsi qu’à vos parents, de préparer cette réorientation en contactant à l’avance des établissements. Car il ne suffit pas que l’établissement d’origine prenne une telle décision, il faut aussi que vous trouviez un établissement d’accueil.

    De plus, si vous en êtes là, c’est qu’avec vos parents vous avez décidé de ne pas faire appel de la décision d’orientation que vous subissez. c’est bien ça ?

    En tous cas, une orientation vers une seconde professionnelle supopose deux choses : 1. Que vous ayiez un projet professionnel (lequel ? hotellerie/restauration, arts appliqués, métiers du bâtiment, métiers tertiaires, industriels, agricoles … ?) . Comment pourriez vous choisir votre seconde pro (ces classes sont spécialisées), si vous ne commencez pas par là ? 2. Qu’une fois ce projet élaboré, vous vous informiez sur les lycées qui disposent de cette préparation, que vous demandiez un dossier d’inscription, et le remplissisez puis déposiez dans les délais ; 3. Que l’établissement professionnel sollicité vous réponde positivement (il n’y est pas obligé).

    Et tout cela prend évidemment du temps. A cete date (début juillet), c’est évidemment très restrictif. Votre risque est de vous retrouver non pas dans une seconde pro désirée, mais … là ou il reste des places !

    J’ajoute que lorsqu’on est orienté en bac pro, on passe nécessairement par la case seconde pro, ce qui revient à dire que vous allez … tripler votre seconde, mais en seconde pro plutôt qu’en seconde générale et technologique où vous étiez ces deux dernières années. J’ai rarement vu cela. Mais pourquoi pas ? Il aurait évdemment été plus facile pour vous que votre prof principal vous dise suffisamment tôt que le conseil de classe envisage cette décision, et vous donne alors du temps pour vous y préparer. Peut être d’ailleurs l’ont-ils fait et alors c’est vous qui avez attendu la dernière minute.

    Pour facilter vos démarches, je vous conseille d’aller (avec vos parents), très très vite aux services de scolarité du rectorat ou de l’inspection académique dont vous dépendez, et de procéder sur place aux formalités. Vous pouvez en outre aller vers un CIO (centre d’information et d ‘orientation), pour recueillir la liste des sections professionnelles avec adresses.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :

    - Le guide de l’orientation au lycée (avec l’ensemble des voies d’étaudes au lycée professionnel)
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Pour quelles études êtes-vous fait ?
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le désirez, mais avant le 7 juillet car après je pars en vacances pour un mois

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  4. B. Magliulole 03 juil 2010 à 10:46

    Réponse à Homer

    Désolé, mais bien que vous souhaitiez une réponse dans les deux jours, cela m’a été impossible, mon travail ne m’ayant permis de traiter les questions de cette semaine qu’en cette journée de samedi. J’espère que cette réponse vous servira encore à quelque chose.

    1. Concernant les enseignements d’exploration. Oui, certains lycées ont proposé que dans leur liste d’enseignements d’exploration dans la nouvelle seconde du lycée réformé, il y ait latin et/ou grec, et c’est possible POUR ELEVES DEBUTANTS (sinon ce n’est plus de l’exploration). Dans ce cas, c’est un enseignement à hauteur de 1h30 par matière et par semaine. Mais il est également possible de trouver des enseignements optionnels facultatifs de latin et/ou grec classique, et dans ce cas, c’est trois heures par semaine, et cela s’adresse à des élèves ayant commencé cet apprentissage des humanités classiques au collège.

    Chaque établissement est libre, dans la limite des moyens prélablement accordés par le recteur de l’académie, de faire pour ces enseignements “au choix” les propositions qui lui semblent les plus judicieuses, sachant évidemment qu’il n’est pas possible de multiplier de telles possibilités qui doivent s’inscrire dans l’ “enveloppe” des moyens accordés. A ce jour, les divers lycées ont fait leurs choix et logiquement, vous devriez connaître les possibilités dans le lycée que votre enfant va fréquenter à la rentrée prochaine. Par contre, il na pas été publié de liste exhaustive (par académie) de ces offres. C’est interne à chaque établissement, ce qui force évidemment les les parents, lorsqu’ils cherchent un enseignement d’exploration ou optionnel facultatif relativement rare, à se renseigner auprès de chaque établissement envisagé. Sans doute que l’an prochain , les brochures académiques de l’ONISPEP communiqueront ces précisions qui font défaut cette année, les nouvelles secondes étant en cours d’installation.

    2. En ce qui concerne les classes préparatoires littéraires, ce que l’on appelle les “”hypokhâgnes lettres” ou “lettres supérieures”, leur programme comprend un tronc commun et “un ou deux enseignement complémentaires au choix”. Ni latin, ni grec classique dans le tronc commun. Quand aux enseignements au choix, ils comprennent le latin et le grec classque (mais aussi LV2, histoire/géographie, arts), et pour le latin et le grec, ce peut être pour élève confirmé ou débutant.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée (de la troisième à l’après-bac) : tout sur la réforme du lycée
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Pour quelles études êtes-vous fait ?
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le désirez

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  5. B. Magliulole 03 juil 2010 à 10:57

    Deuxième réponse à Homer

    Je découvre votre complément de question après coup

    Je trouve moi que ce n’est pas si mal conçu que cela : où l’élève est débutant en latin et/ou grec classique, et il est logique qu’il passe, s’il le désire, par un enseignelment d’EXPLORATION (qui, comme vous l’érivez vous même, ne concerne que des enseignements qui n’ont pas été abordés au collège), ou il a déjà entamé cet apprentissage (le plus souvent partir de la classe de quatrième, parfois avant), et dans ce cas, s’inscrire en enseignement d’exploration ne lui apporterait rien puisque cela repart à zéro, si bien qu’il a évidemment intérêt à choisir l’enseignement optionnel facultative , qui est à horaire plus lourd, et dont les programmes dont dans la continuité de ceux du collège dans ces enseignements.

    Mais le vrai problème est autre : faute de moyens, certains lycées sont contraints de choisir l’un ou l’autre. Et on voit en effet des élèves s’inscrire en enseignement d’exploration alors qu’ils en ont déjà fait, si bien qu’ils ont le sentiment de ne pas apprendre grand chose, ou même on voit des cas où l’élève s’inscrit en enseignement optionnel facultatif qui suppose d’avoir commencé au collège, alors que ce n’est pas son cas… si bien qu’il est vite placé en difficulté peu surmontable. Dans ces cas, il faut que les parents et leurs enfants soient conscients de la différence et en tiennent compte. Il faut surtout se renseigner auprès de l’administration du lycée (ou des professeurs chargés de ces enseignements) afin de savoir si le programme qui les y attend est à leur portée et susceptible de leur permettre de progresser s’ils ne sont pas débuttants.

    bruno Magliulo

  6. Homerle 03 juil 2010 à 15:43

    Merci Monsieur Magliulo de vos deux retours, fort utiles.

    Selon échanges hier et aujourd’hui avec le lycée, latin et grec en 2de en exploration (durée non précisée contrairement à des lv3 proposées en exploration 3 heures) ne sont accessibles qu’à qui les a étudié 1 an au moins. Par contre latin et grec, aussi proposés en option 3 heures, seraient possibles. Selon certains de l’adminsitration du lycée, en grand débutants. Selon d’autres, avec des élèves ayant déjà étudié (le latin depuis la 5ème le grec depuis la 3ème), étant recommandé de se mettre à niveau d’ici la rentrée; donc latin à exclure, grec à choisir si faisable.

    A rediscuter et fixer ce lundi. C’est contradictoire et mal cerné, à apprécier, aussi vos avis seront utiles. Une première année de grec ancien, ca se rattrape un peu en vacances puis après ? En HK et Khagnes, le grec seul suffira t il pour accéder à toutes voies ?

  7. B. Magliulole 03 juil 2010 à 15:55

    Nouvelle réponse à Homer

    J’avoue mon grand étonnement. La définition ministérielle des enseignements d’exploration c’est “enseignements commençant strictement au niveau seconde”. Comment peut on les proposer à des élèves ayant fait un an d’apprentissage préalable acquis en collège, qui correspondent évidemment bien à la logique des enseignements optionnels facultatifs ? Mais bon, c’est visiblement une décision propre à l’établissement, qui dispose d’une grande liberté d’initiative en ce domaine, mais prend visiblement ses disances par rapport à l’esprit de ces enseignements. Mais d’accord avec vous pour dire que c’est surprenant et contraductoire. Je laisse évidemment aux responsables de l’établissement le soin d’expliquer pourquoi un tel choix : ils ont surement de bonnes raisons pour décider les choses ainsi.

    Quand aux classes prépas littéraires, le latin et le grec classique étant des enseignements complémentaires au choix on peut :

    1. Ne pas les choisir
    2. En choisir un seul (latin ou grec classique)
    3. En choisir deux (latin et grec classique)

    Et si on le ou les choisit, ce peut être en tant que débutant ou pas. Est-ce que le grec seul suffit pour accéder à toutes les voies ? En tout cas, cela suffit pour se porter candidats aux divers concours où il y a du grec proposé (pas très fréquent), et bien sur aux concours d’écoles ne proposant pas d’épreuve de grec (beaucoup sont dans ce cas)

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  8. aurore boujemaaouile 23 juil 2010 à 18:00

    bonjours, j aimerais savoir si je peux démarrer un bac pro vente avec un brevet des colleges sans passer par le cap ou par le bep repondez moi silvous plait je sui perdu merci

  9. B. Magliulole 25 juil 2010 à 13:47

    Réponse à Aurore Boujemaaoui

    Oui, c’est possible !

    Le bac pro (vente ou autre) correspond normalement à un parcours en trois ans : seconde pro, première pro, terminale pro. Il n’est dans ce cas pas nécessaire de passer par un CAP ou un BEP.

    Mais il est en effet possible de passer par un CAP en deux ans, puis de bifurquer en première pro vente. Ce parcours rallonge donc la durée des études d’une année, mais satisfait la demande de certains élèves qui éprouvent le besoin d’y aller “par étapes”, avec possibilité de s’arrêter au niveau CAP s’ils le désirent.

    Quand au BEP , il a normalement disparu dans le secteur commerce. La question ne se pose donc plus. L’ancien lycée professionnel en deux étapes de deux ans (1 : seconde pro + terminale BEP; 2 : première pro + terminale pro) a été réformé et désormais, sauf dans quelques rares secteurs pour lesquels les BEP sont maintenus (mais ce n’est pas le cas du secteur professionnel qui vous intéresse), le parcours vers un bac pro se fait en trois années, sans passer par un BEP.

    Dans la collection l’Etudiant, pour aller plus loin :

    - Le guide de l’orientation au lycée (de la troisième à l’après bac) : tout sur le lycée professionnel réformé.
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter

    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  10. C. Anaisle 08 août 2010 à 22:06

    Bonjour !
    J’aprécie énormément votre site puisqu’il détaille vraiment toute les possibilités de bac.
    Voilà, il se trouve que je rentre cette année en 2nd GT, suite à une 3ème et une 4ème technologique avec un asser bon niveau: je tournais toujours autour de 15 voir plus de moyenne générale. Et comme il s’en doit, a la fin de cette année je devrais décider du bac vers lequel m’orienter. Je suis prête à bosser toute cette année pour avoir un bon niveau puisque à la base j’ai fait ces classes suite à un changement de collège dans lequel je me suis pas réadapté et ou mes notes ont chutés. Mais sinon, même en collège générale, j’étais dans une bonne moyenne de normes et mon problème c’est que je n’arrive pas a faire un choix: j’apprécierais beaucoup de faire un bac général pour entrer par la suite en faculté, mais mes parents ont peurs que je n’y arrive pas vis à vis du décalement de cours que je n’aurais suivi par rapport aux autres élèves.
    Qu’en pensez vous ? Merci d’avance pour votre réponse.
    Cordialement.

  11. B. Magliulole 11 août 2010 à 12:11

    Réponse à C. Anaïs

    Merci d ‘abord pour les bons mots par lesquels vous dites ce que vous pensez de ce blog. Et comme le service ainsi rendu est bénévole, ça fait une double bonne raison pour que vous n’hésitiez pas à le recommander autour de vous.

    J’avoue avoir un peu de mal à comprendre pleinement quel est le problème que vous souhaitez que nous abordions. Vous me décrivez une situation, mais me demandez ce que j’en pense sans me dire précisément quelle est votre préoccupation : est-ce la crainte de vos parents de ne pas vous voir réussir ? Est-ce la votre qui semble plutôt être de vous demander si, ayant suivi un parcours 4e/3e technologique, vous avez un profil adapté à un parcours d’études purement générales … ?

    Sachez d’abord que la seconde dans laquelle vous allez entrer (la seconde “G et T” , générale et technologique), est une classe fondamentalement générale, et qui peut même être strictement générale selon les enseignements d’exploration que vous avez choisi. On a dû vous demander d’abord d’opter entre “sciences économiques et sociales” (plutôt enseignement général), et “principes fondamentaux de l’économie et de la gestion” (plutôt technologique). Quel choix avez-vous fait ? Et pour le second enseignement d’exploration au choix ? Mais à part ces deux enseignements, qui peuvent être d’ordre technologique, tout le reste est général, strictement général : français, maths, SVT, physique-chimie, LV1, LV2, histoire-géo. C’est donc une classe dans laquelle il faut d’abord réussir dans les enseignements généraux, et c’est la condition absolue pour être autorisé ensuite à passer en première générale (ES, S ou L), ce que vous me dites avoir aujourd’hui en tête.

    J’ajoute que pour pouvoir s’attaquer dans de bonnes conditions à des études universitaires (c’est ce que vous semblez désirer aujourd’hui), il est vraiment nécessaire de bien réussir un parcours première/terminale générale. On s’aperçoit en effet que les bacheliers technologiques ont beaucoup plus de difficulté à réussir en premier cycle universitaire. Il réussissent nettement mieux en BTS ou IUT, études que la plupart de ces bacheliers choisissent après un bac techno.

    En résumé, le fait de sortir d’un parcours de type 4e/3e techno n’est pas forcément un handicap pour réussir en seconde générale, puis en premire/terminale générale, si vous faites vos preuves dans les divers enseignements généraux qui vous attendent.

    Il y a une autre question qui se pose, et que vous n’évoquez pas. Vous dites vouloir faire plus tard des études en université. Oui, mais lesquelles ? Avez vous déjà un projet (droit, physique-chimie, sciences de la vie, anglais, économie, lettres, histoire, santé … ?). Il est important de poser cette question car selon le bac général que vous allez choisir en fin de seconde, et donc les disciplines d’enseignement général qu’il faudra que vous réussissiez bien en seconde, tout ne sera pas possible.

    Pour réfléchir à ces questions, je vous invite à vous procurer et lire un livre publié dans la collection L’Etudiant : “Le guide de l’orientation au lycée (de la troisième à l’après-bac)”. Vous y trouverez tout sur la nouvelle seconde générale et tecnologioque, les diverses voies qui s’offrent en fin de seconde, les débocuhés dans l’enseignement suopérieur ensuite, etc.

    Pour vous le procurer : librarie scolaire ou le site de ‘éditeur : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    Autres livres qui devraient vous aider dans cette même collection :
    - Pour quelles études êtes vous fait ? (avec des tests, des grilles d’auto analyse)
    - 100 questions/réponses pour bien s ‘orienter

    Et n’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  12. Anais Cle 11 août 2010 à 20:38

    Bonjour !
    Je tiens tout d’abord a vous remerciez de m’avoir répondu, puisque que vous répondez à ma principale question: Pourrais-je rattraper le niveau des collégiens généraux ? Ensuite je pense acheter un des livres que vous m’avez conseillez. Je désirerai par la suite continuer des etudes en sciences humaines ou en chimie. Pourriez vous me détailler d’avantages le bac technologique STL ? Car meme si mon choix serait d’avantage vers un bac générale ES, je tiens quand meme à connaitre les différentes options qui s’offrent à moi, car honnêtement j’ai peur de faire un mauvais choix.

    Cordialement, encore merci de votre réponse, je parlerai de votre site à mon entourage et à mes amis qui peuvent etre en meme situation que moi.

  13. B. Magliulole 12 août 2010 à 11:20

    Nouvelle réponse à Anaïs C.

    Un bac STL (sciences et technologie des laboratoires), est un bac du secteur des “technologies scientifiques”. Pour un élève qui se prépare comme vous à entrer en troisième, il vaut mieux demander à entrer dans un lycée qui propose ce bac (à partir de la première) car sinon, vous ne trouverez pas les enseignements d’exploration optionnels préparatoires à cette orientation (qui ne sont proposés que dans les lycées qui proposent cette filière)… et aurez très peu de chances de pouvoir vous y faire admettre ensuite en fin de seconde.

    Cet enseignement préparatoire à une orientation vers STL est celui de “sciences et laboratoire”. Il peut être couplé avec un autre enseignement d’exploration : “biotechnologies”. A monima, si vous entrez dans un lycée qui n’a pas l’option de”sciences et laboratoire”, il ne faudra pas rater “biotechnolgies”. Et le fait de n’avoir pas pu prendre cette option parce que votre lycée ne le proposaiot pas (ce qui arrive), ne sera pas une excuse : priorité à ceux qui auront le bon profil.

    Dans le lycée réformé, il existe deux spécialtés du bac techno STL : “biotechnologies” ou “sciences physiques et chimiques en laboratoire”.

    Attention : c’est un bac qui ne vous préparera pas du tout à faire les études supérieures en sciences humaines que vous envisagez (pour ça, un bac ES est préférable), mais qui pourrait vous permettre d’étudier la chimie que vous évoquez également, surtout si vous optez pour la deuxième spécialité du bac STL.

    Pour en savoir plus sur le bac STL, vous devez savoir que le bac STL actuel doit être réformé en commençant par les classes de première à la rentrée 2011, puis de terminale en septembre 2012. Le parcours STL nouveau est donc celui qui vous concerne puisque vous êtes actuellement en sortie de troisième.

    Vous trouverez des détails dans deux livres de la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée (de la 3e à l’après-bac)
    - Que faire avec un bac STI, STL, ST2S ? (livre portant sur les débouchés dans l’enseignement supérieur pour chacun de ces bacs).

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le voulez

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  14. NOEMIEle 13 août 2010 à 14:09

    Bonjour, j’aimerai savoir si je peux encore m’inscrire en seconde pro a cette date en sachant que je sors d’une seconde général et je dois la redoubler cette année !??

  15. B. Magliulole 14 août 2010 à 8:44

    Réponse à Noémie

    C’est très difficile parce que normalement, avant de vous inscrire en quelque classe que ce soit, il faut un avis d’orientation préalable du conseil de classe de votre lycée. Pour être autorisée à redoubler en seconde pro, normalement il faudrait que vous ayiez manifesté ce souhait auprès des membres de votre conseil de classe, et que ceux-ci prononcent un avis sur cette demande. Ensuite, et ensuite seulement, vous auriez pu partir à la recherche d’une classe de seconde pro en passant par les services rectoraux si c’est pour un établissement public, ou directement auprès de la direction d’un lycée privé.

    Autre problème : en seconde pro, c’est “sous réserve des places vacantes”. Certaines sections sont très demandées et ont d’ores et déjà dû faire le plein d’élèves. Là, ce sera impossible. d’autres ont sans doute des places vacantes, et dans ce cas là, vous pourriez obtenir une dérogation, mais est-ce que les classes qui ont de la place sont celles qui vous intéressent ?

    Car on ne demande pas une “seconde pro”, mais une “seconde pro hôtellerie-restauration” ou “arts appliqués” ou “métiers de l’agriculture” ou “commerce”, etc. Autrement dit, ces classes sont partiellement spécialisées et supposent que le candidat à l’entrée ait une vocation professionnelle précise. Est-ce votre cas ? Et attention car une fois dans une spécialité, vous ne vous en sortez plus ! Il faut être sûre de votre choix. Et pour que vous y voyiez clair, je vous conseille de commencer par lire les pages consacrées au lycée professionnel dans le livre indiqué en fin de cette réponse.

    Ce que vous pourriez sans doute faire, c’est vous rendre (ou vos parents, ou les deux), au service de scolarité “lycée” de votre rectorat ou de votre inspection académique. Allez y munie de tous les documents nécessaires : livret de famille, bulletins scolaires de troisième et seconde, avec les avis du conseil de classe du troisième trimestre de ces deux années scolaires. Ces services pourront vous dire quelles sont les sections qui disposent encore de places, et éventuellement procéder à votre affectation .

    En principe, tout réouvre après le 15 août, donc lundi prochain. Mais pour ne pas y aller pour rien, je vous conseille de vous renseigner préalablement par l’Internet, en allant sur le site du rectorat de votre académie . Tapez : www.ac-nom de l’académie.fr , par exemple : www.ac-bordeaux.fr Bon conseil : le plus tôt sera le mieux car au fur et à mesure que vous vous rapprocherez de la rentrée, les places disponibles seront de moins en moins nombreuses.

    Il existe une autre formule que vous n’évoquez pas, c’est la possibilté de préparer un CAP ou un bac professionnel par l’alternance, c’est-à-dire en signant un contrat d’apprentissage.

    Enfin bien sur, il reste la possibilité d’accepter le redoublement en seconde générale et technologique. Pourquoi pas ? En êtes-vous totalement dégoutée ? Vous savez, rien ne vous empêcherait de passer ensuite en première technologique, et de suivre un enseignement professionnel dans le supérieur (un BTS par exemple). Ca aurait une autre allure non ?

    Si vous le souhaitez, je reste à votre disposition pour d’éventuelles questions complémentaires.

    Pour faciliter vos démarches, dans la collection L’tudiant, je vous conseille de lire :
    - Le guide de l’orientation au lycée (de la troisième à l’après-bac)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et des grilles d’auto analyse)

    Bon courage et bonne chance.

    Bruno Magliulo

  16. lecourtle 24 août 2010 à 14:19

    bonjour jai 15ans plus tard j’aimerais etre avocate mais le problème c’est que je ne sais pas .. que doit -je faire apres ma seconde ???? merci de me donner des conseils

  17. B. Magliulole 28 août 2010 à 9:41

    réponse à lecourt

    Vous avez 15 ans, vous êtes donc probablement à l’approche de la der,ière année de collège (la troisième), et entrerez en seconde au lycée en septembre 2011. Est-ce bien ça ? Sinon, il est possible que vous soyez déjà en seconde (générale j’espère car pour faire des études supérieures de droit il est quasi nécessaire de commencer par préparer un bac général).

    En fin de troisième il faut donc entrer en seconde générale. Puis réussir à passer en première générale (L, ES ou S). On constate que les étudiants qui ont le maximum de chance de réussir en droit sont issus de ces trois bacs, mais aussi une minorité d’élèves passés par le bac STG. Avantage au bac ES pour les études de droit, mais les L et S sont également bien placés.

    Ensuite, ce sera l’université, obligatoire pour devenir avocate : un premier cycle licence en trois ans, puis un master professionnel en deux ans, puis deux ans dans un centre de formation d’avocats. C’est donc un parcours d’études fort long et très exigeant.

    Mais comme vous êtes actuellement en troisième ou seconde, je vous conseille, d’ici la terminale (quand vous serez en première par exemple), de vous efforcer de faire un stage auprès d’un avocat afin de valider votre actuel projet professionnel. A votre âge, il en va des projets professionnels comme de beaucoup d’autres choses : on change fréquemment d’avis. Et c’est normal, rassurez-vous. L’important c’est que vous soyez au clair d’un projet d’études supérieures lorsque vous serez à mi parcours de votre classe terminale… et d’ici là, ce pourra être le même que vous confirmerez ou un autre. Vous verrez.

    Pour aller plus loin, dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lyce
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et des grilles d’auto analyse)
    - Les métiers du droit
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’éhsitez pas à me poser une autre question si vous le soihaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  18. Chloele 04 sept 2010 à 17:13

    Bonjour, j’ai un probleme je suis actuellement en seconde professionelle ” bio industri et technologie “.
    Mais j’ai du redoubler puisqu’avant j’étais en bac pro hotellerie.
    Mais ce n’est toujours pas se que je desire faire , je voudrais aller en seconde generale dans un etablissement privée mais le probleme est que en classe de 3eme je navais pas demander seconde generale , et la principale de mon collège m’a donc mis ” avis défavorable” malgres 10.9 de moyenne sur l’annee de 3eme.
    Est-ce possible que ma principale puisse changer cet avis en “favorable” pour que j’integre cette classe de seconde generale ?
    Merci

  19. Chloele 04 sept 2010 à 18:02

    Bonjour, j’ai un probleme je suis actuellement en seconde professionelle ” bio industri et technologie “.
    Mais j’ai du redoubler puisqu’avant j’étais en bac pro hotellerie.
    Mais ce n’est toujours pas se que je desire faire , je voudrais aller en seconde generale dans un etablissement privée mais le probleme est que en classe de 3eme je navais pas demander seconde generale , et la principale de mon collège m’a donc mis ” avis défavorable” malgres 10.9 de moyenne sur l’annee de 3eme.
    Est-ce possible que ma principale puisse changer cet avis en “favorable” pour que j’integre cette classe de seconde generale ?
    Merci

  20. B. Magliulole 06 sept 2010 à 10:55

    Réponse à Chloé

    L’admission en seconde se décide en fin de troisième, et c’est le conseil de classe et le chef d’établissement qui, en se fondant sur les voeux des familles, et le bilan scolaire, décident de cette orientation. Pour être orienté en seconde générale, il faut donc une décision favorable que vous n’avez pas eue… et pour cause puisque vous dites vous même ne pas l’avoir demandée lorsque vous étiez en troisième. J’ignore d’ailleurs la réponse qui vous aurait été donnée si vous l’aviez demandé.

    Aucun chef d’établissement public ou privé sous contrat ne peut donc vous admettre directement en seconde générale. Ca leur est interdit … et à vous aussi par voie de conséquence !

    J’ajoute qu’à cette date, si votre demande porte sur une réorientation vers une seconde générale dès maintenant, ça n’est très probablement plus possible pour des raisons de calendrier. Il n’est en effet plus possible de réunir un conseil de classe pour statuer sur une telle demande de votre part.

    Sachez cependant que ces règles s’imposent aux lycées publics et privés sous contrat, mais pas aux établissements hors contrat. Vous avez donc pleinement la possibilité, si vos parents sont d’accord sur ce principe, et prêts à payer des droits de scolarité qui seront évidemment assez importants (ils sont variables d’un établissement à un autre), à solliciter votre admission en seconde générale dans un établissement privé hors contrat. Mais attention : ensuite, vous ne pourrez pas réintégrer le secteur public, il faudra aller jusqu’au bac dans un établssement privé hors contrat. Pourquoi pas ? A vous devoir si vos parents ont les moyens.

    Problème dans ce dernier cas : trouver un établissement. Cela ne devrait guère poser de problème si vous vivez dans une grande ville, mais ailleurs, cela ne sera pas facile.

    Conseil : ne tardez pas à vous décider car au plus le temps va passer, au moins il sera possible de vous réorienter à cette rentrée 2010.

    Pour en savir plus, dans la colection L’Etudiant :
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Le guide de l’orientation au lycée
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    bruno Magliulo

  21. Jeanle 07 oct 2010 à 17:25

    Notre fils est actuellement scolarisé en seconde professionnelle industrielle. Ca ne lui plait pas du tout. Est-il envisageable de se réorienter de suite vers une seconde générale et technologique, sachant que l’orientation vers la seconde pro n’était pas notre premier voeu d’orientation en fin de troisième : nous avions d’abord demandé la seconde générale et technologique ?

    Jean, Beauvais

  22. B. Magliulole 07 oct 2010 à 18:40

    Réponse à Jean

    Il y a une très forte probabilité que la réponse soit négative. Le conseil de classe du troisième trimestre a prononcé une décision d’orientation qui s’impose, et sur laquelle il est pratiquement impossible de revenir désormais. Surtout dans les conditions que vous décrivez : le conseil de classe vous a déjà dit non à une demande d’orientation en premier voeu vers une seconde générale et technologique. Il l’a fait en tenant compte du bilan scolaire de votre fils. On ne voit pas en quoi il serait aujourd’hui plus apte à s’y faire admettre … alors qu’en outre, la rentrée est passée de 5 semaines.

    Seul espoir : un passage dans un établissement privé hors contrat. Il en existe qui sont peu regardant sur le niveau des élèves. Mais attention : outre qu’il faudra alors y régler des droits de scolarité fort élevés, il sera impossible de revenir vers un lycée public ou privé sous contrat avant le bac.

    Reste une deuxième éventualité : demander en fin d’année un redoublement en seconde générale et technologique. Mais attention : ce sera au conseil de classe de fin de seconde professionnelle d’en décider.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée (de la troisième à l’après-bac)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  23. Redouanele 13 oct 2010 à 19:02

    Bonjour,
    Je suis dans un lycée générale et technologique (qui propose les trois bac STL,le bac general S et ST2S)
    en 2nd générale SES + SANTE & SOCIAL + BIOTECHNOLOGIE
    Je ne pourrais allez en S car j’ai comme pas mal de lacunes en mathematiques,donc j’aimerai savoir lequel bac entre le STL (Bio) et le bac st2s serait plus adapter pour moi ?
    Sachant que je voudrais faire un métier qui mélange la santé avec le social et assez bien payé ?
    Aidez moi :(

  24. B. Magliulole 14 oct 2010 à 10:15

    Réponse à Redouane

    Indéniablement, le bac qui correspond le plus à ce que vous souhaitez faire professionnellement plus tard, et compte tenu du fait que vous excluez le bac S, est le bac ST2S plutôt que STL.

    Des métiers qui mêlent aspects “santé” et sociaux, il y en a beaucoup, certains sont à dominante “santé” (les infirmiers par exemple), d’autres sont à dominante “sociale” (les conseillers en économie sociale et familiale, les assistants sociaux, etc.).

    Avec un bac ST2S, vous viserez principalement des études spécialisées en deux ou trois ans après le bac (BTS, écoles paramédicales, sociales …). Par contre, les premier cycle universitaire santé (qui prépare à médecine, pharmacie, dentaire, sage femme) est inenvisageable après un tel bac (idem après STL).

    Quand à aller vers des métiers “bien payés”, j’ignore ce qui, à vos yeux, est “bien payé” : chacun a se parception du chiffre à partir duquel on estime l’être. Mais vous devez savoir que les métiers que vous signalez ne sont pas parmi les “mieux payés” : ils sont payés “moyennement”, d’autant que la plupart de ces professionnels sont fonctionnaires (pas tous cependant).

    Pour en savoir plus, vous devriez vous procurer, dans la collection L’Etudiant (ou les lire s’ils sont à votre centre de documentation) :
    - Les carrières sociales
    - Les carrières paramédicales
    - Que faire avec un bac ST2S, STL, STI ?
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  25. Yannickle 16 oct 2010 à 12:10

    Le professeur principal de notre fils, actuellement scolairisé en classe de seconde générale dans un lycée privé assez sélectif, commence déjà à dire qu’en fin d’année, notre fils ne pourra sans doute pas rester dans le lycée parce que le conseil de classe (que ne s’est pourtant pas encore réuni) envisagrait déjà une orientation vers STI.

    Or, non seulement nous n’allons sans doute pas demander une telle orientation, mais en plus, étant scolarisé dans un lycée qui n’a pas de filière STI, il n’existe pas dans son lycée d’enseignement optionnel d’exploration préparatoire à une telle orientation

    Tout ceci nous déstabilise et inquiète fortement. Et je constate que c’est tout à fait contre productif dans la mesure où ça a démobilisé notre fils qui n’y croit plus et se relache .

    Ont ils le droit d’évacuer ainsi notre enfant vers un autre lycée et une filière non désirée ? Ne trouvez vous pas que ce soit assez prématuré de dire cela alors qu’on est à peine à la mi octobre et que si j’ai bien compris, la décision ne se prendra qu’en mai prochain ? Quels sont nos recours ?

    Merci de bien vouloir vous pencher sur cette situation et nous conseiller

    Yannick, père d’élève

  26. B. Magliulole 16 oct 2010 à 14:25

    Réponse à Yannick

    Oui, vous avez raison : il est très surprenant qu’alors que l’année scolaire n’en est qu’à moins de la moitié du premier trimestre, vous receviez déjà des avertissements visant à vous faire part d’intentions fermes et définitives d’orientation qui ne pourront être prononcées que lors du conseil de classe du troisième trimestre, donc fin mai/début juin. A moins bien sur que des résultats catastrophiques donnent déjà à penser que votre fils ne pourra pas être admis en première générale.

    Prématuré dites-vous ? Oui, bien sur, mais comme vous précisez vous même que le lycée fréquenté est “sélectif”, vous ne devriez pas être surpris d’assister à de telles choses… hélas bien sur ! Dans un autre lycée, plus “accompagnateur”, les choses se passeraient autrement. Et si vous protestez, on vous rétorquera que personne ne vous a forcé à l’inscrire dans un tel lycée !

    L’utilisation de filières qui n’existent pas dans un établissement pour obliger certains élèves à “dégager” vers un autre établissement (dans votre cas, vers la première STI) est un grand classique, hélas trop souvent utilisé avec abus, pour se débarrasser de cetrtains élèves. Mais le conseil du troisième trimestre aura le droit de décider d’une orientation vers une filière non demandée.

    Le fait que votre enfant n’ait pas pu préparer une telle orientation faute d’avoir la possibilité de choisir dans son actuel établissement un enseignement d’exploration préparatoire, ne change rien à ce principe… mais peut aboutir par contre à rendre difficile la concrétisation d’une telle décision d’orientation (car il faudra rouver un lycée avec section STI qui l’accepte !)

    Reste que vous avez en effet droit à divers recours :

    1. Si une décision d’orientation non conforme à vos voeux est décidée en fin d’année, vous avez droit de la refuser et de préférer un redoublement volontaire, et/ou de faire appel de cette décision devant la “commission d’appel” (qui est externe à l’établissement)

    2. Vous pourriez même anticiper , si les mauvais résultats de votre fils se confirment, en proposant au conseil de classe, via le professeur principal, une décision d’orientation de type “redoublement” qui serait alors négociée en amont

    3. Avez vous envisagé un changement d’établissement ? Il n’est peut être pas trop tard. Selon la ville où vous résidez, il est peut être encore possible de le faire passer dans un lycée plus “accomagnateur” que celui que vous fréquentez aujourd’hui. Et si votre fils va au bout de cette année scolaire (en espérant qu’il n’y laisse pas toutes ses forces), il est possible d’envisager que l’éventuel redoublement se passe l’an prochain dans un autre lycée, à gestion “plus humaine” des élèves en difficulté.

    Pour en savoir plus, dans la colection L’Etudiant :
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Le guide de lo’orientation au lycée
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  27. Redouanele 25 oct 2010 à 22:35

    Bonjour,
    Oui je pense que je vais faire st2s et j’aimerai aussi savoir parce que je souhaitre travailer au canada (montreal) quels sont les diplomes,au niveau scolaire comment ca se passe je veux dire le bac st2s au canada c’est quoi ^^ ?

  28. Liloule 26 oct 2010 à 10:48

    Bonjour,

    Je suis entrée en première S et je m’aperçois que ça ne va pas du tout. Je n’en suis d’ailleurs pas vraiment surprise : si je suis là c’est plus parceque mes parents et mes profs ont beaucoup insisté, que par vocation scientifique.

    Mon souhait profond étaiot d’entrer en première ES, mais lorsque je l’ai dit chez moi, ça a été le big blocage de mes parents qui ne jurent que par le bac S.

    Mais je vois bien moi que je suis partie pour le rater, au mieux y faire une scolarité médiocre, avec comme perspective post bac de devoir me contenter d’études universitaires alors que je souhaite faire une école de journalisme !

    Est-il envisageable, à ce stade de l’année, de demander une réorientation vers la première ES ?

    Merci de me répondre très vite car je suppose que le temps passant, cela deviendra de plus en plus difficile.

    Lilou

  29. B. Magliulole 26 oct 2010 à 11:13

    Nouvelle réponse à Redouane

    Le bac ST2S n’est pas un bac professionnel, il ne prépare donc pas à l’emploi. En tant que bac technologique (et non professionnel), il met principalement l’accent sur les enseignements généraux, tout en dispensant une formation technique, mais insuffisante pour pouvoir travailler direcement.

    Il faut donc faire des études supérieures professionnelles après ce bac. Elles vous demanderont entre deux ans (BTS par exemple) et 5 ans (masters universitaires par exemple). Cela dépendra de vos choix après la terminale, et de votre réussite.

    Pour partir travailler au Canada, il vous faudra d’abord obtenir un visa qui vous y autorise. Ce n’est pas si facile que cela et ça dépend en grande partie des compétences professionnelles acquises pendant vos études et vos premières années d’activité.

    Quand à aller directement au Canada avec un bac ST2S, ce que je peux vous dire c’est que le Canada n’étant pas membre de l’Union européenne, il ne reconnait pas automatiquement les baccalauréats français. Il faut en demander (pour d’éventuelles poursuites d’études là bas par exemple), la validation. Et bien entendu, si c’est pour aller dans la partie anglophone du pays, il y a à réussir un test d’aptitude en anglais.

    Mais le mieux est de vous renseigner auprès des services culturels et éducatifs de l’ambassade du Canada, qu va vous dire ce qu’il en est très précisément. Avec un bon lmoteur de recherche, vous devriez trouver des sites sans aucune difficulté.

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  30. B. Magliulole 26 oct 2010 à 11:26

    Réponse à Lilou

    Ce qui vous arrive est un grand classique. Chaque année, plusieurs milliers d’élèves de seconde sont orientés vers une première S qui ne leur convient pas. Pression de parents, de nombre de professeurs aussi, qui clament que “tu es trop bonne pour ça”, “ça” étant un autre bac que S ! Ils oublient simplement deux choses :

    1. Que sans motivation il y a peu de chance que l’on réussisse
    2. Que compte tenu de la sélection qui règne à l’entrée de nombre de filières d’études supérieures, pour nombre d’entre elles (non scientifiques bien sur) il vaut mieux être un bon bachelier ES, L, STG … qu’un moyen bachelier S.

    Ce deuxième point est d’ailleurs typique des grandes écoles de journalisme, pour lesquelles les études sont très sélectives, et qu’on n’a aucune chance de parvenir à intégrer avec un bac S moyen ! Priorité pour les bons ES et L ! C’est très logique pour ce genre d’études qui ne réclament aucune compétence en biologie, chimie, physique, et peu de maths. Pour cela, un bac ES est tout à fait recommandé.

    Peut-on se réorienter directement en première ES à la date d’aujourd’hui ? Difficile (car deux mois se sont écoulés depuis la rentrée), mais pas impossible. Cela se négocie localement, via un entretien avec le professeur principal. Avez-vous pour cela le feu vert de vos parents ? C’est bien sur une condition préalable car vous êtes mineure.

    Si on vous le refuse, il y a deux autres possibiltés :

    1. Passer de première S en terminale ES, avec un travail de remise à niveau en sciences économiques et sociales
    2. Demander un redoublement volontaire (car le passage de première S en terminale S est automatique) en première ES

    Dans les deux cas, cela part d’une demande de vos parents, mais c’est le conseil de classe qui décide (celui du troisième trimestre pour les deux possibilités que je viens d’évoquer)

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Que faire avec un bac ES ?
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  31. Redouanele 26 oct 2010 à 20:52

    Merci
    Mais moi je voudrais travailler en tant qu’infirmier au canada (Quebec plus précisément : Montréal) est-ce que je dois après le bac st2s faire mes études d’infirmier au Quebec ou les faire en France et une fois le diplôme acquis travailler au Quebec ?
    Merci

  32. Lauriele 27 oct 2010 à 10:40

    que peut-on faire concrètement avec un DUT carrières sociales si on est refusé en troisième année ? y’a t’il des débouchés ??

  33. B. Magliulole 27 oct 2010 à 10:53

    Réponse à Laurie

    Avec le DUT carrières sociales option “éducation spécialisée”, vous pourrez devenir “adjointe d’éducateur spécialisé” ou “moniteur-éducateur”. Cela signifie que vous serez sous les ordres d’un éducateur spécialisé qui seul a le pouvoir d’élaborer les projets (parce qu’il a le diplôme d’Etat), alors que ceux qui travaillent sous sa direction les appliquent.

    Mais avec cinq années d’expérience professionnelle en tant qu’adjoint ou moniteur, vous pourrez demander à revenir en formation en vue de préparer en un an le diplôme d’Etat.

    Vous obtiendrez des renseignements plus complets auprès des services régionaux de la DRASS (délégation régionale de l’action sanitaire et sociale). Pour trouver l’adresse de la DRASSS de votre région, utilisez un moteur de recherche.

    bruno Magliulo

  34. B. Magliulole 27 oct 2010 à 10:56

    Complément de réponse à Redouane

    Si votre but est, après vos études d’infirmier, d’exercer au Canada, vous avez intérêt à préparer le diplôme dans une école canadienne. Mais attention : ce diplôme ne sera pas officiellement reconnu si vous revenez ensuite en France. Par contre, après quelques années d’expérience professionnelle, vous pourrez revenir. La question ne se pose évidemment pas si vous restez au Québec.

    bruno Magliulo

  35. Mickaëlle 27 oct 2010 à 14:17

    Notre fils est actuellement scolarisé en seconde dans un lycée privé hors contrat de Lyon. Nous allons sans doute venir habiter paris en fin de l’actuelle année scolaire, et aurons donc à chercher une place dans un lycée parisien pour Mickaël.

    Est-il possible qu’il revienne dans un lycée public, sachant que nous souhaitons que ce soit dans le Quartier Latin où mon maei va sans doute travailler ?

    A qui devrons nous nous adresser pour les procédures d’inscription : au rectorat ? Directement auprès des responsables des lycées ?

    Merci d’avance pour vos précieuses réponses

    Ann, mère d’élève, Lyon

  36. Redouanele 27 oct 2010 à 22:45

    J’ai trouvé sur http://www.diplomes.umontreal.ca/
    plus précisément des science infirmier (http://www.scinf.umontreal.ca/) j’aimerai savoir comment ca se passe une fois par exemple mon bac st2s obtenue comment procéder pour les voeux, reconnaissance,voyage etc…
    Merci

  37. B. Magliulole 28 oct 2010 à 8:32

    Complément de réponse à Redouane

    J’ai trouvé un site plus complet sur le sujet qui vous intéresse que celui que vous évoquez : c’est celui de l’association des infirmiers et infirmières du Canada :

    http://cna-nurses.ca/CNA/nursing/becoming/international/default_f.aspx

    Vous y trouverez tout sur le métier, les perspectives de recrutement d’infirmiers au Canada, les études au Canada dans ce secteur, les formalités, etc….

    Bruno Magliulo

  38. B. Magliulole 28 oct 2010 à 10:02

    Réponse à Mickaël

    Le passage des élèves issus d’un établissement privé hors contrat, vers le secteur public est soumis à une règle nationale : il n’y a pas de droit de passage automatique, celui-ci est soumis à la réussite à un examen qui peut être organisé par le rectorat, ou qui se déroule au sein de l’établissement sollicité. Par “examen”, on n’entend pas forcément un examen traditionnel, mais une vérification d’aptitude dans les disciplines principales de la classe demandée, dont les formes peuvent ere variables d’un lieu à un autre.

    Il y a donc risque de refus, mais ça ne devrait pas être un problème si la scolarité suivie à Lyon cette année par votre fils donne de bons résultats scolaires.

    Pour les formalités d’accès à un lycée public, vous devez distinguer deux procédures différentes :

    1. La demande d’affectation, qui passe par les services de scolarité du rectorat. A Paris, puisque c’est là que vous allez arriver, c’est au 94 de l’avenue Gambetta dans le 19e arrondissement, métro station Saint-Fargeau sur la ligne 3 bis). Pour préparer cette démarche, vous aurez intérêt à vous connecter sur le site académique (www.ac-paris.fr) à partir du mois de janvier 2011. Vous aurez à remplir un dossier de demande d’affectation, et c’est le rectorat qui, sur la base de vos voeux, mais aussi en enant compte des places disponibles (venant du privé hors contrat, vous ne serez pas prioritaire) décidera quel sera l’établissement d’accueil.

    2. Les inscriptions proprement dites seront ensuite à faire auprès de l’établissement désigné par le rectorat.

    Concrètement, cela veut dire que vous risquez fort d’être déçu sur l’établissement, car bien entendu, puisque vous précisez que vous souhaitez un lycée public du Quartier Latin, vous aurez du mal à choisir celui que vous voulez, et même un risque que votre enfant soit affecté en dehors du Quartier Latin.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  39. Lisale 02 nov 2010 à 12:18

    Bonjour,
    Je suis en 2nd générale et j’aimerai savoir vu que je vais rester dans un lycée générale et passer un bac soit général ou technologique si après le bac par exemple je vais en bts ou à la fac etc… Si je vais travailler en animalerie en tant que vendeur,ou chef d’animalerie (du type botanic, ou autre) comment je vais faire,car j’aime les animaux et peut être je voudrais travailler dans une animalerie apres le bac sans passer par le bac pro technicien conseil en vente animalerie. Et en quoi consiste le certificat animalerie ou je ne sais quoi ?
    Merci

  40. B. Magliulole 02 nov 2010 à 15:55

    Réponse à Lisa

    J’avoue avoir un peu de mal à comprendre ce que vous me demandez.

    Il est clair que si vous voulez exercer en animalerie, vous devez vous former. Etant entrée en seconde générale, vous ne pouvez plus préparer le bac pro technicien conseil en vente animalerie. Iu alors, vous abandonnez le lycée général en fin d’année scolaire et vous revenez en seconde pro. Mais pour cette année scolaire, c’est trop tard.

    Quand en envisager d’aller vers ces métiers sans diplôme, ça n’est pas interdit bien sur, à la condition toutefois de trouver par vous même un employeur qui accepte de vous embaucher dans de telles conditions. Beaucoup d’animaleries ne demandent pas de diplôme et recrutent sur la base d’une passion des candidats pour le monde animal. Mais les temps sont difficiles concernant l’emmploi, dans ce secteur comme dans les autres.

    Cependant, si vous souhaitez vous installer à votre compte, il vous faudra obligatoirement avoir obtenu préalablement le “certificat de capacité”.

    Sachez qu’il existe un Syndicat interprofessionel des fabricants et distributeurs de produits et animaux familiers (PRODAF, 17 rue jaussen 75019 PAris, tel : 01 40 40 25 03 et www.prodaf.fr). Vous y trouverez tous les détails dont vous avez besoin.

    Conseil de lecture complémentaire : “Les métiers au contact des animaux et de la nature” (collection l’Etudiant, en librairie ou par l’Internet : www.letudiant.fr rubrique “librairie”)

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  41. Louisale 03 nov 2010 à 15:48

    Notre fille est actuellement en classe de seconde dans un lycée strictement général. Or, elle pense de plus en plus à demander en fin d’année scolaire son orientation vers une classe de première ST2S.

    Nous avions vu qu’il existe en seconde un enseignement optionnel d’exploration de “sciences médico-sociales” et avions demandé au professeur principal (de troisième) s’il est obligatoire de l’avoir choisi pour pouvoir demander ensuite à entrer en première ST2S. Il nous avait dit que non.

    Or, récemment, nous nous sommes rendus dans un CIO et là, nous avons eu un autre son de cloche : la conseillere d’orientation nous a dit que dans le lycée qui propose la filière ST2S dans notre ville, il y a priorité pour les élèves qui, en seconde, ont suivi cet enseignement d’exploration.

    Nous craignons d’avoir été entraîné à faire une grosse erreur de choix.

    Qui a raison : le professeur principal de l’année dernière, qui nous disait que cela n’avait aucune importance, ou la conseillère d’orientation vue récemment, qui nous dit le contraire ?

    Merci de nous répondre ca nous sommes très angoissés, et autour de nous, les avis sont très différents les uns des autres

    Louisa

  42. B. Magliulole 03 nov 2010 à 17:20

    Réponse à Louisa

    Je vais sans doute vous surprendre, mais les deux ont raison. Sauf que le premier (le prof principal) c’est en théorie, le deuxième (la conseillère d’orientation), c’est en pratique.

    En théorie, il n’est réglementairement pas obligatoire d’avoir suivi en seconde un enseignement d’exploration préparatoire à un parcours première/terminale (les “sciences médico-sociales pour le première ST2S) pour demander à entrer dans cette voie.

    Mais on constate que la plupart (parfois la quasi totalité, quand ce n’est pas la totalité), des élèves admis en première ST2S, ont suivi en seconde l’option d’exploration correspondante. Il y a donc bien une sorte de “préférence” pour ces élèves là.

    Cette deuxième position s’explique : le nombre des places disponibles en première ST2S n’est pas illimité. Cela dépend de la capacité d’accueil de l’établissement qui ne dispose généralement que d’une seule classe, donc de 35 places . Or, cette section n’est pas implantée dans tous les lycées, loin s’en faut, si bien que le nombre des candidats est généralement supérieur au nombre des places à prendre.

    Il en résulte que dans nombre de lycées proposant la filière ST2S, les professeurs ont tendance à privilégier les élèves qui sont passés par l’enseignement d’exloration de “sciences médico-sociales”, et ce parcequ’ils les connaissent, d’autant que cette option ne s’enseigne en général que dans les lycées qui ont cette filière. Ils ont donc pu les “tester”, non seulement dans cet enseignement, mais en tant qu’élèves. Ils savent donc bien à qui ils ont affaire, ce qui leur permet de faire du recrutement “à coup sur”. Par contre, les élèves venus d’ailleurs, n’ayant pour la plupart pas suivi cet enseignement optionnel, ont non seulement le handicap de ne pas avoir bénéficié de cette formation préparatoire (mais ce n’est pas le plus important : une heure trente par semaine, cela peut se rattrapper), mais de n’être pas connus par les professeurs qui ne peuvent alors juger qu’à travers le dossier scolaire (sauf lorsque, comme c’est le cas parfois, on convoque les candidats pour un entretien de motivation).

    Vous auriez eu avantage à lui faire suivre sa scolarité de seconde dans le lycée qui propose cette filière, et donc l’option correspondante.

    Mais il n’en reste pas moins que vous avez parfaitement le droit de mettre cette filière ST2S en premier voeu. Conseil pour que cette demande ait des chances d’être satisfaite : que votre enfant présente un bon bilan scolaire (en particulier en SVT et sciences économiques et sociales), et fasse d’ici le moment de sa candidature (avant Pâques), un stage de courte durée (sur temps de vacances scolaires bien sur), auprès d’un(e) professionnel(le) du paramédical (infirmière par exemple) ou du social (asistant des services sociaux par exemple). Cette démarche validera sa candidature aux yeux de ceux qui vont décider de retenir sa candidature ou pas. Conseil complémentaire : si le lycée dans lequel elle demande à préparer le bac ST2S organise des journées portes ouvertes, ne les ratez surtout pas !

    Dans le cas (que je ne vous souhaite bien sur pas) où votre fille ne serait pas admise en première ST2S, sachez que vous avez le droit de demander un redoublement volontaire en seconde afin d’y faire un parcours avec enseignement d’exploration de sciences médico-sociales. Je ne vous le recommande pas, parce qu’un redoublement, même volontaire, n’est jamais chose anodine, mais je le signale parce que c’est un droit.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Que faire avec un bac ST2S, STI, STL ?
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le voulez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  43. shoarkle 03 nov 2010 à 23:14

    bonjour je suis actuellement en classe de seconde général , avec un bon dossier a la fin de l’année il y aurait il possibilité de rentré en 2eme année bac pro commerce

  44. Mejdoulinele 03 nov 2010 à 23:28

    Bonsoir,

    Pour commencer je vous remercie pour votre réponse très satisfaisante, mais j’ai encore une question à vous poser.

    Voilà DUT GEA ou Tec de co, je ne sais pas quoi demander pour préparer au mieux mon concours parallèle en grandes École de commerce. Je sais que c’est deux formations différentes mais je veux choisir la voie qui m’amènera à la réussite.

    Merci par avance de vos réponses

  45. B. Magliulole 04 nov 2010 à 11:58

    Réponse à Shoark

    Pour entrer en seconde année d’une filière “bac pro commerce” (donc en première pro commerce), il faut au préalable avoir accompli une scolarité en seconde pro commerce. Ce n’est pas votre cas. Vous avez donc très peu de chance de trouver un lycée pro qui vous accorde une dispense de la seconde pro commerce, même avec un bon dosssier.

    C’est logique : vous serez alors passé à côté des enseignements professionnels, qui sont lourds en seconde pro, et très difficilement rattrapables. Le fait d’être porteur d’un bon dossier de seconde générale sera un avantage, mais ne changera rien à ce problème dud éficit de formation professionnelle.

    Vous avez donc trois statégies envisageables :

    1. Vous passez en première générale (de type ES par exemple), et vous opterez pour une formation commerciale ensuite dans l’enseignement supérieur)
    2. Vous demandez à passer en première technologique STG (spécialité “communication” de préférence) et vous ferez ensuite une form

  46. B. Magliulole 04 nov 2010 à 12:07

    Complément de réponse à Shoark

    Désolé, mais le début de ma réponse est parti sans que je la termine. Vocii la suite
    rivais donc que vous avez trois possibilités de recours envisageable :

    1. Passer en première ES et faire des études sup commerciales
    2. Passer en première STG et faire des études sup commerciales. Sachez qur ce point que le fait de ne pas avoir en seconde suivi l’enseignement d’exploration de “principes fondamentaux de l’économie et de la gestion” n’est pas une raison pour vous interdire l’accès à une première STG.
    3. Demander en fin d’année scolaire un redoublement volontaire en seconde pro commerce.

    Je serais vous, étant engagé en seconde générale depuis plus de deux mois, je choisirais l’une des deux premières formules, pour ne pas perdre un an, mais aussi pour vous former aux carrières commerciales à un niveau supérieur à celui d’un simple bac pro, ce qui est fravorable en terme d’accès au marché de l’emploi, et pour un bon déroulement de carrière.

    Mais c’est à vous de voir !

    Pour en savoir plus, dans la colecion L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée (pour comparer les filières pro, ES et STG)
    - Que faire avec un bac STG ?
    - Que faire avec un bac ES ?
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter (pour savoir comment on demande sa réorientation, comment on demande un redoublement volontaire, etc.)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le désirez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  47. B. Magliulole 04 nov 2010 à 12:17

    Nouvelle réponse à Medjouline

    Vous posez mal la question qui mérite d’être posée : on ne peut pas dire a priori que le DUT GEA est “supérieur” à celui de “techniques de commercialisation”, en terme de réussite potentielle. Les deux permettent de se présenter aux “concours parallèles” que nous évoquons.

    Vous devez choisir en fonction des contenus (qu’est-ce-qu’on y apprend ?) et des débouchés possible (notamment professionnels), qui ne sont pas exactement les mêmes. Quels sont vos préférences ? Vous seul pouvez répondre à cette question, car la réponse est en vous.

    Sachez que GEA c’est plutôt “, travail en bureau… tech de co c’est le comercial, donc plutôt la communication, le contact avec les clients, les langues étrangères, les étiers commerciaux …

    Mais encore une fois, dans les deux cas, vous pourrez frapper à la porte des grandes écoles de management des entreprises. Si ce sont des grandes écoles de commerce, tech de co est bien sur préférable. Si ce sont des grandes écoles plutôt tournées sur la gestion des entreprises, GEA est très bien

    Pour en savoir plus , dans la collection L’Etudiant :
    - “Pour quelles études êtes-vous fait ?” (avec des tests et des grilles d’auto analyse qui vous vons aider à savoir pour quels métiers vous êtes fait - gestion ou commerce par exemple ? - et donc quelles études (tech de co ou GEA par exemple)

    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me questionner à nouevau si vous le souhaitez

    Bion courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  48. shoarkle 04 nov 2010 à 20:42

    merci pour votre réponse complete :)

  49. Julienle 05 nov 2010 à 11:06

    Je viens de lire la question posée par Shoark, et votre réponse.

    Je voudrais évioquer mon cas personnel et le lui faire savoir car peut être y a t il une quatrième soluition, qui moi m’a réussi.

    J’étais en seconde générale et tecnologique il y a trois ans. J’ai très vite découvert que cela ne me convenait pas. J’ai alors repensé à l’enseignement professionnel, que j’aurais préféré, mais mes parents n’avaient pas voulu le demander quand j’étais en troisième alors que moi j’aurais préféré.

    J’ai fini par les convaincre que l’enseignement général ça n’était pas pour moi, et mon prof principal m’a aidé à les convaincre de l’intérêt d’une demande de réorientation IMMEDIATE en seconde pro industrielle.

    Cela s’est passé vers la mi octobre et j’ai pu être mis en contact avec les responsables du lycée pro voisin. Avec mes parents nous y avons été reçus. Après un entretien d’une demie heure, comme il restait des places, et que je leur ai paru motivé, ils ont accepté de me prendre, tout en m’obligeant à recebvoir quelques heures de cours supplémenaires de la part du prof de techniques industrielles qui m’a fait une sorte de remise à niveau.

    Ca a marché. Aujourd’hui je prépare en terminale pro un bac pro prodictique mécanique et ça marche bien.

    Si mon expérience peut aider Schoak a trouver sa bonne orientation …

    Julien

  50. B. Magliulole 05 nov 2010 à 11:46

    Réponse à Julien

    Merci d’abord Julien pour ce très intéressant témoignage, et cette volonté de venir en aide à Schoark. Je vais le lui faire savoir afin qu’il lise votre commentaire et ma réponse.

    C’est vrai que la réorientation en cours d’année de seconde est une quatrième possibilté que je n’ai pas évoqué, parce qu’à la date d’aujourd’hui (fin de première semaine de novembre), il s’est écoulé un mois de plus que pour vous lorsque vous avez négocié votre réorientation immédiate. Au plus le temps passe, au moins ce genre de pratique devient possible !

    Mais en effet, rien n’interdit à Schoark d’aller TRES TRES VITE , je dirai même TOUT DE SUITE, frapper à la porte d’un lycée pro qui dispose d’une classe de seconde commerciale, et de demander IMMEDIATEMENT sa réorientation vers cette classe.

    Il n’y a pas de règle générale en la matière : cela s’examine et se décide localement.

    Il faudra cependant que Schoark mette ses parents “dans le coup” , qu’il prépare une argumentation pour son éventuel entretien, et fasse accompagner sa démarche par un avis de son professeur principal (qui devra être porté sur le carnet scolaire ou dans un courrier).

    Autre chose que vous évoquez : vous aviez demandé une classe de seconde pro industrielle dans laquelle des classes étaient vacantes. Pour que Schoark ait une petite chance que cela marche, il faut évidemment que le lycée sollicité dispose encore d’au moins une place en seconde pro commerciale. Or, les classes de secondes pros commerciales sont nettement plus chargées que celles de seconde industrielle.

    En tous cas, encore merci pour ce témoignage, que je vais immédiatement invter Schoark à lire. Et surtout, bravo pour votre reconversion réussie

    bruno Magliulo

  51. Redouanele 14 nov 2010 à 19:23

    Apres longue réflexion je me sens complètement perdu.
    Je suis en 2nd Générale avec Ses + Santé social + Biotechnologie
    Et je sais pas du tout quel première choisir et ni quel métiers je penses à des métier du genre infirmier pendant une certaine époque après j’hésite et je renonce,partir à l’étranger.
    Pourtant j’ai cherché et cherché sur internet.
    Si je devrais procédé par élimination je garderai ces trois premières
    STL BGB,ST2S et Es. Mais je sais pas vraiment laquelle choisir et non plus quel métiers que me conseillez vous ?
    Aidez moi
    Merci :)

  52. B. Magliulole 17 nov 2010 à 9:03

    Réponse à rédouane

    Vous m’avez déjà posé de telles questions plusieurs fois : je comptabilise une bonne dizaine de connexions de votre part et autant de réponses détaillées de ma part.

    Je n’ai donc pas grand chose à ajouter à ce que je vous ai dit précédemment.

    Vous me demandez de vous conseiller des métiers ! C’est à mes yeux une très mauvaise façon d’aborder votre problème car c’est évidemment à vous de décider de votre avenir, pas aux autres à votre place, et surtout pas quelqu’un qui ne vous connait que très peu, et de très loin, et courrait donc un maximum de risque de vous donner un mauvais conseil.

    Partir à l’étranger n’est pas un métier. C’est une façon d’étudier puis de travailler, mais dans quoi ? La réponse est en vous.

    Encore une fois (cela doit bien faire trois ou quatre fois que je vous dis la même chose : ce sera donc la dernière en ce qui me concerne), avec une seconde profil SES + santé/social + biochimie, vous avez le choix entre une première ES (et vous reportez à dans deux ans le moment du choix d’une filièr’e professionnelle, ce qui pourrait vous satisfaire puisque vous n’avez actuellement pas encore de projet professionnel), ou une première ST2S (technologies de la santé et du socil) ou STL, qui sont des filières plus spécialisées, donc qui vous enferment plus qu’un bac ES dans certaines études et métiers .

    Mais c’est à vous de décider : personne ne le fera à votre place.

    Je vous ai déjà conseillé une méthode de réflexion à partir d’un livre que, j’espère, vous vous êtes procuré : Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse… y compris pour répondre à la question de savoir pour quels métiers vous êtes fait).

    Et vous pouvez utiliser le service “coaching orientation” (avec tests, entretiens individuels, documentation complémpentaire …) du service orientation de L’Etudiant (tel : 01 75 55 41 60).

    Siç vous ne travaillez pas sur vos questions, et vous contentez d’y penser, cela va devenir insupportable pour vous et surtout sans solution. Allez vers ces tests et cabinets conseils individualisés : vous trouverez les réponses que vous cherchez

    bruno Magliulo

  53. Valentinle 26 nov 2010 à 21:31

    Bonjour, je suis actuellement en 1ere S, seulement je dois me rendre à l’évidence que cette voie n’est pas faites pour moi, mes résultats sont médiocres alors que je fournis un important travail, je songe à me ré-orienter en STG mais je voulais savoir avant de faire ce choix si avec le bac STG je pourais envisager de rentrer à St-Maixent (pour devenir sous-off dans l’armée de terre) ou bien si il me faut un BAC général tel que S, ES ou L… Car si c’est le cas je pense que s’engager en tant qu’EVAT est la meilleure solution car la filière S ne me permettra pas d’avoir un bon dossier or le recrutement pour devenir sous-off se fais sur dossier, et je ne compte pas “m’engager” dans un BAC STG si avec celui-ci je ne peut pas intégrer l’armée de Terre directement sous-officier!

    Merci d’avance.

  54. B. Magliulole 29 nov 2010 à 11:54

    Réponse à Valentin

    Il est dommage que cette question ne vienne qu’en fin novembre, car il aurait été possible de négocier localement une réorientation (vers STG ou autre) immédiate si vous l’aviez demandé plus tôt. Là, avec bientôt un trimestre entier écoulé, ça devient peu envisageable : comment allez-vous faire pour récupérer le programme non suivi dans les enseignements technologiques, en économie et droit, en management des entreprises … ? Mais rien ne vous interdit d’en parler au professeur principal AVANT LE CONSEIL DE CLASSE (très important), et avec l’accord de vos parents bien sur. Il me semble cependant que ce serait moins compliqué pour une première ES, voire L.

    Sinon, le passage de première S en terminale STG , direct, sera évidemment difficile à envisager. Pour les mêmes raisons, et en pire car alors le rattrapage concernera une année entière ! Mais là encore, ça se négocie localement.

    Autre solution : demander en fin de première S un redoublement volonaire en première STG (car le passage en terminale S est automatique : on ne peut pas vous imposer un redoublement) ou vers une autre première (ES, L…)

    Est-ce qu’un bac STG est un bon choix pour une école militaire telle que celle que vos citez ? Je ne vous cache pas que la majorité des reçus au concours d’admission sortent des filières générales. Je serais vous, pour de telles études supérieures, je demanderai plutôt une réorientation vers ES.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac ES ?
    - Que faire avec un bac STG ?
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse)
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter (avec plusieurs articles sur les réorientations au lycée)
    - Les métiers de l’armée (y compris les formations)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  55. Valentinle 01 déc 2010 à 11:45

    Merci beaucoup pour ces informations, j’en ai parlé avec mon professeur principal qui lui même m’a dis qu’une premiere ES serais plutôt préférable… Je pense donc que je vais demander le redoublement en fin d’année.

    Encore merci.
    Valentin

  56. Valentinle 05 déc 2010 à 21:15

    Excusez moi de vous reposer une question, mais lorsque je présenterais mon dossier pour st-maixent tiendront ils compte de mon année de premiére S si je redouble et que je suit une filiére ES ou bien alors ils ne tiendront compte que de mon année de 1ere ES et de terminale ES?, car je pense que mon dossier de 1ere S pourrait présenter une certaine barriere à cette candidature, car les résultats ne sont pas bons et je voulais donc savoir si en demandant le redoublement en fin d’année et aprés la filiére ES, les résultats de 1ere S seront ils visibles sur mon dossier? (étant donné que l’admission à st-maixent se fais sur dossier…) Je pense que non mais je préfére etre sûr…
    Merci d’avance, Valentin.

  57. B. Magliulole 06 déc 2010 à 16:04

    Complément de réponse à Valentin

    l’Ecole Nationale des sous officiers d’active de Saint Maixant recrute de façon sélective. Elle le fait sur bonne condition physique générale + dossier + tests. La sélection a lieu toute l’année et concerne des jeunes âgés de 18 à 25 ans.

    J’ignore si, dans le dossier, ils exigent les bulletins de première et terminale ou de la seule classe terminale. A eux de vous le dire. Mais le plus souvent, c’est première + terminale.

    Pour en savoir plus : www.cofat.terre.defense.gouv.fr/Accueil/Decouverte/ODF/Initiales/ENSOA/

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  58. Redouanele 10 déc 2010 à 23:56

    Bonjour, après énièmes réflexions je pense maintenant être décidé.
    Je veux être infirmier. Je suis en 2nd générale avec Ses + Santé social + Biotechnologie et en plus l’enseignement santé social prépare au bac st2s (car il y’a deux bac STL et ses trois spécialités,et st2s) Donc je pense que je vais mettre st2s en 1er voeux et STL BGB en deuxième.
    Donc j’aimerai savoir quels sont les enseignements en Ifsi,comment on fait pour y rentrer ? que pense vous du bac st2s pour cette formation ? Comment sa se passe au niveau des épreuves bref m’éclairer sur le fameux ifsi dont nous parle les média.
    Merci

  59. B. Magliulole 11 déc 2010 à 14:02

    Réponse à Redouane

    L’admission en Instititut de formation aux soins infirmiers (IFSI) se fait sur concours. Il faut commencer par être bachelier. Le bac ST2S est une bonne façon de s’y préparer, mais ce n’est pas la seule voie secondaire. Il existe environ 300 IFSI en France.

    Les épreuves :
    a) épreuves écrites d’admissibilité : une épreuve de culture générale (1h30) sous forme d’un questionnaire à choix multiple, ainsi que des tests psychotechniques (1h30)
    b) épreuves finales d’admission (après un premier tri sur épreuves d’admissibilité) : un entretien de motivation devant un jury comosé de trois personnes (un infirmier soignant, un cadre infirmier, un enseignant de l’IFSI visé)

    Pour tout savoir sur ces concours, et la façon dont se déroulent les études, le mieux est de vous rendre aux journées portes ouvertes d’un IFSI de votre ville ou région. Si vous habitez l’Ile de France : il se tient ce week end un “salon des études paramédicales”, au parc des expositions de la Porte Champerret dans le 17e arrondissement. Vous saurez tout sur ce salon (horaires, conférences …) en vous connectant sur www.letudiant.fr (rubrique “salons”).

    Sinon, rendez vous au “salon de l’étudiant” de votre région. Si vous me dites dans quelle ville vous résidez, je peux vous communiquer les dates et l’adresse de ce salon. Vous y trouverez les IFSI de votre région.

    Pour en savoir plus, dans la collection des livres de L’Etudiant :
    - Paramédical, des métiers aux coeur de l’humain (avec toute une série de pages sur les IFSI et les métiers d’infirmiers)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    Bon coruage et bonne chance

    bruno Magliulo

  60. Redouanele 11 déc 2010 à 15:04

    Merci pour votre message,et moi j’habite dans le bas rhin à strasbourg

  61. B. Magliulole 13 déc 2010 à 12:35

    Complément de réponse

    Désolé, mais le salon de L’Etudiant de STRASBOURG a déjà eu lieu (le samedi 27 novembre). Mais vous avez le temps d’en trouver un autre, ou d’aller aux journées portes ouverets d’un IFSI

    Bruno Magliulo

  62. Melissale 28 déc 2010 à 20:04

    Bonjour, je suis en 2nd générale et l’année prochaine j’envisage de rentrer en STL biotech (car la section va être réformé,m’ont dit mes professeurs) et j’envisage apres ce bac de devenir vétérinaire mais en Belgique.Donc j’aimerai savoir les démarches à faire après le bac pour étudier dans une université française la médecine vétérinaire j’ai fais des recherches sur internet mais c’est très vague.J’ai entendu parlé d’un tirage au sort,en quoi ca consiste ?
    Donc j’aimerai savoir comment se déroule les études vétérinaires après le bac car je ne souhaite pas passer par la prépa TB qui est réservé au STL car les math sont trop présent (comme disait ma prof de bio).
    Voila merci

  63. B. Magliulole 31 déc 2010 à 14:13

    Réponse à Mélissa

    Un bac STL biotechnologies après votre seconde ? Pourquoi pas ?

    Pour devenir ensuite vétérinaire, il est vrai qu’en France, après un bac STL, c’est “opération quasi impossible” : les Ecoles nationales vétérinaires françaises (au nombre de quatre seulement dans tout le pays), recrutent uniquement sur concours à l’issue de classes préparatoires très difficles d’accès (les prépas BCPST), qui n’admettent pratiquement que des S). Quelques STL se glissent cependant dans ces écoles, via les prépas TB (technologies biolgiques) réservées aux STL. Mais vous pensez ne pas être au niveau à cause des maths. C’est peut être un peu tôt pour en être certaine/ Vous verrez une fois votre parcours première/terminale STL accompli.

    D’où l’attrait de la “filière belge” qui présente plusieurs avantages : moindre sélection à l’entrée, équivalence du diplôme à la sortie … Mais du coup, ces dernières années, devant le flux d’étudiants venus de pays francophones européens (France, Suisse …) à la recherche de filères considérées comme étant plus accessibles qu’en France et permettant d’atteindre le même objectif, les autorités belges ont été contraintes de fixer pour chaque filière ainsi demandée (dont celle que vous évoquez mais pas uniquement : c’est également le cas en médecine, pharmacie, dentaire, écoles paramédicales diverses …) un “numerus clausus”, un nombre de places maximum attribuées aux candidats étrangers (non belges). Comme ces derniers sont plus nombreux qu’il n’y a de places offertes, et qu’il est interdit de trier par concours dans ces filières (en Belgique), les autorités belges procèdent désormais par des tirages au sort.

    Concrètement, cela veut dire que vous ne serez pas certaine d’y être admise, et qu’il faudra bien que vous envisagiez, dans le cas où cette procédure ne vous serait pas favorable, de vous inscrire également à la filère française … Il sera alors toujours temps d’opter pour les études en Belgique (et de renoncer à vos inscriptions en France) si le sort vous est favorable.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - “Le guide de l’orientation au lycée” (tout sur le nouveau lycée, les liens entre les choix faits au lycée et les diveses possibilités d’études supérieures …)
    - “100 questions/réponses pour bien s’orienter” (avec plusieurs pages consacrées à la question des études à l’étranger, et tout un article intitulé “faire ses études supérieures en Belgique”)
    - “Pour quelles études êtes-vous fait ?”

    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  64. Francinele 01 jan 2011 à 12:00

    Mon fils est actuellement scolarisé en seconde générale et etchnologique. Il fait donc partie de la première promotion de ceux qui découvrent e lycée réformé.

    Il est désireux d’entrer en première STG en septelmbre prochain. Or, son professeur principal lui a dit que la réforme des premières STG était décalée d’un an par rapport aux autres sections. S’il entre en première STG en septembre 2011, il le ferait alors dans des classes qui, contrairement aux autres premières, ne seront pas réformées.

    Est-ce vrai ? Et si oui, pourquoi ce décalage d’un an qui ne concernerait alors que les premières (et je suppose, terminales ensute) STG ?

    Francine, mère d’élève

  65. B. Magliulole 04 jan 2011 à 18:40

    Réponse à Francine

    Le professeur principal de votre fils est dans le vrai : il y aura bien une réforme de la filière “première/terminale STG”, mais elle ne débutera qu’en septembre 2012 (pour les nouvelles classes de première STG), puis septembre 2013 (pour les nouvelles terminales.

    Il est vrai que pour la plupart des autres filières, la réforme se met en place un an plus tôt.

    L’explication tient au fait que l’actuelle filière STG a été réformée il y a relativement peu (quatre ans à peine), si bien qu’on a beaucoup hésité avant de décider de la réformer. Nombreux sont ceux qui auraient préféré qu’on la laisse prendre ses marques et qu’on n’y touche pas pour le moment. Le ministère de l’Education nationale a pris le temps de réfléchir, et a décidé de malgré tout la réformer. Mais du coup, cela se fera avec un an de retard sur les autres filières.

    Que cela ne vous inquiète pas trop, ainsi que votre fils : en tout état de cause, la nouvelle filière STG ressemblera très fortement à l’ancienne. Mais nul à ce jour ne peut vous dire en quoi consistera la réforme de cette voie d’études, le projet étant à l’étude au moment où je répond à votre question. On devrait avoir des détails à compter du printemps prochain.

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  66. Melissale 05 jan 2011 à 23:36

    Bonjour,
    j’aimerai savoir à quoi va servir la reforme du bac STL (plus précisément bgb) car je vais rentrer en 1er STL BIOTECHNOLOGIE l’année prochaine.Et j’aimerai savoir pourquoi a t elle été reformée ? Quels sont les avantages et inconvénients ? Et les enseignements j’ai entendu de mesure et instrumentation ! Quels sont ces nouveaux enseignements : vous pouvez me les citez m’en dire plus,pourquoi passer de 2 à 4h de math ! Et Est-ce que le bac sera plus “dur” ?
    Merci de m’éclairer :)

  67. B. Magliulole 10 jan 2011 à 17:43

    Complément de réponse à Mélissa

    Vous m’aviez précédemment posé une question sur la filère STL, et je vous ai répondu le 31/12. Je ne reviens donc pas, dans le cadre de ce complément de réponse que vous me demandez le 5 janvier, sur ce que je vous ai déjà dit dans cette première réponse

    Pourquoi la réforme du bac STL ? Il serait très, trop lon,g même, de développer ici une réponse complète à ce sujet, d’autant que la bonne question c’est de savoir pourquoi on a décidé de réformer TOUTES les filières technologiques (et pas uniquement la ST : STG, STI, STAV… aussi). Le but : que ces formations soient moins spécialisées (d’où le passage en STL de 3 spécialités à deux par exemple), plus polyvalentes, renforcées dans les enseignements généaux (avec moins d’enseignements technologiques), afun de mieux doter les élèves pour qu’ils aient plus de chances de réussir dans l’enseignement supérieur.

    Nul ne sait si ce pari sera réussi : il faudra attendre que plusieurs promotions de “nouveaux” bacheliers STL aient accompli dans le supérieur un parcours significatif. On ne le saura donc que dans quelques années ! Mais pour vous qui envisagez de faire des études supérieures après votre futur bac STL, cette réforme devrait aller dans le bon sens

    Quan,d à avoir les détails sur les programmes, les nouvelles grilles horaires, sachez que vous trouverez les informations que vous recherchez sur les sites suivants :

    www.letudiant.fr/etudes/lycee/bac-techno-13786.html
    www.genie-bio.ac-versailles.fr/spip/spip.php?article95

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  68. Juliele 11 jan 2011 à 19:47

    Bonsoir,
    Je suis actuellement en seconde générale de determination avec option latin que je comptais abandonner en première, et littérature et société en enseignement d’exploration.
    Suite à de nombreuses recherches, le domaine des arts appliqués m’interesse, notemment la comminication visuelle ou la publicité. Je voudrais savoir s’il est possible d’intégrer une première AA sans avoir suivi une seconde AA ou si je vais devoir redoubler ma seconde dans un établissement proposant l’option arts appliqués.

  69. Juliele 11 jan 2011 à 19:50

    Merci de m’éclairer sur le sujet car j’ai une année d’avance et je préfèrerais ne pas la perdre dans l’immédiat. Merci, bonne soirée

  70. B. Magliulole 12 jan 2011 à 11:55

    Réponse à Julie

    En principe, les voeux d’orientation de fin de seconde générale et technologique peuvent porter sur n’importe quel type de classe de première, indépendamment des choix d’enseignements d’exploration. Concrètement, cela veut dire que vous avez le droit de demander à entrer en première STD2A (sciences et technologies du design et des arts appliqués, même si vous n’avez pas opté pour l’enseignement d’exploration correspondant : “création et culture design”).

    Mais parmi les enseignements d’exploration, il en est de deux catégories : ceux qui ne durent qu’une heure trente par semaine (les sciences économiques et sociales, les principes fondamentaux de l’économie et de la gestion, méthodes et pratiques scientifiques, littérature et société, sciences de laboratoire, santé et social, biotechnolgues, etc.) et ceux qui ont des horaires nettement plus lours (3h par semaine en LV3, latun et/ou grec classique, … et même 6 HEURES PAR SEMAINE POUR “CREATION ET CUTURE DESIGN”).

    Il en résulte que dans la plupart des lycées qui proposent la filière STD2A, on considère qu’il y a une absolue priorité pour les élèves qui, en seconde, ont suivi l’enseignement d’exploration de “création et culture design”. Cela peut se comprendre : le programme de première est fondé sur une continuation du programme de seconde dans cet enseignement, et il ne parait pas possible de partir avec un handicap de 200h de formation sur l’année de seconde (6×36 puisque l’année scolaire fait 36 semaines environ), d’autant que cela se passerait dans une classe où la plupart des élèves auraient suivi cet enseignement d’exporation, enseignement de surcroit principal de cette filière. Ce serait faire courir un trop grand risque d’échec !

    Encore une fois, rien ne vous interdit de le demander, mais je vous conseille de mettre dans ce cas en second voeu, si vous confirlmez votre vocation, un redoublement volontaire en seconde, avec demande d’admission dans un lycée qui offre l’enseignement d’exploration de “création et culture design”.

    Attention : ces classes (seconde à enseignement d’exploration de “création et culture design” et première STD2A), sont très demandées, et relativement rares, donc sélectives à l’entrée. On n’est donc jamais sur d’y être pris : il est donc nécessaire de prévoir des voeux de recours, tel par exemple celui suggéé ci-après.

    Sinon il y a une autre issue : préparer un bac L option arts plastiques, et suivre une formation d’arts appliqués dans le supérieur ensuite, en faisant une année dans une classe de MANAA (classe de mise à niveau pour études en arts appliqués). Ce choix serait d’autant plus un recurs judicuex que, otre qu’il ne vous empêchera pas de faire des arts appliqués plus tard dans le supérieur, vous avez suivi en seconde l’enseignement d’exploration de “littérature et société”.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :

    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Le guide de l’orientation au lycée
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon curage et bonne chace

    bruno Magliulo

  71. Juliele 12 jan 2011 à 12:05

    Merci de votre réponse. Je sais qu’intégrer une première AA après une seconde générale sera difficile… Mais je n’ai pas vraiment envie de perdre mon année d’avance… Néanmoins merci de votre aide, je vais encore réfléchir sur le sujet.
    Julie.

  72. B. Magliulole 12 jan 2011 à 13:31

    Complément de réponse à Julie

    Je serais vous, je m’organiserai pour faire un stage en milieu “arts appliqués” d’ici le printemps (même court : une semaine durant les vacances de février par exemple), afin de crédibiliser votre candidature auprès du jury qui va décider de votre sort.

    Bon courage et bonne chane

    bruno Magliulo

  73. Alizéele 14 jan 2011 à 23:10

    Bonjour,
    je suis en 2nd generale et je fais l’option ses et santé social et biotechnologie dans un lycée près de marseille.
    Et je pense entrer en st2s l’année prochaine cependant j’aimerai savoir ce qui va changé avec cette fameuse réforme du lycée dont on nous parle sans informations.
    Donc j’aimerai savoir ce qui change au niveaux débouchés,horaires,programme,poursuite d’études,coefficient du bac. J’ai entendu que ce bac a deja été reformé,qu’est-ce qu’il a de plus ?
    Merci

  74. Cécilele 16 jan 2011 à 18:09

    Bonjour,
    Mon fils est actuellement en seconde générale. Suite à 2 stages effectués en restauration en 3ème (cuisine et patisserie), il semble vouloir s’orienter vers des études d’hotellerie (option cuisine). Nous avons trouvé cette décision un peu rapide et pas assez mature, donc nous n’avons pas pris des mesures adaptées dès la fin de la troisième. Seulement c’est un enfant qui s’épanouit dans des matières concrètes et dans les relations humaines. Selon les résultats du premier trimestre, il n’a pour l’instant pas le niveau pour continuer en première générale. Sauf si ces résultats s’améliorent nettement. S’il continue vers la voie générale et technologique, il devra après le bac faire un an de mise à niveau cuisine pour faire un BTS. Doit-on alors dès maintenant le réorienter vers un bac pro ou un bac technologique hotellerie. Quelle est la valeur du bac professionnel et quels sont les établissements recommandés dans le 94 ou à Paris? Merci de votre réponse.

  75. B. Magliulole 18 jan 2011 à 16:21

    Réponse à Alizée

    Pour la filière ST2S, il n’y aura guère de modification par rapport à ce qui existe aujourd’hui. Comme vos professeurs le savent, l’ancienne filière SMS a été réformée récemment (par création de la filière ST2S justement), si bien qu’il a pour le moment été décidé de ne pas la modifier à nouveau (au contraire des filières STI et STL qui seront modifiées dès la rentrée 2011). Vous entrerez donc dans la même première ST2S que vos camarades qui y sont actuellement.

    Une petite différence cependant : vous y aurez deux heures hebdomadaires d ‘ “accomagnement personnalisé” (comme en seconde), qui ne figuraient pas dans la ST2S jusque là.

    Quand aux débouchés, ils demeurent les mêmes, à cette nuance près qu’il vient d’être créé un nouveau BTS très fortement réservé aux bacheliers ST2S : le BTS “services et prestations des secteurs sanitaire et social” SP3S).

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire après un bac technologique
    - Pour quelles études êtes vous fait ?
    - Le guide de l’orientation au lycée (tout sur les nouvelles filières, y compris la votre)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez aps à me poser une atre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  76. B. Magliulole 18 jan 2011 à 17:01

    réponse à Cécile

    Le passage direct d’une seconde générale en première professionnelle hôtellerie-restauration, ou en première technologique du même secteur, est quasi impossible : ces filières sont rrop spécialisées dès la seconde pour permettre cela. Le choix d’y entrer se fait en fin de troisième.

    Mais rien n’interdit de solliciter d’entrer en seconde (pro ou techno) via un redoublement volontaire. Attention : ces classes étant sélectives, on n’est jamais assuré d’y être admis. Il faut donc envisager de préparer un autre bac et de n’entrer dans de telles filières professionnelles qu’après le bac.

    Il existe pour cela un très recherché BTS, et diverses écoles. Le plus souvent, ces filières ne sont accessibles directement en première année que pour les élèves qui se sont dotés d’un bac pro ou techno de ce secteur. Pour les autres, cela n’est pas impossible, mais via une “classe de mise à niveau” si bien que le BTS se prépare en trois ans au lieu de deux. Bacs conseillés dans ce cas : ES ou STG.

    Bien sur, il existe des écoles qui n’exigent pas l’année de mise à niveau. Elles sont toutes privées et fort coûteuses.

    Les écoles les plus réputées sur ce secteur en Ile de France : à Paris, lycée Albert de Mun (privé), lycée Guillaume Tirel (public), lycée Médéric (public), lycée Jean Drouant (public), école Grégoire Ferrandi (chambre de commerce et d’industrie). En banlieue : lycée public du Gué à Tresmes (Congis sur Thérouanne dans le 77), lycée hôtelier public de St Quentin en Yvelines (78), lycée public René Auffray à Clichy (92), Lycée privé St Pierre (Brunoy, 91), lycée public François Rabelais à Dugny (93)… et divers autres

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - 100 questions-réponses pour bien s’orienter (et se réorienter)
    - Le guide de l’orientation au lycée (pour tout savoir sur les bacs pros et technos de ce secteur)
    - Les métiers de l’hôtellerie et de la restauration (avec les formations)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    n’hésitez pas à me poser une autre question si vous le désirez

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  77. martine-aissaouile 18 jan 2011 à 22:25

    Mon fils Amaury passe en 3ème l’année prochaine, il est bon en math, en physique, en techno et en informatique. Quelle orientation peut-il prendre en sachant qu’il voudrait travailler l’électricité, l ‘électrotechnique, la techno et l’informatique, évidemment, dans les branches qu’il préfère.
    Merci pour votre réponse.
    SALUTATIONS LES MEILLEURS.

  78. martine-aissaouile 18 jan 2011 à 22:43

    J’attends une réponse sur mon mail, je pense qu’il y a une solution, afin de ne pas se tromper d’orientation pour Amaury.
    Une seconde générale suivi de l’orientation vers un bac STI ou un bac technologique pour la pratique en alternance tout en travaillant l’intellectuel ? Merci, de me répondre au mieux étant seule avec mon fils vous me seriez d’un grand secours pour gagner du temps et satisfaire les voeux de mon fils. Il le mérite. SENTIMENTS LES MEILLEURS.

  79. B. Magliulole 19 jan 2011 à 10:32

    Réponse à Martine Aissaoui

    Si votre fils est soucieux de pouvoir éventuellement travailler dans ce secteur d’activité après son bac, sans forcément faire pour cela des études supérieures (mais tout en se ménégaeant la possibilité d’en faire), il a intérêt à viser un baccalauréat professionnel (en trois années après la classe de troisième) et donc à entrer en seconde professionnelle d’un lycée professionnel. Il en existe plusieurs qui pourraient l’intéresser (compte tenu de ce que vous écrivez) : électronique/énergie/équipements communicants, industries des procédés, maintenance des équipements industriels, maintenance des matériels de travaux publics, maintenance des systèmes mécaniques automatisés, maintenance des véhicules automobiles, maintenance nautique, microtechniques, pilotage des systèmes de production automatisés, productique mécanique, systèmes électroniques numériques, etc. Il pourra éventuellement compléter cette formation par un BTS ou un DUT.

    S’il préfère aller vers le marché de l’emploi au terme d’un parcours (court ou long) dans le supérieur, alors il a deux voies possibles dans le second degré :

    1. Une seconde générale avec enseignement optionnel d’exploration de sciences de l’ingénieur, suivie d’un bac S “sciences de l’ingénieur”. Il poura ensuite faire une grande école d’ingénieurs, ou suivre un parcours master en sciences de l’ingénieur à l’université, ou préparer un BTS ou un DUT des secters qui l’intéressent.

    2. Une seconde à enseignement optionnel d’exploration de “sciences de l’ingénieur” ou “”création et innovations technologiques”, suivie d’une entrée en première STI (sciences et technologies industrielle) avec spécialité “système d’information et numérique” (il y a trois autres spécialités, mais nettement moins préparatoires aux secteurs d’activité que vous définissez). Après ce bac STI : BTS, DUT, écoles d’ingénieurs, masters sciences de l’ingénieur … Attention : la filière STI actuelle va être réformée à la rentrée 2011. les intitulés actuels ne sont donc pas ceux que votre fils connaîtra s’il opte pour cete voie. La spécialité que je signale correspond à la nouvelle filière STI.

    Ces choix sont évidemment à faire en fin de classe de troisième. Attention : tous les lycées ne proposent pas ces diverses spécialités. certaines (notamment en lycée professionnel) sont rares, et donc difficiles d’accès, ou pourraient poser des problèmes d’éloignement géogaphique, selon l’endroit où vous vivez.

    Quand à l’dée de préparer un diplôme par l’alternance, pourquoi pas ? Mais cela n’est envisageable que pour des formations professionnelles : les bacs professionnels, les BTS, IUT, écoles d’ingénieurs … Par contre, les bacs technologiques (le STI par exemple) étant fondamentalement “polvvalents et généralistes”, il n’est pas possible de les préparer par l’alternance.

    Pour en savoir plus, dans la collection des livres de L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée (de la troisième à l’après bac) : tout sur les nouvelles filières professionnelles, technoloiques et générales, des lycées réformés
    - Que faire après un bac technologique ?
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Bien choisir sa formation par l’alternance ou l’apprentssage
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le sohaitez

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  80. Louisle 07 fév 2011 à 16:39

    Mon fils est actuellement scolarisé en seconde dans un lycée public de la banlieue parisienne. Son actuel bilan scolaire est jugé “convenable” par ses profs, alors que je me rend bien compte qu’en fait, il a accumulé de terribles lacunes qui, de mon point de vue, ne sont pas graves au point de lui barrer une orientation vers une première technologique , mais lui interdisent d’entrer en premièr ES ou S.

    Si le conseil de classe, malgré notre intention de demander une première S ou ES en premier voeu, l’oriente vers une première technologique sans que nous l’ayions dmandé :

    1. Est-ce un droit du conseil de classe que d’imposer ainsi une orientation vers une classe non demandée ?

    2. Si oui, avons nous, en tant que parents, des recours pour contester une telle décision éventuelle ?

    3. Que pensez vous de l’idée de demander un redoublment volontaire en seconde plutôt que d’accepter l’orientation non désirée ?

    Merci de bien vouloir nous répondre assez rapidement car nous allons devoir nous décider d’ici moins d’un mois (en remplissant une fiche d’orintation avant le conseil de classe de début mars.).

    Louis, père d’élève, Besançon

  81. B. Magliulole 07 fév 2011 à 16:56

    Réponse à Louis

    Question 1 : Oui, le conseil de classe a le droit de prendre une telle décision.

    Question 2 : Mais vous disposez d’un droit d’appel. Attention : vous aurez “trois jours francs” (comme dit le texte réglementaire), pour exprimer votre demande de recours devant une “commission d’appel”. Ces trois jours s’entendent “après réception de la notification écrite de la décision d’orientation de l’établissement” (qui doit ^tre transmise et signée par le chef d’établissement).

    Question 3 : Le redoublement volontaire en seconde est envisageable, mais doit être soumis à une décision du chef d’établissement, sur avis du conseil de classe. C’est à examiner en première étape avec le professeur principal, mais je vous conseille d’attendre pour en discuter que le conseil de classe du deuxième trimestre se soit réuni et vous ait fait part de sa “décision provisoire” d’orientation, au regard des “voeux provisoires” que vous allez exprimer dans quelques semaines.

    Globalement, je trouve que vous vous précipitez quelque peu. Le deuxième conseil de classe ne prend aucune décision définitive : au deuxième trimestre, vous exprimez des voeux provisoires, on vous fait part de son appréciation provisoire. Ensuite, il y a un troisième trimestre dit de “dialogue”, au cours duquel des progrès attendus peuvent avoir été signalés qu’il faudra accomplir si vous persistez dans votre intention de demander en premier voeu une orientation vers un première ES ou S. Autrement dit, à ce stade de l’année scolaire, rien n’est définitivement joué. C’est le troiisième conseil de classe qui prend la décision finale, susceptible d’appel.

    Dernier conseil : avant de rejeter a priori une proposition d’orientation vers une première technologique, discutez en avec le professeur principal, d’autres professeurs, en famille … Ca peut conduire à de belles réussites un bac techno !

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée
    - Que faire avec un bac technologique (parution fin dévrier/début mars)
    - 100 questions/réponses pour bin s’orienter (avec des articles sur le droit d’appel, le droit (et les risques) du redoublement volontaire, etc.

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonn chance

    bruno Magliulo

  82. sabrinale 09 fév 2011 à 14:32

    Bonjour a tous ! je voudrais savoir quel filliére faut il choisir aprés la seconde général pour devenir Décoratrice et Architecte d’intérieur?
    j’ai fais plusieurs recherches à ce sujet mais cependant je ne trouve aucune réponse à mes questions.
    Mes résultats scolaires sont moyens, mais j’ai un vrai dont pour tout ce qui concerne l’art. Aprés la 3éme , je voulais intégrer une école d’art sur partenay mais mon dossier a été refusé du faite que ma moyenne général été de 11,3 sachant que pour intégrer cette école il faut avoir en minimum 14 à 15 de moyenne général.
    Merci de bien vouloir me rèpondre très vite!

  83. Severinele 13 fév 2011 à 15:09

    Bonjour,
    je suis en 2nd général et je fais ses santé social et biotechnologie.
    J’ai anglais en lv1 et allemand en lv2.
    Je suis intéresser par les métiers paramédical (du genre technicienne d’analyse bio medicale,infirmiere,manipulatrice en radiologie,diététicienne etc..).Je ne sais pas encore si j’irais en 1er st2s ou STL biotechnologie et notre professeur principal nous a dis que si on allez en 1er st2s on peut arrêter sa deuxième langue (ca tombe bien parce que j’ai des difficultés en allemand) et j’aimerai savoir déjà si c’est le cas en 1er STL biotechnologie en plus y’a eu la réforme quels sont les changements ?
    Et en deuxième points j’aimerai savoir si c’était mieux d’allez en st2s ou en STl biotech pour les métiers paramédical ?
    Voila merci, j’espère avoir réponse à toute mes questions
    Et a bientôt.

  84. B. Magliulole 14 fév 2011 à 13:09

    Réponse à Sabrina

    Il y a pourtant un parcours d’études très recommandé : entre en seconde générale et technologique, mais dans un lycée qui offre l’enseignement d’exploration de “création et culture design” (6h par semaine), et bien sur, opter pour cet enseignement au choix. Puis, obtenir une orientation vers une première STD2A (sciences et technologies du design et des arts appliqués), puis termibnale STD2A et réussir ce ba. Ensuite, demander et obtenir (sélection sur dossier) une admission en BTS “agencement de l’environnement architectural”, ou encore le BTS “design d’espace” ou dans une école d’arts appliqués offrant cette spcialisation.

    Les élèves qui ont prépéré le bac STD2A sont a

  85. B. Magliulole 14 fév 2011 à 13:18

    Suite de la réponse à Sabrina$

    Les élèves qui ont préparé et réussi le bac STD2A sont absolument prioritaires pour l’admission directe dans ces formations, et l’entrée en première STD2A est réservée aux élèves ayant suivi une scolarité comprenant en seconde l’enseignement optionnel d’exploration de “création et culture design”. Problème : les lycées qui offrent cette formation (option “création en culture design” en seconde + filière STD2A) sont relativement rares, et font de la sélection à l’entrée (il y a généralement plus de candidiats que de places). Important : vous rendre aux journées portes ouvertes de l’un de ces lycées, et si possibe, faire avant d’exprimer votre candidature un stage dans le milieu du design et des arts appliqués.

    Si vous passez par un autre parcours d’études secondaires, il n’est pas strictement interdit de demander à entrer ensuite dans ces formations supérieures, mais vous ne serez d’une part pas prioritaire (ce qui réduit fortement vos chances d’y être pris), et en outre, vous serez obligée de passer d’abord par une année de “mise à niveau en arts appliqués” (MANAA).

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée (de la troisième à l’après-ba)
    - Pour quelles études êtes-vous fait ?
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Les métiers de la création et du design
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  86. B. Magliulole 14 fév 2011 à 17:51

    Réponse à Séverine

    Avec les enseignements optionnels d’exploration que vous avez choisis en seconde, vous avez en effet le choix entre une première STL et une première ST2S.

    Le problème vous concernant est que selon le choix que vous ferez, certains des métiers que vous citez seront accessibles après des études supérieures spécialisées, d’autres seront définitivement inenvisageables. Ainsi, par exemple, si vous optez pour ST2S, vous pourrez envisager les carrières paramédicales que vous citez (infirmière, diététicienne, manipulatrice en électroradiologie …), mais ne pourrez plus envisager de devenir ensuite analyste bio médicale, métier pour lequel il faut passer par STL. Et inversement bien sur !

    Autrement dit, vous devez faire un choix en précisant d’abord quels sont le ou les métiers que vous visez en priorité.

    Par ailleurs, il est vrai que les séries technologiques vont être réformées :

    1°) En ce qui concerne la série STL, qui conservera son nom, il n’y aura plus, à partir de la rentrée 2011, que deux spécialités (au lieu de trois) : “biotechnologies” ou “sciences physiques et chimiques en laboratoire”. 2 langues étrangères obligatoires. Si vous choisissez d’entrer en STL, ce sera la votre.

    2°) En ce qui concerne la ST2S (”sciences et technologies de la santé et du social”), elle ne sera réformée (avec deux langues étrangères obligatoires) qu’à partir de la rentrée 2012 (avec un décalage d’un an donc par rapport à la réforme de la voie STL). Pour vous qui allez entrer dans cette classe (si vous la choisissez) qu’en septembre 2011, ce sera donc l’ancienne, et votre chance est qu’en effet, une seule langue étrangère y est obligatoire (alors que deux le seront à partir de la rentée 2012 dans la nouvelle voie ST2S), ce qui tombe bien pour vous qui désirez arrêter l’allemand.

    Mon conseil, compte tenu de tout ce que vous écrivez, est donc que vous optiez plutôt pour la voie ST2S… sauf bien sur si votre cible professionnelle prioraitaire est le métier d’analyse bio médicale.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac STL/ST2S/STI ?
    - Pour quelles études êtes-vous fait ?
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à e poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  87. jeremyle 02 mar 2011 à 12:31

    Je suis actuellement scolarisé en classe de seconde générale et technologique où j’ai pris les enseignements d’exploration de “principes fondamentaux de l’économie et de la gestion” et de “sciences économiques et sociales”.

    Je sais que normalement, je suis destiné à plutôt m’orienter vers une premère STG ou ES, mais je ne sais pas trop quelles sont les différences entre les deux. Pouvez-vous m’éclairer ?

    Jérémy

  88. B. Magliulole 02 mar 2011 à 15:02

    Réponse à Jérémy

    Le bac ES est général, celui de STG est technologique. Cela veut dire que même si le point commun est la forte référence aux enseignements économiques, ces deux filières n’offrent ni le même contenu d’études, ni les mêmes débouchés.

    Pour ce qui est des contenus, partez du principe qu’un bac ES, comme tout bac général, n’est composé que … d’enseignements généraux. Il y a bien sur des enseignements généraux en STG, mais ils sont d’esprit différent (moins théoriques, moins abstraits, plus axés sur l’univers professionnel de référence). Par exemple, en, anglais, c’est moins “Shakespeare dans le texte”, et plus de l’anglais des affaires. Mais surtout, leur part est moindre en STG, au profit d’un module d’enseignement technologique à volume important qui n’existe pas en ES. Quand aux enseignements économiques, très axés sur “l’économie appliquée au monde des entreprises” en STG, il est nettement plus pluridisciplinaire (économie + sciences politiques + sociologie + histoire économique et sociales …) en ES.

    Pour ce qui est des débouchés, si dans les deux cas une large majorité de ces bacheliers passe dans le supérieur (un bac technologique ne doit surtout pas être confondu avec un bac professionnel), on observe que près des trois quarts des STG optent préférentiellement pour des filières professionnelles courtes (BTS surtout, IUT dans une moindre mesure), une minorité s’insérant dans des filières universitaires ou de type “grandes écoles”, c’est l’inverse pour les ES, qui sont les trois quarts à entrer en fac, en prépa ou en grande école à recrutement niveau bac !

    Pour en savoir plus, dans la collection ‘Etudiant :
    - Que faire avec un bac ES ?
    - Que faire avec un bac STG ?
    - Le guide de l’iorientation au lycée
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le désirez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  89. Cécilele 07 mar 2011 à 17:29

    Bonjour, j’étais hier au salon de l’Etudiant à Paris qui m’a donné beaucoup d’idées pour les années à venir peut etre même trop. Actuellement en classe de seconde avec comme enseignements d’explorations “PFEG”, “Latin” et “SES”. J’apprécie particulièrement les deux matières économiques. J’ai 13 de moyenne générale. Il faut que je fasse un choix entre une première ES ou S. Depuis la troisième je voulais faire une première ES car il me correspond vraiment: maths, langues, SES…
    Plus tard j’aimerai faire une prépa économique. Ma question est: faut il faire un bon bac ES ou un bac S moyen?
    D’avance merci.

  90. B. Magliulole 08 mar 2011 à 11:47

    Réponse à Cécile qui réfléchit au choix entre une première ES ou S

    Avec le profil que vous avez en seconde , vous pouvez en effet demander les deux voies (ES et S), et donc se pose pour vous le problème de savoir vers laquelle de ces deux voies porter votre choix.

    Si je m’appuie sur ce que vous écrivez, à savoir que vous avez opté pour les deux enseignements économiques, que vous aimez ces enseignements (que l’on ne trouve pas en S), que vous êtes attiré par des disciplines comme les sciences économiques et sociales, les langues et les maths, et que vous désirez faire ensuite une classe préparatoire économique et commerciale (CPGE EC), il semble bien que vous auriez intérêt à demander faire un parcours première/terminale ES.

    Bien sur, en optant pour un bac S, vous pouvez également entrer ensuite en classe prépa EC, mais vous devrez pour cela, comme en ES, “sortir du lot”, c’est à dire avoir accompli un franchement bon parcours d’études en première puis terminale (car il y a sélection sur dossier pour l’admission en CPGE. Objectivement, d’après la description que vous faites de vos résultats scolaires, des matières que vous aimez et dans lesquelles vous avez de bons résultats, vous donnez le sentiment d’avoir plus de chance d’y parvenir en ES qu’en S.

    De plus, en S, vous ne bénéficierez pas de l’enseignement de sciences économiques et sociales que vous rempacerez par une forte dose de physique/chimie et SVT … qui ne vous serviront guère pour les études supérieures que vous visez.

    Mais attention : seul le bac S vous permet A LA FOIS, d’envisager des études supérieures comme celles que vous décrivez, et d’éventuelles études scientifiques si vous changez d’avis. En d’autres termes, en entrant en ES, vous renoncez définitivement à toute intention de faire ensuite des études supérieures scientifiques. Est-ce bien le cas ?

    Pour nourrir votre réflexion, je vous invite à consulter les ouvrages suivants, publiés dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée (tout sur les nouvelles filièers du lycée réformé)
    - Que faire avec un bac ES ?
    - Que faire avec un bac S ?
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à m’adresser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  91. lucasle 08 mar 2011 à 15:51

    Notre fils est scolarisé en seconde dans un cours pruvé hors contrat situé à Lyon. Nous pensons (parce que des professeurs nous l’ont fait savoir) que l’on ne va pas lui accorder le passage en première S que pourtant, il désire très fort, et nous aussi. Les profs de physique-chimie et maths nous ont prévenu qu’ils allaient donner un avis négatif, malgré mes résultats corrects dans la plupart des autres matières.

    J’ai plusieurs questions à vous poser :

    1) Est-ce qu’avec ces deux avis négatifs le passage en 1e S est absolument impossible, sachant qu’il a 6 / 20 en physique et 7/20 en maths, mais 13/20 en SVT, 12 et 14 en langues 1 et 2, 14 en français, 13 en histoire-géo ?

    2) Si le conseil de classe décrète son admission dans une première L ou ES (dans son établissement scolaire il n’y a que des voies générales), avons-nous le droit de demander à redoubler volontairement pour être en meilleure positiion pour avoir S un an après ? Que pensez-vous d’une telle stratégie ?

    3) J’ai, dans un de vos livres, vu qu’il existe une “commission d’appel” auprès de laquelle nous aurions le droit de faire une sorte de recours en cas de refus de la décision d’orientation me concernant. De quoi s’agit-il ? Comment cela se passe t il ?

    Merci d’avance pour vos conseils très attendus

    Lucas, père d’élève

  92. B. Magliulole 08 mar 2011 à 16:02

    réponse à Lucas

    Il existe en effet un droit à solliciter du conseil de classe un redoublement volontaire plutôt que d’accepter la décision d’orientation exprimée par le conseil de classe, ainsi qu’un droit d’appel de la décision d’orientation devant une “commission d’appel” extérieure à l’établissement … mais je suis au regret de devoir commencer par vous dire que vous ne pouvez en bénéficier, votre enfant étant scolarisé dans un établissement privé hors contrat d’association avec l’Etat. Les textes réglementaires qui établissent ces deux droits ne concernant que les usagers des établissements publics et privés sous contrat.

    Croyez bien que je le regrette pour vous , mais c’est ainsi !

    Cependant , sachez qu’autant vous ne pourrez pas recourir à la “commission d’appel”, autant vous pourrez, si telle est votre volonté, solliciter des responsables de l’établissement privé hors contrat fréquenté le redoublement volontaire que vous envisagez. Ce ne sera pas un “droit”, mais une simple possibilité que le chef d’établissement, sur avis de son équipe de professeurs, est en liberté d’accorder ou pas. Cela peut donc se négocier, et cela se passe structement au niveau de l’établissement.

    Attention cependant : un redoubleent volontaire n’aura de sens que si votre fils parvent à augmenter sigifix

  93. B. Magliulole 08 mar 2011 à 16:10

    Complément de réponse à Lucas

    Désolé : mon message réponse est partu avant que je ne le finisse. oici la suite manquante :

    Je disais donc qu’un redoublement volontaire n’aura de sens que si votre fils parvient à augmenter significativement ses résultats dans les deux disciplines où il est défaillant (maths et physique-chimie), tout en maintenant (et si possible augmentant) ses résultats dans les autres disciplines. Bref : on attend de lui en 2011-2012 un résultat significativement supérieur à celui obtenu en 2010-2011, sinon, son redoublement sera considéré comme étant un échec, et il n’aura pas l’orientation désirée vers S.

    Dernière observation : sur la base de son bilan scolaire actuel, il semble plutôt avoir un profil L ou ES que S ! Pourquoi vouloir faire S à tout prix, alors qu’il a de mauvais résultats dans des disciplines importantes pour espérer pouvoir correctement y réussir ?

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Pour quelles études êtes vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  94. chapartle 09 mar 2011 à 17:55

    Bonjours je voulais savoir si c’était possible de passer d’une seconde générale et technologique (j’ai fait des stages en cuisine dont 3semaines dans un étoilé) à une 1ere professionnel diplome de cuisine.

    Merci

  95. Franckle 10 mar 2011 à 0:29

    Bonjour,
    Je suis garçon en 2nd général,je fais comme enseignements d’exploration : pfeg,santé social et biotechnologie.Depuis la 3eme je me documente,dans les bibliothèques,les sites sur l’orientation,au cdi enfin bref un peu tout et un domaine a l’air de me plaire le domaine paramédical.Je n’ai pas le niveau pour un bac S et franchement ça me n’intéresse pas, trop de math et de physique.Moi mon truc c’est la biologie,surtout la biologie humaine parce que la géologie bof quoi ^^,ma prof de santé social m’a conseillé d’allez en 1er st2s car je me débrouille plutôt bien dans sa matière et en biologie.Donc voila j’aimerai savoir que pensez vous de ce bac ? les débouchés,les métiers qu’on peut faire : infirmier a l’air d’être un chouette métier mais tout le monde dis que c’est un métier pénible,pas valorisé,pas bien payé etc.. parce que je veux quand même un salaire assez bon ^^ et des possibilités d’évolution et sans routine,répétitions…Et c’est vrai qu’il y’a plein de filles en st2s,j’ai un peu peur si j’suis le seul gars.Et quel est le programme du bac st2s enfin m’éclairez sur tout sa.
    Merci (pas la peine de m’envoyez des liens type onisep,cidj et tout ^^ j’ai déjà tout vu).

  96. B. Magliulole 10 mar 2011 à 11:56

    Réponse à Chapart

    Le plus souvent, la réponse serait négative : la seconde générale et technologique est trop différente de la seconde professionnelle pour permettre une admission directe en première pro en dispense de la seconde pro. Le plus souvent, cela se fait donc par un retour vers une seconde professionnelle.

    Mais les chefs d’établissements disposent d’une large liberté de manoeuvre en la matière, si bien que cela est négociable. Bien sur, le bilan scolaire accompli en seconde G et T sera pris en compte (et donc l’avis de son actuel conseil de classe demandé), mais sur la base du profil particulier que vous décrivez (un élève ayant fait des stages dans le milieu professionnel du bac pro visé), cela mérite d’être envisagé, d’autant qu’il y aura sans doute un entretien de motivation. A vous, dans ce cas, de repérer le ou les établissements auxquels vous comptez vous adresser, et de demander (vite car les décisions d’orientation de fin de seconde seront prises dans moins de trois mois) qu’on examine votre voeu d’orientation.

    Mais il existe une alternative que vous n’évoquez pas : le bac technologique (et non professionnel) hôtellerie-restauration, avec possibilité de continuation vers un BTS ou une école. Y avez-vous pensé ?

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - “Le guide de l’orientation au lycée” (tout sur les filières conduisant aux nouveaux bacs professionnels, technologiques et généraux, ainsi que sur leurs débouchés dans le supérieur)
    - “100 questions-réponses pour bien s’orienter” (avec vos droits d’appel, de réorientation, de redoublement volontaire, etc.)
    - Les métiers de l’hôtellerie et de la restauration” (y compris les formations)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à m’envoyer une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  97. B. Magliulole 10 mar 2011 à 13:16

    Réponse à Franck

    Dommage que vous ne vouliez pas (ou ne puissiez pas ?) préparer un bac S car vous auriez eu ensuite un vrai boulevard vers des études supérieures en biologie. Mais je comprend ce que vous écrivez.

    Le bac ST2S est une bonne alternative, surtout si vous envisagez d’entrer ensuite dans un Institut de formation aux soins infirmiers (IFSI), avec 35000 places à prendre chaque année, donc des épreuves de sélection très abordables, et de vrais débouchés à la sortie. Métier difficile ? Oui bien sur : on y est confronté à la maladie, la souffrance des gens, leur désespoir parfois, à la mort … Il faut être psychologiquement fort pour vivre dans un tel univers professionnel. Mais quel plus beau métier que de participer en équipe, avec des médecins, d’autres spécialistes paramédicaux, à sauver des vies, à guérir. Si vous aimez vous occuper des autres, c’est une superbe idée.

    Idée qui ne vous interdira pas, lorsque vous serez en terminale, de penser à d’autres débouchés si vous changez d’avis : les carrières sociales par exemple. Par contre, pour être clair, sachez que pour les autres écoles paramédicales, sans bac S on n’a presque aucune chance, meme avec une année de remise à niveau après le bac.

    Et oui, la fiilières ST2S est majoritairement (pas totalement) peuplée de filles, et la profession d’infirmier est surtout une profession d’unfirmières. Mais qu’est ce que cela a de dérangeant ?

    Avez vous songé au bac STL ? C’est une autre façon de préparer un bac technologique de nature biologique (en optant pour le première STL biotechnolgies qui est créée à la rentrée 2011 dans le cadre de la réforme du lycée

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le désirez

    Pour aller plus loin, dans la collection l’Etudiant :
    - Que faire avec un bac technologique ?
    - Pour quelels études êtes vous fait ?
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  98. Samle 12 mar 2011 à 20:12

    Bonjour , j’aimerais savoir ce que l’on peut faire comme métier avec un Bac STL ?

  99. kellyle 12 mar 2011 à 20:53

    bonjour je suis en seconde general et technologique et cela ne me plait pas du tout je pensais me reoriente dans un bac pro restauration mais j avoue avoir peur de ne pas etre accepter .
    comment cela ce passe pour une reorientation ? et surtout est ce possible ?

  100. loule 13 mar 2011 à 21:28

    bonsoir,je suis actuellement élève de troisième je souhaite depuis assez longtemps devenir sage-femme c’est un métier qui me passionne énormement. Tous le monde me dis que pour devenir sage -femme il faut que je façe un bac S hors j’ai des difficultées en maths et en physique et sachant que j’ai déjà redoubler ma quatrième. J’aimerais savoir si il est possible que je passe par un bac technique pour y acceder ?

  101. Estherle 13 mar 2011 à 23:05

    Bonjour.
    je suis actuellement en classe de seconde générale, et je suis en recherche (assez désespérée)d’une première qui me plaise.j’ai lu vos réponse et les trouve vraiment utiles et pertinentes,pouvez vous en faire autant pour moi?
    voilà,rapidement, mon profil : j’aime le français (14 de moyenne),l’anglais(14,5)ainsi que l’espagnol,l’SVT également et l’histoire géographie.je n’aime pas les maths.Je pratique également la danse et la musique.j’aime la plupart du temps être en contact avec les gens.et (détail important je pense) j’ai tellement apprécié le voyage scolaire de l’année dernière(grande-bretagne) que je rêve de voyage fréquemment.
    je raye doc une 1S.déjàs.
    voilà, pouvez-vous m’éclaircir?
    merci d’avance.

  102. B. Magliulole 14 mar 2011 à 11:32

    Réponse à Sam

    Un bac technologique n’est pas fait pour une insertion professionnelle immédiate (contrairement à un bac professionnel). En tant que tel, la réponse est donc : aucun (sauf exception bien sur).

    Par contre, un bac techno tel que STL (mais c’est également vrai pour les autres bacs technologiques), c’est fait pour entrer dans l’enseignement supérieur : BTS analyse de biologie médicale, bioanalyses et contrôles, biotechnologies, diététique, métiers de l’eau, qualité dans les industries alimentaires, analyses agricoles biologiques et biotechnologiques, opticien lunetier, traitement des matériaux, contrôle industriel et régulation automatique, techniques physiques pour l’industrie et les laboratoires, etc., DUT génie biologique,génie chimique, génie des procédés, génie thermique et énergie, etc. , certaines écoles paramédicales (technicien en analyses biomédicales, manipulateur en électroradiologie …), etc. certaines écoles supérieures (telles l’Ecole supérieure technique de laboratoire de Paris, l’Institut des métiers et etchnologies des produits de la santé de Tours, l’Ecole supérieure de techniciens biochimie-biologie, etc. et même des études en université (sciences du vivant, de chimie, de physique… voire certaines écoles d’ingénieurs.

    Attention : les débouchés ne sont pas structement identiques selon la spécialité de STL choisie.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac technologique ?
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  103. B. Magliulole 14 mar 2011 à 12:37

    Réponse à Kelly

    Sauf cas particulier, le passage direct d’une seconde générale et technologique en première professionnelle restauration n’est pas possible, sauf si vous avez opté pour une seconde technologique hôtellerie-restauration, ce qui n’est pas votre cas. n’ayant pas suivi en seconde l’enseignement professionnel à horaire lourd, on estime que vous ne pouvez vous remettre à niveau.

    Par contre, rien ne vous interdit de préférer un redoublement volontaire en seconde pro restauration, plutôt que de passer en première générale ou technolgique.

    Mais attention car il y a pour cela deux conditions :

    1) Un avis fravorable de votre actuel conseil de classe
    2) Un avis favorable de l’établissement professionnel sollicté.

    Et comme vous le dites vous même : il y a un risque que votre candidature n’y soit pas acceptée, surtout si votre bilan actuel de votre seconde générale et technologique n’est pas bon.

    Attendez vous en outre à ce que les responsables de la section professionnelle restauration vous demandent à venir les rencontrer pour un entretien de motivation. Il faudra donc préparer votre argumentaire à l’avance.

    Mes conseils :

    1) Commencez par demander (ainsi que vos parents) à être reçu par les responsables de la seconde pro restauration que vous visez
    2) N’hésitez pas à frapper à plusieurs portes
    3) Informez votre professeur principal de votre seconde actuelle de votre démarche et discutez-en avec lui
    4) Ne vous contentez pas de demander à entrer en seconde professionnelle restauration. En cas de refus, il faudra bien que vous en passiez par une première économique (ES ou STG) et ce sera en passant dans l’enseignement supérieur, donc après le bac ES ou STG, que vous rejoindrez une formation à la restauration si vous confirmez alors ce choix d’orientation.

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée (de la troisième à l’aprèsbac)
    - 100 questions-réponses pour bien s’orienter (avec en particulier vos droits en matière de re redoubleent volontaire, les possibiltés de réorientation …)
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec tests et rilles d’auto analyse)
    - Les métiers de l’hôtellerie et de la restauration
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  104. B. Magliulole 14 mar 2011 à 13:42

    Réponse à Lou

    Le métier de sage femme est un métier médical qui suppose obligatoirelment que l’on ait atteint le diplôme d’Etat qui se prépare en quatre ans dans des écoles supérieures spécialisées installées dans des universités de santé. Or, pour pouvoir préparer les épreuves (très scientifiques) de ces concours, il faut OBLIGATOIREMENT être étudiant en première année de santé : sage femme récame donc cinq ans (1 + 4) d’études supérieures réussies. Le concours est terriblement sélectif (dix candidats pour une place en moyenne) et ne laisse passer que de très bons anciens bacheliers S, ayant en plus accompli un très bon parcours en première année de licence de santé.

    Je suis donc hélas contraint de vous dire qu’avec un bac technologique (de type ST2S) vous n’avez pratiquement aucune chance !

    Donc, pour vous, de deux choses l’une :

    1°) Ou vous finissez par parvenir à vous mettre au niveau requis pur réussir un bac S (vous avez toute l’année de seconde générale et echnlogique pour voir cela), et cela deviendra envisageable

    2°) Ou, au terme de cette seconde que vous allez vivre l’an prochain, vos devez passer (ou choisissez de asser) par un autre bac, plus adapté à votre rofil, et il faudra renoncer à l’idée de devenir sage-femme, mais rien ne vous interdira de faire (après un bac ST2S par exemple), des études supérieures paramdéicuales (d’infirmière par exemple), qui vous permettront de travailler en milieu hospitalier si c’est votre vocation.

    Pour aller plus loin, dans la collection l’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée (de la troisième à l’aprèsbac)
    - Pour quelles études êtesèvous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse)
    - Réussir ses études de santé
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  105. B. Magliulole 14 mar 2011 à 15:50

    Réponse à Esther.

    Compte tenu du profil que vous décrivez , je crois que vous avez raison de ne pas envisager de demander à passer en première S. Reste donc, puisque vous semblez désirer préparer un bac général, à choisir entre une première L ou ES.

    Sachez d’ores et déjà que dans les deux cas, les SVT se réduiront à peu de choses en première, et à rien en terminale. Il vous faudra donc abandonner un enseignement que vous aimez bien. Mais vous conserverez tout le reste des matières que vous dites apprécier et réussir.

    Si je raisonne sur le problème que vous semblez avoir en mathématiques (matière que vous dites ne pas aimer), vous devriez aussi renoncer à la voie ES dans laquelle cet enseignement est obligatoire. Mais c’est un enseignement beaucoup moins volumineux et moins abstrait qu’en S… et fort utile pour bien des débouchés dans l’enseignement supérieur.

    Et c’est pourquoi je suis conduit à vous conseiller la filière L, en procédant en grande partie par élimination des matières que vous n’aimez pas. Vous y retrouverez à bon niveau les matières que vous appréciez le plus (français, LV1 et 2, histoire-géo), entrerez dans une filière qui, dans le cadre de la réforme du lycée, est fortement “internationalisée”, ce qui devrait vous convenir. Et vous pourrez après ce bac vous diriger vers des études supérieures à vocation internationale (langues, traduction, interprétariat, tourisme, hôtellerie, droit international, etc.)

    Et rien ne vous empêchera de continuer à pratiquer la danse et la musique.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse)
    - Que faire avec un bac L ?
    - Que faire avec un bac ES ?
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    PAr l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  106. A.Filipale 15 mar 2011 à 12:11

    Bonjour,
    Actuellement en 2nde et ayant choisi de poursuivre en L, on me conseille de m’orienter vers STG, ou de redoubler ma 2nde alors que je souhaite faire des études dans le journalisme. D’après tout ce que j’ai lu sur STG (plus axé sur l’économie, la gestion, le commerce, la finance, les assurances…), rien à voir avec les études envisagées d’autant plus que mon problème majeur sont les maths. Je suis meilleure en langues et en français, même si mon niveau en français est loin d’être bon. J’ai même pensé à prendre en option une 3ème langue, pour me donner plus de chances de réussite au bac. Ceci étant, mon établissement semble vouloir m’orienter vers une filière technologique dans laquelle je ne m’y retrouve pas. Après ce type de BAC, il me semble plus difficile de trouver une FAC/ECOLE qui veuille m’accepter pour faire des études dans le journalisme. Si je dois quitter mon établissement actuel, je souhaiterai faire un bac plus en rapport avec les études que je souhaite poursuivre et surtout qui puisse me permettre d’accéder aux Ecoles/Facs qui enseignent dans ce domaine. Je vous avoue que je suis perdue et ne sait pas à quels établissements m’adresser. Puis-je aussi demander à mon actuel établissement (s’il ne veut pas me garder), de m’orienter vers un autre établissement en 1ère L(générale)? Merci de me répondre, m’indiquant toutes les possibilités envisageables (écoles, choix types de bac). Pour info j’habite dans le 94. Dans l’attente de vous lire.

  107. B. Magliulole 15 mar 2011 à 18:59

    Réponse à A. Filipa

    Il faut partir des règles du jeu : vous avez parfaitement le droit, avec vos parents, d’exprimer le ou les voeux d’orientation post seconde que vous voulez. Et si vous confirmez que dans votre esprit c’est première L, faites le !

    Par contre, c’est le chef d’établissement, sur avis du conseil de classe du troisième trimestre,, qui a le pouvoir de décision, et ils peuvent :

    1) Vous imposer un redoublement
    2) Vous orienter vers une première, même si vous ne le souhaitez pas (une STG par exemple).

    Si vous n’obtenez pas satisfaction, et que vous n’acceptez pas la décision d’orientation vers STG s’il se confirme que c’est dans trois mois ce qui sera décidé :

    1) Vous avez un premier droit qui est de faire appel de la décision d’orientation prise au niveau de votre établissement, et de soumettre à une “commission d’appel” extérieure, le soin de prononcer un arbitrage qui, s’il vous donne raison, s’imposera à votre établissement.

    2) Et si la “commission d’appel” (si vous y avez recours), ou après la décision du conseil de classe si vous n’usez pas du droit d’appel, confirment une orientation vers une classe de première STG, vous avez un aure droit qui est de préférer un redoublement volontaire plutôt que d’accepter l’orientation ainsi imposée.

    Vous aurez d’autant plus de raisons d’agir ainsi qu’en effet, après un bac STG, vos chances de pouvoir être admise dans une formation reconnue au métier de journaliste, est extrêmement modeste, alors qu’elle est beaucoup plus forte après un bac ES (surtout), L ou S… donc un bac général.

    Vous pouvez bien sur chercher à changer d’établissement, mais la décision que prendront le chef d’établissement et le conseil de classe de vore lycée actuel s’imposera à tout autre lycée public ou privé sous contrat. Impossible donc d’espérer pouvoir entrer en première L (ou ES) du lycée Machin, si vous avez été orientée en STG dans le lycée Trucmuche !

    Suggestion : un redoublement volontaire en seconde pour vous renforcer, avoir l’orientation souhaitée en première, faire un bon parcours en 1e/terminale, et parvenir à faire les études supérieures que vous envisagez … n’est-ce pas préférable à un passage dans une première non désirée, qui vous empêchera très probablement d’accéder aux études supérieures que vous envisagez de suivre ? Parlez-en en famille. Maisb faites attention à ne pas vous reposer sur vos lauriers si vous redoublez : un redoublement volontaire n’est généralement considéré comme étant réussi que si l’élève redoublant obtien AU MOINS 2/20 de moyenne en plus !

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - “Le guide de l’orientation au lycée” (pour comparer STG, ES, L …)
    - “100 questions/réponses pour bien s’orienter” (tout sur vos droits en matière d’appel, de redoublement volntaire, etc.)
    - “Les métiers du journalisme” (avec les formations)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une aure question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

    PS : Est-il inimaginable de penser que d’ici le conseil de classe du troisième trimestre, vos résultats vont suffisamment s’améliorer pour que le conseil de classe change d’avis par rapport à aujourd’hui ? Après tout, le point de vue du conseil du deuxième trimestre n’est qu’un “avis provisoire”.

  108. Micheltexle 19 mar 2011 à 15:17

    Mon fils est actuellement scolarisé en seconde générale et techno. Il a opté pour les enseignements d’exploration de SES + PFEG.

    Il hésite enre demander à s’orienter vers une première STG et une premère ES. Mais le professeur principal nous a dit que la réforme du ycée sera appliquée en première à la rentrée prochaine, en ES, mais pas en STG , classe pour laquelle il y a un différé d’un an semble t il !

    Est-ce vrai ? Est ce que cela veut bien dire que s’il entre en première STG, mon fils sera scolarisé dans l’ancienne première STG, alors qu’en ES ce serait dans une classe réformée.

    Michel

  109. B. Magliulole 21 mar 2011 à 9:53

    Réponse à Micheltex

    Il est vrai que la réforme de la filière STG est différée d’un an et ne commencera donc en première qu’à la rentrée 2012 (alors que pour les autres, et notamment la ES que vous évoquez, c’est dès septembre 2011). Cela revient à dire que s’il opte pour la première ES, votre fils entrera dans une filière nouvelle (par rapport à celle qui existe aujourd’hui), alors que s’il opte pour la première STG, il fera partie de la dernière promotion des STG “ancienne formule”.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée (tout sur les nouveaux itinéraires de formation)
    - Que faire avec un bac ES ?
    - Que faire avec un bac technologique ?
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (ubrique “librairie”)

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  110. sylvettele 23 mar 2011 à 15:36

    bonjour,
    l’ an dernier mon fils a passé son année de seconde sans travailler, il ne savait pas ce qu’il voulait faire et ne se plaisait pas dans son lycée.
    cette année, il redouble en internat puisque la section envisagée (STL: suite à un stage, il s’intéresse à l’optique) ne se fait pas dans notre académie. cette situation a été dure pour lui et le travail s’en est ressentie.
    bref, il n’est pas du tout sur qu’il puisse intégrer une 1 STL.
    à la fin du second trimestre, on lui a parlé de bac pro.
    est ce un avis définitif, ou le troisième trimestre peut il être décisif ?
    je vous avouerai que par chez nous, les avis du 2 eme trimestre sont quasiment toujours maintenu.

    cordialement,

  111. Constantele 23 mar 2011 à 19:01

    Bonsoir Monsieur,

    Dans votre réponse du 17 mars vous évoquez la réforme de la filière STG à intervenir pour les classes de 1ères, en 2012 : connait on déjà les grands principes de cette réforme ?

    Quand on a fait une bonne terminale STG, est ce que l’on ne s’ennuie pas après en école de commerce lorsque l’on en intègre une ? car les programmes de STG sont ceux des écoles de commerce finalement, à ceci près que l’obligation de choix actuelle, dès la classe de première STG, entre “Gestion” ou “Communication” entraîne l’absence de formation à la gestion pour les élèves Communicatiopn et vice versa.

    Quel est le format des prépas commerce passant par Khâgne : quel est le profil intellectuel et professionnlel des ENS Cachan ?

    merci Monsieur pour votre remarquable outil de dialogue et d’information,

    cordialement,

  112. B. Magliulole 24 mar 2011 à 11:09

    Réponse à Sylvette

    Je suis très surpris que vous me disiez que dans votre académie, il n’existe pas d’offre de préparation au bac STL. C’est certes un bac relativement rare, mais pas à ce point. Etes-vous sure de ce que vous dites ? Avez vous consulté l’ONISEP ou lu la brochure ONISEP de votre académie (Après la classe de seconde, sans doute disponible au centre de documentation de votre lycée, ou dans un CIO ou via le professeur principal ou sur le site www.onisep.fr), qui dresse la liste des établissements publics et privés avec tous les bacs préparés, les langues offertes … Si vous ne trouvez pas, dites moi dans quelle académie vous vivez et je ferai une rapide recherche pour vous dire si ce que vous dites est vrai. J’ai un gros doute ! Mais peut être avez vous raison !

    Par ailleurs, je ne vois pas pourquoi, pour aller vers l’optique, vous optez pour un bac STL, alors que le bac STI (spécialité “innovations technologiques et éco-conception”) est plus indiqué (en ce qui concerne les bacs technologiques bien sur), à la condition bien sur de faire après le bac une formation spécialisée en génie optique (ça existe) ou un BTS “opticien-lunetier”. Comme son nom l’indique, un bac STL prédispose à se diriger vers les métiers des laboratoires, pas de l’optique.

    Bien entendu, l’avis donné par le conseil de classe du deuxième trimestre est “provisoire”. Cela signifie que la décision finale est prise par le chef d’établissement sur avis du dernier conseil de classe de l’année scolaire. Cependant, il faut alors que le troisième trimestre soit un trimestre de réelle compensation des résultats jugés insuffisants jusque là. Il est clair que si ces résultats sont jugés TRES INSUFFISANTS, il n’y a guère de chance que le seul troisième trimestre suffise à redresser la barre. Dans ce cas, il y a fort à craindre que la décision finale confirmera l’avis provisoire émis en fin de deuxième trimestre. Si par contre ils sont simplement INSUFFISANTS, et de préférence pas dans toutes les matières, alors on devrait vous dire clairement dans quelles disciplines il faut que votre enfant progresse, et dans quelle proportion, pour espérer pouvoir recevoir un avis favorable pour l’orientation demandée (le professeur principal est mandaté pour vous expliciter tout cela). Mais il est vrai que le lycée peut prononcer un avis de réorientation vers une seconde professionnelle. A cet égard, sachez qu’il existe un baccalauréat professionnel “optique-lunetterie”, mais qui est encore plus rarement implanté que le bac STL … On ne sait jamais : il existe peut être une telle formation dans votre région ?

    Sachez cependant que si la décision d’orientation prise au niveau de l’établissement ne vous convient pas, vous avez le droit de faire appel de cette décision auprès d’une “commission d’appel”. Il existe un autre droit mais que je ne vous recommande pas compte tenu du fait que votre fils a déjà redoublé une fois sa seconde : c’est le droit à un (mais une seule fois) redoublement volontaire plutôt que d’accepter une orientation vers une classe de première non désirée.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter (avec des pages consacrées à vos droits d’appel, de redoublement volontaire, la différence entre un bac pro et un bac techno, etc.)
    - Que faire avec un bac technologique (les débouchés des bacs STL, STI …)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  113. B. Magliulole 24 mar 2011 à 12:02

    Complément de réponse à Constante

    Hélas non : à ce jour, rien d’officiel n’a été communiqué par le Ministère concernant les travaux du groupe chargé de concevoir la réforme de la filière STG qui se mettra en place en première à la rentrée 2012, puis en terminale en septembre 2013 (avec un nouveau bac STG en 2014 donc). Il est cependant annoncé que cela devrait être publié “avant la fin de l’actuelle année scolaire”. Vous n’aurez alors qu’à vous connecter sur le site du ministère : www.education.gouv.fr

    “Est-ce que quand on a fait une bonne terminale STG, on ne s’ennuie pas en école de commerce” ? J’avoue être assez sidéré par cette interrogation tant il ne s’agit vraiment pas de la même chose, même si, bien sur, les acquis du bac STG feront que les élèves admis dans de telles écoles auront parfois le sentiment d’être sur “un terrain qu’ils ont commencé à découvriri au lycée” :

    1. D’abord, en école de commerce, on prépare fondamentalement à l’emploi, alors que ce n’est pas le cas d’un bac STG qui reste très “généraliste”

    2. Il en résulte que l’ancien bachelier STG (ou autre), va y découvrir avec des horaires importants et une formation très concrète , des enseignements de nature professionnelle (en techniques commerciales, marketing, ressources humaines, comptabilité/finance, etc.) qu’il n’a jamais vu que de très loin en STG, et avec un approfondissement et une dimension professionnelle qui n’a rien à voir

    3. On forme à des niveaux très supérieurs : les écoles de commerce sont avec délivrance de diplômes à bac + 3, + 4, + 5 ou plus.

    4. Il en résulte que la qualification professionnelle que ces diplômes certifient (voir le “répertoire national des certifications professionnelles”), fait de ces écoles de formations de niveaux II ou I, alors qu’un bac techno STG c’est “niveau IV”, donc deux crans au dessous.

    5. Enfin, je ne sais où vous avez vu que “les programmes de STG sont les mêmes que ceux des écoles de commerce”. Bien sur que non : non seulement il y a des enseignements nouveaux qu’ils n’ont amais suivis au lycée, mais surtout, même si certains “thèmes” sont intitulés de la même façon, ils sont appréhendés de façon très différente. Sinon, pourquoi ces écoles nécessiteraient-elles pour certaines cinq années d’études supérieures … si c’était por refaire ce qu’on croit avoir déjà acquis au lycée en deux ans ?

    C’est un peu comme si vous me demandiez si les STG qui font des études de droit en fac ne s’y ennuient pas au prétexte qu’il en ont fait au lycée, et pas les autres bacheliers. Si c’était vrai, comment expliqueriez vos qu’en fac de droit, moins de 15% des STG parviennent à la licence (alors qu’ils réussissent bien en écoles de commerce), alors que c’est le cas pour 65% des bacheliers généraux… qui n’ont pourtant jamais fait de droit avant d’entrer en fac !

    Pour en savoir plus, dans la colection l’Etudiant :
    - Que faire avec un bac technologique ? (tous les débouchés du bac STG)
    - Bien choisir son école de commerce
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me demander autre chose si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  114. Estherle 25 mar 2011 à 22:33

    merci beaucoup.votre avis me conforte dans mes choix, je pense donc choisir une 1L.Reste a choisir le lycée dans lequel je vais l’effectuer(mon lycée actuel a beau être génial,il ne propose pas de bac L).La période des portes ouvertes débutant, je pense essayer d’en faire le plus possible.est-ce la meilleur solution pour se renseigner ou y a t-il un moyen plus simple(sans déplacement)?.Merci.

  115. Djouherle 26 mar 2011 à 19:56

    Bonjour, je suis en 2nd générale et technologique, je n’ai jamais redoublé. Je voudrai faire un bac st2s mais mes notes son trop faible… A mon conseil de classe on ma mie redoublement mais je ne veut pas redoublé!
    je voulais savoir si se serait possible de me faire réorienter vers un bac pro ASSP ? si je me fait réorienté l’année prochaine est ce que je devrait refaire une seconde ou aller directement en premiere? Merci

  116. B. Magliulole 28 mar 2011 à 11:06

    Réponse à Djouher

    La réorientation d’une seconde générale et technologique vers une seconde professionnelle (donc en redoublant) est envisageable, mais doit se faire avec un double évais favlorable : celui du conseild e classe de votre actuel établissement, et celui de l’établissement d’accueil. Par contre, on ne passe quasiment jamais de seconde générale et technologique en première professionnelle.

    La démarche consistera alors pour vous à rechercher les adresses des lycées professionnels offrant la formation que vous recherchez, de demander à y être reçu (si possible avec au moins un de vos parents), et à préparer cet entretien au cours duquel il faudra bien sur que vous explicitiez votre motivation. Pour votre info, ce nouveau bac pro (accompagnement et services à la personne), devrait être logiquement installé dans des lycées qui usque là, proosaient une formation au BEP carières santaires et sociales qu’il a remplacé. Pour les adresses des lycées pros qui le propsoent : le CIO (ecnre d’information et d’orientation) le plus proche, ou www.onisep.fr

    Bien entendu, vou demandez à être reçu par votre professeur principal pour évoquer ce projet de réorientation.

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudant :
    - Le guide de l’orientation au lycée
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bn courage et bonne chance
    Bruno Magliulo

  117. B. Magliulole 28 mar 2011 à 13:40

    Complément de réponse à Esther

    La meilleure façon de se renseigner est d’aller au CIO (centre d’information et d’orientation) le plus proche de votre établissement, et de vous procurer la brochure académique de l’ONISEP (”Après la classe de seconde”) qui est gratuite (on la trouve dans les centres de doc des lyéces, auprès du prof principal, dans les CIO, téléchargeable sur le site www.onisep.fr …), comporte toutes les listes et adresses des établissements, et surtout, lycée par lycée (public et privé sous contrat), la liste des bacs préparés, les options disponibles, etc.

    Car vous n’entrerez pas seulement en première L, vous aurez à choisir entre divers enseignements au choix qu’il faut bien comparer (car tous les lycées ne proposent pas tout). Il est en effet nécessaire, en plus des matières qui sont dans le tronc commun, que vous choisissiez un “enseignement obligatoire au choix” qui peut être un enseignement artistique (musique ou arts plastiques ou théâtre ou cinéma-audiovisuel ou histoire des arts…) , ou latin ou grec classique ou LV3, ou approfondissement en LV1 ou LV2, ou maths. Rechercherez vous une première L à profil “maths” ou LV3 ou latin o arts plastiques … Ce choix, c’est à vous de le faire, en recherchant les lycées qui proposent cet enseignement qui, encore une fois, n’est pas disponible partout.

    Attention : cet “enseignement obligatoire au choix”, que vous devez obligatoirement choisir, ne doit pas être confondu avec les enseignements optionnels facultatifs qui peuvent s’ajouter, mais que l’on a le droit de ne pas suivre.

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  118. Josselinle 29 mar 2011 à 18:20

    Bonjour
    Je suis élève en 2nd: j’ai des notes correctes (12.5 en ES; 12 en L; et 11.5 en S). mes choix et mes goûts me dirigent depuis longtemps vers une 1ère ES. je souhaiterai faire une prépa après mon bac. J’adore l’économie, l’histoire; j’aime les langues et le français; et je travaille mes maths. je n’aime pas du tout la physique, et je supporte la svt! Donc jusqu’à lors, pas de probleme sur mon orientation: la filière ES était pour moi! Sauf qu’arrive la réforme. de ce que j’en sais et après les conférences à mon lycée, je ne retrouve plus du tout la ES: les horaires pour les langues ont fondu (déjà que le niveau n’est pas très élévé!!); il n’ y a plus la spé maths qui me semblait si important pour une prépa; je retrouve de la physique (Grrr..), et les options sont art, sport, grec et latin!!
    Quant à la L, il y a des langues, des maths spé et les options sont LVI renforcée, cours en langue étrangère… Mais voila , il n’y a pas d’ éco! de plus, si j’ai un niveau correct en français, je n’excelle pas. pour être franche, je trouve la L drolement bien mais est ce suffisant pour “blinder” un dossier en prépa. et l’éco??
    je ne sais plus quoi faire? de plus, j’ai encore en tête la réputation de la L pas toujours la meilleure (surement à tord) mais est-ce un renouveau pour elle? et la ES ne va t-elle pas prendre le relais en terme d emauvaise réputation. car finalement, les scientifiques se voient confirmer dans leur choix scintifiques avec une S et de supers options; la L devient un super choix pour la culture gé, et les langues, consolidée par des maths relevés; et la ES, il y a un saupoudrage de matières, de la physique à l’art en passant par le latin, tout et rien de profond. que dois je faire? je persiste en Es et ma passion pour l’éco au risque d’avoir une formation bien légère pour une prépa? ou je choisis la L, j’abandonne l’éco; au risque d’avoir un bac plus moyen en terme de résulats (je n’excelle pas en français , alors la philo??). merci de vos conseils avisés.

  119. B. Magliulole 30 mar 2011 à 11:48

    Réponse à Josselin

    C’est vrai que les trois filières générales (ES, L et S) changent à partir de la rentrée prochaine, dans le cadre de la réforme du lycée. Mais changement n’est pas bouleversement : vous retrouverez ce qui fait les grandes caractéristiques de chacun de ces bacs, et des parcours première/terminale qui y conduisent.

    Il est cependant vrai que la ES n’est plus vraiment ce qu’elle était, notamment avec la disparition de son profil “enseignement de spécialité en maths ou approfondissement en langues ou en SES”. Mais la S avec la disparition de l’enseignement obigatoire d’histoire-géo en terminale n’est guère mieux lotie !

    En fait, compte tenu de votre projet, vous avez deux options :

    1°) La filière ES telle qu’elle se présente désormais. C’est vrai que pour une prépa économique et commerciale il est dommage qu’il n’y ait plus la possibilité d’approfondir les maths, mais partez du principe que si vous bossez pour avoir une bonne moyenne, cela reviendra au même. Et vous ferez bien sur un important volume de sciences économiques et sociales, avec la possibilité en terminale de choisir un enseignement de spécialité en sciences économiques. Quand aux langues, ça peut se travailler dans un cadre non strictement scolaire (pour faire de l’approfondissement) : centre culturel étranger, observation régulière de chaînes étrangères sur le cabe ou par satellite, lecture de presse étrangère, etc.

    2°) La filière L, mais avec un profil maths (par le choix d’un enseignement de spécialité de maths de trois heures par semaine, en première puis terminale). A la sortie : vous pourrez demander à entrer dans une prépa économique et commerciale option économique , mais aussi en prépa littéraire (et il est possible à partir de là d’envisager les concours littéraires pour les grandes écoles de management des entreprises, de commerce, etc.). Mais il est vrai que dans ce cas, vous ne ferez plus de sciences économiques et sociales, ce qui est bien dommage , et pas uniquement pour les objectifs que vous vous êtes fixés.

    Pour moi, compte tenu de tout ce que vous écrivez, et en tenant compte des évolutions qui caractérisent les filières L et ES, j’opterais sans trop hésiter pour la deuxième, en m’organisant pour approfondir mes connaissances en maths et langues.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac ES ?
    - Que faire avec un bac L ?
    - Le guide de l’orientation au lycée
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  120. Josselinle 30 mar 2011 à 13:07

    merci beaucoup pour votre réposne super rapide et vos conseils.

  121. Gaëllele 04 avr 2011 à 18:38

    Je suis scolarisée en seconde générale et je voudrais m’orienter vers une première ST2S (médico-sociale). Or, mon prof principal me dit que je n’ai guère de chance d’obtenir satisfaction parce que je n’ai pas suivi en seconde l’enseignement d’exploration de “sciences médico-sociales”.

    J’en suis d’autant plus étonnée que cet enseignement n’est pas proposé dans mon actuel lycée (sinon, je l’aurais suivi bien sur) ?

    Est-ce une condition absolument nécessaire ?

    Gaëlle

  122. B. Magliulole 05 avr 2011 à 10:01

    Réponse à Gaëlle

    Votre professeur principal n’a que partiellement raison.

    Il est vrai qu’une sorte de priorité d’accès en première ST2S (sciences et technologies de la santé et du social) est accordée aux élèves qui, en seconde, ont opté pour l’enseignement d’exploration de SMS (sciences médico-sociales), et y ont fait leurs preuves. Certes, votre lycée ne propose pas cet enseignement optionnel, mais rien ne vous empêchait sans doute de demander à entrer dans un lycée ayant la filière ST2S et offrant donc cet enseignement d’exploration. Conseil : plaidez donc le fait que lorsque vous étiez en fin de troisième vous n’aviez pas encore cette idée d’orientation, qui vous est venue ensuite (il se pourrait que vous ayiez à expliquer comment), alors que vous étiez déja engagée en seconde.

    Mais compte tenu du fait que, comme vous le dites, cet enseignement optionnel est rarement proposé, et qu’en outre il n’est présent en seconde qu’à raison d’une heure trente par semaine (ou trois heures par semestre), et qu’enfin les textes réglementaires stipulent que le fait d’avoir suivi en seconde un enseignement d’exploration préparatoire à une voie de préparation au bac (par exemple : “principes fondamentauix de l’économie et de la gestion” pour la STG, “sciences médico sociales” pour la ST2S , etc.) n’est pas une condition nécessaire pour pouvoir demander à être orienté vers une classe de première donnée, vous avez parfaitement le droit de vous porter candidate pour une orientation vers une première ST2S.

    Mais cela ne signifie bien sur pas que vous aurez forcément satisfaction : il faudra pour cela un double avis favorable. Celui de votre conseil de classe actuel d’une part, celui des responsables du lycée d’accueil (puisque vous me dites que votre lycée ne propose pas la filière ST2S). Conseil : que votre dossier scolaire soit de bonne qualité, et que vous prépariez la présentation (par lettre ou entretien) de votre motivation à laquelle vous n’échapperez pas.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée
    - Que faire avec un bac technolgique ?
    - Les carrières paramédicales
    - Les carrières sociales
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  123. Yaelle 06 avr 2011 à 14:11

    Je suis élève de seconde générale (enseignements d’exploration de sciences éco et sociales + SMS). Est-ce que je peux malgré tout demander une admission en première S , sachant que mon prof principal me dit qu’avec mon profil, ce sera très probablement ES ou ST2S ?

    Yael

  124. B. Magliulole 06 avr 2011 à 17:10

    Réponse à Yael

    Rien ne vous interdit de demander une orientation vers une première S à l’issue de votre actuelle terminale, et ce, quels que soient les enseignements d’exploration suivis (SES + SMS en ce qui vous concerne).

    Cependant, ce n’est pas parce que vous en ferez le voeu que vous obtiendrez satisfaction : le conseil de classe du troisième trimestre émettra un avis qu’il proposera au chef d’établissement, qui décide en dernière instance en ce qui concerne l’établissement. Ensuite, si vous n’obtenez pas satisfaction, à vous de voir si vous utilisez votre droit de faire appel de cette décision négative devant la “commission d’appel”.

    Je fais l’hypothèse que si votre professeur principal vous dit qu’avec votre profil, vous ne pouvez espérer qu’une orientation vers une première ST2S ou ES, ce n’est pas à cause de vos deux enseignements d’exploration, mais parce que vos résulats dans les matières scientifiques ne permettent pas (selon vos professeurs) de vous orienter vers la première S, alors qu’ils seraient à la hauteur de l’orientation vers ST2S ou ES. Précisez moi ce que sont vos notes atuelles dans les diverses matières et je pourrai sans doute vous éclairer sur ce point.

    Conseil : demandez à votre professeur principal de vous éclairer sur ce point, et de vous dire si, à l’issue du conseil de classe du deuxième trimestre, il y a des exigences de progression dans certaines matières qui pourraient encore vous permettre d’obtenir l’orientation que vous comptez demander en premier voeu.

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée
    - 100 questions /réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me demander un complément de réponse si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  125. Yaelle 06 avr 2011 à 17:22

    Merci de m’avoir envoyé une réponse si complète et rapide. Je vous répond de suite en vous communiquant
    es moyennes actuelles (deuxième trimestre ) :

    - maths : 8/20
    - physique-chimie : 9/20
    - SVT : 10/20
    - LV1 anglais : 12/20
    - LV2 espagnol : 12/20
    - LV3 chinois (option facultative) : 16/20
    - Français : 11/20
    - Histoire-géo : 14/20
    - Sciences éco et sociales : pas de notation mais avis très favorable du prof
    - Sciences médico sociales : pas de notation mais avis réservé
    - Sport : 17/20

    Pour compléter cette présentation, sachez que je suis en augmentation en maths (7/20 au premier trimestre), en SVT (8/20), en chinois (13/20) et en histoiore-géo (12/20), et stable dans les autres matières.

    J’ajoute que ma matière préférée est les sciences économiques et sociales, et que je voudrais devenir plus tard journaliste.

    Merci de me dire ce que vous en pensez.

    Yael

  126. B. Magliulole 07 avr 2011 à 8:51

    Complément de réponse à yael

    Il est clair que vos notes les plus basses sont situées dans le domaines “maths/sciences”, et c’est sans doute cela qui explique le point de vue du conseil de classe qui vous a été transmis par votre professeur principal, à savoir qu’en l’état actuel des choses, une orientation vers la première S ne leur semble pas envisageable.

    Mais après tout, rien n’est joué : si vous continuez au cours du troisième trimestre, l’indéniable progression (jugée comme étant encore insuffisante si je comprend bien) de vos notes en maths, physique/chimie et SVT, une telle orientation est envisageable.

    Mais :

    1. Vous dites que votre matière préférée est les “sciences économiques et sociales”, qui ne font pas partie des enseignements de S
    2. Que vous envisagez de faire ensuite des études supérieures préparatoires à une carrière de journaliste
    3. Et vous êtes assez-bon ou bon dans des matières telles que le français, trois langues étrangères, l’histoire-géo, les SES…

    Tout cela semble militer en faveur d’une demande d’orientation vers la première ES. Le seul problème qui pourrait se poser est celui de votre niveau en maths, insuffisant pour S, mais aussi pour ES où cet enseignement est important, même s’il y est de moindre volume horaire, avec un programme plus “maths appliquées” que théoriques et abstraites comme en S … donc sans doute plus à votre portée.

    Réflechissez-y, mais je crois qu’il y a là une piste qui mérite d’être creusée pour vous.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac ES ?
    - Pour quelles études êtes-vous fait ?
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    runo Magliulo

  127. Sabinele 09 avr 2011 à 10:10

    Bonjour monsieur,
    Je continue mes investigations concernant la classe de 1ere et la brochure en ligne de l’Onisep m’aide à en savoir plus sur les matières et horaires prévus pour chaque filière L,ES, S.
    Voici mes questions : il semble que le nombre d’heures parmi les 3 filières soit le moins important dans la filière ES. (?) C’est-à-dire seulement 5 h de SES quand on sait qu’ils en ont fait si peu en 2nde, comment engranger toutes les connaissances pour le bac ? Il est question aussi d’1h30 de « sciences ». Pouvez-vous donner plus de précision sur cette « matière » ? Une autre question : 72h annuelles d’atelier artistique quelque soit la filière générale?? Le titre du tableau indique enseignement facultatif puis en bas, le résumé nous dit : 3h hebdo MINIMUM ?
    On nous a parlé de philo dès la classe de 1ère : je n’en vois pas. ( ?)
    Autre demi-surprise : au vu l’échec des accompagnements personnalisés cette année en 2nde (constats de profs et d’élèves ), cette « nouveauté » est donc gardée et poursuivie en 1ère ?au détriment d’autres matières ?
    Dans la filière S, j’observe une différence de 3 à 7h (!) entre les 3 enseignements spécifiques : de 3h de SVT à 7h de sciences de l’ingénieur en passant par 6h en bio et dévt durable. Y a-t-il une raison pour un tel écart ? Pour finir, si le lycéen n’a pas d’idée concernant sont futur métier, quelle enseignement spécifique lui conseillez-vous ?
    Beaucoup de questions mais que de nouveautés… Merci encore pour le temps que vous nous accordez et la pertinence de vos réponses.

  128. B. Magliulole 10 avr 2011 à 12:19

    Réponse à Sabine

    En effet, les grilles horaires et programmes des divers enseignements des nouvelles classes de premières ES, L et S, sont désormais accessibles, et publiés depuis maintenant plusieurs mois. Sauf cataclysme difficile à imaginer, je ne vois pas ce qui pourrait empêcher son application à la rentrée 2011 en première.

    La question avait en effet été soulevée de l’introduction d’un enseignement de philosophie en première. Il a été décidé d’y renoncer, et ce pour plusieurs raisons : coût, charge horaire pour des élèves qui ont déjà beaucoup d’heures de cours ce qui aurait conduit à équilibrer les choses au détriment d’autres matières dont les professeurs ne veulent bien sur pas entendre parler, débat au sein de la communauté des philosophes partagés sur cette question (en particulier : les universitaires sont plutôt contre, pensant que la mâturité de l’élève est nécessaire avant d’aborder un tel enseignement), etc.

    Hors éventuels enseignements optionnels facultatifs (susceptibles de rajouter 2 fois 3 h hebdomadaires à chaque élève), la première ES comptera 27h30 de cours par semaine (+ 10h annuelle de “vie de classe”), alors que les S bénéficieront de 28 à 32 h selon le choix d’enseignement scientifique (SVT ou sciences de l’ingénieur ou “biologie, agronomie, territoire et développelent durable”) mais comme 90% des élèves optent pour SVT, ils auront pour la plupart 28h par semaine, soit une demie heure seulement de plus qu’en ES. Quand aux L, leur particularité est qu’ils doivent choisir un “enseignement obligatoire optionnel” (arts ou latin ou grec classique ou LV1 ou 2 approfondies, ou LV3 ou maths), si bien que leur horaire hebdomadaire global sera de 26h30 (pour la plupart) à 28h30 pour la quasi totalité… 31h30 pour les 0,02% qui opteront pour “arts du cirque” ! Ainsi, pour la plupart des élèves, les chiffres sont : 27h30 en ES, 28h en S, 26h30 en L … on ne peut donc dire que les ES sont pénalisés significativement, d’autant qu’encore une fois, ils peuvent aisément dépasser le volume consacré aux autres en prenant une ou deux options facultatives.

    Les “sciences” en première ES. Sachez d’abord que comme aujourd’hui, c’est un enseignement obligatoire qui n’a pas de continuité en terminale, si bien que son évaluation pour le bac se fera sous forme d’une épreuve anticipée en fin de première. C’est un ensemble fait de SVT et de physique-chimie. Son programme a été publié dans un BOEN (bulletin officiel de l’Education nationale, disponible par Internet ou au centre de documentation de l’établissement fréquenté ) N° 9 du 30 septembre 2010

    Les ateliers artistiques : le BOEN spécial N° 1 du 4 février 2010, qui a publié les grilles horaires des nouvelles classes de première (rentrée 2011) et terminale (rentrée 2012), précise que “les ateliers artistiques sont un enseignement facultatif dispensable à raison de 72 h annuelle” (ce qui fait en moyenne 2h par semaine), à des groupes d’élèves originaires de plusieurs niveaux de classes, et de plusieurs classes d’un même niveau. De facto, le nombre de lycées qui proposent un tel enseignement est des plus modestes … faute de moyens le plus souvent. Mais il existe en outre des enseignements optionnels facultatifs d’arts (musique ou arts plastiques ou cinéma-audiovisuel ou danse ou théâtre ou histoire des arts, qui, LORSQU’ILS SONT PROPOSES, le sont à raison de 3h par semaine, dispensés par niveau de classe ou par classe selon le nombre des élèves inscrits. Je suppose donc que les “3h minimum” que vous évoquez font référence à ce type d’enseignement … qui peut d’ailleurs parfois se cumuler avec les heures d’ateliers artistiques.

    Enfin, concernant les différences de volume horaire en première S entre SVT (3h), sciences de l’ingénieur (7h) et “biologie, agronomie, territoire et développement durable” (6h, uniquement proposé dans certains lycées agricoles), l’explication de ces importantes différences horaires tient à des choix de contenus et de méthodes (par exemple : les SI et “bio/agro…” sont largement dispensés en ateliers ou sur le terrain). Ce sont donc des enseignements de nature technologique. Mais encore une fois, plus de 9 élèves de S sur 10 sont scolarisés dans des classes n’offrant que SVT (et pas les deux autres), si bien que fort peu d’élèves sont concernés par ces enseignements scientifiques à gros volume horaire

    Enfin, si l’élève n’a pas de projet professionnel précis et stable (car je mets dans un quasi même sac celui qui n’a pas de projet pro, et celui qui va changer d’avis huit fois en cours de route ), je lui conseille bien sur d’opter pour une filière générale plutôt que technologique , et ensuite de se fonder sur le choix de la filière sur les domaines d’ensegnements qui lui conviennent le mieux, et donc sur la voie (ES, L ou S) qu’il a le maximum de chances de bien réussir , car une fois parvenu en terminale, se posera la question de la sélection à l’entrée de bon nombre de filières supérieures. Pour en revenir à la question du choix des enseignements spécifiques, cela revient donc au choix entre ceux de ES, S ou L, et pour la seule filière L (les ES et S ne sont pas concernés par ce deuxième choix), celui d’un enseigneent spcifique obligaoire complémentaire (arts, ou latin ou grec, ou maths, ou LV3 ou approfondissement en LV1 ou 2). Ce choix (qui suppose que l’on soit élève de première L), est évidemment important. ceux qui “ouvrent” le plus sont évidemment ceux qui musclent en langues ou en maths. Le choix ensuite est à chacun.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée
    - Pour quelles études êtes-vous fait ?
    - Que faire avec un bac ES ?
    - Que faire avec un bac L ?
    - Que faire avec un bac S ?
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez aps à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  129. Frilleyle 12 avr 2011 à 15:59

    Ma fille est actuellement scolarisée en seconde. Elle suit les enseignements d’exploration de “sciences économiques et sociales”, et de “sciences médico sociales”.

    Pouvez vous me dire quelle est la différence entre les bacs SMS et ST2S ?

    Pensez-vous qu’avec ses choix d’enseignement d’exploration elle a le bon profil pour entrer ensuite en première ST2S ou SMS ?

    Quel choix nous conseillez vous pour le cas où elle ne serait pas admise en ST2S ou SMS ?

    Dans l’attente de votre réponse

    Yannick, La Roche sur Yon

  130. B. Magliulole 13 avr 2011 à 18:51

    Réponse à Yannick, de La Roche sur Yon

    La filière ST2S a succédé à la filière SMS, il y a quatre années de cela. Le bac SMS n’existe donc plus. C’est donc en première ST2S (sciences et technologis de la santé et du social) que votre fille peut demander à se faire admettre.

    Compte tenu de son profil (élève de seconde à enseignement d’exploration de sciences économiques et sociales et SMS, désireuse de faire ensuite des études dans le secteur sanitaire et social), je la verrai bien en ES si elle ne peut entrer en ST2S. Bien sur, ce serait alors pour y préparer un bac purement général, et ce ne serait qu’après son bac ES qu’elle pourrait frapper à la porte de filières d’enseignement supérieur de ce secteur d’activité.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée
    - Que faire avec un bac technologique ?
    - Que faire avec un bac ES ?
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à m’envoyer une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  131. Yannle 14 avr 2011 à 10:35

    Bonjour,

    Mon fils est scolarisé dans un lycée français à l’étranger : celui de Bucarest. Son année de seconde se déroule de façon très moyenne (à mes yeux), nettement insiffisante (aux yeux de nombre de ses professeurs). Les résultats du conseil de classe du deuxième trimestre viennent de tomber : sauf augmentation “substantielle” de ses notes, il est parti pour redoubler.

    Nous comprenons bien sur que ses résultats devraient être meilleurs, mais avec près de 10/20 de moyenne, nous ne comprenons pas pourquoi le redoublement est d’ores et déjà envisagé.

    Nous savons qu’en France, si la famille est en désaccord avec l’établissement en ce qui concerne la décision d’orientation de fin d’année de seconde, il est possible de faire un recours auprès d’une “commission d’appel”.

    Pouvez-vous me dire :

    1) Si ce droit concerne également les familles dont l’enfant est scolarisé dans un établissement français à l’étranger. Si oui, merci de me communiquer (si vous le pouvez) les références du texte réglementaire concernant cette commission d’appel pour les familles dont l’enfant est scolarisé dans un établissement à l’étranger.

    2) Si oui, s’il y a des différences (pour les familles expatriées) par rapport au texte que j’ai en ma possession, précisant les modalités de ce recours en France. Par exemple , lorsque le texte concernant le doit d’appel en France stipule que la dite commission d’appel est présidée par l’Inspecteur d’académie du département de résidence, comment fait-on à l’étranger, quand on sait qu’il n’y a pas d’Inspecteur d’académie. Idem pour le conseiller d’orientation-psychologue qui doit siéger. Est-ce qu’on en fait venir un de France (il n’y en a pas dans les lycées français de l’étranger), est-ce qu’on se passe de leur présence ? S’il n’y en a pas, est-ce un vice de forme ?

    Merci de bien vouloir vous pencher sur cette question complexe, mais qui, vous le comprendrez, nous préoccupe au plus haut point.

    Yann, père d’élève

  132. B. Magliulole 14 avr 2011 à 12:26

    Réponse à Yann

    Les établissements scolaires français à l’étranger offrent à leurs élèves (et parents) les mêmes droits que leurs homologues des établissements français “de France”. Cela veut dire que oui, vous bénéficiez du droit de recourir à une commission d’appel si, au terme de la procédure d’orientation interne à l’établissement français à l’étranger atuellement fréquenté, vous le demandez. Bien plus : les décisions de la commission d’appel s’imposent à tout établissement français public ou privé sous contrat, de France ou à l’étranger, celui qui est fréquenté ou n’importe quel autre !

    Le texte réglementaire sur lequel vous pouvez vous appuyer est le décret N° 2008-263 du 14 mars 2008 (article V). Il a été publié au Journal Officiel de la République française, que vous devez pouvoir trouver auprès des services de l’Ambassade de France à Bucarest, ou sur l’Internet. Je ne serais pas surpris que le centre de documentation de l’établissement scolaire fréquenté, les responsables de l’association des parents d’élèves … connaissent et aient sous la main ce texte réglementaire.

    Mais avant d’en arriver là, agissez auprès de votre enfant pour qu’elle progresse. Tout ne semble pas définitivement joué puisqu’il est fait appel à une amélioration de ses résultats. Mais comme vous, je ne sais ce que les professeurs (quels professeurs d’ailleurs ) entendent pas “amélioration substantielle”. Il serait sans doute utile que vous le leur demandiez.

    Et si malgé tout, vous désirez recourir à la commission d’appel, notez qu’elle revêt , pour les établissemets français de l’étranger, quelques différences :

    1) En France, le recours doit être exprimé dans les trois jours qui suivent la notification de la décision d’orientation. A l’étranger, ce délai est de huit jours.

    2) En France, la commission est en effet présidée par l’Inspecteur d’académie ou son représentant. A l’étranger, c’est le conseiller culturel de l’Ambassade (qui a rang d’Inspecteur d’académe … ce que l’on ne sait pas toujours) ou son représentant qui préside.

    3) Outre ce président, la dite commission est composée du chef d’établissement et d’un autre (adjoint, parfois le CPE - conseiller principal d’éducation), du professeur principal de la classe fréquentée, d’un professeur extérieur à la classe (mais pas forcément à l’établissement), et de deux parents désignés par la ou les organes de représentation des parents d’élèves.

    Concrètement, ce dernier point montre que les commissions d’appel relatives aux recours des familles usagères des établissements scolaires français à l’étranger sont beaucoup moins indépendantes de l’établissement fréquenté qu’elles ne le sont en France. Nul doute cependant que ses membres font leur travail honnêtement.

    L’absence d’un co-psy (conseiller d’orientation-psychologue) ne saurait donc être considéré comme étant un vice de forme. Ce serait par contre le cas si vous étiez usager d’un établissement français “de France” ou sa présence este xpressément prévue par le texte réglementaire, alors que ce n’est pas le cas pour vous.

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  133. Luciele 15 avr 2011 à 21:41

    Bonjour,je suis en 2nd général et je fais ses,santé social et biotechnologie,et j’aimerai devenir professeur d’anglais et j’aimerai savoir le parcours type pour faire ça,je n’aime pas les matières scientifiques à part la biologie et un peu la chimie.J’aime bien l’histoire geo,l’ses,l’anglais,le français aussi ça va et l’allemand je n’aime pas.J’ai demandé une 1er st2s parce que je fais santé social et j’ai eu avis favorable mais j’aimerai bien devenir prof d’anglais au collège ou à la limite en lycée mais le collège m’attire plus. Et j’aimerai savoir quel premier choisir,que faire après le bac,enfin bref la total ^^
    Donc je peux vous donnez mes moyennes si ca peut vous aider :
    Francais : 10.5
    Anglais : 16.5
    Histoire : 11.5
    Ses : 14
    Allemand : 7
    SVT : 13
    Physique chimie : 7
    Math : 5.5
    Biotechnologie : 13
    Santé social : 16
    Et le sport 14.
    Et au deuxième trimestre j’ai eu 11.5 de moyenne général.
    Merci

  134. B. Magliulole 16 avr 2011 à 11:41

    Réponse à Lucie

    Vous avez eu tort de demander à entrer en première ST2S pour devenir professeur d’anglais. Pour accéder à ce métier, vous devez en effet entrer en première année d’université en filière “lettres langues et civilisations étrangères - anglais”, qui est une filière très littéraire, ne convenant qu’à des bacheliers généraux à bonne culture générale littéraire. De plus, en ST2S, vous ferez relativement peu d’anglais, et dans un esprit de “langues appliquées” ‘(au secteur sanitaire et social), alors qu’en fac, il faudra que vous ayiez de solides bases littéraires et linguistiques, telles qu’on les acquiert plutôt en L , éventuellement en ES !

    Rien ne vous interdit bien sur de confirmer votre demande d’admission en première ST2S, mais cette filière réduira très fortement vos chances de réussir en filières d’anglais à l’université, et ce d’autant que pour devenir professeur d’anglais, la licence (bac + 3) ne suffit pas : il faut ajouter un master “métier de l’enseignement d’anglais”, puis réussir (à bac + 6) un concours de recrutement. Autrement dit, c’est une opération de longue haleine pour laquelle, puisque vous êtes aujourd’hui en seconde, de choisir entre :

    1°) Entrer en première L (il faudra que vous gardiez une deuxième langue allemand), et aller jusqu’au bac L en optant, parmi les enseignements optionnels obligatoires au choix, pour l’enseignement d’ “approfondissement en anglais”, en première puis terminale

    2°) Entrer en première ES, plus conforme sans doute à vos choix d’enseignements d’exploration, et dans lesquels vous devez également garder la deuxième langue allemand). Vous y développerez cependant moins vos compétences en anglais qu’en faisant L.

    Quand à ST2S, vous pouvez bien sur la demander, mais outre que vous ne deviendrez très probablement pas professeur d’anglais ensuite, il y a une question que j’ai envie de vous poser : êtes-vous sure de vouloir enter dans une filière qui prépare à des carrières dans le secteur social et para médical … et quasiment rien que cela ? Je ne vois guère la cohérence entre une telle finalité pour cette filière, et la votre qui est de devenir professeur d’anglais !

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée
    - Les métiers de l’enseignement
    - Que faire avec un bac L ?
    - Que faire avec un bac ES ?
    - Que faire avec un bac technologique ?
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  135. Luciele 16 avr 2011 à 12:57

    Mais j’ai peur de n’en avoir marre de la littérature,et en plus j’ai que 11 en francais j’ai peur de ne pas être à la hauteur,mais d’un coté en Es les math sont trop présent,et La S n’en parlons pas.. Que faire

  136. B. Magliulole 17 avr 2011 à 10:20

    Complément de réponse à Lucie

    Est-il besoin d’insister sur le fait qu’il est parfaitement incompatible de dire d’une part que vous pensez en avoir marre de la littérature, et que vous voulez préparer une carrière de professeur d’anglais, qui est une carrière très très littéraire !

    De plus, et je le redis : en passant par ST2S vous ne serez pas préparé à de telles études supérieures.

    Donc :

    - Ou vous vous acrochez à l’idée de devenir professeur d’anglais, et donc de fare des étuides supérieures de “lettres, langues et civilisations étrangères option anglais” (c’est comme cela que ça s’appelle), et VOUS DEVEZ, préparer et réussir un bac général en étant très bonne en langue anglaise, mais aussi en français. Le bac L est alors le plus indiqué, ES à la rigueur.

    - Ou vous optez pour un bac technologique de type ST2S … et vous ne deviendrez très probablement pas prof d’anglais, vous ferez des études supérieures, puis exercerez, dans le secteur sanitaire et (ou) social.

    Avez-vous pensé à un bac STG ? Ce n’est certes pas aussi préparatoire à des études littéraires en anglais qu’un bac L ou ES, mais ça l’est un peu plus qu’un bac ST2S.

    A vous de voir, mais il n’existe pas d’autre alternative

    Bruno Magliulo

  137. Luciele 17 avr 2011 à 13:49

    Oui mais c’est pour ça en fait,les études de la langue anglaise,la culture les pays anglophone,la grammaire en anglais et tout ça m’intéresse mais par exemple étudier les mythes antiques,l’odysee et tout sa je ne vois pas le rapport avec des études d’anglais.Et j’aimerai savoir pourquoi le bac STG est mieux que st2s pour anglais et donc on peut rentrer en lettres,langues et civilisations étrangère options anglais avec un bac STG si oui quel spécialité du bac STG ?
    merci

  138. B. Magliulole 18 avr 2011 à 11:29

    Réponse à Lucie

    je vois bien que ma réponse vous dérange. MAis comment pourrais-je vous en faire une autre … sauf à vous mentir ? Je vous le redis clairement et fermement : hélas, si vous optez pour un bac ST2S, vous n’aurez presque aucune chance de devenir professeur d’anglais ! Le problème n’est pas l’accès à la filière unversitaire “licence” (puis master) car tous les bacheliers , quel que soit le bac, ont le droit d’y entrer.

    Mais ensuite, il faut réussir, et force est de constater qu’alors que les bacheliers généraux sont 70% à atteindre la licence, ce n’est le cas que de moins de 15% des bacheliers technologiques (STG pour la plupart) ! Il y a donc quelques cas particuliers qui y parviennent, et pourquoi pas vous, mais c’est une toute petite minorité après un bac ST2S.

    Le bac STG n’est pas beaucoup plus favorable, mais il a l’avantae d’être plus tourné vers les études économiques. Or, étudier l’anglais, ça peut se transformer en diverses carrières internationales hors l’enseignement : le tourisme, l’hôtellerie, le commerce international, etc. Mais dans ce cas, il vous faudra continuer votre deuxième langue étrangère … qui apparemment ne vous convient pas non plus, du moins d’après ce que vous écrvez.

    Donc, pour la dernière fois, je vous dis et redis que si vous voulez vraiment faire de l’enseignement d’anglais votre objectif, vous devez passer par un bac général , sinon, commencez sérieusement à envisager une autre carrière.

    bruno Magliulo

  139. B. Magliulole 18 avr 2011 à 11:33

    Complément à Lucie

    Bon à savoir : quel que soit votre bac, rien ne vous interdira cependant de tenter votre chance en licence d’anglais. Mais si vous passez par un bac technologique pour viser un tel objectif, je vous conseille fortement de ne pas vous contenter du travail demandé en anglais dans votre aprcours en première/terminale technologique : faites en plus, braucoup plus ! Par exemple : s’il existe dans votre ville (c’est le cas dans la plupart des grandes villes, mais pas partout) un centre culturel britannique (”british courncil”), inscrivez-vous y et allez en suivre les formations d’approfondissement en anglais. Demandez conseil à votre professeur d’anglais.

    Bruno Magliulo

  140. Yaelle 18 avr 2011 à 14:01

    Bnjour,

    Notre fils est actuellement en classe de seconde, dans un lycée public de Paris. Il y a opté pour les enseignements d’exploration de sciences économiques et sociales + méthodes et pratiques scientifiques. Il a en outre suivi cette année un enseignement optionnel facultatif de LV3 chinois.

    Bon élève, l’avis provisoire du conseil de classe du deuxième trimestre est que, s’il confirme au troisième trimestre ses résultats actuels, il aura le choix entre les trois filières générales du lycée.

    Nous envisagions de demander une orientation vers la première ES parce que l’enseignement des SES le passionne, et que, surtout, il voudrait après son bac entrer dans une grande école de commerce international , et qu’il nous semblait que pour un tel objectif, un bac ES est préféable à un bac L ou S.

    Or, le professeur principal vient de nous apprendre que dans la nouvelle première ES (idem en terminale ES ensuite), il n’est plus possible d’opter pour un “enseignement optionnel obligatoire” d’approfondissement en anglais. Il nous conseille donc de demander la première L, ou par contre, il semble que ce soit encore possible.

    Cela nous parait d’autant plus absurde que pour pouvoir entrer en école de commerce international, il a besoin d’avoir un certain niveau en maths, enseignement qui, en L, est optionnel, et surtout, ne peut être cumulé avec l’approfondissement en anglais dont il a encore plus besoin : c’est l’un ou l’autre ! De plus, il devrait alors cesser de se former aux sciences économiques et sociales, matière qui nous parait très adaptée à son projet, et lui plait vraiment beaucoup.

    D’où les questions suivantes :

    1°) Est-il vrai que dans la nouvelle première /terminale ES, il n’y ait plus de possibilité de choisir un enseignement d’approfndissement en anglais ?

    2°) Si c’est vrai, pourquoi une décision aussi absurde (à nos yeux) a-t-elle été prise ?

    3°) Etes-vous d’accord avec le professeur principal qui recommande de ce fait l’orientation vers une première L ?

    Dans l’atten,te de votre réponse, avec mes remerciements anticipés

    Yaël, parent d’élève de seconde

  141. Mathiasle 18 avr 2011 à 14:40

    Bonjour,
    Je suis en 2nd général et technologique je fais santé social,ses et biotechnologie.J’ai eu un avis favorable pour une 1er st2s.Au début en venant au lycée je voulais faire véto (en plus mon lycée propose la prépa véto bcpst pour les bacheliers S et la prépa TB pour les STL).Mais j’ai beaucoup de problèmes avec les matières scientifiques surtout les math et la physique.J’aime beaucoup la santé social,la biologie,l’anglais,Ses. Le francais et l’histoire geo ne me dérange pas aussi.Donc je dois abandonner mon projet de devenir vétérinaire (en plus ce métier me plaisait vraiment,j’ai fais un stage en 3eme dans une clinique).Donc maintenant me voila à la recherche d’un nouveau projet,ma professeur de santé social m’encourrage à allez en 1er st2s.En fait je n’aime pas les matières scientifique pur calculatoire à fond et tout mais je n’aime pas aussi la littérature avec l’odysee,les mythes antiques et tout ça il me faut un juste milieu. J’ai déjà vu sur le site de l’onisep tous les fiches sur les bac technologique et généraux et j’arrive franchement pas à choisir même si le bac st2s m’attire beaucoup mais j’ai peur que les métiers paramedicaux ou social me déplaisent par la suite en effet le métier d’infirmier,de diététicien,ou encore de conseiller en economie social et familiale m’interesse beaucoup.Donc voila mais j’aime aussi l’anglais depuis que j’en fais depuis la sixieme et le métier de professeur d’anglais a l’air aussi interessant donc voila j’aimerai que vous me donniez votre point de vue sur tout ça,des conseils voila :)
    Merci

  142. B. Magliulole 18 avr 2011 à 15:00

    Réponse à Yaël

    Voici mes réponses à vos trois questions :

    1°) Oui, il est hélas vrai que la possibilité d’opter pour un enseignement d’approfondissement en anglais n’est désormais plus proposée en première et terminale ES, alors que cette possibilité perdure en L (mais pas en S ou cela n’a jamais existé).

    2°) Pourquoi cela ? Bonne question ! Officiellement, le ministère ne dit rien pour justifier d’une telle mesure. Par contre, ce que l’on sait, c’est qu’il a été décidé de “revaloriser” la voie L (qui en a bien besoin : 87000 candidats au bac L en 1993, à peine plus de 52000 en 2010, alors que dans le même temps, le nombre global des candidats aux divers baccalauréat a crû fortement, passant de 505000 à 558000), et donc de la rendre plus “attractive” aux yeux des élèves et parents de seconde générale et technologique. Pour ce faire, la “cible” est manifestement le vivier des élèves qui entrent en première ES (93000 en 1993, 101000 en 2010), dont “on” voudrait (du côté du Ministère de l’Education nationale bien sur) semble-t-il qu’une part significative préfère désormais la voie L.

    Pour ce faire, il a été décidé de restreindre les possibilités de spécialisation en ES (alors qu’on ne le fait pas en L), en supprimant toute possibilté de choisir un “enseignement optionnel obligatoire en première” (donc y compris celui qui vous aurait intéressé : apporfondissement en anglais), et de ne plus proposer cette faculté parmi les enseignements de spécialité au choix en terminale.

    Ainsi, un élève qui cherche à maximiser son aprentissage des langues vivantes étrangères, trouve aujourd’hui une meilleure possibilité de le faire en L qu’en ES, alors que c’était beaucoup moins le cas auparavant.

    3°) Et pourtant, contrairement à ce que vous incite à faire le professeur principal, je vous recommande quand même le choix d’une première ES, et ce pour plusieurs raisons vous concernant :

    - Les langues érangères, ça ne s’apprend pas qu’à l’école. Pour vous qui êtes à la recherche d’une formation d’approfondissement en anglais, et qui vivez dans une grande ville (Paris), vous ne devriez avoir aucun mal à trouver “hors les murs du lycée”, des associaions , organismes divers … proposant de telles prestations. Je pense par exemple à celle du British council (ambassade de Grande-Betagne à Paris) qui se déroulent le mercredi après-midi, certains soirs en fin de journée, le samedi (au choix de l’élève bien sur) et sont d’extrêmement bonne qualité, avec en prime un vrai “bain linguistique”.

    - Du coup, rien ne vous interdit de concevoir un montage du type “bac ES + approfondissement hors les murs du lycée”

    - J’ajoute que ce serait une bonne façon d’offrir à votre fille deux autres avantages, importants au regard de son actuel projet d’études supérieures (se faire admettre dans une grande école de commerce international à recrutement niveau bac) :

    a) elle pourra continuer à se former aux sciences économiques et sociales, matière qui lui sera fort utile pour préparer les concours d’entrée dans ces écoles, puis réussir son parcours d’études supérieures, aors qu’elle ne le pourra pas en L

    b) elle pourra continuer de développer ses connaissances en mathématiques, à niveau suffisant pour de telles écoles, alors qu’en L, les mathématiquess ne sont pas dans le tronc commun (ce qui empêche ensuite de se présenter à de tels concours), et que s’il est popssible d’en faire (un peu) en tant qu’enseignement optionnel obligatoire (en première L), ou de spécialité (en terminale L), c’est à la sricte condition de … renoncer à l’enseignement d’approfondissement en anglais puisque c’est l’un OU l’autre (les deux ne sont pas cumulables).

    Le choix bien sur vous appartient, en lien avec votre enfant. Pesez bien le pour et le contre, et je ne doute pas que vous trouverez votre bonne décision.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac ES ?
    - Le guide de l’orientation au lycée
    En librairie scolaire ou sur le site www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une question complémentaire si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  143. B. Magliulole 18 avr 2011 à 15:36

    Réponse à Mathias

    C’est curieux comme votre profil, et les questions que vous me posez, me font penser à l’échange que j’ai eu pendant plusieurs jours sur ce même blog avec une certaine “Lucie”, au point que je vous invite à remonter sur cette liste de commentaires , à ceux du 14 avril (ce n’est pas très haut dans la liste), et vous y trouverez les questions de cette “Lucie”, et mes diverses réponses. Elles répondent en partie à ce que vous me demandez.

    Votre rêve est de devenir vétérinaire. Il est vrai, comme vous le dites, qu’il faut pour cela passer par une des quatre Ecoles nationales vétérinaire (qui sont des écoles d’ingénieurs), qui recrutent principalement à l’issue d’une classe préparatoire scietifique BSPST dans laquelle n’entrent presque que des bacheliers S de très bon niveau. Avec un bac ST2S, vous ne le pourrez pas en effet.

    Mais ces concours d’accès aux ENV sont également ouverts à d’autres profils d’étudiants, passés par la licence de sciences de la vie à l’université (à bac + 2 ou bac + 3), ou encore certains BTS ou DUT du secteur génie biologique ou biotechnologies. C’est difficile, très difficile même, mais la porte n’est pas strictement fermée en dehors du bac S.

    J’ai du mal à répondre à la suite de votre questionnement parce que je vous trouve quelque peu contradictoire. Comment pouvez-vous écrire par exemple que vous avez “peur que les métiers sociaux et paramédicaux vous déplaisent par la suite”, et dans la même phrase, ajouter que “les métiers d’infirmier, diététicien ou conseiller en économie sociale et familiale vous intéressent beaucoup ” alors qu’ils correspondent pleineent à ces secteurs d’activité ? Difficile sur une telle façon contradictoire d’écrire les choses de vous cerner et de vous apporter une réponse fondée.

    Ce qui est certain c’est que le bac ST2S, comme tous les bacs technologiques, est parteillement spécialisé, même s’il comprend une part importante d’enseignements généraux. C’est donc une sorte de choix intermédiaire entre l’hyper spécialisation professionnelle d’un bac pro, et le côté très abstrait et général d’un bac général. Un tel bac n’a pas pour objectif de vous préparer à l’emploi au niveau bac, mais de vous préparer à aller ensuite vers des filières en formations professionnelles spécialisées, mais après le bac. Et de ce point de vue, rien ne vous interdira, si les formations paramédicales ou sociales ne vous tentent pas, d’envisager d’aures voies d’études, en écoles ou en fac.

    Par contre, cette voie ST2S est relativement spécialisée, si bien que vous n’y retrouverez pas l’ensemble des enseignements qui sont inclus dans votre actuelle classe de seconde, classe très générale comme vous le constatez. Vous ne continuerez pas à faire des langues étrangères à forte dose, idem en français, maths, histoire-géo … tous enseignements
    qui existent bien sur en ST2S, mais avec des horaires et des programmes beaucoup plus plus légers qu’en ES ou L par exemple. Or, il est clair que si le désir que vous évoquez de devenir éventuellement professeur d’anglais vous tient à coeur, alors sachez qu’avec un bac ST2S, vous n’aurez presque aucune chance d’y parvenir (lisez mes réponses à “Lucie” pour comrendre pourquoi).

    En d’autres termes, où vous optez pour une filière de type “scientifique” (ST2S par exemple), ou pour une filière plus “langues et lettres” (L ou ES par exemple). Cela ne saurait être les deux à la fois. C’est dommage mais c’est ainsi !

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée
    - Que faire avec un bac technologique ?
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  144. Yaelle 18 avr 2011 à 15:51

    Un grand merci pour votre réponse si rapide et si détaillée.

    Je vais suivre votre conseil : nous allons demander l’admission en première ES, et nous irons chercher en dehors du système scolaire, ce que l’école n’est plus en mesure de nous proposer. L’idée d’inscrire notre enfant au British counicil de Paris est une bonne idée, d’autant que d’après nos renseignements, c’est relativement peu coûteux, très efficace, et surtout, bien mieux qu’au lycée en ce sens qu’on y plonge en effet dans un bain linguistique total pendant plusieurs heures à chaque visite, ce que ne permet pas le lycée. Nous vivons à une demie heure en métro de cet organisme, et il y a possibilité qu’elle y aille chaque samedi matin, ce qui lui permettra de continuer de pratiquer ses activités de danse et musique le mercredi après-midi

    Question : on nous parle d’un concours qui serait une sorte de “must” pour les grandes écoles de commerce international : Sésame. Pouvez-vous nous en parler un peu ?

    Merci

    Yaël

  145. B. Magliulole 19 avr 2011 à 10:10

    Complément de réponse à yaël

    Je crois que vous prenez la bonne décision. Quand une élève, telle que votre fille, a le désir de se préparer à entrer dans une grande école de commerce international, le choix d’une filière ES + un complément d’approfondissement en langue(s) à l’extérieur du lycée (puisqu’hélas, il n’est plus possible de faire cela dans le cadre des enseignements optionnels obligatoires de l’ex première ES, ou de spécialité de ce qui sera dans un an l’ex terminale ES), est un bon choix.

    Je regrette simplement que de telles décisions ne conduisent certaines familles à aller chercher “hors les murs de l’école”, ce que le service public éducatif ne leur offre plus. Allons plus loin : j’ai découvert des lycées privés qui dès la rentrée prochaine, proposeront à certains de leurs élèves de première ES un “atelier facultatif d’approfondissement en langue étrangère”… mais payant bien sur . C’est là une chose inimaginable dans un lycée public, et cela contribue à créer un système éducatif à deux vitesses.

    Recourir ; ainsi que vous allez le faire, aux services du British council est une excellente formule. Attention cependant : les capacités d’accuil n’y sont pas illimitées et vous avez intérêt à vous manifester auprès du service des inscriptions avant la fin de cette année scolaire. Comme on dit : “the sooner, the better”.

    Quand votre question concernant le concours Sésame, sachez qu’il s’agit d’une “banque commune d’épreuves” permettant sur un seul écrit de frapper à la porte de neuf écoles de commerce international à recrutement niveau bac (seuls les oraux sont décentralisés) : le CESEM Reims (groupe ESC Reims), le CESEM Méditerranée (groupe ESC Marseille), l’EBP de Bordeaux (groupe ESC Bordeaux), Sup’ Europe de Caen et Le Havre (groupe Ecole de managerment de Caen/Le Havre), l’ESCE de Paris et Lyon, l’EPSCI de Cergy-Pontoise (groupe ESSEC), Rouen business school (groupe ESC Rouen). ces écoles de commerce international sont presque toutes adossées à des groupes de grandes écoles de management des entreprises très réputées. Ce concours est fort sélectif (plus de 6000 cabndidats pour environ 1400 places), mais on observe que chaque année, les bacheliers ES constituent plus de la moitié des admis, ce qui est très logique quand on observe ce que sont les épreuves et les progralmmes de ce concours, très favorable aux bacheliers ES en vérité.

    Un bémol cependant : ces écoles sont pour la plupart en 4 ans, ce qui, dans l’architecture européenne des études supérieures (le “LMD”), positionne ces diplômes de façon peu claires : ce ne sont pas des équivalents “masters” (pour cela il faut un bac + 5), mais c’est plus qu’un équivalent licence (pour cela un “bac + 3 ” suffit. Cela correspond à une espèce de niveau intermédiaire plus, tel que les anglo saxons le désignent par l’appellation “bachelor with honour”.

    Bon vent en ES à votre fille, et je reste bien sur à disposition si, dans l’avenir, vous aviez besoin d’autres analyses ou conseils

    Bruno Magliulo

  146. Mathiasle 19 avr 2011 à 10:49

    Merci déjà d’avoir répondu.
    Et quand je dis en fait les métiers paramédicaux et surtout infirmier et diététicien et en social le métier de conseiller en économie social et familial a l’air de me plair aussi.Mais j’ai peur par la suite en exerçant un de ces métiers que sa me lassent et tout.
    Alors,que prof d’anglais j’en vois tous les jours ou presque au lycée donc je vois un peu comment ça fonctionne et tout.
    J’ai vu aussi que le métier et les études d’infirmiers ont été réformés et sont maintenant à bac +3 et qu’on pouvait continuer nos étude et tout donc j’aimerai savoir quels sont les soi-disant masters et doctorats qu’on peut suivre d’après ce que j’avais vu dans les infos et sur quels métier ca débouchent.
    Sinon je me suis renseigner sur internet c’est une Langues, Littératures, Civilisations Etrangères (LLCE) - Anglais comme vous avez dis à Lucie,donc si il faut que je vais en 1er L,les 8 h et le haut coefficient de la philo a l’air de me faire assez peur. Mais d’un coté en L j’ai presque plus de matières scientifiques et j’ai des difficultés dans ces matières à part la biologie mes notes sont un peu près les même que lucie sauf pour la physique ou j’ai 9 et la santé social 14.
    Merci

  147. B. Magliulole 19 avr 2011 à 11:16

    Complément de réponse à Mathias

    je ne puis que vous redire ce que j’ai déjà écrit : avec un bac ST2S vous aurez très peu de chances de réussir en anlais ensuite à la fac, puis de réussir à bac + 5 le concours de recrutement. Cette filière de lycée n’est vraiment pas préparatoire à de telles études, alors que les bacs généraux, et en particuier le bac L, l’est.

    Mais encore faut-il avoir le profil pour réussir un bac général. Or, vous me dites que vous pensez que ce n’est pas votre cas. Je veux bien vous croire, et vous êtes mieux placée que moi pour en juger . A vous lire, je crois hélas que c’est vrai , mais c’est à vos professeurs d’en juger, dans la cadre du conseil de classe du troisième trimestre de votre année de seconde.

    Donc : retour à la case “bac ST2S”, et donc renoncement à une carrière de prof d’anglais, au profit d’autres métiers.

    Vous dites que vous craignez que ceux qui se profilent après le bac ST2S et les études supérieures que l’on peut envisager de faire ensuite ne vous conviennent pas. C’est un risque bien sur, mais leur nombre est tel (le secteur social et le secteur paramdédical représentent des centaines de métiers … vous aurez au moins deux ans pour préparer votre choix) que vous allez en trouver un.

    Vous me dites que pour devenir infirmier, c’est “maintenant passé à bac + 3″ ! Vous êtes très très mal informé car cela fait plus de 20 ans que les écoles qui forment à ces métiers (les instituts de formation aux soins infirmiers) se font en trois ans après le bac. On y entre sur concours, et les bacheliers ST2S sont généralement bien placés pour y accéder, même si une réelle sélection existe à l’entrée.

    Après le diplôme, il ne faut pas croire que vous basculerez comme ça en deuxième cycle universitaire master : cela ne sera pas possible, aucune formation universitaire de deuxième cycle n’étant adaptée à cette formation. Par contre, certains font une quatrième année de spécialisation.

    Si vous voulez tout savoir sur les professions qui se présentent dans les seteurs social et paramédcal, je vous conseille de vous procurer, dans la collection L’Etudiant, les deux livres suivants :
    - Les carrières sociales
    - Les carrières paramédicales

    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  148. Yolandele 19 avr 2011 à 11:34

    Je suis mère d’un élève de seconde qui nous dit vouloir absolument préparer ensuite un bac ES . Or, compte tenu de ses bons résultats dans presque toutes les matières (il a 14/20 de moyenne au deuxième trimestre, et aucune note inférieure à 12/20), du fait qu’il veut entrer ensuite dans une grande école (il hésite entre Sciences po’ et une école de commerce), nous pensons qu’il vaudrait mieux pour lui entrer en première S.

    Nous y voyons trois avantages :

    1. Un niveau plus élevé en maths
    2. Des élèves d’un meilleur niveau général
    3. La possiblité de plus aisément changer d’avis s’il lui vient l’envie de faire des études supérieures scientifiques, dobnc un panel d’orientation plus large qu’à l’issue du bac ES

    Qu’en pensez-vous

    Merci d’avance

    Yolande

  149. Mathiasle 19 avr 2011 à 12:01

    Je sais qu’il faut 3 ans en ifsi pour être infirmier et sauf ce que je voulais dire c’est que depuis peu le diplome est reconnu bac + 3.
    Et pourquoi en fait vous pensez que je n’ai pas le niveau pour un bac général (ce n’est pas méchant c’est juste une question) parce que je me retrouve pas dans ce que j’ai dis juste avant quand vous dites que je pense que j’ai pas le niveau pour un bac général)

  150. B. Magliulole 19 avr 2011 à 12:14

    Complément de réponse à Mathias

    Je dis que vous donnez l’impression de ne pas avoir le profil littéraire, parce que lorsque vous écrivez, c’est plein de fautes de style et d’orthographe. Mais encore une fois, c’est à vos professeurs d’en décider si vous demandez à entrer en première générale. Et surtout, ne le prenez pas mal : je vous le dis “entre nous”, et pour que vous preniez conscience de cela afin de mieux décider en matière d’orientation.

    Je vais vous faire une confidence : il vaut mieux réussir en ST2S que se planter en L ! Et encore une fois, comme je vous le disais dans ma première réponse, il existe après le bac ST2S une minorité d’élèves qui optent pour la filière “lettres, langues et civilisations étrangères / anglais”, et y réussissent. Bossez à fond l’anglais (en ne vous contentant pas du niveau requis en anglais en ST2S) et rien ne vous interdira de tenter votre chance dans ce domaine après le bac. Vos chances d’y réussir sont faibles, mais pas nulles. Si vous y tenez forement, si votre ambition est alors intacte, si vous vous êtes donné les moyen,s pendant vos années lycée de parfaire votre niveau en anglais .. alors vous pouvez espérer faire partie des cas particuliers de bacheliers ST2S qui parviennent à se doter d’une licence d’anglais, et plus

    bruno Magliulo

  151. Mathiasle 19 avr 2011 à 12:24

    Oui j’irai en st2s je pense.
    Encore merci :)

  152. B. Magliulole 19 avr 2011 à 12:33

    Réponse à Yolande

    Je ne puis nier que le bac S offre un avantage par rapport au bac ES : celui de permettre à son issue de frapper à un plus grand nombre de portes pour l’admission dans le supérieur.

    Je dis souvent que “frapper à une porte” ne suffit pas : encore faut-il qu’elle s’ouvre ! Or, comme vous le savez sans doute, nombre de filières d’enseignement supérieur (classes préparatoires, écoles, IUT, STS, certaines universités ou filières universitaires …) sont sélectives à l’entrée. Il en résulte que pour nombre d’orientation, il vaut évidemment mieux avoir bien réussi un parcours en ES, qu’arriver péniblement à un “petit bac S moyen”. Mais comme votre fille est une vraie bonne élève, elle devrait pouvoir réussir n’importe quel bac aisément, et donc être à la hauteur des épreuves de sélection dans deux ans .

    Il est clair que si votre fille venait à changer d’avis quand à son devenir d’études et de métiers, et se mettait à s’intéresser à des débouchés scientifiques par exemple (c’est ce que vous avancez), un bac S serait préférable à un bac ES.

    Mais le fait est qu’elle vous dit préférer la filière ES. Il serait peut être bon que vous me précisiez pourquoi. Si, comme c’est souvent le cas, c’est par le plaisir de prolonger son enseignement des sciences économiques et sociales, il est clair qu’elle ne le pourra qu’en ES. Si son goût pour les matières purement scientifiques (SVT, physique-chimie, maths très abstraites et théoriques à forte dose), n’est pas à la hauteur de celui qui l’anime pour les langues, les enseignements tournés vers les problèmes contemporains (histoire-géo, SES, philo en terminale …), si elle est plus “littéraire” que “scientifique” … alors il y a risque qu’en la forçant à opter pour ne première S, les choses n’aillent beaucoup moins bien que cette année, et que son parcours, moins motivé qu’en ES, se déroule de façon plus cahotique … et ne donne un résutat global moyen, voire pis ! POURQUOI NE PAS FAIRE CONFIANCE A SON APETETENCE ACTUELLE POUR LA FILIERE ES ?

    D’autant que si elle confirme dans deux ans son actuel projet d ‘intégrer soit Sciences po’, soit une grande école de commerce, un parcours bien réussi en ES permet tout à fait de l’envisager, y compris si elle continue d’être bonne élève, pour les plus prestigieux de ces établissements d’enseignement supérieur.

    La décision vous appartient bien sur, et continuez d’en discuter en famile, avec les professeurs aussi … Mais prenez garde à un penchant très fort chez certains parents : contrarier une motivation profonde d’un élève en le faisant entrer en S contre son souhait quand il aurait voulu entrer dans une autre voie d’études secondaires. Il est assez fréquent que cela aboutisse à des effets négatifs !Comme on dit, “ça passe ou ça casse” !

    Pour en savoir plus, dans la colelction l’Etudiant :
    - Que faire avec un bac ES ?
    - Que faire avec un bac S ?
    - Pour quelles éudes êtes-vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  153. Louisle 20 avr 2011 à 13:25

    Bonjour,

    L’an dernier j’étais en seconde. Le conseil de classe et le directeur du mon lycée voulaient que je redouble alors que j’avais 10,2 de moyenne. Avec mes parents, nous avons fait appel devant la commission et j’ai obtenu un passage en premièe ES.

    Cette année, ça se passe moyennement : j’ai un peu moins de 9 de moyenne mais je compte me rattraper au troisième trimestre. Mais le prof principal m’a fait savoir qu’en fin d’année scolaire, ils vont proposer un redoublement en première ES.

    Si c’est le cas, je compte refaire appel de cette décision. Est-ce que les conditions de cet appel sont les mêmes qu’en seconde ?

    Merci d’avance pour votre réponse

    Louis

  154. B. Magliulole 20 avr 2011 à 14:26

    Réponse à ouis

    Vous n’aurez pas à recourir à la commission d’appel après le conseil de classe du troisième trimestre, et ce pour deux raisons :

    1°) Le passage de première à terminale de la même filière (en ce qui vous concerne, de première ES en terminale ES) est AUTOMATIQUE, la classe de première ne correspondant pas à un pallier d’orientation (elle fait un tout avec la terminale). Ni le conseil de classe, ni le chef d’éablissement n’ont le droit de vous IMPOSER un redoublement. Ils peuvent par contre vous le proposer (c’est d ‘aileurs le terme que vous utisez), mais la décision appartient à vous et vos parents. Il arrive en effet qu’au constat de mauvais résultats, donc du risque d’une terminale qui risque fort de vous conduire à un échec, l’équipe pédagogique suggère à la famille un redoublement volontaire en première (parfois même, c’est la famille qui le sollicite) en vue de se renforcer avant d’attaquer la dernière ligne droite. Mais encore une fois, vous avez le droit de refuser cette proposition

    2°) Il n’existe pas de commission d’appel au niveau première. A quoi d’ailleurs servirait-elle puisque le passage en terminale est automatique ?

    A vous de voir donc

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Que faire avec un bac ES ?

    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à m’adresser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  155. Auréliele 25 avr 2011 à 14:24

    Bonjour, je suis actuellement en classe de 3eme et j’aimerai m’orientai ver un BEP sanitaire et social remplacer par un bac pros ASSP, mais j’aimerai savoir quelle est la différence essentielle entre un bac pros et un bac général ou technologique??
    Merci d’avance.

    Aurélie.P

  156. B. Magliulole 25 avr 2011 à 19:17

    Réponse à Aurélie

    En effet, le BEP “carrières sanitaires et sociales” n’existe plus. Les élèves qui, dans la voie professionnelle, désirent préparer un diplôme préparant au même secteur d’activité doivent donc viser, en trois ans (au lieu de deux avec l’ancien BEP) un baccalauréat professionnel “services de proximité et vie locale” ou “services (accueil, assitance, conseil”)). J’avoue ne pas connaître le bac pro que vous citez (ASSP qui d’ailleurs … n’apparait dans aucune document de l’ONISEP. je pense qu’il; y a erreur de votre part sur le sigle).

    L’équivalent en voie technologique, c’est le bac ST2S (sciences et technologies de la santé et du social), dans lequel on ne peut entrer qu’au niveau première, après une seconde générale et technologique.

    Il n’y a rien de comparable en voie générale.

    Différence entre un bac pro et un bac techno : un bac pro contient des enseignements véritablement professionnels à raison de 30 à 50% de l’horaire global, avec des stages obligatoires en milieu professionnel. Des enseignements généraux certes, mais axés sur l’usage que vous en ferez dans la vie professionnelle; par contre, un bac techno comprend une part plus importante (et plus exigeante) d’enseignements généreaux, et l’enseignement technologique (qui ne compte que quelques heures par semaine - pour 15 à 20% de l’horaire global ) n’a pas pour but de préparer à l’exercice d’une activité professionnelle, mais de préparer à aller se professionnaliser dans l’enseignement supérieur.

    Il en résulte qu’après le bac techno ST2S, la majorité des élèves entrent dans l’enseignement supérieur : dans des écoles sociales, paramédicales, dans des filières préparatoires à des BTS (servioces et prestations des secteur sanitaire et social, ou économie sociale et familiale, ou diététique, etc.), dans des écoles d’assistantes des services sociaux …). Tout au contraire : 75% des bacheliers professionnels entrent sur le marché professionnel au niveau bac (ce qui est inenvisageable après un bac techno), un quart seulement entrant dans des filières d’études supérieures (les mêmes d’ailleurs qu’après un bac ST2S).

    En résumé : si votre but est plutôt de travailler après votre bac, vous avez intérêt au bac pro, si vous voulez vous ouvriri plus aisément les portes de l’enseignement supérieur, le bac t(echno est préférable.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée (de la troisième à l’après-bac)
    - Que faire avec un bac technologique ? (les débouchés du bac ST2S)
    - Pour quelles études êtes-vous fait ?
    - Les carrières paramédicales (avec les formations)
    - Les carrières sociales (avec les formations)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  157. Yannle 26 avr 2011 à 15:17

    Est-il vrai que pour pouvoir demander à entrer en première STD2A, il est obligatoire d’avoir suivi en seconde l’enseignement d’exploration de “création et culture design” ? C’est ce que nous oppose un lycée pour refuser la candidature de notre fils, alors que je lis dans un document de l’ONISEP que l’admission en première n’est pas fonction du choix des enseignements d’exploration. Et d’ailleurs, je vous signale que dans le lycée actuellement fréquenté par notre fils, cet enseignement d’exploration de “création et culture design” n’est pas proposé. Comment aurions-nous pu le choisir ?

    Merci de nous dire au plus vite ce que vous en pensez

    Yann, père d’élève

  158. B. Magliulole 27 avr 2011 à 14:12

    Réponse à Yann

    La réponse est, hélas pour vous, OUI !

    Explication :

    Dans la nouvelle seconde générale et technologique, la quasi totalité des enseignements d’exploration ne s’enseignement qu’à raison d’1h30 par semaine sur l’année (ou 3h sur un semestre). Par rapport aux “enseignements de détermination” de l’ancien lycée général et technologique, c’est une forte réduction horaire… si forte qu’on estime que le fait de ne pas avoir suivi en seconde un enseignement d’exploration fondamental d’une voie de préparation au bac (sciences médico sociale pour la voie ST2S par exemple) ne doit pas être un handicap pour demander à s’y faire admettre. C’est ce principe que vous avez lu sur la brochure de l’ONISEP que vous évoquez .

    Mais parmi les enseignements d’exploration, il en est quelques uns qui sont à horaires lourds : c’est le cas de celui de “création et culture design” qui correspond à 6h par semaine tout au long de l’année. Or cet enseignement (qui correspond donc à une formation de plus de 210 h sur l’année scolaire de seconde, ce qui ne saurait se rattraper en première si on ne l’a pas suivi) est fondamental de la filière STD2A (sciences et technologies du design et des arts appliqués). Voilà pourquoi, pour l’admission en première STD2A, avoir suivi et réussi cet enseignement d’exploration, est obligatoire.

    En gros, cela veut dire que le choix d’entrer en première STD2A doit être fait en sortant de … troisième, et les familles désireuses d’y voir leurs enfants scolarisés, doivent choisir un lycée qui offre cet enseignement optionnel (dans la quasi totalité des cas, ce sont les mêmes que ceux qui préparent ensuite au bac STD2A). Compte tenu du petit nombre de places offertes, à un beaucoup plus grand nombre de candidats, il y a priorité absolue au bénéfice de ceux qui ont fait un tel choix en entrant en seconde, et le nombre de ces derniers suffit à pourvoir l’ensemble des places disponibles.

    De ce fait, avoir choisi un lycée qui ne propose pas cet enseignement de “création et culture design” n’est donc pas un argument recevable pour bénéficier d’une dérogation. Rien ne vous interdisait de faire ce choix en sortant de troisième.

    Il arrive cependant que la vocation pour ce bac ne survienne qu’en cours de seconde. Dans ce cas, il existe une possibilité : demander un redoublement volontaire dans une classe de seconde offrant cet enseignement d’exploration de “création et culture design”.

    Vous pouvez aussi entrer en première L spécialité arts plastiques, et attendre l’enseignement supérieur pour vous lancer dans des études de design ou d’autres secteurs des arts appliqués.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée
    -100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à m’envoyer une autre questiuon si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  159. Yaëlle 29 avr 2011 à 10:53

    Mon fils est actuellement scolarisé en seconde et compte demander son admission en première STG. Le problème : son lycée ne propose pas cette filière. Est-ce qu’en cas d’avis favorable de son conseil de classe du troisième trimestre (qui semble presque acquis), cette décision s’impose pour un autre lycée où il nous faudrait alors l’inscriore puisqu’il ne pourrait rester dans le sien actuel ?

    J’attend votre réponse et vous en remercie

    Yaël

  160. B. Magliulole 29 avr 2011 à 14:07

    Réponse à Yael

    Si le lycée fréquenté est de statut public ou privé sous contrat, la réponse est OUI : la décision d’orientation du conseil de classe du troisième trimestre s’imposera à tous les autres lycées publics ou privés sous contrat, sous réserve bien sur de l’arbitrage d’une commission d’appel si vous portez devant cette dernière un refus de la décision ainsi formulée.

    Et comme il est vrai que tous les lycées ne proposent pas la filière STG, vous devrez en effet, si vous confirmez cette intention, et si le conseil de classe vous donne le feu vert pour cela, chercher un autre lycée, proposant une préparation au bac STG.

    Vous en trouverez les adresses sur la brochure académique de l’ONISEP intitulée “Après la classe de seconde”, ou sur le site de l’ONISEP (www.onisep.fr).

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée
    - Que faire après un bac technologique ?
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à m’envoyer une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  161. Marinale 02 mai 2011 à 16:37

    Bonjour Monsieur Magliulo,

    Premièrement, merci pour votre blog. Dans l’époque de l’internet, onissep et autre nous avons plus de mal de trouver une reponse vraiment personnelle, pratique et claire; un comble!

    Je suis la maman d’un garçon qui vient d’avoir 18 ans!
    Il n-a jamais vraiment travaillé à l’école mais il a des capacités réeles, il est très ouvert, curieux de tout et partant pour tout. Il a toujour trainés entre 10 et 11 de moyenne mais, comme il a eu son brevet de collège sans beaucoup de travail il s’est reconforté dans son attitude.
    Il a toujours dit vouloir faire des études d’ingenieur en eléctronique.
    Il est rentré dans une 1ère sciences de l’ingènieur; la rélation avec le proffesseur principal, professeur de français était très difficile, le manque de travail et le debut de rébéllion n’a rien arrangé. Elle lui a dit qu’il est hors de question de rester dans la filière et lui a proposé une seconde STI. Sa moyenne était de 10.2, nous avons eu du mal a le faire travailler et il na pas du tout été bien dans sa peau pendant sa seconde. Lui, il n’a pas réfusé l’dée d’une STI electronique; nous sommes allé aux portes ouvertes du lycée qui avait cette filière, avons discuté avec le proviseur qui était d’accord de le recevoir.
    En rendez-vous avec le proviseur de son lycée pour prendre la décision, nous n’avons rien argumenté, nous lui avons demandé son opinion et il a dit qu’il partirait pour une 1ère STI.

    Dès le debut de la première, il nous a reproché de ne pas avoir fait appel pour rester dans l’ancien lycée. Bref.
    A la fin de sa première, la moyenne était de 10.00. L’école lui a proposé un redoublement. Pour l’aider dans sa décision, nous l’avons amené en conseil d’orientation et nous avons demandé à des professeurs de le conseillér. Il a décidé de doubler en remontant bien sa moyenne.
    Or, cette année scolaire de redoublement se passe très mal. Il est dans une terrible crise d’adolescence ou les parents ont toujours tort. Plus grave, à partir du mois de novembre, il ne dorme plus la nuit et n’arrive pas à se reveiller le jour! Il a donc de très, très nombreuses absences.
    Il a été meme averti d’un possible renvoi de l’école.
    Nous avons réussi a le convaincre de voir un psychiatre pour l’aider a trouver son sommeil. Mai la difficulté de réveil est seulement le manque de motivation.
    Son discours est qu’il va essayer, qu’il veut arriver mais ses actes sont contraires.

    En fait ma question est: est-ce qu’il peut etre renvoyé de l’école? Si oui, a-t-on un droit d’appel (plutot, a-t-il un droit d’appel étant majeur) et essayer de finir une terminale, peut être que cela le motivera, ou est-ce qu’il pourrait soit tripler sa première, soit aller dans un lycée proffessionnel, pour faire un BAC PRO ou autre?
    Et si il est renvoyé de ce lycée est-ce qu’il peut aller dans un bac pro ou autre école?
    Son discours est toujours qu’il veut faire des études.

  162. B. Magliulole 03 mai 2011 à 11:52

    Réponse à Marina

    Cas très complexe que celui de votre fils. Je ne me prononcerai évidemment pas sur la partie “crise d’adolescence”, “bilan personnel” de sa situation, qui, comme vous le dites, relève sans doute d’une approche en famille et, puisque vous l’évoquez, d’un un psychologue (pas nécessairement un psychiatre d’ailleurs, mais pourquoi pas). Je ne suis pas habilité à le faire.

    Par contre, je vais tenter de vous aider concernant les problèmes qui sont dans mon domaine de compétence : l’orientation.

    Il faut d’abord commencer par expliquer à votre enfant que les commission d’appel (il vous reproche de ne pas avoir fait appel de la décision de changement de lycée), ne se prononcent pas sur les affectations (les changements de lycée, le choix du lycée), mais sur deux domaines : les décisions de redoublement, les orientations imposées par le conseil de classe vers une filière non demandée . La première STI ayant été demandée (même en second choix), et l’élève ayant obtenu satisfaction sur ce voeu, un recours à la commission d’appel n’aurait servi à rien !

    Reste qu’il a sans doute tort de négliger le potentiel que peut lui offrir un bac STI : il vaut mieux être un bon bachelier STI qu’un moyen S … surtout si on prétend se faire admettre dans des écoles très recherchées, donc très sélectives, comme le sont les grandes écoles d’ingénieurs ou un élève moyen n’a aucune chance d’être admis, même s’il est bachelier S, alors que chaque année, des centaines de bons STI y entrent ! Mais des bons, pas des moyens !

    Fallait-il redoubler une première (STI en ce qui vous concerne) ? C’est un choix qui n’appartient qu’à la famille, et que ni le conseil de classe, ni le chef d’établissement, ne peuvent imposer (contrairement à ce qui se passe en fin de 3e ou seconde). Par contre, il arrive que le conseil de classe (ou le chef d’établissement) conseille un redoublement volontaire à la famille, qui peut accepter ou refuser ! Il y a donc eu accord de votre part sur ce point. Or, avant de prendre une telle décision, il faut se demander si l’élève va véritablement profiter de son redoublement volontaire pour rebondir par un surcroit de travail, et saisir sa chance en progressant significativement (on estime qu’un redoublement n’est réussi que si l’élève a au moins 2/20 de moyenne en plus que l’année d’avant). Mais s’il a tout au contraire une attitude de rétractation, vivant sur ses acquis et ne profitant pas de son avantage de début d’année scolaire, alors il est vite rattrapé par ceux qui sortent de seconde, et la deuxième année peut se passer plus mal que la première année. C’est apparemment ce qui est arrivé à votre fils.

    Ce qui m’étonne, c’est que votre fils semble (d’après ce que vous m’écrivez), s’être fixé un objectif ambitieux : entrer après le bac dans une grande école d’ingénieurs en électronique. Il doit bien savoir que les grandes écoles, par définition, sont sélectives, et donc ne retiennent qu’une partie des candidats, et évidemment, pas les plus moyens ! S’il continue sur cette ligne du refus de travailler, il n’entrera dans aucune école de ce type.

    Ce qui ne veut pas dire qu’il n’entrera nulle part : avec un bac STI, il pourra toujours aller à l’université faire des sciences de l’ingénieur, et tenter à bac + 2 ou 3 de se faire admettre dans une école d’ingénieurs. Tout n’est donc pas perdu … à la condition de décrocher son bac STI bien sur ! C’est ça ou pas grand chose !

    Qu’il sache que parmi les grandes écoles d’ingénieurs (en électronique ou autre d’ailleurs), si certaines ne recrutent qu’après une classe préparatoire scientifique dans laquelle il est très mal parti pour espérer se faire admettre (ce qui est dommage car il en existe un certain nombre qui sont spécifiquement réservées aux bacheliers STI… mais aux STI qui, sur le parcours 1e/terminale, ont fait la preuve de leur bon niveau global), il en est qui recrutent après un DUT ou BTS industriel, après une licence universitaire, et d’autres enfin qui recrutent “niveau bac”, mais par des concours assez sélectifs qui commenceront dès le printemps de sa classe terminale, et qui demandent un gros travail scolaire (ne serait-ce que pour résviser les programmes des épreuves, en plus du travail nécessité par son parcours en terminale STI). Mais les écoles d’ingénieurs en électronique sont tellement nombreuses que s’il se réveille enfin, s’il entre dans le réel, et donc se met à s’investir sur son travail scolaire, tout est encore envisageable. Mais ce réveil devient urgent , très urgent !

    Quand à savoir s’il peut être renvoyé de son actuel établissement, la réponse est oui. En France, l’enseignement n’est obligatoire que jusqu’à 16 ans, ce qui signifie que toute famille peut décider d’interrompre la scolarité d’un enfant au delà de son 16e anniversaire, mais aussi, que les établissements scolaires ne sont pas obligés de garder un élève au delà de cette date. Cependant, on n’exclut jamais sans raison : il faut une décision prise en commission disciplinaire interne, soumise à l’Inspecteur d’académie, et pour laquelle les familles disposent d’un droit d’appel auprès d’une commission académique. Attention : de même qu’un établissement peut exclure au delà de 16 ans, un autre n’est pas obligé de reprendre l’élève si son dossier ne lui donne pas envie de le faire.

    Dans le cas, hélas envisageable même si je ne vous le souhaite pas, où il serait exclu, il ne pourrais retourner en préparation d’un bac pro que s’il peut obtenir quelques équivalences… que ses résultats scolaires actuels ne permettent guère d’espérer semble t il (en tous cas, c’est à négocier localement, avec le chef d’établissement professionnel). Il pourrait ainsi entrer en première pro . Mais sera t il plus motivé pour autant ? Et avec un bac pro, c’en sera quasiment terminé de son espérance d’entrer dans une école d’ingénieurs en électronique : quasi réservées aux S et STI. Le plus raisonnable est qu’il s’accroche à son actuel bac STI, l’obtienne dans de pas trop moyennes conditions. Il pourra alors envisager de se faire admettre en BTS ou DUT électronique, et préparer le diplôme professionnel de façon très concrète (par l’apprentissage par exemple, formule qui lui conviendra peut être mieux que la formule purement scolaire). Et à bac + 2, il aura le choix entre se diriger vers le marché de l’emploi, ou tenter d’intégrer une école d’ingénieur en électonique par les “concours parallèles” à bac + 2… et là encore, il est possible de faire de telles études sous contrat d’apprentissage. Qu’il réflechisse bien et vite : après tout, le bac STI ça n’est pas si éloigné que cela, c’est dans à peine un peu plus d’un an ! Après, tout redeviendra possible !

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Que faire avec un bac technologique (tout sur les débouchés du bac STI)
    - Bien choisir son école d’ingénieurs
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (aévec des tests et grilles d’auto analyse)
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter (toutes les informations utiles sur le renvoi, l’appel possible …)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me demander un complément de réponse si vous le souhaitez, et dites à votre fils que si vous jugez en famille que c’est préférable, je veux bien entamer à distance (et en toute discrétion), un échange sur ces divers points. Il n’aura qu’à me contacter en prenant pour cela un pseudonyme, un autre prénom que le sien …

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  163. Marinale 03 mai 2011 à 14:33

    Un grand merci Monsieur Magliulo!

    Je vais donner votre reponse à mon fils en lui conseillant de vous contacter. Vos reponses sont claires et en plus energiques. Merci!
    Cordialement
    Marina

  164. opheliele 05 mai 2011 à 18:04

    bonjour, je suis actuellement en seconde générale et je suis perdue pour mon orientation en première.
    j’ai eu au premier semestre 11,28 de moyenne générale sachant que a ce demi-semestre j’ai 10,30.
    j’ai une moyenne très faible en maths et physique: 8 et 7
    et j’ai proposer d’aller en premiere ES seulement je ne sais pas si je vais y arriver, de plus le conseil ma dit un passage très incertain pour cette filière et ma proposée d’aller en STAV (sciences et technologies de l’agronomie et du vivant). je n’arrive pas à faire de choix, je suis très interrresser pas la STAV car je voudrai faire un métier dans le monde du cheval ou de l’agriculture mais pas d’idée fixe sur le métier ( agronome, vétérinaire, entraineur de chevaux, gendarme a cheval, garde républicain, ostheopathe équin). voilà alors j’aimerai savoir ce que vous en pensez et pouvez vous m’en dire plus la STAV. merci

  165. Manonle 05 mai 2011 à 21:09

    Bonjour, je suis en seconde générale, je n’ai jamais redoublé, j’ai toujours eu une moyenne générale au alentours de 10. Je me suis toujours entêtée à vouloir faire un métier avec les animaux alors que dans les matières scientifiques (maths, physique et SVT) je tourne à 8 de moyenne voir moins pour les maths et la physique. Et maintenant que j’arrive en fin se seconde je préférerais redoubler pour partir sur de bonnes bases mais en sachant que je ne peux pas faire de bac S (j’aime vraiment pas les maths et la physique). Au conseil de classe on m’a fortement déconseillé le bac ES et pour le bac L je suis nulle en langues ! –’ Du coup j’aimerai savoir ce que je dois faire redoubler ? continuer ?changer de filière?
    Je ne sais plus quoi faire :(

  166. thomasle 06 mai 2011 à 22:18

    Bonsoir ,
    j’ai redoublé la seconde générale et cette année je suis toujours en difficulté . Je voudrais faire STG pour l’année prochaine et le lycéé m’a donné un papier a remplir pour une orientation en professionnel au cas ou je ne passe pas en STG car je ne souhaite pas triplé la seconde. Une prof m’a parlé d’un passage de seconde générale a premiere pro mais elle n’en savais pas plus.. Je souhaiterais m’orienter plutot dans le commerce mais je n’y connais vraiment rien
    Serait-il possible d’avoir quelque renseignement svp.
    merci d’avance.

  167. opheliele 07 mai 2011 à 14:13

    bonjour, je suis actuellement en seconde générale et je suis perdue pour mon orientation en première.
    j’ai eu au premier semestre 11,28 de moyenne générale sachant que a ce demi-semestre j’ai 10,30.
    j’ai une moyenne très faible en maths et physique: 8 et 7
    et j’ai proposer d’aller en premiere ES seulement je ne sais pas si je vais y arriver, de plus le conseil ma dit un passage très incertain pour cette filière et ma proposée d’aller en STAV (sciences et technologies de l’agronomie et du vivant). je n’arrive pas à faire de choix, je suis très interrresser pas le bac STAV car je voudrai faire un métier dans le monde du cheval ou de l’agriculture mais pas d’idée fixe sur le métier ( agronome, vétérinaire, entraineur de chevaux, gendarme a cheval, garde républicain, ostheopathe équin). voilà alors j’aimerai savoir ce que vous en pensez et je voudrai savoir s’il faut avoir une bonne moyenne en scientifique pour faire STAV?. Et pouvez vous m’en dire plus sur le bac STAV. merci

  168. B. Magliulole 07 mai 2011 à 16:13

    Réponse à Ophélie

    Le bac STAV sciences et technologies de l’agronomie et du vivant) se prépare dans les lycées agricoles. Priorité d’accès aux élèves passés par une seconde générale et technologique agricole, ce qui n’est pas votre cas. Il ne sera pas aisé pour vous d’obtenir une autorisation d’admission dans une telle première, même si votre lycée actuel vous donne un avis favorable : ce sera sous réserve des places restant disponibles après que les élèves sortant de seconde agricole y aient été admis, et sous réserve bien sur de la qualité de votre dossier scolaire et de votre motiovation. Vous devriez demander très vite à être reçue (avec vos parents de préférence) par les responsables d’un lycée agricole susceptible de vous accueillir.

    Débouchés principaux du bac STAV : des BTS agricoles, le DUT génie biologique, certaines écoles supérieures (y compris d’ingénieurs) agricoles, agronomiques…, des études universitaires en sciences du vivant , etc.

    Autant je comprend votre intérêt pour le bac STAV si vous confirmez souhaiter préparer ensuite les métiers que vous citez, autant je ne vois pas trop le bac ES, qui prépare à des tas de choses, mais pas à des études supérieures conduisant à ces métiers là. Cela dit, vos moyennes sont supérieures à la moyenne, et si c’est dans les matières scientifiques que cela ne va pas, le bac ES semble accessible (les sciences : c’est fini ou presque, et les maths sont importantes, mais nettement moins qu’en S). Mais il faudra alors envisager d’autres études supérieures et carrières professionnelles. Sachez que si le conseil de classe vous refuse le passage désiré, vous pouvez faire appel de cette décision. A vous (et vos parents) de voir

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée (avec toutes les filières, dont la STAV)
    - Que faire avec un bac technologique ? (les débouchés du bac STAV)
    - Que faire avec un bac ES ? (les débouchés du bac ES)
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  169. B. Magliulole 07 mai 2011 à 16:54

    Réponse à Manon

    Vous ne me dites pas si vous désirez toujours faires des études secondaires (puis éventuellement supérieures) en vue de travailler dans le milieu du cheval ? Et surtout, dans quel type de métier autour du cheval : scientifique ? Economique ? etc. Le parcours d’études à vous recommander n’est évidemment pas le même selon ce que vous voudriez faire ensuite !

    Toujours est-il que si c’est encore le cheval, et si c’est plutôt “scientifique”, sachez qu’il existe dans les lycées agricoles un bac technologique qui pourrait vous intéresser : le bac STAV (sciences et technologies de l’agronomie et du vivant). Il est relativement rare, donc parfois éloigné du domicile de l’élève, mais c’est une bonne façon de trouver un bac plus accessible que le bac S et susceptible de vous conduire ensuite vers “les métiers du cheval” (du moins certains d’entre eux). Vous pouvez essayer d’y entrer en première (mais ce sera difficile : priorité à ceux qui ont fait une scolarité en seconde générale et technologique agricole), ou recourir à un redoublement volontaire en seconde générale et technologique agricole.

    En allant dans n’importe que CIO (centre d’information et d’orientation), vous trouverez les adresses des lycées agricoles.

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée
    - Que faire après un bac technologique (avec les débouchés du bac STAV)
    - Pour quelles études êtes-vous fait ?
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à m’envoyer une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  170. B. Magliulole 07 mai 2011 à 17:09

    Réponse à Thomas

    Sachez d’abord que vous n’êtes absolument pas obligé de demander à vous orienter vers la voie professionnelle. Si vous la demandez, et si elle ne vous convient pas, vous ne pourrez pas faire appel de la décision d’orientation. Par contre, si c’est une proposition du conseil de classe sans que vous l’ayiez demandé, vous pourrez avoir recours à la commission d’appel.

    Cela dit, il existe en effet divers bacs professionnels du secteur tertiaire : commerce, vente (prospection, négociation, suivi de clientèle), comptabilité. Il faut donc commencer par les comparer (quels enseignements, quels débouchés ?), puis en choisir un.

    Pourrez-vous y aller directement en première, sans avoir suivi la scolarité en seconde professionnelle correspondante ? Ce n’est pas garanti : priorité à ceux qui sont passés par la seconde pro. Quelques élèves parviennent cependant à obtenir une dérogation pour passer directement de seconde générale (ou générale et technologique), à première pro. Mais c’est au lycée professionnel de décider. Vous avez donc intérêt à vous renseigner sur les adresses du ou des lycées professionnels susceptibles de vous accueillir, et de demander à rencontrer leurs responsables afin de négocier votre éventuelle admission directe en première qui, encore une fois, n’est pas acquise.

    Et comme vous ne souhaitez pas tripler en seconde (après deux seconde générales, une nouvelle seconde pro), vous avez tout intérêt à vous accrocher à votre souhait de demander à entrer en première STG, et de faire appel de la décision en cas de refus, surtout si ce refus renvoie à un nouveau redoublement en seconde professionnelle.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée (de la troisième à l’après bac)
    - Que faire avec un bac technologique ? (les débouchés du bac STG)
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  171. Manonle 08 mai 2011 à 13:05

    Merci Mr Magliulo, mais je ne souhaite pas travailler dans le milieu du cheval ça serait plutôt avec les animaux domestiques ou sauvages (dans un zoo par exemple ou en clinique) et j’aimerai bien faire des études assez longues. (4 5 ans après le bac)
    Et je voulais vous demandez aussi si il vaut mieux redoubler sa seconde générale ou si il vaut mieux redoubler une première ES ?
    et si en faisant une première ES je pourrai aboutir à auxiliaire vétérinaire pour ensuite peut-être me présenter dans un zoo?
    Merci beaucoup !

  172. Mathiasle 09 mai 2011 à 19:04

    Bonjour c’est encore mathias j’ai une question :

    je dois remplir ma fiche de voeux définitifs pour une première générale ou technologique.
    J’avais demandé une 1er st2s & STL biotechnologie en voeux au deuxième trimestre j’ai eu favorable pour St2s et réservé pour STL biotech.
    Et maintenant pour les voeux définitifs j’hésite encore je mettrai bien st2s en 1er et j’abandonne l’idée de STL biotech par contre en deuxième et troisième que mettre ça je ne sais pas au vu de mes résultats quel première pourrait correspondre ? Conseillez moi,aidez moi svp
    Les matières que j’aime : Anglais,Biologie,Ses,Santé social,
    Les matières que j’aime moyennement : Français,histoire geo,la chimie m’intéresse un peu aussi
    Les matières que je n’aime pas : Math,Physique,et l’Allemand.

    Mes résultats (moyenne du 1er et 2eme trimestre)
    Français : 11
    Histoire-geo : 12
    Anglais : 16
    Allemand : 7
    Science économique et social : 15
    Science physique : 7.5
    Mathématiques : 6.5
    Science de la vie et de la terre : 12
    Biotechnologie : 13
    Santé & Social : 15.5
    Sport : 13

    Au premier trimestre j’avais 10.6 et au deuxième 11.5 un peu près.

    Merci !

  173. ludivinele 11 mai 2011 à 0:08

    voila j ai 19 ans dans 2 jours je viens de redoubler ma seconde
    je suis en stg j ai encore du mal mais j ai besoins du bac pour etre educateur , voila mon prof trouve que vue mon age je devrais faire un bac pro je refuse et il me dit que de toute facons j ai 19 ans et que l ecole est obligatoir jusqu a 16 ans
    d un air de dire …si je ne prend pas un bac pro ils me metterons a la porte !!!
    en on t il le droit car je trouve que l ecole et un droit pour tous
    il joue sur cette argument et me dit que si je fait appel ce sera refusé
    je vous lence un s o s car je suis a bout , que puije faire
    merci de me répondre

  174. B. Magliulole 12 mai 2011 à 11:42

    Nouvelle réponse à Mathias

    Vous raisonnez comme si le bon critère pour choisir une première technologique est strictement de type scolaire : est-il préférable que vous demandiez en premier voeu une ST2S ou une STL biotechnologies, en vous fondant sur vos seuls résultats scolaires ?

    De ce point de vue, il me semble que vous pouvez demander l’une comme l’autre, avec une légère préférence pour ST2S compte tenu de vos difficultés (et de votre désamour) en maths.

    Mais vous ne vous posez pas une question qui, à mes yeux , est essentielle pour une admission en première technologique : est-ce que les métiers qui se profilent après un bac ST2S (ou STL biotech’) et les études supérieures qui seront à réussir entre les deux, vous attirent plus du côté “santé et social”, ou du côté “métiers des biotechnologies” ? Ce ne sont évidemment pas les mêmes, et ce que vous allez décider aura un impact à long terme, bien au delà des deux prochaines années. Or, vous n’évoquez pas du tout ce critère de choix qui, à mes yeux, est essentiel pour le choix d’une filière technologique (alors qu’il l’est évidemment beaucoup moins pour une orientation vers un bac général).

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  175. B. Magliulole 12 mai 2011 à 12:22

    Réponse à Ludivine

    Il y a un point qui n’est pas clair dans ce que vous me dites : je ne comprend pas si vous êtes encore en seconde (”je viens de redoubler ma seconde”), ou si vous êtes en première STG (”je suis en STG”). Or, la réponse à votre problème n’est pas la même selon que vous soyiez dans le premier cas ou dans le deuxième !

    Si, comme je crois le comprendre (mais n’en suis pas certain), vous êtes bien en première STG, alors, le conseil de classe n’a pas le droit de vous imposer ni un redoublement, ni une réorientation vers la voie professionnelle (à la condition toutefois que vous soyiez élève d’un lycée public ou privé sous contrat, si c’est “hors contrat”, ils font comme ils veulent). Tout élève admis en première passe automatiquement en terminale. PAr contre, vous avez le droit de demander une réorientation, mais c’est à vous de le décider, pas à eux (au niveau première) ! J’ajoute qu’il n’y a pas de “commission d’appel” pour le niveau première (puisque le r’doublement ou les réorientations ne peuvent être imposées).

    Par contre, si vous êtes en seconde, il y a une décision d’orientation du conseil de classe, et dans ce cas, ils ont le droit, si leur jugement pédagogique le justifie, de vous imposer une réorientation vers une seconde preofessionnelle.

    Mais je dois vous dire que vous vous préparez à des études supérieures (celles qui forment les “éducateurs”) qui se passent dans des filières (écoles, IUT…) qui toutes sont sélectives (sur dossier ou concours) à l’entrée. Si votre parcours première/terminale n’est pas franchement bon, vous risquez fort de ne pas être admise dans ces filières. Il ne suffira donc pas que vous obteniez votre bac STG !

    Pour en savoir plus, dans la coàllection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac technologique ?
    - Pour quelles études êtes-vous fait ?
    - Les métiers avec les enfants
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”) ou en librarie sur commande

    N’hésitez pas à me questionner à nouveau si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  176. B. Magliulole 12 mai 2011 à 14:15

    Nouvelle réponse à Manon

    Encore une fois, si votre désir de travailler dans le milieu animal (par exemple, puisque vous en parlez, en zoo), il vous faut commencer par définir le type de métier que vous voulez exercer auprès des animaux. La plupart sont d’ordre scientifique et nécessitent un bac S et des études sup scientifiques (école vétérinaire, études universitaire en biologie animale…).

    Pour devenir vétérinaire auxiliaire (en réalité, le métier s’appelle “auxiliaire spécialisé vétérinaire”), comme je vous l’ai déjà écrit, il faut passer un diplôme que l’on prépare dans des écoles qui sont dépendantes du GIPSA (0825.825.697). Ce diplôme, qui est de niveau CAP/BEP, se prépare uniquement par l’alternance. Il n’est pas nécessaire d’être bachelier. Notez qu’il est strictement impossible de devenir vétérinaire après avoir été auxiliaire vétérinaire : il n’existe aucune passerelle pour cela.

    bruno Magliulo

  177. Clarale 12 mai 2011 à 19:41

    Bonjour , enfaite je suis vraimentdans une enorme impasse. Au 2ieme trimestre javais demander une premiere Es ou STG ou L. Stg a ete accepter , L a ete defavorable et Stg a ete favorable. maintenant nous sommes au 3ieme trimestre et jai vraiment chuter maus je souhaite tjrs faire Es ou Stg mais j’hesite ! je suis nulle en francais, Physique Chimie & H&G. Mais je suis vraiment determiner a faire Es ms de lotre coter je pense que si je fais une 1ere Stg et que je passe mon bac jorai une bonne mention. Alors que me conseillez vous? Et qu’etudions en Stg , je veux des details. & je voudrai faire des etudes de droit est ce possible avec un bac stg?? Ou rentrer en universitè? Merci.

  178. Clarale 12 mai 2011 à 19:43

    Je precise que Es a ete reserver au 2ieme trimestre.

  179. Mathiasle 12 mai 2011 à 21:57

    Merci pour votre réponse : moi je me vois plus dans le secteur santé social et je ne veux plus allez en STL. La fiche navette définitif je dois la rentre ce vendredi prochain (le 20) et pour l’instant en 1er voeux je mets “que” st2s. donc il faudrait quand même que je trouve d’autre section qui me conviennent au niveau scolaire déjà et ensuite je choisirai selon mes goûts dans celle qui me correspond au niveau scolaire,c’est pour ça que je vous demandais en fait en regardant mes résultats scolaire quel première me conseillez vous ?
    Je sais qu’on ne peut pas jugez qu’avec des notes mais bon voila quoi :)
    Merci à vous.

  180. B. Magliulole 13 mai 2011 à 9:31

    Nouvelle réponse à Mathias

    En dehors du bac ST2S, qui vous prédispose bien à faire ensuite des études supérieures conduisant à divers métiers sociaux, il y a le bac ES (économique et social), mais qui fait partie des bacs généraux, avec quelques handicaps dans vos notes de maths, allemand, matières obligatoires à niveau plus exigeant qu’en ST2S. Mais vous pouvez également le demander.

    Toute la question est de savoir si vous mettez en premier voeu le bac ES, puis le ST2S en deuxième, ou l’inverse ? Ca c’est à vous de voir. MAis je serais vous, je demanderais les deux… même si vous avez objectivement plus de chances d’avoir le bac technologique que l’autre.

    Si vous voulez vous informer sur le bac ES et ses débouchés , consultez le livre de la collection L’Etudiant intitulé “Que faire avec un bac ES ?” (édition de 2011).

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  181. B. Magliulole 13 mai 2011 à 19:16

    Réponse à Clara

    Puisque vous précisez envisager de faire des études de droit, vous pouvez envisager à la fois un bac STG ou un bac ES. Mais vous réussirez mieux en passant par un bac général (ES). Cela dit, je vois bien à vous lire que vous n’êtes vraiment pas littéraire, or le droit c’est très littéraire (très important : l’expression écrite et orale). Peut être devriez vous envisager, après un bac STG (qui semble mieux vous convenir), de préparer plutôt un BTS notariat ou un DUT carrières juridiques (formations professionnelles supérieures courtes en deux ans). A la sortie, vous aurez le choix entre opter pour le marché de l’emploi, ou tenter de rejoindre la fac de droit en troisième année sur équivalence.

    Quand à votre question sur les caractéristiques du bac STG, je suis surpris que ce soit à moi que vous le demandiez : cela devrait être facile à découvrir auprès du centre de documentation de votre établissement. Il existe des brochures de présentations des horaires, programmes des diverses matières, épreuves de bac. Demandez également à un professeur qui intervient dans ces classes. Je ne peux le faire : cela prendrait des heures pour vous répondre en détails.

    Quand aux débouchés, je vous ai déjà répondu : procurez vous le livre de la collection L’Etudiant intitulé “Que faire avec un bac technologique” (édition de 2011). Sachez qu’en STG vous ferez du droit, pas en ES.

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  182. Manonle 16 mai 2011 à 20:08

    Merci beaucoup Mr Magliulo !

  183. ophéliele 19 mai 2011 à 19:07

    Bonsoir, je suis en 3eme générale, pour la seconde je ne sais pas comment m’orienter. Je souhaite devenir styliste et je reside à Laon dans le 02. Quelle seconde dois je choisir? m’orienter vers un bac L ? et y a t il une école de styliste sur Reims?
    Merci de votre réponse par avance.

    Cordialement,

    Ophélie

  184. B. Magliulole 20 mai 2011 à 10:00

    Réponse à Ophélie

    Vous souhaitez aller vers le stylisme (de mode je suppose). C’est un projet très précis, et qui peut se préparer dès à présent si vous êtes sûre de votre choix. Mais attention : en vous plaçant dans une logique de spécialisation dès l’entrée en seconde, vous aurez du mal ensuite à vous réorienter si vous changez d’avis.

    Le meilleur choix pour cela n’est pas le bac L : c’est le bac Sciences et technologies du design et des arts appliqués (STD2A). Pour entrer en première STD2A, il faut commencer OBLIGATOIREMENT par faire une seconde générale et technologique offrant un enseignement d’exploration de “création et culture design” (enseignement lourd : 6h par semaine). Un(e) élève qui n’a pas suivi cet enseignement est interdit d’entrée en première STD2A !

    Le problème est que cet enseignement n’est offert que très rarement. Il suppose souvent de devoir aller faire ses études secondaires dans un lycée éloigné de son domicile, en y étant interne. Pour savoir quel est le lycée de Reims ou proche de Reims, qui pourrait vous offrir cette formation, vous devez vous rendre dans un CIO (centre d’information et d’orientation), ou poser la question au conseiller d’orientation de votre établissement scolaire s’il y en a un. Vous pouvez aussi trouver cela par l’Internet : www.onisep.fr

    Après ce bac STD2A, vous demanderez à préparer en deux ans le BTS (brevet de technicien supérieur) de “design de mode”, mais il faudra sans doute que vous partiez pour cela vers la région parisienne.

    Il existe bien sur des écoles de stylisme privées (et donc payantes), mais qui ne préparent pas forcément à des diplômes officiels tels le BTS design de mode. Sachez que là aussi, la plupart des écoles reconnues sont installées en région parisienne … ce qui n’est pas étonnant : c’est là que sont la plupart des emplois dans ce secteur d’activité.

    Passer par le bac L ? Pourquoi pas, mais à la condition de pouvoir s’y former aux arts plastiques. Et ça ne vous permettra pas après le bac de demander à préparer directement le BTS design de mode, qui est réservé en admission directe aux bacheliers STD2A. ce que vous pourrez envisager c’est de faire une année de remise à niveau avant d’y entrer (cela devient donc un BTS en trois ans). Avantage du bac L : si vous changez d’avis d’ici la terminale, ce sera plus facile que si vous vous spécialisez dès la seconde ! Inconvénient : ce n’est pas une vraie préparation à de telles études de stylisme !

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée (de la troisième à l’après-bac) : pour comparer les bacs STD2A et L)
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse : êtes vous vraiment faite pour les métiers du stylisme de mode ?)
    - Les métiers de la mode (avec les formations supérieures)
    - les métiers de la création et du design (avec les formations supérieures)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)
    Ou en librairie

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  185. Yannle 23 mai 2011 à 10:28

    Bonjour,

    Notre fils est actuellement scolarisé en première S, et nous demandons une réorientation vers la terminale ES. Le professeur principal nous a averti que le conseil de classe donnera un avis négatif, et cet avis a été confirmé apr le chef d’établissement qui argue en outre que sa première ES compte déjà 38 élèves, et qu’il lui est impossible d’envisager de satisfaire notre demande faute de capacité d’accueil.

    Nous lui avons fait savoir qu’en cas de confirmation de cet avis négatif, nous ferions à nouveau appel devant la commission d’appel, ainsi que nous l’avions fait avec succès il y a un an, lorsque notre fils était en seconde, et que nous avons fait appel de son redoublement. En réponse, il nous a été dit qu’il n’est pas possible de faire appel en fin de première.

    Est-ce vrai ?

    Merci de me répondre aussi vite que vous le pourrez, le conseil de classe de fin d’année s’approchant.

    Yann

  186. B. Magliulole 23 mai 2011 à 11:52

    Réponse à Yann

    Les classes de première et terminale constituent un cycle dit “terminal”, et de ce fait, aucun redoublement ne peut être imposé entre la première et la terminale : votre fils est destiné à passer automatiquement en terminale S. Si redoublement il y a , c’est soit sur recommandation du conseil de classe et après acceptation par la famille (qui peut refuser), soit sur demande de la famille et acceptation par le conseil de classe (qui peut refuser)Du coup, la cloasse de première n’est pas considérée comme constituant un pallier d’orientation. Il n’y a donc pas de commission d’appel à ce niveau d’études secondaires.

    Un éventuel refus de votre établissement ne pourra donc pas être contesté par vous, et ce , quels que soient les motifs de la décision de ne pas pas accepter votre demande de redoublement volontaire. On vous oppose le fait que les capacités d’accueil en terminale ES ne le permettent pas. c’est possible : sachez qu’une classe terminale ne peut dépasser l’effectif de 35 élèves. Mais il y a sans doute autre chose : passer de première S en terminale ES suppose une lourde remise à niveau en sciences économiques et sociales, matière de base, à horaire lourd, non suivie en première, et qui est un pré requis pour pouvoir absorber le programme de terminale, et pour une discipline qui au bac ES est majeure (voir le coefficient). Ne se pourrait il pas que les professeurs concernés ne croient pas votre fils capable de compenser ce handicap ? En avez vous discuté avec eux ? Le fait que le professeur de sciences économiques et socialkes ne siège pas au conseil de classe d’une première S, n’empêche nullement que ses collèguent lui demandent un avis.

    Il en allait tout autrement en fin de seconde. Il est d’ailleurs dommage que vous n’ayiez pas préféré accepter alors la décision de redoublement qui avait été décidée par le conseil de classe, puis par le chef d’établissement. Votre fils se serait alors sans doute suffisamment consolidé, et serait ensuite passé en première dans de meilleurs conditions.

    Tout ce que vous pouvez faire, c’est donc vous efforcer, par un dialogue constructif, de convaincre les responsables de l’établissement du bien foindé de votre demande. Mais la réponse leur appartient, sans recours à une instance externe. Seule piste que je vous tend : puisque son passage en terminale S est automatique, essayez de voir si un autre lycée n’accepterait pas la réorientation que vous sollicitez.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Que faire avec un bac ES ?
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  187. roxanele 23 mai 2011 à 12:34

    bonjour, je suis en seconde generale, je sors d’une 3eme avec un bon niveau dans les matieres scientifiques et cettte annee j’ai un peu de difficultées en chimie. Je voudrai malgres tout faire un bac S. Mais je ne suis pas certaine a 100% qu’au conseil de classe ils me feront passer… Si je n’ai pas le niveau pour un bac scientifique, j’aimerai faire un bac STL mais ou peut-on le passer sur Toulouse? Les maths comptent beaucoup ? Et est-ce un bac difficile?
    Merci d’avance

  188. B. Magliulole 23 mai 2011 à 16:02

    Réponse à Roxane

    L’idée d’entrer en première STL plutôt qu’en S … pourquoi pas ? Il s’agit d’un bac technologique, donc plus “concret” (moins théorique et abstrait) que le bac S, et pour tout dire, plus aisé à réussir. Attention : il existe deux bacs STL, et vous devez choisir dès l’entrée en première : “biotechnologies” et “sciences physiques et chimiques en laboratoire”. Si votre difficulté majeure est liée à la chimie (ou physique-chimie), et pas aux SVT, vous avez évidemment intérêt à demander le premier de ces deux itinéraires de formation secondaire.

    Notez que le bac techno n’est pas un bac professionnel : il suppose qu’après le bac, l’élève prolonge dans le supérieur (en BTS, IUT, école d’ingénieurs …).

    Autre formule : vous sollicitez un redoublement volontaire afin de vous remettre à niveau pour entrer en première S en septembre … 2012 ! C’est bien sur à voir avec votre professeur principal et quelques autres de vos professeurs.

    Quand à savoir dans quels lycées de la région toulousaine vous pourriez trouver cette filière STL, c’est facile à savoir : le CIO (centre d’information et d’orientation) le plus proche, la brochure académique de l’ONISEP “Après la classe de seconde”, normalement disponible au CDI de votre lycée, ou téléchargeable sur le site www.onisep.fr Cette filière STL est relativement rare, donc parfois disponible dans un établissement plus ou moins éloigné de votre domicile, et fréquemment sélective à l’entrée, avec un avantage pour les élèves qui, en seconde, ont suivi l’enseignement d’exploration de biotechnologies, et/ou de sciences et laboratoire, enseignements généralement proposés dans les lycées ayant la filière … STL.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac technologique ? (pour tout savoir sur les débouchés du bac STL)
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre questioàn si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  189. Patle 23 mai 2011 à 17:08

    Je suis très étonné de lire ce que vous répondez à Yann en ce qui concerne sa demande sur le recours à une commission d’appel en fin de première. Vous lui dites que ce n’est pas possible à ce niveau de scolarité.

    Or, il y a deux ans, pour mon fils ainé, actuellement entré en université, nous étions dans le même cas de figure : élève très moyen de première S, nous avions demandé son orientation directe vers une termînale ES. Devant l’avis négatif prononcé par le conseil de classe du deuxième trimestre, nous avons décidé de faire appel et notre cas a été examiné avec bienveillance puisqu’en fin de compte, notre fils a été admis en terminale ES… ce qui ne l’a pas empêché de décrocher son bac ES ensuite.

    Patrick, père d’élève

  190. B. Magliulole 23 mai 2011 à 17:23

    Réponse à Pat

    Je pense que nous ne parlons pas de la même chose.

    Je confirme qu’il n’existe pas de commission d’appel au niveau classe de première. Mais rien n’interdit que dans le cadre de ce qu’il est convenu d’appeler “l’orientation concertée”, ou si vous préférez, d’un dialogue interne, votre demande ait été examinée dans le cadre du conseil de classe du troisième trimestre, ou par une commission interne ad hoc, et que satisfaction vous ait été donnée. Mais il s’agit bien d’une décision interne, alors que la commission d’appel est une instance externe, à laquelle on recoirt lorsque le dialogue interne n’a pas permi de donner satisfaction aux familles, et que ces dernières font le choix de contester la décision d’orientation prise en conseil de classe, puis par le chef d’établissement.

    N’hésitez pas à m’écrire si cette vision des choses vous semble encore erronée de ma part.

    Merci en tous cas pour ce très intéressant témoignage, qui prouve que de plus en plus nombreux sont les professeurs et chefs d’établissements qui comprennent que la réorientation est parfois une arme efficace au service de la réussite de certains élèves.

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  191. Patle 24 mai 2011 à 11:52

    Cher Monsieur,

    Oui, c’est vrai, il ne s’agissait pas d’une commission d’appel externe. Ma demande de révision de la position du conseil de classe s’est déroulée dans le seul cadre du lycée . cela a commencé par un entretien avec le professeur principal à qui nous avons fait part de notre opposition à la décision d’orienttaion prise. Il nous a obtenu un rendez-vous avec le chef d’établissement qui a entendu nos arguments, et a accepté de soumettre le cas à un groupe de personnes composé de lui en tant que chef d’établissement président de séance, le professeur principal, et quatre autres enseignants de la classe fréquentée. Ce n’était donc pas une nouvelle réunion du conseil de classe, mais ça y ressemblait.

    Ils ont ainsi examiné deux cas, dont celui de notre fils. Ils ont accédé à notre voeu, et refusé pour l’autre demande.

    Je confirme donc ce que vous écrivez : ça s’est réglé de façon strictement interne, et donc, ce n’était pas un recours à la commssion d’appel comme il est possible de la faire en fin de 3e ou seconde, mais pas en première en effet. Mais il est bon de savoir que de telles possibilités de “concertation” existent dans certains établissements, et permettent de mettre de l’huile dans les rouages du système d’orientation.

    Merci d’avoir pris du temps pour lire et commpenter notre message

    Merci aussi pour tout ce travail que ma femme et moi trouvons fantastique, que vous faites si généreusement, à distance. Vous devriez fonder votre cabinet privé de conseil en orientation. Je suis certain que vous aurtiez très vite beaucoup de clients

    Pat

  192. jean louisle 27 mai 2011 à 15:53

    bonjour je suis un eleve de second et je doit passer en premierre mais je ne sais vraiment pas quoi faire car j arrive pas a faire un choix… je suis quasiment bon dans toute les matiére sauf la phisique et le français.. mes profs mon conseiller de faire une premiere Es mais moi jai opter pour une premiere STG CAR je pense ne pas avoir le niveau d’aller en Es.. jai un gros probleme au niveau de l’ écriture surtout en dissertation et au commentaire.. je suis fort en anglais et moyen en espagnol…

  193. marinale 27 mai 2011 à 19:39

    Bonsoir, j’aimerais savoir si après une seconde professionnelle industrielle et une seconde générale, un élève peut redoubler sa seconde générale?

    est ce considéré comme un triplement ou non? c’est autorisé?

    Merci d’avance pour votre réponse

  194. B. Magliulole 28 mai 2011 à 11:30

    Réponse à Marina

    J’essaie de bien comprendre votre question : voulez vous parler d’un(e) élève qui a commencé par faire une année de scolarité en seconde professionnelle industrielle, puis qui a redoublé en seconde générale où il(elle) se trouve actuellement ? C’est rare : le plus souvent cela se passe plutôt de façon inverse : on commence par une seconde générale, et si ça ne marche pas, on redouble en seconde professionnelle.

    Mais si c’est bien ce que je crois comprendre (si je me trompe, dites le moi afin que je vous réponde autrement), à savoir qu’il s’agit bien d’un(e) élève qui a commencé par redoubler en seconde pro industrielle, puis est entré(e) en seconde générale et se demande s’il ne va pas falloir à nouveau la redoubler, alors la réponse est oui : il est possible que le conseil de classe décide d’un triplement ! Par contre, si le conseil décide une orientation vers une classe de première générale ou technologique non demandée, alors cet(te) élève n’a pas droit à préférer à nouveau un redoublement (triplement) : ce droit n’est accordable qu’une fois , et a semble-t-il déjà été utilisé l’an dernier.

    Par contre, en cas de désaccord, cet(te) élève a droit à faire un recours auprès de la commission d’appel.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter (en particulier, pour tout connaître sur les possibilités de redoublement, le recours à la commission d’appel, etc.)
    - Le guide de l’orientation au lycée
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    n’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  195. B. Magliulole 28 mai 2011 à 11:46

    Réponse à Jean-Louis

    Si la physique n’est pas votre “truc”, vous avez raison d’écarter l’idée d’entrer en première S ! Les difficultés que vous exprimez en français rendraient difficiles votre réussite en L ou ES (en ES, il faut en outre avoir un niveau convenable en maths, matière dont vous ne parlez pas). Par élimination, vous en arrivez à STG et en effet, d’après les éléments d’information que vous me transmettez, vous semblez être d’un profil adaptable à la série STG. Mais peut être qu’avec un important effort, le bac ES serait à votre portée !

    Encore faut-il que les études qui vous attendent en STG pendant deux ans vous intéressent. Avez-vous consulté les documents qui vous les décrivent ? Et les débouchés dans l’enseignement supoérieur de ce bac, sont ils ceux qui vous intéressent ? Objectivement, le bac ES vous donnera un meilleur potentiel, mais à la condition de bien réussir votre parcours première/terminale (le bac, aujourd’hui ça ne suffit plus pour passer dans la majorité des filières supérieures). Objectivement : pour plein de débouchés dans le supérieur, il vaut mieux être un bon STG qu’un moyen ES !!!

    Autre problème si vous optez pour STG : il y a deux spécialités entre lesquelles vous devez choisir dès l’entrée en première : “gestion” ou “communication”. 80% des enseignements sont communs, mais vous vous séparez en deux groupes pour l’enseignement technologique, et là il faut choisir, sachant que non seulement ce ne sont pas les mêmes enseignements technologiques, mais qu’en outre, ce ne seront pas exactement les mêmes débouchés dans le supérieur.

    Je vous conseille, pour y voir plus clair et bien préparer votre choix, de vous procurer d’urgence les ouvrages suivants :
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse)
    - Que faire avec un bac ES ? (tous les débouchés)
    - Que faire avec un bac technologique ? (tous les débouchés des diverses spécialités du bac STG)

    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”) ou en librairie scolaire

    N’hésitez pas à me demander un complément de réponse si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  196. Eléale 28 mai 2011 à 12:18

    Bonjour, je suis actuellement en seconde, et me dirige vers une première ES. Je dois remplir la fiche verte d’orientation de fin de seconde.. mais quelles sont les options à prendre ? Je pensais qu’il fallait choisir entre “économie approfondie”, “sciences politiques et sciences sociales”.. Mais apparemment, en voyant tous les sites que j’ai consultés, il s’agit des options en terminale ! Alors que dois-je mettre à option ? “Economie et sociale” ? “Sciences”? ou “Mathématiques ?”. Merci d’avance.

  197. Liloule 28 mai 2011 à 14:20

    Notre fille est élève en seconde et a suivi cette année les enseignements d’exploration de SES (obligatoire dans son lycée) + littérature et société.

    Nous comptons, d’accord avec elle, demander une orientation en première S (premier voeu), et ST2S (2e voeu). Or, le professeur principal nous dit que comme elle pas suivi les enseignements d’exploration correspondants (MPS et SMS), je ne peux préten,dre à de telles orientations.

    Nous sommes très étonnés car on nous avait dit en début d’année que le choix des filières d’études en première serait indépendant des choix d’enseignement d’exploration fait en seconde. D’où vient l’erreur : est-ce nous qui avons mal interprété les choses, ou le professeur principal qui fait un abus ?

    je précise qu’elle a un dossier globalement assez-bon : 12/20 en maths, 11/20 en physique-chimie, 13/20 en SVT, 10/20 en français, 11/20 en histoire-géo, 13/20 en anglais, 07/20 en allemand, 11/20 en SES, 14/20 en littérature et société.

    Qu’en pensez-vous ? Merci de nous répondre très vite car le conseil de classe du troisième trimestre se réunit dans une semaine, et nous n’avons pas encore rempli la “fiche navette” pour l’orientation

    Lilou, mère d’élève

  198. B. Magliulole 28 mai 2011 à 14:34

    Réponse à Eléa

    La classe de première ES comprend un vaste tronc commun, et des enseignements optionnels facultatifs au choix (selon l’offre de l’établissement : LV3, latin, grec classique, arts plastiques, musique, etc.)

    Comme vous entrez dans la première année de la nouvelle série Es rénovée (comme toutes les voies), sachez que contrairement à ce qui existait jusque là, il n’y a plus à choisir d’enseignement optionnel obligatoire en première ES. C’est en entrant en terminale ES (à la rentrée 2012 en ce qui vous concerne), que vous aurez à choisir ce quis ‘appelle “un enseignement optionnel obligatoire de spécialité”, qui peut en théorie être l’un de ceux que vous citez : “économie approfondie”, “sciences sociales et politiques” ou “mathématiques”. Ce choix existe donc bel et bien, mais uniquement pour entrer en terminale ES.

    J’écris “en théorie”, parce que bien entendu, rien ne permet d’affirmer que le lycée dans lequel vous êtes vous offrira les trois choix en entrant en terminale ES. Les lycées à petits effectifs sont parfois tenus de n’en proposer que deux !

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée (tout sur le nouveau lycée)
    - Que faire avec un bac ES ? (pour préparer votre futur saut dans le supérieur )
    - Pour quelles études (supérieures) êtes-vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  199. B. Magliulole 28 mai 2011 à 14:43

    Réponse à Lilou

    C’est vous qui avez raison : la demande d’orientation vers une filière bac (S, ES, L, ST2S, STG, STI, etc.) ne peut être liée au fait d’avoir choisi en seconde l’enseignement d’exploration correspondant. C’est pourquoi on qualifie la seconde de “classe de détermination” (c’est à dire durant laquelle on prépare son choix, on se détermine).

    Vous avez donc parfaitement le droit de demander une orientation vers la première S, ou ST2S.

    Bien sur, cela ne veut pas dire que le conseil de classe vous l’accordera, mais un éventuel refus ne peut être motivé au prétexte avancé du non suivi de l’enseignement d’exploration de MPS (pour S) ou de sciences médicoèsociales (pour ST2S). Si c’était le cas, vous pourriez sans problème obtenir pour vice de forme (non respect des textes réglementaires) une révision en votre faveur de la décision prise sur de telles bases, soit auprès du chef d’établissement, soit de la commission d’appel.

    Et ce d’autant que les notes de votre fille sont très correctes, notamment dans les matières scientifiques (SVT et physique-chimie, ainsi qu’en maths), matières de base pour une orientation vers S , voire ST2S.

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Que faire avec un bac SZ ?
    - Que faire avec un bac technologique ?
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à meposer une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  200. marinale 01 juin 2011 à 10:08

    merci pour votre réponse. Vous aviez bien compris.
    Autre petite question, j’aimerais juste savoir ce qu’est une 1ère passerelle? je ne trouve pas vraiment d’explications…

    merci par avance

  201. B. Magliulole 01 juin 2011 à 10:37

    Complément de réponse à Marina

    Une classe de première passerelle est une classe qui permet une réorientation . Vous concernant, ce pourrait être, à l’issue de la première professionnelle, un passage en “première passerelle technologique” en vue de préparer ensuite un bac technologique. Par exemple : seconde pro/première pro/première passerelle techno/terminale techno.

    Du coup, cela permet d’accéder à un bac téchnologique, mais en quatre ans au lieu de trois si on était entré en seconde générale et technologique.

    Notez que peu de lycées en proposent, mais qu’il y en a dans toutes les académies. Attention : l’accès à ces première passerelle n’est pas automatique. Le nombre de places y est limité et il y a une certaine sélection à l’entrée.

    En tapant “classes de première passerelle” sur un moteur de recherche, vous trouverez d’utiles renseignements.

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  202. M.Christinele 05 juin 2011 à 22:16

    Bonsoir,

    Mon fils en 2e a eu un début d’année assez difficile et a réussi à progresser en fin d’année pour arriver à avoir la moyen dans la plupart des matières sauf en maths (il est actuellement dans un lycée assez difficile où le système de notation sanctionne souvent le niveau des élèves). Il veut plus tard s’orienter dans des études d’animation ou de design 3D dans le monde des jeux vidéo ou des films d’animation. Face à son niveau assez faible en maths, son prof principal lui suggère de s’orienter vers un bac STG SI au lieu de faire un bac ES nécessitant beaucoup de rédaction et au matières plus théoriques. Je me dis que même s’il s’agit de SI dans la gestion il peut peut-être retrouver des similitudes dans le monde informatique des jeux vidéo et de l’animation. Qu’en passez vous ? un bac STG SI peut-il permettre de faire des études supérieures artistiques ds le domaine du 3D ? Je ne voudrais pas qu’il choisisse un filière qui lui ferme les portes ensuite mais je préfère qu’il fasse un bon bac STG SI qu’un bac ES moyen.
    De plus pensez vous qu’une option art plastique au bac même passé en candidat libre peut-être un plus pour l’orientation qu’il veut faire ?
    Merci d’avance des conseils que vous pourrez m’apporter

  203. B. Magliulole 06 juin 2011 à 11:20

    Réponse à M. Christine

    L’idéal, pour se faire admettre dans les BTS ou écoles spécialisées dans les arts graphiques (Les Gobelins de Paris par exemple), est de préparer et bien réussir un bac … STD2A (sciences et technologies du design et des arts appliqués). Il aurait pour cela fallu demander à faire la seconde dans un lycée qui offre l’option d’enseignement d’exploration de “création et culture design”, qui est lourde (6h par semaine), et strictement obligatoire pour prétendre ensuite entrer en première STD2A. Si j’évoque cela, ce n’est pas pour vous faire avoir des regrets, mais parce qu’il est peut être encore temps de demander un redoublement volontaire en seconde avec enseignement d’exploration de “création et culture design”.

    Certes, c’est passer un an de plus au lycée, mais comme de toutes les façons, votre fils devra faire une année de remise à niveau après le bac s’il veut entrer dans l’une de ces formations, cela revient au même, du moins en ce qui concerne la durée des études. J’ajoute que puisqu’il a accompli en seconde un parcours très moyen, ce redoublement volontaire pourrait lui permettre de se renforcer avant d’attaquer une classe de première.

    Problème : un tel redoublement volontaire n’est pas un droit, c’est le conseil de classe et le chef d’établissement qui décident, sur votre demande éventuelle. De plus, il faut trouver le lycée qui offre cet enseignement d’exploration de “création et culture design” qui est relativement rare, surtout en dehors des grandes villes.

    Sinon, passer par un bac STG pourquoi pas, mais l’informatique que l’on apprend en STG SI est de l’informatique appliquée au monde de l’entreprise. Cela n’a pas grand chose à voir avec l’objectif d’études supérieures visé par votre fils, sauf qu’il se familiarisera fortement à l’outil informatique.

    Mais le problème sera le saut vers ces formations spécialisées dans le supérieur : elles sont toutes sélectives à l’entrée, et donc risquent fort de ne pas accepter la candidature d’un STG (qui n’a que très vaguement le profil, surtout s’il ne sort pas franchement du lot). Vous aurez certes toujours la possibilité de l’inscrire dans certaines écoles privées et fort coûteuses dont le critère principal de recrutement est votre capacité à signer le chèque correspondant aux droits de scolarité. Mais pour les formations reconnues et conduisant à des diplômes officiels (un BTS, un diplôme des métiers d’art …), il y aura toujours une préférence pour un bachelier STD2A, ou un bachelier général ayant pu suivre une formation aux arts plastiques, en milieu scolaire ou à l’extérieur.

    Attention : si vous optez pour une demande de redoublement volontaire en seconde avec création et culture design, il faut le demander AVANT la réunion du conseil de classe qui doit donner son avis au chef d’établissement qui Dans ce cas, voyez immédiatement cela avec le professeur principal.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac technologique (tous les débouchés des bacs STD2A, STG …)
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter (avec le droit au redoublement volontaire…)
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me questionner à nouveau si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  204. Claudinele 07 juin 2011 à 22:55

    Bonjour,

    Ma fille est en 1ère ST2S (a redoublé sa 3ème). Cette année elle a des résultats faibles, et le conseil du 3è trimestre 2011 lui propose un redoublement (moyennes 3T2011 = ST2S cours : 10.40 - tvx pratiques : 7.50 / bio physiopatho : 3.20 / français : 7.50 / phys chimie : 7 / maths : 11.50 / anglais : 8.58 / hist géo : 11.50 - AID : 8).

    A priori, elle ne voudrait pas redoubler.

    Je pense à titre personnel que si elle passe, elle va vers un échec au bac (trop de boulot à rattraper, une pression importante due au bac en 06/2012 …).

    Quelle pourrait être selon vous la meilleure solution, sachant que sa faiblesse est due je pense à la conjonction de deux facteurs : des difficultés de compréhension parfois et un manque de travail personnel.

    Elle est interne car l’établissement est à 80kms de notre domicile, nous n’avons aucun accès aux notes sur internet (comme c’est le cas avec le lycée où est scolarisé son frère), les profs ne nous donnent aucune alerte sur les difficultés de notre enfant … cela n’aide pas.

    Merci d’avance pour votre avis sur l’acceptation ou pas du redoublement. Cordialement.

  205. Claudinele 07 juin 2011 à 22:58

    Re bonjour,

    J’ai oublié une autre question. Est-il possible de se réorienter dans sa scolarité à l’issue de la 1ère ou encore après la Terminale (qu’on ait obtenu ou pas le bac) … pour faire un apprentissage ou encore un bac pro … ?

    Cordialement.

  206. Claudinele 07 juin 2011 à 23:16

    Mon fils est en 2de (jamais redoublé), mais s’est plutôt laissé aller cette année (attitude sérieuse en cours, mais manque de travail personnel). Il se retrouve donc avec une moyenne 8.3 au 3T (9.9 au 1T et 10.9 au 2T).

    Alors qu’il souhaitait 1ère ES, le conseil de classe propose le redoublement souhaitant lui accorder une chance car il le pense capable (moi aussi d’ailleurs).

    Selon vous, vaut-il mieux redoubler ou tenter un passage en 1ère après avoir saisi la commission d’appel (avec 9.7 de moyenne sur l’année, pas sûr que ce soit accepté sauf s’ils suivent les consignes politiques actuelles pour faire des économies) ?

    J’avais rencontré plusieurs le prof principal de mon fils, en lui disant avant le conseil qu’il fasse au mieux selon ce qu’ils (les profs) ont perçu de mon fils (attitude en classe, potentiel, motivation …) au cours de l’année scolaire 2010-2011.

    En effet, on lit dans certains articles qu’il vaut mieux redoubler une 1ère qu’une 2de … ou l’inverse … je ne sais plus quoi penser.

    Personnellement, je pense peut-être utile de bien refaire le socle avant de passer en 1ère … (méthodes de travail, maturité générale à parfaire, résultats bien sûrs à faire évoluer), et que donc un redoublement pourrait être profitable ; ma crainte (peut-être infondée) étant qu’il se décourage en 1ère …

    Par ailleurs, le niveau du programme et les efforts demandés (investissement personnel) sont-ils plus/beaucoup plus importants en 1ère qu’en 2de ?

    Merci par avance pour votre réponse. Cordialement.

  207. B. Magliulole 08 juin 2011 à 9:54

    Réponse à Claudine

    Je commence par le cas de votre fille. Pour votre fils, ce sera la réponse suivante.

    Le redoublement ne peut être imposé en première : il est dans votre cas proposé par le conseil de classe et le chef d’établissement, mais vous avez le choix de la réponse : acceptation ou refus.

    Il est cependant vrai que le bilan scolaire de cette première ST2S est médiocre, et que si elle passe en cet état en terminale, votre fille n’ait un risque de devoir ensuite redoubler sa terminale. Et même si elle obtient son bac, il fa

  208. B. Magliulole 08 juin 2011 à 10:19

    Suite de la réponse à Claudine

    Désolé, mais le début de ma réponse est parti avant que je ne l’achève. Je reprend donc

    ….Et même si elle obtient son bac, il faut qu’elle tienne compte du fait que la plupart des filières d’enseignement supérieur accessibles aux bacheliers ST2S (écoles paramédicales, sociales, BTS de ce secteur, DUT carrières sociales, etc.) sont … SELECTIVES à l’entrée (sur dossier, concours …) et donc ne prennent jamais de candidats moyens ! Pour avoir des chances d’être admis, il faut “sortir du lot”, ce qui pour le moment est loin d’être le cas pour votre fille.

    De plus, lorsque la sélection se fait sur dossier (c’est le cas pour les BTS, les DUT …), on tient compte des notes et appréciations de terminele ET PREMIERE, ainsi que des notes obtenues aux épreuves anticipées du bac en fin de première. Du fait de son résultat global cette année, elle sera victime d’un gros handicap.

    Je comprend donc, dans de telles conditions, que l’on vous conseille localement le redoublement volontaire.

    Je sais que ce n’est pas agréable (sentiment d’échec … d’autant plus lourd pour elle qu’elle a déjà redoublé en troisième, les copines qui passent dans une autre classe, etc.), mais ce pourrait être pour elle une chance. A une condition cependant : qu’elle ne se laisse pas aller au sentiment de facilité qu’elle va ressentir les premiers jours en première redoublée. Il faut au contraire qu’elle “passe le turbo” et profite de son avantage de départ pour s’efforcer (par un travail plus important que celui déployé cette année), de faire partie des meilleures de sa future première ST2S.

    Mais si vous décidez de ne pas la faire redoubler, il est clair qu’il va falloir fortement se mettre à bosser, non seulement pour rattraper les acquis de première qu’elle n’a visiblement pas engrangé, mais pour faire partie des meilleures si elle veut réussir les concours qui l’attendent à partir du printemps.

    En résumé, le problème est moins celui de la réussite au bac (difficile dans son cas mais pas impossible, même en ne redoublant pas), que celui du passage dans l’enseignement supérieur.

    En cas d’échec aux procédures de sélection à l’entrée en BTS, IUT, écoles …, elle n’aura pas d’autre possibilité que d’entrer en université (droit, administration économique et sociale …), avec relativement peu de chances de réussite. Le problème dans ce cas ne sera pas l’admission (tout bachelier trouve une place en première année d’université), mais de réussir ensuite dans des univers sans encadrement, à effectifs de masse, avec pour les ST2S 20% seulement d’atteinte de la licence !

    Pour être plus clair, tout dépend de ses objectifs après son futur bac, ce que vous ne précisez pas dans votre message.

    Quand à se réorienter, pourquoi pas ? Mais ce sera plus facile après le bac ! Il est parfaitement possible de préparer des BTS, DUT, formations d’écoles professionnelles diverses, par l’alternance. Et on voit des bacheliers ST2S qui décident de passer à un tout autre secteur d’activité professionnelle : commerce, secrétariat, tourisme, hôtellerie, transport … Mais sans le bac, on ne peut que repartir au niveau CAP ou négocier une réorientation vers une première pro du même secteur (en ce qui la concerne : “service de proximité et vie locale” ou “services (accueil, assistance, conseil)”, voire un tout autre bac pro (commerce, comptabilité, secrétariat …). Mais je ne vous cache pas qu’à cette date, une telle reconversion va être difficile à négocier… ce n’est peut être pas impossible, à la condition de trouver l’établissement qui offre la formation professionnelle recherchée, la propose par l’alternance, et a encore une place à offrir !

    Avez-vous pensé à une autre façon de se réorienter qui serait de demander à redoubler dans une autre première technologique : STG par exemple ? Mais il faut être certain que les contenus et débouchés la motiveront plus que ce qui est proposé en ST2S, et ce à la condition de véritablement vouloir renoncer au secteur de la santé et du social. Est-ce le cas ?

    J’ai conscience de soulever plus de questions que de vous proposer ce que vous attendiez : une solution. Mais le cas de votre fille est complexe, et je n’ai qu’une partie des éléments de réflexion puisque vous ne me dites rien de ce que sont ses objectifs après le bac.

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Que faire après un bac technologique (tout sur les débouchés des bacs ST2S, STG …)
    - Pour quelles études êtes vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse)
    - 100 questions réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le désirez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  209. B. Magliulole 08 juin 2011 à 10:40

    Deuxième réponse à Claudine

    Voyons le cas de votre fils maintenant !

    Vous avez en effet un choix à faire entre accepter la proposition de redoublement de l’établissement dès à présent, ou user de votre droit de recours à la commssion d’appel pour tenter d’obtenir le passage en première ES (sinon, retour à la case “redoublement”). A vous de voir bien sur.

    Mon point de vue est que sur la base du bilan scolaire que vous me présentez, vous n’avez presque aucune chance d’obtenir satisfaction en commission d’appel. Avez-vous des éléments nouveaux et convaincants à présenter ? Y a t il eu de la part du conseil de classe un traitement inéquitable de la situation de votre enfant par rapport à d’autres ? Il ne semble pas, et donc, la probabilité la plus grande est que la commission d’appel va confirmer la décision prise en conseil de classe. Mais votre droit est d’essayer.

    Attention à bien tenir compte du problème suivant : si votre fils obtient de passer en première ES malgré ses résultats (et donc acquis insuffisants) de seconde, il risque fort de faire une mauvaise première/terminale. Or, le redoublement de la première que vous évoquez est exceptionnel : tout élève admis en première passe AUTOMATIQUEMENT en terminale de la même voie d’études (ES en ce qui vous concerne). Certes, un redoublement peut être sollicité par la famille, mais le conseil de classe a le droit de refuser, et dans ca cas : pas d’appel (il n’existe pas de possibilité de recourir à une commission d’appel en fin de première puisque le passage est automatique). Or, si tel était le cas, il deviendrait extrêmement difficile pour votre fils d’espérer se faire admettre dans une filière supérieure sélective (classe prépa, école, IUT, BTS, certaines facs …). Il serait OBLIGE d’entrer en première année d’une université non sélective. Si c’est son choix pas de problème (encore qu’il faudra réussir ensuite, dans un univers très mal encaderé), mais si sa préférence va vers d’autres études, il y sera interdit d’accès !

    Dans ces conditions, j’ai tendance à penser que quitte à redoubler, autant que cela soit en seconde !

    Attention cependant au risque que représente le sentiment de relative facilité de tout redoublant, du moins dans les premiers temps de sa classe redoublée. Le risque est de se laisser aller (sentiment d’avoir des résultats très corrects sans faire grand chose), mais alors, on est très vitre rattrapé par les autres, puis dépassé. Il faudra au contraire qu’il profite de son redoublement pour développer un travail plus intense et viser le groupe des meilleurs de sa classe. Et là, mais dans ce cas seulement, son redoublement aura servi à quelque chose !

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac ES ?
    - Pour quelles études êtes-vous fait ?
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  210. Karinele 08 juin 2011 à 18:49

    Monsieur,
    Actuellement en classe de seconde générale, mon fils, agé de 16 ans n’a jamais redoublé. Une scolarité correcte pendant ses années de collège, mais aujourd’hui à peine 10.25 de moyenne générale au lycée. Un premier trimestre à découvrir les joies du lycée (grèves, copains, copines,…), un deuxième en perdition, et enfin un troisième trimestre à travailler pour ratrapper le temps perdu, pour acceder à une Première S. Plus tard, il veut intégrer une unité militaire, mais il ne sait pas encore quel métier. Son lycée lui organise une visite personnelle dans une classe de première SSI, il découvre un cours qui l’enchante et correspond à ses désirs. Suite au conseil de classe, nous apprenons, qu’il l’oriente vers une 1° STI2D. Dans mes recherches, sur différents forums, de nombreux avis apparaissent mais pas spécialement tous glorieux. Dois-je demandé de faire appel, dois-je demandé une redoublement, dois-je le laisser aller vers le technique STI2D et si oui quelles seraient les débouchés pour une école militaire ?
    Merci par avance pour votre réponse.
    Cordialement,
    Karine

  211. Claudinele 08 juin 2011 à 23:12

    Bonsoir,

    Je vous remercie pour tout l’intérêt que vous avez porté à mes deux questions, qui s’est vivement ressenti dans la rédaction de vos réponses. Ces dernières m’ont tout à la fois réconfortée et éclairée.

    Pour ma fille donc, je pense qu’effectivement, le redoublement s’impose de toute évidence … même si encore ce soir, elle m’a dit au téléphone qu’elle souhaitait passer en Terminale. Je lui ai fait valoir plusieurs arguments finalement similaires aux vôtres. Socle trop faible pour être à l’aise en Terminale, même à mon sens en mettant les bouchées doubles, sachant que le programme de ST2S est loin d’être léger et facile … par contre, si je ne m’abuse, elle va se trouver dans la réforme de la 1ère à la rentrée 2011-2012, mais à ce que j’ai pu lire, la ST2S ne serait pas une filière des plus touchées par les changements.

    Pour information, elle voulait initialement être infirmière. Je lui ai déjà expliqué vu ses résultats des deux premiers trimestres que cela me semblait pour le moment compromis (10% d’admis au concours d’entrée si je ne m’abuse), et lui ai dit qu’elle pourrait passer par le cursus d’aide soignante et ensuite pourquoi pas si le niveau et la motivation sont là, tenter l’IFSI !

    Pour mon fils, il semble avoir admis le fait de redoubler sa 2de. Votre avis est aussi similaire au mien, à savoir qu’attaquer une 1ère ES avec des résultats effectivement plus que moyens en 2de, le pénaliserait pour les 2 prochaines années (par défaut de certains acquis) … Passage en 1ère ES sous réserve en tout état de cause d’un avis favorable de la commission d’appel qui me surprendrait effectivement car il n’a pas été moins bien traité qu’un autre élève dans sa classe … j’étais présente aux 3 conseils de classe de l’année, et ai pu aisément m’en rendre compte.

    De son côté, il souhaite devenir Gendarme. Un conseiller en recrutement de la Gendarmerie rencontré dernièrement, lui a préconisé de prévoir un plan B en cas d’échec au concours d’entrée en Gendarmerie (bien vu de sa part, car moi j’en étais restée à l’obtention du Bac), voire d’un possible souhait d’arrêter son engagement quelques années après être rentré … tout simplement parce qu’il pourrait se rendre compte que çà ne lui plairait pas ! Le conseiller lui a dit qu’il valait mieux effectivement avoir un Bac + un BTS ou DUT derrière dans un domaine choisi … et seulement ensuite postuler dans la Gendarmerie ! Le souci est qu’à ce jour il n’a pas d’envie particulière si ce n’est d’être Gendarme pour allier une activité “intellectuelle” et bouger à la fois … D’ici le Bac, il a encore le temps de voir, je ne vais pas m’affoler non plus, chaque chose en son temps.

    Une chose qui m’a interpelée dans votre réponse, et je vous en remercie, est que si le Conseil de classe de fin de 1ère fait passer un élève de 1ère en Terminale, on ne peut pas demander le redoublement ! Je pensais que “si”, donc cela me conforte dans l’idée qu’il vaut mieux que mon fils redouble cette année sa 2de, et que ma fille quant à elle a effectivement une “grande chance” de se voir proposer un redoublement en 1ère sachant qu’elle a déjà redoublé une 3ème (le CdC aurait tout simplement pu la faire passer en se moquant de son risque d’échec en Terminale, suivant les consignes données par le Gouvernement pour faire des économies).

    Concernant les redoublements en général, on entend souvent et j’ai lu dans vos articles, qu’en France, nous détenions un record et que cela ne donnait pas les résultats escomptés. Vous évoquez dans un de vos articles qu’il serait préférable de faire comme en Finlande, à savoir aider davantage les élèves en difficultés pour éviter les redoublements. Je suis complétement d’accord avec vous, c’est vraiment ce que je souhaiterais en tant que “parent”, mais le système actuel ne nous donne aucun choix ! Cette fameuse aide n’existe pas dans la réalité et du coup, la seule alternative qui nous est “offerte” est le redoublement.

    Merci encore pour le temps passé à me répondre, j’ai finalement trouvé plus d’aide dans vos réponses qu’auprès du CIO ou parfois de “certains” professeurs … Malgré mon investissement et l’intérêt porté à la scolarité de mes deux enfants, je me sens parfois très seule et peu épaulée. Il a par exemple fallu que ma fille et moi, relancions par 2 fois son professeur principal au 2d trimestre, pour qu’enfin il m’appelle à la maison. Il ne voulait pas me donner son numéro … je suis à 80kms du Lycée et je travaille, ce n’est donc pas simple et peu écologique que je me déplace au Lycée pour un RDV d’un 1/4 d’heure.

    Cordialement.

  212. B. Magliulole 09 juin 2011 à 10:34

    Réponse à Karine

    Dans le cadre de la réforme du lycée, il est mis en place, à la rentrée 2011, une nouvelle filière STI : “sciences et technologies de l’industrie et du développement durable” (STI2D). Il est désormais proposé aux familles de choisir entre quatre spécialités de ce bac, et ce choix doit être fait avant d’entrer en première : “innovation technologique et éco-conception” , “système d’information et numérique”, “énergies et développement durable”, “architecture et construction”.

    Bien sur, il est très rare que les quatre spécialités se trouvent dans un même établissement. Renseignez-vous auprès du CIO le plus proche (centre d’information et d’orientation), ou sur le site www.onisep.fr, questionnez le conseiller d’orientation-psychologue de l’établissement si votre fils est scolarisé dans un établissement qui en a un … pour connaître le nom et l’adresse du lycée qui propose la spécialité qui vous intéresserait si vous confirmez cette orientation. Avant de choisir, renseignez-vous aussi sur les programmes en première et terminale, et les débouchés.

    Sachez que par rapport à l’ancien bac STI, ce nouveau bac STI2D est plus “généraliste”, plus polyvalent, moins “technique”, et donc plus propice que le précédent à la poursuite des études dans le supérieur. Attention : deux langues étrangères y sont désormais obligatoires (avant, une seule pouvait suffire).

    Faire appel pour obtenir une décision d’orientation vers la première S sciences de l’ingénieur ? Pourquoi pas ? Vous ne courrez guère de risque à le demander (attention : le délai pour exprimer votre demande de recours n’est que de trois jours après notification par le chef d’établissement de la décision d’orientation). Après tout, votre fils n’a pas démérité : 10,25 de moyenne n’est pas catastrophique, loin de là. Mais la question est de connaître le détail par matière de ses notes : pour une telle demande d’orientation, ce n’est pas pareil d’avoir 12/20 dans les matières scientifiques et 8/20 dans les littéraires, que l’inverse.

    Ce qui est sur, c’est que si d’aventure vous obteniez satisfaction par la commission d’appel (ce n’est pas impossible), avec son bilan scolaire de seconde votre fils risque de rencontrer de grosses difficultés en S SI, cette classe étant particulièrement exigente. Il risque fort de finir par difficilement obtenir son bac S SI, de façon très moyenne, ce qui aurait pour conséquence une impossibilité de parvenir ensuite à se faire admettre dans les filières supérieures sélectives (prépas, IUT, BTS, écoles d’ingénieurs, militaires et autres …) qui recrutent sur procédure de sélection, et donc ne prennent que les meilleurs ! Or, les écoles militaires sont toutes sélectives.

    A cet égard, il vaut évidemment mieux faire un bon parcours en STI2D qu’un moyen ou médiocre en S ! Le bac STI2D lui permettra de tenter sa chance à l’entrée de nombre d’écoles militaires, mais sans doute pas les plus prestigieuses (l’Ecole navale, L’ecole de l’Air, St Cyr … ne recrutent quasiment que des bacheliers généraux, via les classes préparatoires ).

    Autre stratégie envisageable : accepter un redoublement en seconde, afin de se renforcer, et d’entrer plus sereinement, avec les acquis nécessaires pour une bonne réussite en S SI. C’est certes un an de redoublement, mais si c’est pour passer dans la filière de ses rêves, et réaliser son objectif après bac, c’est un prix qu’il faut peut être accepter de payer ! Pour cela, vous avez le choix entre deux possibilités :

    - Faire appel en vue d’obtenir dès cette année la S SI et si la commission d’appel vous le refuse, exprimer votre préférence pour un redoublement volontaire
    - Faire immédiatement savoir au chef d’établissement que vous demandez un redoublement volontaire, en ne passant du coup pas par la case “commission d’appel”.
    A vous de voir … mais vite : encore une fois, pour la commssion d’appel vous devez exprimer votre recours dans les trois jours suivant la notification de la décision d’orientation.

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée (de la sortie de troisième à l’après bac) : tout sur les nouvelles filières
    - Que faire avec un bac technologique (les débouchés des quatre spécialités du bac STI2D)
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter (la règlementtation concernant le droit d’appel, le droit au redoublement volontaire , la différence entre “bac technologique” et “bac professionnel”…)
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me demander un complément de réponse si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  213. B. Magliulole 09 juin 2011 à 10:57

    Complément de réponse à Claudine

    Il est un point sur lequel je n’ai pas dû être assez clair. Le conseil de classe de fin de première n’a pas à se pronconcer sur le choix entre “passage en première” ou “redoublement”, puisque le passage de première en terminale de la même filière est AUTOMATIQUE. Il résulte de ce principe (qui est tout à fait réglementaire), que si un redoublement est pronconcé par le conseil de classe du troisième trimestre de première c’est dans deux cas très particuliers :
    - Sur demande de la famille (logique du redoublement volontaire), mais le conseil de classe peut refuser
    - Sur suggestion des professeurs (et dans ce cas, c’est la famille qui a le droit de refuser).
    Tout ceci explique pourquoi il n’existe pas de commission d’appel en fin de première.

    Il n’en va pas de même en troisième et seconde, qui sont de véritables “palliers d’orientation”, à l’issue desquels un redoublement peut être imposé, avec droit de recours éventuel à l’arbitrage de la commission d’appel en cas de désaccord.

    Pour ce qui est des études préparatoires à une carrière dans le corps militaire de la gendarmerie, je vous confirme ce que l’on vous a dit : le bac est un minimum. deux cas de figure ensuite :
    - Pour devenir sous-officier de la gendarmerie, on commence par se présenter et réussir un concours d’accès à une des quatre écoles de gendarmerie, sachant que c’est officiellement un concours de niveau bac, mais qu’une bonne partie des candidats sont diplômés de niveau bac + 2 (BTS, DUT) ou 3 (licence).
    - Pour devenir officier, il faut soit bénéficier d’une promotion interne par rapport au statut de sous-officier, soit passer directement par l’Ecole des officiers de la gendarmerie de Melun (banlieue parisienne). cette grande école militaire recrute à bac + 4 (minimum) ou 5 (donc avec un master universitaire ou équivalent). La formation (rémunérée) y dure deux années.
    - Pour devenir “gendarme adjoint volontaire”, le niveau bac suffit largement. la formation dispensée dans l’une des quatre écoles de gendarmerie, est courte (treize semaines).

    Attention : toutes ces écoles sont très demandées et donc très sélectives ! En particulier, ces concours sont connus pour comporter deux séries d’épreuves ardues : des épreuves physiques et des tests.

    Pour votre information, et celle de vos enfants , sachez que je fais diverses conférences orientation dans le cadre de nombre de “salons de L’Etudiant”, tant en région parisienne qu’en province. Si vous me dites quelle est pour vous la ville universitaire la plus proche , je pourrai vous dire si je serai présent au salon de 2011/2012 et à quelles dates. Sachez aussi qu’il m’arrive, sur invitation du chef d’établissement et/ou de l’association des parents d’élèves, de me rendre dans un lycée pour faire une conférence sur le thème “orientation” et débattre à cette occasion avec les familles, les professeurs principaux de l’établissement … Pourquoi pas dans votre lycée l’an prochain ?

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  214. B. Magliulole 09 juin 2011 à 11:14

    Suite de ma réponse à Claudine

    En me relisant, je constate qu’il est une de vos questions à laquelle j’ai omis de vous répondre : c’est celle qui concerne la mise en oeuvre de la nouvelle filière ST2S.

    Sachez qu’il a été décidé (comme pour la STG d’ailleurs) de différer la mise en oeuvre de la réforme de cette filière à la rentrée 2012 (en première), puis 2013 (en terminale). C’est donc un cas particulier car pour les autres nouvelles filières (ES, L, S, STI2D, STL, STAV …) elles se mettent en place dès la rentrée prochaine.

    Pourquoi cela ? Parce que la filière ex SMS a été réformée récemment (il y a trois ans à peine, par la création de la filière ST2S), si bien qu’on n’a pas souhaité faire survenir trop rapidement une nouvelle filière qui, du coup, ne sera pas bouleversée (même intitulé, maintien de la plupart des enseignements et programmes …).

    Bruno Magliulo

  215. Q. Blancle 09 juin 2011 à 21:24

    Bonsoir,
    Je suis actuellement en 2nde générale, et comme beaucoup d’autres élèves de mon niveau je suis confronté au fameux dilemme : S ou ES ? Écouter ses parents ou ses ambitions ?
    Je souhaiterais plus tard intégrer un IEP, et/ou travailler dans l’urbanisme.
    Mes parents me recommandent avec aplomb la filière scientifique, seulement les sciences ne m’intéressent en rien et mes notes en Physique-Chimie/SVT ne sont que moyennes. De plus, selon eux, un bac ES me fermerait beaucoup de portes. Mais je suis sûr de ne pas vouloir faire Médecine ou Ingénierie, alors, une filière Éco me fermerait-elle autant de portes ? & enfin, ils pensent que j’aurais moins de chances d’intégrer Sciences Po ou quelconque autre grande école avec un bac ES.
    J’ai de très bons résultats en mathématiques et en langues, & les notions abordées en SES (l’enseignement d’exploration que j’ai choisi) m’ont particulièrement intéressé.
    Je suis très motivé pour ES, & je m’y verrais plus épanoui. Mais vais-je regretter après de ne pas avoir pris S ?
    Cordialement.

  216. B. Magliulole 11 juin 2011 à 12:01

    Réponse à Q. Blanc

    Vous avez raison : c’est une question très habituelle, que l’on me soumet très fréquemment. Inutile de vous dire qu’il n’y a pas de réponse unique : selon les projets d’études supérieures, le niveau (et l’envie) dans les matières scientifiques et les maths, le goût pour travailler sur les questions relatives au monde contemporain … la réponse est variable.

    Soyons clair sur un point : l’avantage de la filière S est que c’est la seule qui permet d’envisager de faire TOUTES les études supérieures possibles, qu’elles soient scientifiques, littéraires, économiques … Avec un bac ES, on peut envisager de faire beaucoup de choses, mais pas tout : je dirai “tout sauf les études supérieures purement scientifiques”. Le bac S est donc avantageux pour un élève qui, contrairement à vous, n’a aucune ou guère d’idée de ce qu’il veut faire ensuite.

    Du coup, beaucoup ne jurent que par le bac S, y compris lorsqu’ils n’ont pas véritablement de vocation scientifique, d’autant que, étant plus difficile à réussir que n’importe quel autre, certains se disent qu’il est de “meilleur niveau” global.

    Mais ce raisonnement à ses limites.

    D’abord, s’il est vrai que le bac S permet de frapper à toutes les portes, rien ne permet d’affirmer à l’avance que toutes vont s’ouvrir. Il faut tenir compte du fait qu’à l’issue de la terminale S (comme à l’issue de n’impoorte quel autre bac), nombre de filières supérieures sont sélectives (les classes prépas aux grandes écoles, les grandes écoles à recrutement niveau bac telles que les Instituts d’études politiques que vous évoquez, les IUT, les STS, les écoles spécialisées en trois ans, certaines filières universitaires …). Et là les choses doivent être claires : UN BACHELIER S DE NIVEAU MOYEN N’A AUCUNE CHANCE D’Y ETRE ADMIS (un ES moyen non plus bien sur).

    Or, pour certaines filières, on peut être candidat après un bac S, mais aussi ES, L … C’est le cas des Instituts d’études politiques. Le recrutement en première année se fait sur concours niveau bac. Sachez que la majeure partie des admis (y compris à Paris) sortent de … ES ! Cela s’explique doublement :

    1. Il y a un effet statistique : les ES sont nettement plus nombreux que les S et L à s’intéresser aux Instituts d’études politiques
    2. Mais il y a un effet “épreuves du concours” pour lesquelles les ES sont indéniablement mieux préparés que les autres, grâce à l’importance de l’enseignement des sciences économiques et sociales, des langues étrangères aussi … toutes choses pour lesquelles les S doivent faire un important effort de remise à niveau puisqu’ils ne bénéficient pas de cet enseignement de SES.

    Autrement dit, pour ce genre d’objectif, IL VAUT MIEUX ETRE UN BON BACHELIER ES QU’UN S MOYEN.

    Or, vous m’écrivez ne pas avoir d’apétence forte pour les enseignements scientifiques , et faire des IEP votre cible prioritaire. Il me semble que sur cette base, le bac ES semble plus indiqué … sous réserve que vous produisiez l’effort nécessaire pour ne pas vous contenter de viser la réussite au bac, mais celle qui est requise pour faire partie des meilleurs ! A objectifs ambitieux, nécessité d’être fort bon élève !

    Conseil : quand vous serez en première, mettez vous à un commencement de programme de travail pour les concours d’entrée à Sciences po’ cela peut se faire seul (en se procurant les annales des épreuves avec corrigés), mais aussi “à distance” (par l’Internet : plusieurs organismes officiels offrent des préparations à distance)

    Quand à la filière universitaire en économie/gestion, il est vrai que les S y réussissent bien, un petit peu mieux que les ES. Mais outre qu’encore une fois, les bons ES n’ont aucun mal à y réussir, il faut savoir que cette filière universitaire ne fait pas de sélection à l’entrée (sauf quelques cas particuliers comme Paris-Dauphine), et que pour de telles études, l’important est d’être de bon niveau en maths (l’économie, ça repart à zéro). Si vous optez pour ES, je vous conseille donc, parmi les enseignements optionnels de spécialité, de choisir l’approfondissement en maths… qui vous mettra tout à fait au niveau “utile” pour de telles études, et qui fera que vous n’aurez pas de complexe par rapport à des bacheliers S.

    Autre débouché que vous n’évoquez pas, pour lesquels les bons ES ont toutes leurs chances (mais les bons S aussi) : les grandes écoles de commerce et management des entreprises, soit par concours direct niveau bac, soit via les classes préparatoires économiques et commerciales. Concernant ces dernières, sachez qu’il existe un double réseau de “prépas”: celles qui sont réservées aux ES (pas de S), et celles qui sont réservées aux S (pas de ES). Il y a donc place pour les deux types de bacheliers dans ces prépas, et les grandes écoles auxquelles elles préparent.

    Mais attention si vous parvenez à convaincre vos parents d’entrer en ES plutôt qu’en S : il ne faudra pas vous contenter d’un parcours moyen (d’une part), et il ne faudra pas ensuite exprimer une vocation pour des études supérieures scientifiques, donc changer d’avis sur ce point par rapport à aujourd’hui !

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse)
    - Que faire avec un bac ES ?
    - Que faire avec un bac ES ?
    - Réussir son entrée à Sciences po’
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez, dites à vos parents que je suis à leur disposition aussi s’ils le souhaitent.

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  217. M. Christinele 13 juin 2011 à 2:25

    Bonsoir
    Merci pour votre réponse. Effectivement j’avais bien vu la filière std2a ms ayant peu d’écoles je n’avais creusé plus le sujet. J’espérais qu’il passerait en Es mais le conseil de classe a validé le passage en Stg avec les encouragements . Son prof principal et la prof de Es le voit bien dans cette filière plus qu’en Es. Je ne sais plus quoi penser. Mon fils est favorable à cette décision mais j’ai peur qu’il se ferme des portes ensuite. Vous évoquez l’option art au bac, pensez vous que ce soit une option à privilégier ds son cas pour pouvoir espérer continuer le type d’étude souhaité ensuite. S’il la suit à l’extérieur connaissez vous de bonnes adresses sur paris préparant cette option. De plus croyez vous que cela vaille la peine que je contacte le resp de niveau pour savoir s’il peut encore faire un bac Es? Enfin vous évoquez les écoles plus intéressées pr le chèque qu’autres choses? Vous est il possible de m’indiquer celle a éviter à tt pris car j’en avais effectivement” repérer certaines qui me paraissaient bien. Je sais que cela fait bcq de questions ms comme tt parent je m’inquiète pour l’avenir de mon fils sûrement plus que lui d’ailleurs. Merci d’avance. (désolé pr les fautes de frappes sur iPhone ce n’est pas l’idéal )

  218. B. Magliulole 13 juin 2011 à 11:18

    Complément de réponse à M Christine

    Si le conseil de classe a prononcé une décision d’orientation vers la première STG, et que le chef d’établissement vous l’a officiellement signifiée, alors, au niveau de l’établissement, il n’y a plus rien à faire.

    Ou vous acceptez, ou vous refusez.

    Et si vous refusez, c’est forcément la demande de recours devant la commissiçon d’appel, avec, je ne vous le cache pas, des chances modestes d’avoir satisfaction sur un cas tel que le votre. Mais vous n’avez rien à perdre à essayer si vous êtes convaincue que c’est la bonne formule.

    Suivre un enseignement optionnel complémentaire d’arts plastiques. Oui, c’est possible :

    1. Soit dans votre lycée si une telle option est proposée (à voir sur place)
    2. Soit à l’extérieur, dans une école d’art ou une association (la Mairie de Paris par exemple propose plein de choses dans ces domaines). Je n’en ai pas une à vous recommander en particulier : il y en a des centaines, et je ne les connais pas de l’intérieur. De plus, sachez que les organes extérieurs ne préparent pas spécialement à l’option d’arts plastiques au bac : seulles les formations internes aux lycées le font. Simplement, à l’extérieur, vous recevrez une formation de base qu’il faudra ensuite ajuster en fonction de l’épreuve facultative d’arts plastiques au bac (son réglement est accessible au centre de documentation de tous les lycées, et par l’Internet avec un moteur de recherche).

    Quand aux écoles qui, après le bac, forment au graphisme, aux métiers de l’image, des jeux vidéos… je vous conseille d’acheter le numéro de ce mois de la revue L’Etudiant (numéro de juillet-août, N° 345-346). Il contient un dossier qui devrait vous intéresser : “Banc d’essai des écoles d’animation et des jeux vidéos”.

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  219. Judele 13 juin 2011 à 17:39

    J’ai reçu un mail disant que vous aviez repondu a ma question hors je ne vois ni mon commentaire ni ma reponse… :s

  220. Judele 13 juin 2011 à 19:07

    Bon je redige de nouveau ma question
    Eleve en seconde pour la 2 ieme année consecutif , l’année derniére on m’a refuser la premiére L car j’avais 0 de moyenne en anglais ( oui beaucoup de probléme familiaux on fait que je ne savais que dire bonjours et aurevoir et je me suis pas battut pour progréssé ) En bref je veux savoir si cette année il y a des chances pour que je puisse passé en L avec option art plastique
    Voici mes notes du deusieme trimestre
    Français 12
    Anglais 9.5
    Histoire : 9.5 ( une seule note par trimestre donc ce n’est pas considéré comme une moyenne l’année deniére j’avais 11)
    Espagnole 6.5
    Au 3 ieme trimestre
    13 en français ( premiére de la classe )
    8 en anglais ( mais avec appui je pense de la prof pour le passge car j’avais la meme prof l’ans passé donc elle constate mon evolution)
    entre 8 et 11 en espagnole ( je ne sais pas encore)
    et pas de note en histoire motif : Fete religieuse juive et impossible de rattraper avec cette prof :s
    Reponse s’il vous plait au plus vite !

  221. M. Christinele 13 juin 2011 à 21:36

    Merci beaucoup pour vos derniers conseils

  222. Marionle 16 juin 2011 à 11:35

    Bonjour, je suis actuellement en seconde général ,ayant redoubler déja ma seconde général a cause de problème de santée!. je suis completement perdu car je voulais paser en première ES pour avoir pleins de débouchés mais cela n’est pas envisagable mes résultats sont trop juste! on m’a proposé un passage en stg , mais je ne s’ai pas quoi faire ,je ne s’ai pas qu’elle fillière choisir… pouvez vous m’aider a m’orienter svp.

  223. B. Magliulole 16 juin 2011 à 14:01

    Réponse à Marion

    Le problème c’est que le conseil de classe propose une décision d’orientation au chef d’établissement qui décide. Votre liberté ne consiste qu’à exprimer des voeux d’orientation, pas à décider de la réponse à ces voeux. Autrement dit, la question n’est pas de savoir quelle filière vous pouvez choisir… puisque cela a été décidé au niveau de l’établissement : c’est première STG.

    Si vous nj’aviez pas déjà redoublé votre seconde, on aurait pu envisager une nouvelle classe de seconde en vue de vous renforcer et avoir la première Es l’an prochain, mais là il s’agirait d’un triplmenet, et c’est très rarement accordé. Et la question serait alors de savoir si un triplement en seconde suffirait pour vous mettre au niveau requis pour préparer ensuite un bac général tel que le bac ES.

    Vous disposez par contre de la possibilité de recourir à la commission d’appel (attention : vous devez alors le faire très vite car vous n’avez que trois jours de délai après que le chef d’établissement vous ait signifié la décision d’orientation au niveau de votre lycée). Vous avez le droit de demander qu’on reconsidère votre cas en faveur d’une orientation vers la première ES. Vous pouvez aussi solliciter un triplement en seconde générale ou une réorientation en seconde professionnelle.

    Attention, ça n’est pas gagné d’avance. Si votre dossier montre que vos notes en seconde ne sont pas à la hauetru, ils ne vont pas contredire la décision prise localement. Mais ça n’est pas impossible si vous avancez des arguments qui tiennent la route : excès de sévérité ? Elèves passés en première ES avec des notes semblables aux votres ? J’ignore si c’est le cas, ne connaissant rien de votre bilan scolaire.

    Et si vous devez entrer en première STG, c’est loin d’être une catastrophe. Si vous y réussissez, vous aurez la possibilité de faire ensuite de bonnes études supérieures. Mais attention, en première et terminale STG, vous avez une majorité de cours d’enseignements généraux : technologique n’est pas professionnel !

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac technologique ? (tous les débouchés des diverses spécialités du bac STG)
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter (utile si vous allez devant la commssion d’appel)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  224. Marionle 16 juin 2011 à 18:33

    je vous remerçie beaucoup , après avoir discuté avec mes parents! j’ai décidé de faire une première ST2S car je voudrais être kinésitérapeutre , est ce que cela serais possible ? car si je fais appel et que je redouble ma première ES se serais une perte de temps cette fois! surtout si ST2S est plus accessible et plus simple qu’une ES .

  225. B. Magliulole 16 juin 2011 à 20:21

    Complément de réponse à Marion

    Oui, le bac ST2S permet d’envisager de faire ensuite des études de massage-kinésithérapie, mais sachez que pour exercer une telle profession, il faut obligatoirement se doter d’un diplôme d’Etat qui se prépare en trois ans dans un Institut de massage-kinésithapie. or, on n’accède à ces instituts que sur un concours très sélectifs qui favorise fortement les bacheliers S, qui sont plus de 85% des reçus.

    il en résulte que les bacheliers ST2S ont le plus souvent besoin d’une formation complémentaire d’un an en classe préparatoires aux concours paraméddicaux.

    Quand au bac ES, pour un tel objectif, ne le regrettez pas : il ne vous aurait pas préparé à une telle formation supérieure

    Conseil de lecture pour ce que vous me dites :
    - Que faire avec un bac technologique (les débouchés du bac ST2S)
    - Les carrières paramédicales (avec les formations)
    Dans la collection l’Etudiant, par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  226. Louisle 17 juin 2011 à 16:31

    Notre fils est scolarisé en classe de seconde dans un cours privé de la ville de Paris. Il vient d’être déclaré redoublant, n’ayant selon les professeurs pas le niveau pour réussir en classe de première ES et terminale ES et le bac ES ensuite.

    Or, avec ma femme, nous préfèrerions qu’il tente d’entrer en première ES, et s’il doit redoubler, que ce soit plutôt celle de première ou de terminale.

    Nous avons donc dit au directreur que nous désirions exprimer un recours devant la commission d’appel. Il nous a répondu que les familles des établissements scolaires privés hors contrat n’ont pas le droit de faire un tel recours.

    Est-ce vrai ? Sur quel texte réglementaire s’appuie-t-il pour affimler cela ? A qui pouvons nous nous adresser du côté de l’Education nationale pour en savoir plus ?

    Merci de me répondre très rapidement car les délais sont courts.

    Louis

  227. B. Magliulole 17 juin 2011 à 16:43

    Réponse à Louis

    Le directeur de votre établissement d’enseignement a hélas raison : le droit d’appel est réservé aux familles des établissements scolaires publics et privés sous contrat.

    Le texte réglementaire de référence est l’article D 331-57 du Code de l’éducation, qui stipule que “le recours à la commission d’appel est un droit, dans l’enseignement public comme dans l’enseignement privé sous contrat”. Vous constatez qu’il n’y est pas fait mention de l’enseignement privé hors contrat.

    Dans les rectorats , comme dans les inspections académiques, les commissions d’appel sont organisée par les services de la scolarité. En vous mettant sur le site de votre académie vous en saurez plus : www.ac-paris.fr ou www.ac-toulouse.fr, etc.)

    N’hésitez pas à m’envoyer une autre question si vous le souhaitez

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Le guide de l’orientation au lycée
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  228. Mimilele 24 juin 2011 à 15:09

    Mon fils est scolarisé en seconde générale dans un lycée privé sous contrat qui a plein de qualités, mais un gros défaut à mes yeux : il y font subir aux élèves un ryhtme de travail et ont un niveau d’exigence épouvantables, si bien que mon fils, qui a toujours été un plutôt bon élève, est là qualifié de “niveau trop moyen”, et se sent mal, parceque dévalorisé malgré ses efforts.

    A mon grand regret, et bien que le conseil de classe ait pronconcé un avis favorable au passage en première ES, ce que nous avions demandé, nous envisageons de l’inscrire dans un lycée public ou ce que j’appelerai “les ressources humaines scolaires” sont gérées d’une autre façon. Berf : nous cherchons un lycée plus à même de lui convenir.

    D’où notre question : est-il possible, quand on est dans le privé, de passer en établissement public, et si oui, comment devons nous procéder ? Pour votre information, nous habitons Lyon.

    Merci de nous répondre au plus vite car les vacances approchent et nous craignons de laisser passer des dates limites.

    Mimile

  229. B. Magliulole 27 juin 2011 à 11:21

    Réponse à Mimile

    Quand on choisit un lycée privé , et que de surcroit il s’avère être sélectif, c’est un choix que l’on fait normalement en pleine conscience au départ. On ne découvre pas ce genre de choses après coup !

    Que vous découvrirez à posteriori que cette façon d’évaluer les élèves ne convient pas à votre enfant est étonnant, mais cela arrive. Dont acte !

    Et pour répondre à votre question, oui, il est toujours possible qu’un élève provenant du secteur privé passe dans le public , et vice versa. Concernant un passage en première, il vous faut vous connecter sur le site de votre académie pour y découvrir la façon de procéder (www.ac-lyon.fr), ou vous vous rendez directement au service de la scolarité (inscriptions en lycée) du rectorat de Lyon (adresse : 92 rue de Marseille, dans le 7e arrondissement, tel : 04 72 80 60 60), sachant que vous avez intérêt à le faire au plus vite : à cette date, une grande partie des places ont déjà dû être attribuées, et le temps passant, vous serez de moins en moins à même de choisir votre lycée.

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  230. Maman inquiètele 27 juin 2011 à 20:11

    Mon fils est actuellement en classe de seconde, cependant le conseil de classe a opter pour un redoublement de la classe de seconde ou une reorientation en 1ère STG. Etant contre ces deux decisions, nous avons décidés de faire appel cependant l’appel qui a eu lieu le 23 juin a décidé qu’il n’avait pas le niveau requis pour un passage en 1ere ES et a validé le passage en 1ere STG.

    Est il possible pour lui eviter la STG, de revenir sur la decision de l’APPEL et le faire redoubler sa seconde? ou est ce une decision finale définitive?

    Mon fils souhaiterai faire des etudes universitaires et en vous lisant il y a beaucoup d’echec en suivant la filiere STG.
    Est ce reellement une “voie de garage” comme on dit ou a t-il de réel chance de reussir dans la filiere STG ?

  231. B. Magliulole 28 juin 2011 à 9:50

    Réponse à Maman inquiète

    Sachez d’abord que la décision de faire passer un élève en classe de première STG n’est pas une “ré” orientation, mais une orientation tout court puisqu’il s’agit bel et bien d’un passage en première, et ce même si cette classe ne figure pas dans la liste des voeux exprimés auparavant par la famille.

    La commssion d’appel ayant confirmé cette décision, il ne vous reste plus qu’une seule possibilité d’appel : le recours en référé au tribunal administratif (si votre enfant est scolarisé dans un lycée public), ou au tribunal d’instance (pour les cas d’élèves scolarisés dans le privé). Mais attention : cette instance ne se prononcera pas sur le fond, mais sur un éventuel vice de forme que vous pourriez dénoncer (non respect des textes reglementaires en ce qui concerne la composition de la commission d’appel par exemple, ou encore des droits de la défence, etc.).

    Pourquoi dans ces conditions ne pas préférer le redoublement volontaire ? Vous avez rejetté cette perche tendue dans un premier temps, mais c’est votre droit. Et cela permettra probablement à votre fils de se renforcer afin d’avoir dans un an l’orientation vers la voie ES qu’il n’a pas obtenue cette année. Attention : il ne faudra pas qu’il se laisse piéger par le sentiment de facilité qu’il va ressentir au début. On considère généralement que pour qu’un redoublement (surtout lorsqu’il est volontaire) soit réussi, il faut que l’élève obtienne en deuxième année au moins 2 points sur 20 de moyenne en plus !

    Sinon, vous avez un dernier “joker”, mais que je ne vous conseille pas vraiment : opter pour un établissement privé hors contrat qui se montrera moins exigeant en ce qui concerne le niveau scolarire acquis en seconde par votre fils. Ces établissements ne sont en rien obligés par les décisions des conseils d’orientation et commissions d’appel des autres lycées. Mais attention : il ne pourra plus revenir dans un lycée public ou privé sous contrat jusqu’à son bac ! Autre précision : ils sont évidemment beaucoup plus coûteux ! A vous de voir.

    Je reste à votre disposition pour d’autres questions si vous le souhaitez

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée
    - Que faire avgec un bac ES ?
    - Que faire avec un bac technologique ?
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  232. B. Magliulole 28 juin 2011 à 9:59

    Complément de réponse à “Maman inquiète”

    Je réalise en me relisant que je n’ai pas répondu à votre dernière question : est-ce que le bac STG est une voie de “garage”.

    Oui et non à la fois !

    Oui en ce sens qu’il est clair qu’on y oriente plus aisément les élèves ayant quelques lacunes dans les enseignements généraux, si bien qu’en moyenne, les élèves sont moins bons, moins travailleurs que dans les filières générales. Oui aussi en ce sens que cette filière STG offre un potentiel de débouchés en moyenne moins ambitieux que le bac ES : plus d’études courtes (BTS, IUT, écoles en trois ans…) que longues (grandes écoles, universités) …

    Non car “il vaut mieux être un bon élève de STG qu’un moyen en ES” , du moins pour avoir droit ensuite à de bons débouchés dans les études supérieures. Ainsi, par exemple, il existe des classes préparatoires aux grandes écoles de commerce et de management des entreprises (les fameuses “prépas HEC”) qui sont réservées aux STG (les Es et S ont les leurs). Un bon élève de STg peut donc fort bien ambitionner d’y entrer et se retrouver dans des études prestigieuses. Mais je dis bien, un bon STG ! Et même en passant par des études supérieures courtes (type In y est “performant”, de rebondir vers des études longues par ce qu’il est convenu d’appeler les “procédures d’admission parallèles”. En d’autres termes, ce qui ne pardonne pas c’est d’être un STG moyen !

    Pour comparer le potentiel de débouchés des bacs ES et STG, deux livres que je vous conseille très fortement , dans la collection l’Etudiant :
    - Que faire avec un bac ES ?
    - Que faire avec un bac technologique ?

    Vous vous ferez ainsi une idée

    Dernière chose si vous optez pour l’acceptation de l’orientation vers la première STG : il va falloiir choisir entre “gestion” et “communication”. Comparez bien les programmes avant de choisir.

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  233. Maman inquiètele 28 juin 2011 à 14:28

    Merci pour votre reponse!

    Donc si j’ai bien compris, apres la decision d’appel qui a décidé l’orientation en 1ère STG pour le motif qu’il n’a pas les notes lui permettant un passage en 1ère ES, il peut donc recourrir a un redoublement volontaire ? ou est il obligé de suivre la decision de l’appel ?

  234. B. Magliulole 28 juin 2011 à 14:43

    Complément de réponse à Maman inquiète

    Oui, c’est bien cela : le conseil de classe ayant proposé, soit le redoublement, soit le passage en première STG, vous avez le choix entre les deux. Et si le conseil de classe n’avait proposé que le passage en première STG SANS QUE VOUS L’AYEZ PLACE SUR VOTRE LISTE DE VOIEUX (sinon pas d’appel possible), vous auriez droit à préférer un maintien en seconde plutôt que d’accepter le passage ainsi imposé.

    Il n’est donc pas obligé de suivre la décision de la commission d’appel : led roit de préférer un redoublement est implicite. Vous faites connaître cette préférence au chef d’établissement, fort d’ailleurs du fait que cela avait été proposé dès le départ par l’établissement

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  235. Moszkowicz Frédériquele 01 juil 2011 à 20:56

    Monsieur, nous nous sommes rencontrés lors de la dernière réunion d’information sur la réforme des lycées à Yabné où vous m’aviez vue m’entretenir un peu bruyamment avec Mr Perez à qui je demandais les raisons du non maintien de mon fils Ilan à Yabné.
    En tant que professeur des écoles, je ne comprends pas que l’on rejette un élève à cause de ses résultats (insuffisants au regard de l’établissement).
    J’ai attendu patiemment le conseil de classe, espérant une remise en question de leur part. Il s’avère qu’ Ilan semble avoir des résultats satisfaisants pour passer en 1er ES mais pas à Yabné !
    Comme Mr Pérez m’avait dit que je pourrais à partir du 5 juillet faire appel … lors d’une commission…j’ai donc encore patienté en envoyant un courrier pour demander un RDV joint d’une lettre d’Ilan exprimant son désir de rester à Yabné et de tout faire pour améliorer ses résultats.
    Or ce 1er juillet, j’ai reçu une lettre m’informant que la commission ???? avait maintenu la décision d’exclusion.
    Y a-t-il abus de pouvoir ? Quels sont mes droits? Leurs droits?
    Je vous serais gré de bien vouloir me répondre. Je vous en remercie d’avance. Bien cordialement, Frédérique Moszkowicz.

  236. B. Magliulole 02 juil 2011 à 16:42

    Réponse à Moszkowicz Frederique

    Vous comprendrez qu’il ne me soit pas possible de commenter la décision d’orientation prise au niveau de l’établssement, d’autant que je ne connais pa grand chose du bilan scolaire de votre fils. Ce que par contre je puis vous dire c’est que chaque établissement est souverain en la matière, et qu’il est vrai que d’un établissment à un autre, le bian requi pour passer en première énéral peut être plus ou moins variable.

    Vous aviez par contre un droit de recours à la commission d’appel, dont vous avez normalement usé. D’après ce que vous écrivez, cette commission se serait réunie et aurait confirmé la décision prise au niveau de l’établissement. Cela arrive dans les trois quarts des cas (un quart seulement de ses décisons donnent satisfaction aux familles).

    Il n’y a donc apparemment nul abus de pouvoir. Mais normalement, vous avez le droit de demander à être entendue (avec ou sans votre fils) par cette commission. Vous en a-t-on avisée et avez vous usé de ce droit ? Et s’agissait-il bien de la commission d’appel (qui siège en dehors de l’établissement fréquenté) ou d’une simple commission d’arbitrage interne ?

    Si tout s’et déroulé de façon conforme, la décision ainsi prise est définitive. Mais vérifiez qu’il s’agissait bien de la commision d’appel externe, sachant que vous n’avez que “tois jours francs” pour exprimer votre demande de recours, à compter de la notification officielle, écrite et motivée, de la décision d’orientation exprimée par le chef d’établissement.

    Dans le cas où vous pourriez faire la preuve d’un vice de forme avéré, vous pourriez faire un recours juridictionnel devant le tribunal d’instance… toujours sans certitude d’obtenir satisfaction.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - 100 quetions/réponses pour bien s’orienter
    - Le guide de l’orientation au lycée
    A la librairie de l’éditeur : 27 rue de chateaudun, 8e arrondissement, station métro Notre-Dame6-de-Lorette
    Ou par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question sachant que ce blog sera fermé à compter de demain dimanche midi, et réouvrira le 23 juillet

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Maglulo

  237. m.justinele 15 juil 2011 à 4:30

    Bonjour , je rencontre actuellement un problème , je viens de terminer mon année de seconde générale et était admise en première L , seulement a la rentrée 2011 je déménage trés loin de ma region actuelle et je ne souhaite finalement pas reprendre une premiere L , je ne suis donc pas inscrite pour la rentrée 2011 . Mais j’aimerai débuter un Capa soigneur d’équidés en 2012 ,mais je ne sais pas si cela est possible , comment faire..

  238. B. Magliulole 25 juil 2011 à 11:04

    Réponse à M. Justine

    La décision prise par votre conseil de classe de seconde dans votre lycée d’origine, vaut pour tout lycée public ou privé sous contrat. Vous avez obtenu une orientation en, première L, c’est donc en première L que vous allez devoir entrer dans votre nouveau lycée. Et si vous renoncez, qu’allez vous faire durant l’année scolaire 2011-2012 en attendant de demander à entrer en première année du CAPA soiugneur d’équidés que vous citez… et où vous n’êtes pas assurée d’être admise dans un an ? ce serait absurde !

    En effet, le CAPA soigneur d”‘équidés, que vous envisagez de préparer à partir de la rentrée 2012 (?), ne sera pour vous accessible qu’en renonçant à la voie générale du lycée, et en repartant comme si vous sortiez de troisième (ce qui suppose que vous acceptiez l’idée d’avoir deux ans de retard scolaire). Cela se prépare dans des lycées agricoles ou certai_ns centres de formation d’apprentis, et attention : l’admission n’y est pas automatique. Il y a relativement peu de places à prendre et beaucoup plus de candidats. C’est donc sélectif, et très incertain. Mais pourquoi pas ? Seulement, si vous n’y êtes pas admise, qu’allez vous faire… repartir en première L en 2013 ?

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée
    - Pour quelles études êtes-vous fait ?
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

    PS : Désolé pour vous répondre tardivement, mais j’étais en vacances quand vous avez envoyé votre mel

  239. Franckle 25 juil 2011 à 15:51

    Notre fils entre en première S.

    Est-il vrai que dans cette voie :

    1°) Il existe désormais une épreuve anticipée du bac d’histoire-géographie en fin de première ?
    2°) Il n’y a plus d’enseignement d’histoire-géo en terminale S ?

    J’espère que cette information n’est pas fondée, car notre fils envisage de demander ensuite son admission en classe préparatoire HEC, classe dans laquelle il y a un gros enseignement d’histoire-géo, si bien que nous craignons que désormais, les bacheliers S n’aient plus de mal à parvenir à s’y faire admettre.

    Franck, père d’élève

  240. B. Magliulole 26 juil 2011 à 9:12

    Réponse à Franck

    Oui, il est vrai qu’à partir de la session 2013 du bac S (donc celle concernant les élèves qui entrent en septembre 2011 dans la nouvelle première S), il y aura une deuxième épreuve anticipée du bac (en fin de première) : l’épreuve d’histoire-géographie.

    Cela s’explique par le fait qu’en effet, l’histoire-géographie cesse d’être un enseignement obligatoire en terminale S. Par contre, dans la plupart des lycées, on proposera un enseignement facultatif de deux heures par semaine, avec une épreuve facultative du bac S qui se passera en fin de terminale.

    Cet enseignement facultatif est particulièrement recommandé aux élèves de terminale S qui se destinent, comme votre fils, à une classe préparatoire économique et commerciale.

    Pour tout savoir sur les nouvelles filières du lycée réformé :
    - Le guide de l’orientation au lycée
    Collection L’Etudiant
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  241. Fredle 27 juil 2011 à 11:58

    Mon fils a été normalement orienté par son conseil de classe en première S. Il était scolarisé dans un établissement privé sous contrat dans lequel il devait rester.

    Pour des raisons professionnelles imprévisibles jusque là, nous serons contraints de quitter prochainement la banlieue parisienne pour aller vivre à Lyon où je suis muté par mon employeur.

    Je me suis bien sur rapproché de plusieurs lycées lyonnais afin d’y inscrire mon fils, mais à ma grande surprise, celui qui aurait notre préférence (bonne réputation, proximité du domicile), conteste la décision d’orientation prise auparavant et me dit ne l’accepter que s’il entre en première L, ce que ni lui ni nous ne voulons.

    1°) Le directeur de ce lycée privé sous contrat a t il le droit de procéder ainsi ?
    2°) Sinon, à qui dois-je m’adresser pour faire un recours ?

    Merci de me répondre au plus vite, car pour d’évidentes raisons de date limite de confirmation, je suis dans l’urgence de lire votre réponse.

    Fréd, père d’élève

  242. B. Magliulole 27 juil 2011 à 17:31

    Réponse à Fred

    Normalement non ! Une décision d’orientation prise au niveau d’un établissement scolaire public ou privé sous contrat vaut pour toute autre établissement de l’une de ces deux catégories.

    Mais c’est généralement “sous réserve des places disponibles”, et si l’établissement que vous semblez vouloir choisir estime ne plus avoir de place en première S (à cette date, c’est tout à fait possible), il peut soit vous refuser l’inscription (si vous confirmez votre demande d’admission en première S), soit vous proposer une place dans une classe de première qui dispose d’une place … ce qui est semble-t-il le cas !

    Le problème tient sans doute au fait que vous semblez vouloir choisir l’établissement scolaire (le lycée “qui a votre préférence” écrivez-vous). Si vous vous montrez moins regardant, et acceptez par exemple l’idée d’entrer en première dans un lycée public de Lyon, les services du rectorat vous y trouveront évidemment une place quelque part… mais ce ne sera peut être pas dans le lycée qui aura votre préférence.

    En, résumé, où vous privilégiez l’établissement, et il semble que vous n’ayez d’autre choix que d’accepter l’entrée en première L qui vous est proposée, ou vous privilégiez l’admission en première S, et vous acceptez que votre fille entre dans un lycée moins réputé. Et comme vous vous en doutez bien, à cette date (fin juillet), les “meilleurs” lycées ont presque tous fait le plein !

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Le guide de l’orientation au lycée
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  243. Magguyle 29 juil 2011 à 11:00

    Notre fille, élève de seconde générae et technologique dans un lycée public de Bordeaux, a été orientée en première ST2S (médico-social). C’est l’orientation qu’elle souhaitait et que nous avions demandée en premier voeu. Pas de problème sur cette décision donc.

    Le problème est que pour des raisons professionnelles, nous devons déménager vers une ville de petite taille dans laquelle il n’existe pas de lycée offrant cette spécialité ST2S. Le proviseur du lycée local, qui nous a reçu fort aimablement, nous propose de l’inscrire en première STG, classe qui nous intéresse beaucoup moins.

    Quel conseil pouvez vous nous donner ?

    Merci de me répondre vite si vous le pouvez car je dois donner une réponse dans les tous prochains jours.

    Magguy

  244. B. Magliulole 29 juil 2011 à 11:23

    Réponse à Maggy

    Votre fille a été orientée vers une filière relativement rare ! C’est bien, et c’est la preuve qu’elle a tout à fait le profil pour y réussir car l’accès en ST2S n’est pas aussi “facile” que pour la première STG.

    C’est pourquoi j’aurais tendance à vous conseiller de vous accrocher à cette orientation, même si je sais que ça ne va pas être facile puisque cette filière n’existe pas dans le lycée de votre nouvelle ville.

    Avez vous regardé, dans les villes voisines, si un lycée pas trop lointain propose une première ST2S ? Je comprend que vous ne souhaitiez pas que votre fille ait des temps de transports exorbitants, mais c’est peut être une piste à creuser.

    Autre formule : un lycée avec internat. Pärlez en en famille car c’est bien sur une décision difficile à accepter. Mais si votre fille tient absolument à préparer un bac ST2S, et donc si son avenir professionnel en dépend fortement, c’est peut être une solution à envisager.

    Sinon bien sur, pourquoi pas un bac STG ? Mais je peux comprendre que , sa motivation n’étant pas d’entrer en première STG (qu’elle n’a d’ailleurs pas demandé), elle ne repousse cette idée. A elle (et vous) de voir.

    J’ai conscience que ma réponse n’est guère rassurante : il va falloir que vous trouviez la “moins mauvaise” des réponses, à défaut de pouvoir disposer de la bonne, qui serait évidemment d’avoir près de chez vous un lycée qui offre la filière ST2S. Mais puisque tel n’est pas le cas …

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée
    - Que faire avec un bac technologique ? (pour comparer les débouchés des bacs STG et ST2S)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  245. Magguyle 29 juil 2011 à 12:14

    Merci pour votre rapide réponse … qui ne nous étonne pas. Nous nous doutions que vous répondriez ainsi : c’est exactement ce que nous nous sommes entenu dire localement.

    Le plus raisonnable serait bien sur un lycée offrant la filière ST2S et disposant d’un internat. Nous avons appris qu’il en existe un à Pau, à une cinquantaine de kms de chez nous. Nous allons donc tenter de convaincre notre fille d’accepter cette situation, cet internat permettant de récupérer les élèves le vendredi soir, si bien qu’elle va y vivre un système 4 jours (d’internat)/3 jours (à la maison) qui pourrait lui convenir.

    En plus, j’y vois l’avantage d’un bon encadrement de notre fille, et donc la garantie qu’elle va pouvoir travailler son fur=tur diplôme dans les meilleures conditions.

    Comme nous déménageaons dans une ville où elle n’a pas encore eu le temps de se faire des copains, elle va peut être mieux accepter cela que si nous étions restés à Bordeaux.

    Mais si elle bloque tant pis, elle entrera en première STG. Après tout, il n’est peut être pas interdit de retrouver des études médico-sociales dans le supérieur après un bac STG ?

    Merci en tous cas pour votre réponse rapide

    Magguy

  246. B. Magliulole 29 juil 2011 à 13:29

    Nouvelle réponse à Magguy

    Je suis content de vous voir vous acheminer vers la meilleure des décisions possibles. Si votre fille accepte l’idée de l’internat, elle va sans doute être placée dans des conditions fort “utiles” pour la réussite.

    Pour votre information : sur le site académique de l’ONISEP, ou dans un CIO (centre d’information et d’orientation), vous trouverez la brochure annuelle de l’académie de Bordeaux intitulée “Après la classe de seconde générale et technologique”. Vous y trouverez la liste des établissements publics et privés sous contrat proposant avec internat une préparation au bac ST2S

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  247. Jean-Paulle 29 juil 2011 à 14:52

    Mon fils est actuellement scolarisé dans un bon lycée parisien public : Janson de Sailly. A la rentrée prochaine, il va y entrer en seconde générale. Avec lui, nous avons choisi les deux enseignements d’exploration suivants : sciences économiques et sociales, méthodes et pratiques scientifiques.

    En fin de seconde, nous envisageons une orientation vers la première S, sans être fermés à l’idée d’une éventuelle entrée en première ES. Loïc (mon fils) envisage aujourd’hui de faire des études en grande école de management des entreprises, de préférence en passant par une classe préparatoire HEC.

    Notre problème est qu’à la rentrée 2012, nous allons devoir partir pour la Suisse ou je suis professionnellement nommé. Nous allons sans doute vivre du côté de Lausanne. J’ai vu qu’il existe dans cette ville un lycée français, mais j’ai appris qu’il est de statut privé confessionnel. Or, à ce jour, Jérémy -mon fils - a toujours été scolarisé dans l’enseignement public. Est-ce un problème ?

    En outre, est-ce que la décision d’orientation qui sera prise à Janson de Sailly au printemps 2012 (pour le passage en première) vaudra pour une demande éventuelle d’inscription dans ce lycée français de Lausanne ?

    Enfin, je voudrais savoir quelle est la “réputation” de cet établissement, sachant que si vous nous dites qu’elle est moyenne, nous choisirons peut être de nous installer du côté de Genève ou, je le sais, existe également un lycée français.

    Dernière chose : j’ai vu qu’il est possible de préparer un bac français dans le cadre d’un établissement scolaire installé à Rolle (près de Lausanne) : l’Institut le Rosey. Qu’en pensez-vous ?

    Dans l’attente de votre réponse, avec l’expression de mes sentiments les meilleurs.

    Jean-Paul

  248. B. Magliulole 29 juil 2011 à 15:34

    Réponse à Jean-Paul

    Il existe en effet à Lausanne un très excellent (100% de réussite au brevet et aux divers bacs cette année, avec 92% de mentions au brevet et 95% aux bacs) établissement scolaire français : l’Institut Valmont. Etablissement à “taille humaine” (on y compte environ 380 élèves (dont environ deux tiers de français), de la petite section de maternelle à diverses classes terminales. On y respecte très scrupuleusement les programmes de la scolarité française, avec tout de même en plus une “ouverture internationale” fortement marquée, comme il se doit dans tout établissement scolaire français installé à l’étranger. Bon à savoir : la majorité des enseignants ont été recrutés et ou/formés en France.

    Cet établissement catholique admet évidemment des élèves non catholiques, et fonctionne à l’identique des établissements situés en France. Sachez qu’il a été homologué par l’AEFE (Agence des établissements français de l’étranger) qui dépend conjointement du Ministère des affaires étrangères et de celui de l’Education nationale. Il est donc sous label de la puissance publique.

    On y prépare aux baccalauréats que votre fils envisage de préparer.

    Le hasard fait que je connais bien cet établissement, et son équipe administrative et pédagogique, ainsi que les responsables de son association des parents d’élèves (l’”EVAP”) : je m’y suis rendu par trois fois ces dernières années, d’une part pour y dispenser des conférences orientation aux parents d’élèves et élèves, d’autre part pour y former les professeurs à la prise en charge de la réforme du lycée. Je suis donc bien placé pour vous en garantir la triple qualité : pédagogique, humaine et du cadre de vie scolaire.

    Conseil : lorsque vous en éprouverez le besoin, connectez vous sur le site de l’établissement (www.ecole-valmont.org) et mettez vous en rapport avec l’équipe de direction de l’établissement bien sur , mais aussi avec les responsables de l’association des parents d’élèves (evaplausanne@gmail.com).

    Quand à l’Institut le Rosey, je le connais également, même si ma visite de ce bel établissement est plus ancienne. Sachez quand même qu’il s’agit là d’un établissement qui n’entre pas dans le réseau des établissements scolaires français de l’étranger même si, entre autres choses, on y prépare en effet à divers baccalauréats français. Attendez vous cependant à ce que les droits de scolarité qu’on vous y demandera soient fortement supérieurs à ceux exigés par l’Institut Valmont. En outre, le principe à Le Rosey est que les élèves sont internes, alors que Valmont fonctionne comme un établissement scolaire “de jour” . Pour en savoir plus sur L’Institut Le Rosey de Rolle (à mi chemin entre Lausanne et genève) : www.rosey.ch/

    N’hésitez pas à me contacter à nouveau si vous le souhaitez

    Bruno Magliulo

  249. Jean-Paulle 29 juil 2011 à 16:24

    Ca c’est du traitement rapide de question ! Sitôt demandé, sitôt service : Un grand merci.

    D’autant que votre réponse est claire et précise.

    Juste une dernière question : dans mon mel précédent j’évoquais l’idée de choisir pour mon fils un lycée français de Genève. Vous ne commentez pas cette idée. Pourquoi ?

    jean-Paul

  250. B. Magliulole 29 juil 2011 à 16:41

    Complément de réponse à Jean-Paul

    Je n’ai pas commenté votre idée d’inscrire votre fille dans un lycée française Genève parce qu’il n’en existe pas ! Il y en a longtemps eu eu, qui a cessé son activité en 2009.

    Par contre, il existe à Genève une école internationale privée “(de droit suisse), dans laquelle on peut préparer les baccalauréats généraux français : c’est l’Ecole internationale Frolimont (www.frolimont.ch/) Elle est statutairement plus proche de l’Institut Le Rosey (en moins coûteux cependant), que de l’Instituit Valmont de Genève. Elle ne dépend en rien de l’Agence des établissements français de l’étranger et n’est donc pas homologuée par l’Etat français. Cela n’empâche pas cet établissement d’afficher de très bons taux de réussite aux baccalauréats français.

    Conseil si vous devez choisir : n’hésitez pas à opter pour Valmont, ne serai-ce que parce que dans deux ans votre fils va - d’après ce que vous avez écrit dans votre premier mel - se porter candidat pour une admission en “prépa HEC” (en réalité : “prépa économique et commerciale”, et que pour cela, la réputation d’un lycée français de l’étranger homologué sera un réel avantage !

    Autre formule si vous habitez Genève : le lycée international de Fernay-Voltaire (très proche de l’aroport de Genève, mais situé sur territoire français), ou celui - moins réputé - de St Julien en Genevois ou d’Annemasse (également en France, en Haute-Savoie… à quelques kms seulement du centre de Genève). On l’oublioe souvent, mais quand on habite Genève, trois lycées “de France” sont accessibles en peu de temps.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée
    - Bien choisir sa classe préparatoire
    - Que faire avec un bac S ?
    - Que faire avec un bac ES ?
    Par l’Internet : www.letudiant.fr‘ (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bruno Magliulo

  251. Michelle 06 août 2011 à 13:16

    Mon fils passe en seocnde générale dans un lycée. Pour le choix des enseignements d’exploration, nous avons demandé deux enseignements de nature scientifique parce que mon fils veut passer en première S en fin d’année de seconde : sciences de l’ingénieur et MPS.

    Or, le directeur de cet établissement nous l’interdit et lui impose de choisir “sciences économiques et sociales”, matière qui ne l’intéresse pas.

    Est-ce que le chef d’établissement a le droit d’agir ainsi ?

    Michel

  252. B. Magliulole 06 août 2011 à 15:34

    Réponse à Michel

    Tout élève entrant en seconde générale et technologique (ou même, purement générale) doit obligatoirement choisir deux enseignements d’exploration, parmi la liste de ceux qui sont proposés dans l’établissement.

    Mais aussi, il est obligatoire que l’un de ces deux enseignements d’exploration soit de type économique : “sciences économiques et sociales” (SES) ou “principes fondamentaux de l’économie et de la gestion” (PFEG).

    Vous devez donc commencer par faire ce premier choix, lequel se réduit à SES semble-t-il, dans votre lycée (ce qui est logique : les lycées généraux ne proposent guère “PFEG”, qui est plus tourné vers les filières technologiques (STG).

    Il ne reste donc qu’un deuxième choix possible, et parmi les deux enseignements scientifiques que vous citez, je vous conseille celui de MPS, le plus adapté à une préparation à l’orientation vers S.

    Donc, pour répondre à votre question, le proviseur de votre lycée a non seulement le droit de pratiquer ainsi, mais il en a même l’obligation !

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question en cas de besoin

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  253. B. Magliulole 06 août 2011 à 15:50

    Merci pour votre réponse si rapide, et très claire. j’avoue que j’ignorais cette disposition réglementaire qui oblige à ce que le premier enseignement d’exploration soit de nature économique. Et en effet, notre lycée étant strictement général ne propose que SES, et un éventuel débouché vers la première SES ensuite.

    Cela m’amène à vous poser deux nouvelles questions :

    - Le fait d’avoir opté pour les SES n’oblige je suppose pas à demander ensuite une orientation vers la première ES ?

    - Est-il possible de prendre un troisième enseignement d’exploration (les sciences de l’ingénieur, qui sont proposées dans ce lycée) en option complémentaire facultative ?

    Merci pour votre disponibilité

    Michel

  254. henrile 08 août 2011 à 16:05

    Notre fils, élève en seconde dans un ensemble scolaire privé sous contrat de Rennes, a été orienté vers une première STG, alors que nous demandions la première S (premier voeu), ES (deuxième voeu). La commssion d’appel diocésaine a confirmé cette décision.

    Contestant cette décision, et ne souhaitant pas que notre fils redouble, nous avons porté notre cas devant le tribunal administratif, plusieurs cas de vice de forme manifestes nous semblant entacher cette décision.

    Désagréable surprise : nous venons de recevoir la réponse suivante. “Le tribunal administratif se déclare incompétent pour juger d’un contentieux ayant pour cadre un établissement privé”.

    Or, s’il est privé, le lycée fréquenté par notre fils est sous contrat d’association avec l’Etat.

    A qui devons nous nous adresser pour attaquer la décision ainsi prise ?

    Henri, père d’élève désemparé

  255. B. Magliulole 09 août 2011 à 9:21

    Réponse à henri

    Hélas pour vous, la réponse est OUI : les tribunaux administratifs sont incompétents pour recevoir les plaintes émanant d’usagers des établissements privés sous contrat, ces derniers, selon une jurisprudence claire et ancienne, n’ayant pas, malgré le contrat d’association qui les relie à l’état, le “caractère d’établissement administratif” sans lequel on ne peut recourir à un tribunal administratif.

    Si vous confirmez votre volonté de porter l’affaire en justice, vous devez recommencer les démarches auprès du tribunal d’instance compétent : c’est celui du ressort de l’adresse de l’établissement scolaire fréquenté.

    Rassurez vous : la loi vous octroie un délai de deux mois pour le faire, et ce calculé à partir de la date de réception de la décision prise par la commission d’appel. Mais compte tenu de la date actuelle (mi août), je vous conseille de faire une intervention avec référé, afin d’accélérer les choses. peut être devriez vous songer à faire accompagner votre démarche par un hommle ou une femme de loi ?

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me questionner à nouveau si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  256. Yannickle 09 août 2011 à 16:41

    J’ai réussi un concours d’entrée dans une école de commerce de troisième rang ! Pas réputée, mal classée dans le palmarès des écoles de commerce à recrutement niveau bac, et … très coûteuse !

    Moi, je me suis inscrit en fac, en histoire, par goût et envie de devenir prof d’histoire ou cercheur dans ce domaine.

    Mais mes parents ne jurent que par l’école de commerce, et insistent pour que je laisse tomber la fac.

    Qu’en pensez-vous ?

    Yannick

  257. B. Magliulole 10 août 2011 à 10:15

    Réponse

    Je ne vais certainement pas m’introduire dans ce qui est visiblement une divergence de vue familiale. De plus, quelque chose me dit que vous posez une question à laquelle vous avez personnellement déjà répondu, mais qui ne convient pas à vos parents, si bien que vous cherchez dans ma réponse une possible argumentation que vous allez présenter à vos parents pour justifier le choix que vous avez déjà fait.

    Est-ce que je me trompe ?

    Mais je ne vais pas pour autant vous opposer un refus de réponse.

    La bonne question me semble la suivante : comment voyez vous votre avenir personnel et professionnel ? Si la réponse est que c’est en tant que prof d’histoire après des études universitaires d’histoire, allez-y ! Si c’est “en tant que futur cadre commercial après une école de commerce”, alors entrez dans votre école de commerce ! Je peux difficilement vous dire autre chose.

    Or, vous avez répondu à cette question : c’est l’histoire ! Alors va pour l’histoire.

    Vous savez, on ne réussit bien que si on est motivé par ce qu’on apprend et fait.

    J’ajoute que vous parlez d’ “une école de commerce pas réputée, mal classée dans le palmarès des écoles de commerce à recrutement niveau bac”. Cela veut dire que si vous y entrez, ce sera pour aller vers un “petit” diplôme. Or, sur le marché de l’emploi, vous serez en concurrence avec beaucoup d’autres diplômés de telles écoles.

    Suggestion : faites votre rentrée début ou mi septembre dans votre école de commerce, et donnez vous le mois qui sépare de la date de la rentrée à la fac (généralement début ou mi octobre), pour tester de l’intérieur de telles études. Bien sur, en cas de renoncement, vous risquez de perdre les droits de scolarité que vous aurez dû verser à l’école de commerce.

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse) De quoi prouver à vos parents que vous n’êtes sans doute pas fait pour les études commerciales !

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon coruage et bonne chance

    bruno Magliulo

  258. Yannickle 10 août 2011 à 14:47

    Monsieur,

    Tout ce que vous écrivez (me reprochez peut être ?) est vrai, mais si j’ai ainsi tenté de vous “utiliser”, c’est parce que j’ai beaucoup de mal à résister à la pression de mes parents, de moin père surtout, qui sont convaincus qu’une école de commerce est mieux pour moi qu’une entrée dans une fac d’histoire qu’ils vivent comme “un repère de gauchistes”, une “formation sans débouchés”, et ajoutent que la manque d’encadrement qui m’y attend va me desservir

    Vous avez raison : à moi de trouver les arguments pour les convaincre que mon choix est, pour moi, le meilleur. Ca va être “chaud”, mais je suis révulsé à l’idée de faire du commerce.

    Quand à votre conseil de commencer par une rentrée test à l’école de commerce, je ne le ferai pas car il va falloir que mes parents règlent les 6700 euros de droits de scolarité qui manquent à payer d’ici le 25 août, et je sais que si je fais ça, je n’oserai plus ensuite leur faire le coup de la démission !

    Merci pour votre écoute et vos conseils. Vous m’avez aidé à valider mon choix, c’est déjà pas mal !

    Yannick

  259. B. Magliulole 11 août 2011 à 11:20

    Complément de réponse à Yannick

    Loin de moi l’idée de vous faire le moindre reproche. Vous être tenaillé entre des intérêts pour lesquels il n’y a guère de position d’équilibre : c’est l’un ou l’autre. Et je comprend que l’idée d’aller à l’encontre de ce que souhaitent vos parents vous pose problème. Mais partez du principe que ce qui se joue, ce n’est pas que 5/6 années d’études supérieures … c’est aussi une quarantaine d’année de vie professionnelle. Vous jouez donc trop gros pour ne pas vous montrer quelque peu … égoïste !

    Quand à mon idée de tester l’école de commerce dans le mois qui précède la rentrée univ ersitaire, il est cla

  260. B. Magliulole 11 août 2011 à 11:24

    Suite de mon complément de réponse à yannick

    désolé, mais j’ai envoyé par erreur ma réponse alors que le texte n’était pas complet. Je repredn donc :

    Si vous entamez une rentrée test dans l’école de commerce signalée, vous avez raison de dire qu’il faudra que vos parents règlent tout ou partie des droits de scolarité, lesquels sont sans doute importants … comme toujours dans ce genre d’écoles. Et vous avez raison : vous ne les récupèrerez pas ! Je comprend donc que vous renonciez à cette formule.

    Je suis sur que vous allez trouver la bonne solution, et trouver les bons mots pour faire comprendre votre décision à vos parents si ce n’est pas ce qu’ils attendent de vous

    Merci, lorsque vous aurez pris cette décision, de me dire ce qu’elle est

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  261. Yannickle 12 août 2011 à 9:14

    Ou_i, je vous le dirai, mais je vous avouerai d’abord trois choses :

    1. Ma décision est prise : je ferai histoire à la fac
    2. Mes parents (surtout mon père) vont être très très en colère
    3. J’ai la boule au ventre rien qu”à l’idée de le leur annoncer

    Je vous recontacte vers la fin août : la date ultipe de confirmation de mon inscription à l’école de commerce est le lundi 29 août, et mes parents sont en vacances à l’étranger jusqu’au mercredi 24 août.

    Merci pour votre compréhension

    Yannick

  262. B. Magliulole 12 août 2011 à 14:46

    Complément de réponse à yannick

    Vous voilà au moins sorti d’un premier dilemme : vous avez pris votre décsion concernant le choix de votre filière.

    Je comprend que l’annoncer à vos parents vous angoisse, mais je ne doute pas que vous parveniez à trouver les mots qui expliquent et rassurent à la fois.

    Soyez quand même sympa par rapport à l’école : prévenez les le plus vite possible après avoir vu vos parents. Il se pourrait qu’il y ait une “liste d’attente” et que votre renoncement fasse un(e) hereux(se)

    Je vous souhaite bel avenir

    bruno Magliulo

  263. Leonardole 12 août 2011 à 15:52

    Mon fils entre en première STG en septembre prochain. On me demande de choisir entre “première STG gestion” et “première STG communication”.

    Pourtant, ces deux classes sont très voisines, la différence (si j’ai bien lu les grilles horaires) ne résidant que dans les horaires des enseignements techniques, tout le reste étant commun.

    Or, à ce jour, mon fils est incapable de dire laquelle des quatre spécialités de terminale il va choisir, alors que les responsables de la filière STG de son lycée lui ont dit que chaque première étant relativement spécialisée, il ne pourrait que choisir parmi deux au lieu de quatre (s’il fait “gestion” : compta et finance ou gestion des sytèmes d’information; s’il fait “communication” : gestion des ressources humaines ou marketing).

    Peut on par exemple envisager d’aller en “terminale GRH” si on a fait une première STG gestion ?

    J’aurais besoin de votre réponse d’ici le 28 août si vous le pouvez

    Merci

    Leonardo

  264. B. Magliulole 12 août 2011 à 18:13

    Réponse à Léonardo

    Il existe en effet deux premières STG : “gestion” et “communication”. La première débouche sur deux terminales STG (”comptabilité et finances d’entreprises” ou “gestion des systèmes d’information”), et la seconde sur deux autres terminales STG (”communication et gestion des ressources humaines” ou “marketing”).

    En principe, on ne peut pas passer d’une première gestion à l’une des deux terminales réservées aux élèves issus de première communication, et vice versa.

    Mais comme vous semblez le savoir, la différence entre ces deux premières n’est pas très importante : les enseignements généraux (français, maths, deux langues étrangères, histoire-géo, EPS) sont strictement identiques, de même que l’enseignement de “management des organisation” et celui d’ “économie/droit”. Le tronc commun occupe donc 21 h par semaine, soit les deux tiers de l’horaire global.

    Reste, en première STG, les enseignements d’informatique et gestion (3 ou 5 h selon la première choisie), et d’ “information et communication” (5 ou 3 h selon la première STG choisie. En tout, dans les deux cas, il y a 8h d’enseignements technologiques, dans les mêmes matières, mais avec des horaires différents.

    De ce fait, dans la plupart des cas, il est possible d’examiner les demandes de “réorientation” (d’une première STG gestion vers une terminale STG du domaine communication, ou l’inverse). Ce sera alors à voir sur place, et- le plus tôt vous en discuterez avec le professeur principal, le mieux ce sera.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée
    - Que faire avec un bac technologique (pour connaître les différences de débouchés des quatre spécialités du bac STG)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rurbrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  265. Leonardole 13 août 2011 à 10:05

    Merci pour cette réponse très détaillée.

    Une autre question si vous le permettez : la classe de seconde a été réformée durant l’année scolaire 2010-2011, et on dit que le processus de réforme continue en première (rentrée prochaine) puis terminale (rentrée 2012). or, la description que vous me faites correspond au document de l’ONISEP que j’ai, qui présente la filière STG de l’ancien lycée.

    Mon fils ne va t il pas entrer dans une nouvelle première STG, différente de celle que vous décrivez ?

    Léonardo

  266. B. Magliulole 13 août 2011 à 11:51

    Complément de réponse à Léonardo

    Vous avez raison en ce qui concerne le calendrier “général” de déroulement de la réforme du lycée, mais la filière STG (comme la ST2S d’ailleurs) verra son calendrier de réforme décalé d’un an (nouvelle première en septembre 2012, nouvelle terminale en septembre 2013).

    Pourquoi ?

    Parce que le ministère a considéré qu’il avait besoin de plus de temps pour faire un bilan de la filière qui va s’effacer (celle pour laquelle votre fils fera partie de la dernière promotion), et définir les objectifs et contenus de la nouvelle filière … qui ne concernera votre fils que s’il est amené à redoubler en première (c’est très rare), ou à échouer à son bac en 2013. On ne va quand même pas le lui souhaiter pour qu’il ait le plaisir de découvrir la nouvelle filière STG.

    Bruno Magliulo

  267. Leonardole 15 août 2011 à 9:37

    Bien compris. Merci !

    Est-ce que cela veut dire qu’en cas d’échec au bac STG en 2013, il redoublera dans une terminale STG réformée ?

    Si c’est bien ça (c’est ce que je suppose), cela va poser un problème : il n’aura pas suivi les enseignements de la nouvelle première STG . Est-ce que des formules d’ajustement sont prévues pour les élèves qui seront dfans ce cas.

    On me dit que les années de ce genre, on “donne” le bac à un maximum d’élèves afin qu’il ya ait peu de redoublants en terminale. Est-ce vrai ?

    Léonardo

  268. B. Magliulole 15 août 2011 à 14:25

    Complément de réponse à Léonardo

    1. Oui, en cas de redoublement après échec au bac, votre enfant serait obligé de faire sa rentrée dans la nouvelle classe terminale STG, sans avoir suivi les enseignements de la nouvelle première STG. Mais ce ne serait pas si difficile que cela, les deux classes (l’ancienne et la nouvelle) se ressemblant fortement. l’adaptation se fera sans problème.

    2. C’est la raison pour laquelle il n’est prévu aucune mesure d’ajustement

    3. Et il suffit de lire les taux de réussite aux divers bacs chaque fois que la promotion des candidats est la dernière d’un système réformé : ils sont tout à fait dans les tendances passées. Il est donc faux de croire que ces années là, “le bac est donné”. Attention à prendre garde au risque de se sentir “démobilisé” au prétetxe qu’on croit que le bac va être donné !

    Mais le plus simple n’est -il pas de parier que votre fils va faire partie des 75% de candidats au bac STG qui, chaque année, le réussissent ? Encore faudra t il qu’il se donne les moyens d’en être.

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  269. Léole 21 août 2011 à 16:19

    Bonjour,

    Notre fille va entrer en seconde générale dans un lycée privé sous contrat. Elle pense demander en fin d’année scolaire 2011-2012 à passer en “première économique”. Or, on me dit qu’il y a deux “premières éco” : la première ES et la première STG.

    Pouvez vous m’indiquer ce qui caractérise chacune d’elles, ce qui les différencie surtout, et me conseiller laquelle vous choisiriez pour une élève qui est très attirée par l’idée de faire plus tard du journalisme économique, et donc se destiné à des études universitaires économiques ?

    A partir de quelle date devrons-nous être au clair sur le choix de la classe de première que nous devrons envisager ?

    Léo

  270. B. Magliulole 22 août 2011 à 9:51

    Réponse à Léo

    Il existe en effet deux baccalauréats “économiques” : ES (économique et social) et STG (sciences et technologies de la gestion).

    Le premier (ES) est du domaine de l’enseignement purement général. Il ne comporte donc aucun enseignement technologique, et le niveau exigé de l’élève dans les enseignements généraux (français/philo en terminale, histoire-géo, LV1, LV2, maths…) est nettement supérieur. De plus, l’enseignement de l’économie est en réalité pluridisciplinaire : sciences éco bien sur, mais aussi sciences sociales, histoire économique et sociales, sciences politiques, géopolitique … sont au menu.

    Le second (STG), comporte une part importante (un tiers de l’horaire global) d’enseignement technologique (sciences de gestion, outils de communication, techniques de commercialisation, gestion des ressources humaines, marquetique…), mais aussi, des enseignements de “management des entreprises”, de micro économie, de droit appliqué… et des enseignements généraux divers (histoire géo, français/philo, LV1, LV2, maths …) à horaires et niveaux d’exigence moins ambitieux qu’en ES.

    ce sont donc deux filières très différentes, malgré une certaine ressemblance.

    Autre différence : les débouchés. Les ES se dirigent massivement (les 3/4 ) vers des filières longues (en 5 ans après le bac) : universités, grandes écoles, classes prépas … alors que les STG sont à 80% attirés par les filières courtes (en deux ou trois ans : BTS surtout, DUT, programmes “bachelor”…)

    Vous en saurez plus en lisant trois ouvrages publiés dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée
    - Que faire avec un bac ES ?
    - Que faire avec un bac technologique ?
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  271. Léole 22 août 2011 à 10:24

    Merci : j’y vois plus clair !

    Mais autre question : est-ce que cela veut dire que les bacheliers STG n’ont aucune chance de parvenir à entrer dans une grande école de commerce, ou ne réussissent jamais à l’université ?

    Léo

  272. B. Magliulole 22 août 2011 à 12:33

    Complément de réponse à Léo

    Non bien sur, la réponse n’est pas aussi “entière” que cela. ce que je vous ai indiqué, ce sont les orientation fortement majoritaires. Mais on voit de tout dans chacune de ces deux voies.

    Certains ES optent pour des études courtes (même si la majorité d’entre eux font plutôt du “long”), et inversment, une minorité (15 à 18% par an) font le choix de tenter leur chance dans les études longues : universités, grandes écoles tertiaires à recrutement niveau bac, classes préparatoire “économiques et commerciales” pour bacheliers technologiques (les bons bien sur).

    encore une fois, vous trouverez tous les détails dans les deux livres signalés :
    - Que faire avec un bac ES ?
    - Que faire avec un bac technologique ?
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  273. Léole 22 août 2011 à 13:44

    OK, mais les STG ont-ils de réelles chances d’entrer dans ces prépas, et de réussir les concours HEC ensuite ? Y a t il des statistiques qui répondent à la question ?

    Léo

  274. B. Magliulole 23 août 2011 à 9:24

    Complément de réponse à Léo

    Il y a chaque année environ un millier de bacheliers STG qui parviennent à entrer dans une école de commerce en trois, quatre ou cinq ans après le bac. Cela peut vous paraître peu au regard du nombre de ces bacheliers (près de 50000), mais il faut rappoirter ce petit nombre à celui des candidats : 3000. Ils ont donc statistiquement une chance sur trois d’être admis … comme les ES !

    Sachez qu’il existe en particulier un réseaux de classes préparatoires économiques et commerciales “technologiques”, strictement réservées à des bons bacheliers STG. On y observe un taux global de réussite de l’ordre de 85% chaque année ! Pas mal non ?

    En résumé : que votre enfant entre en Es ou en STG, il aura de réelles chances d’entrer dans ce type d’écoles, à la condition toutefois de faire partie des bons élèves de sa terminale, car en fin de lycée, pour y entrer : sélection (sur dossier, concours …).

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  275. Julienle 26 août 2011 à 16:26

    Mon fils entre en seconde et envisage de demander une orientation vers la première STI en 2012. On nous a dit que ce bac allait être profondément rénové.

    Pouvez vous nous en dire plus ?

    Julien

  276. B. Magliulole 29 août 2011 à 10:22

    Réponse à Julien

    Oui, en effet, une réforme de la série STI (sciences et technologies industrielles) se met en place à la rentrée 2011, prolongeant en première la réforme du lycée qui a débuté en seconde en septembre 2010.

    Calendrier : mise en place des nouvelles séries STI en première en septembre 2011, puis en terminale en septembre 2012, avec session des nouveaux bacs STI en juin/juillet 2013.

    L’architecture de la voie STI est profondément reconstruite . Aux 12 spécialités (et sous spécialités avec la spécialité “génie mécanique”) qui existaient jusque là, succèdent quatre nouvelles spécialités, plus axées sur les réalités professionnelles contemporaines : “innovation technologique et éco-conception”, “système d’information et numérique”, “énergies et développement durable”, “architecture et conception”.

    Concrètement, cela veut dire que lorsqu’il aura à faire des voeux d’orientation, votre fils (et vous, ses parents), devrez demander l’une de ces quatre spécialités.

    Conseil : optez, en seconde, pour l’enseignement d’exploration de “création et innovations technologiques” (si elle est proposée bien sur). Elle est plus particulièrement axée sur la voie STI.

    Si vous voulez tout savoir sur les grilles horaires, les nouveaux programmes … de ces quatre spécialités du futur bac STI : www.education.gouv.fr

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Que faire avec un bac technologique
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  277. Jean-Marcle 29 août 2011 à 16:44

    Bonjour,

    Mon fils entre en seconde et va sans doute demander à passer en première S dans un an. Il rêve d’une carrière d’ingénieur aéronautique.

    On lui a récemment parlé d’un bac que je ne connaissais pas : S sciences de l’ingénieur.

    Pouvez vous m’en dire plus ?

    Jean-Marc

  278. samle 29 août 2011 à 18:21

    Bonjour,
    mon fils va entrer en terminale stg option cgrh. Ce choix d’option a été fait car les maths n’est pas sa tasse de thé… Cela l’empèchera t-il de poursuivre ses études dans un domaine comme la publicité, le commerce… qui sont dit “plus approprié” au stg mercatique? les débouchés peuvent-ils être les même quelque soit l’options choisie? les mercatiques seront-ils prioritaires?
    merci par avance.

  279. B. Magliulole 30 août 2011 à 9:17

    Réponse à Jean-Marc

    Oui, en effet, il existe bien un bac “S/SI”, (S / sciences de l’ingénieur).

    C’est un bac S, mais dans le tronc commun, on y remplace les SVT (sciences de la vie et de la Terre) par un enseignement de sciences de l’ingénieur , si bien que ni en première, ni en terminale, on ne reçoit le moindre enseignement de SVT. Pour tous les autres enseignements, c’est strictement les mêmes matières, les mêmes programmes, et les mêmes horaires (et donc les mêmes épreuves au bac).

    Bon à savoir : les S / SI sont particulièrement formatés pour envisager d’aller ensuite faire des études supérieures (universitaires ou en grandes écoles) de “sciences de l’ingénieur”.

    Conseil si vous envisagez cette orientation : optez, en seconde, pour l’enseignement d’exploration de “sciences de l’ingénieur” : les élèves qui en ont bénéficié sont prioritaires pour l’admission en S/SI.

    La difficulté tient au fait que cet enseignement de “sciences de l’ingénieur” n’est offert que dans un relativement petit nombre de lycées.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée
    - Que faire avec un bac S ?
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à m’envoyer une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  280. B. Magliulole 30 août 2011 à 11:11

    Réponse à Sam

    C’est vrai que la spécialité “marcatique” procure un léger avantage pour les orientations vers les écoles de commerce, et un plus net avantage pour l’admission en école de publicité. Mais rassurez-vous : il existe entre ces deux spécialités du bac STG (CGRH et mercatique) une différence certes, mais relativement légère. Elle passe essentiellement par le contenu de l’enseignement de spécialité (qui a malgré tout de nombreux points communs), mais pour le reste, on est quasiment à l’identique.

    Il en résulte que pour l’orientation vers une école de commerce (spécialisée en trois ans ou “grande” en cinq ans ou après prépa), les CGRH et les “mercatique” sont presque équivalents en nombre (léger avantage aux mercatique), par contre, il n’en va pas de même pour les études supérieures de publicité ou les CGRH sont nettement moins nombreux que les “mercatique” (mais il est vrai aussi que ces derniers sont nettement moins nombreux à demander à entrer dans des écoles de publicité).

    Léger avantage aux “mercatique” donc, mais si votre fils est un bon élève de CGRH, il n’aura pas à s’inquiéter. Il faut qu’il comprenne que toutes ces formations sont sélectives à l’entrée, qu’il y rencontrera la concurrence des “mercatique” certes, mais aussi (notamment pour les écoles de commerce) des “comptabilité/finance d’entreprise”, des ES …L’important sera donc qu’il fasse un vraiment bon parcours en CGRH afin d’être à la hauteur des épreuves de sélection qui l’attendent au printemps de sa classe terminale.

    Qu’il sache que la différence se fera plus sur sa culture générale, son aptitude en langues … que sur l’enseignement technologique. Pourquoi cela ? Parce qu’en technologie, tout repart à zéro dans ces écoles. le plus important est donc dans la qualité du parcours d’études accompli dans les enseignements du tronc commun, qui sont des enseignements généraux pour la plupart.

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Que faire avec un bac technologique ? (tout sur les débouchés des quatres spécialités du bac STG)
    - Bien choisir son école de commerce
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  281. Mariele 30 août 2011 à 12:14

    Bonjour,

    Notre fille va faire son entrée en seconde générale dans un lycée privé très réputé du Quartier Latin. Ce lycée est connu pour disposer de nombreuses classes préparatoires très bien classées dans les divers “palmarès” des résultats.

    Une de nos motivations, en choisssant cet établissement, était que Camlille (notre fille) soit bien placée pour accéder à l’une de ces classes préparatoires.

    Pensez-vous que le fait de demander en premier voeu une classe préparatoire de son propre lycée soit un avantage par rapport aux candidats provenant d’autres établissements ? Autour de nous, les avis sont très paratagés. Quel est le votre ?

    Merci d’avance de bien vouloir nous répondre

    Marie

  282. B. Magliulole 30 août 2011 à 13:52

    Réponse à marie

    Ne croyez surtout pas que le fait d’avoir préparé son bac dans un lycée permet d’entrer quasi automatiquement dans les classes préparatoires de ce lycée. Le principe de recrutement des “prépas” est de trier, parmi les candidats, les meilleurs, d’où qu’ils viennent. SI un excellent élève du lycée fréquenté par votre fille se porte candidat, ce pourrait être pour lui, mais s’il n’est pas au niveau requis, originaire du lycée ou pas, on lui préfèrera un autre candidat, venu d’ailleurs.

    Par contre, à dossier considéré comme révélateur d’une qualité équivalente, le dossier d’un(e) élève issu(e) du même lycée peut s’avérer être un avantage pour départager deux candidats de niveaux comparables.

    Il peut donc exister un avantage, mais très marginal.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Bien choisir sa classe préparatoire
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  283. Rémyle 30 août 2011 à 17:26

    Bonjour,

    Mon fils entre cette année en première STG communication. Ce n’est pas un bon élève, mais il est besogneux et son passage en première n’a été obtenu que très difficilement (après un refus du conseil de classe et une procédure d’appel qui nous a donné satisfaction).

    Je ne vous cacherai cependant pas que nous craignons que son année de première se passe difficilement. Que se passera-t-il si, en fin d’année de première (nous savons que le passage de première en terminale est automatique), nous demandons et obtenons un redoublement volontaire, ou si, après un passage en terminale (mercatique ou gestion des ressources humaines : à voir d’ici un an), il échoue à son bac STG ? En cas de redoublement, ne devra t il pas entrer dans les classes de première ou terminale STG rénovées ? Je me dis qu’en première ça ne devrait pas être un gros problème, mais si le redoublement survient en terminale, redoublera t il dans la même terminale, ou devra t il entrer dans une nouvelle terminale STG sans avoir suivi les enseignements de la nouvelle première STG ?

    Est-ce alors un gros problème ?

    Rémy

  284. B. Magliulole 31 août 2011 à 10:35

    Réponse à Rémy

    Si votre fils venait à redoubler sa première … c’est que vous l’auriez demandé ! Il est en effet interdit d’imposer un redoublement en fin de première, si bien que les redoublants de première sont tous volontaires (sur demande de la famille ou sur proposition du conseil de classe acceptée par la famille). C’est donc un cas de figure statistiquement rare, et partez du principe que si la demande vient de vous … le conseil de classe a le droit de vous refuser cela. Dans ce cas, votre fils passera en terminale (spécialité “mercatique” ou “communication et gestion des ressources humaines”, au choix).

    Mais si un tel redoublement a lieu, il ne devrait pas poser de problème particulier dans la mesure où votre fils découvrirait alors les nouvelles classes de première STG, puis terminale STG. La greffe n’a aucune raison de ne pas bien prendre !

    Par contre, ce serait bien sur plus compliqué si le redoublement survenait après un échec à la session 2013 du bac STG (celle qui concernera votre fils s’il ne redouble pas sa première STG). Dans ce cas, il entrerait dans une nouvelle terminale STG, sans avoir suivi les enseignements de la nouvelle première STG. Mais rassurez vous : les deux voies (l’ancienne et la nouvelle) sont suffisamment proches pour que cela ne pose guère de problème). En particulier, sachez que les actuelles spécialités de terminale STG (quatre) sont reconduites, sous des appellations identiques ou très proches, dans la nouvelle filière STG.

    Mais surtout : pourquoi partir du principe qu’il va redoubler. Le bac STG n’est pas des plus difficiles à réussir ! Qu’il bosse un peu et il n’aura ni besoins de redoubler en première, et réussira ensuite son bac STG. La vraie question à vous poser en famille c’est “et après, quelles études supérieures ?”.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée (tout sur les nouvelles filières du lycée réformé)
    - Que faire avec un bac technologique ? (les débouchés des quatre spécialités de terminale STG)

    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  285. Anonymele 06 sept 2011 à 22:55

    Bonsoir, j’ai redoublé pour aller en 2nd Bac pro SEN et ne suis pu sur de vouloir resté dans ce domaine. ( je ne connais pas bien.. )
    J’étais en 2nd général avec des moyennes entre 7 et 8 donc on m’a conseillé un bac pro.
    Je suis un peu perdu car je ne voulais pas du tout redoubler ma 2nd gén mais maintenant je me demande si je n’aurais pas dû pour essayer de progresser et ensuite me diriger vers quelque chose de mieux. ( 1ere STG ou quelque chose du genre, mais même après de nombreuses recherches je ne sais pas trop ce que je voudrais faire comme métier.. )
    Si j’ai accepter d’aller en bac pro sen c’était pour avoir le bac et ensuite pouvoir faire des concours comme m’a dit mon professeur principal l’année dernière.
    Que faut-il pour devenir moniteur d’auto école ? Les concours de police et gendarmerie sont durs ?
    Que dois-je faire ?
    Je vais encore faire quelques recherches quand j’aurais le temps pour voir vraiment.

  286. m.justinele 08 sept 2011 à 2:19

    Merci de votre réponse , en effet je sais que si je reprend cette formation en 2012 je ne suis pas sur d’être admise , mais pour de raisons personels je ne peux reprendre les cours cette année et je ne veux surtout pas retourner en général , j’ai deja contacter des lycées agricoles qui m’ont dis d’envoyer des lettres de motivations et mes bulletins pour l’année prochaine car cette année tout est complet , mais si aucun ne veut bien me prendre quelles solutions me restera-t-il ? car je veut pas non plus me retrouver sans rien..

  287. B. Magliulole 09 sept 2011 à 11:32

    Complément de réponse à M. Justine

    Malheureusement, à cette date, la rentrée étant commencée depuis plusieurs jours, il sera très difficile pour vous de trouver une place ailleurs si on ne vous autorise pas à entrer dans la filière que vous avez demandée. Vous ne pouvez donc que croiser les doigts pour que la chance soit avec vous.

    Tenez moi au courant de la suite donnée à vos diverses candidatures.

    bruno Magliulo

  288. B. Magliulole 09 sept 2011 à 11:47

    Réponse à Anonyme

    La grosse difficulté est qu’ayant obtenu satisfaction (puisque vous me dites avoir demandé ou accepté de redoubler en seconde pro SEN), on ne va pas comprendre que, si peu de jours après la rentrée, vous décidiez déjà de vouloir arrêter, alors que vous n’avez pas pris le temps de vous familiariser avec cette formation et l’univers professionnel auquel on vous prépare.

    Le redoublement en seconde générale et technologique est désormais presque impossible, de moins dans un collège public ou privé sous contrat. Pourquoi cela ? Parce qu’ il aurait fallu que vous en exprimiez le souhait avant le conseil de classe du troisième trimestre de votre année scolaire précédente, et que le dit conseil de classe vous donne le feu vert. Or, redoubler en seconde est un droit. Vous l’auriez eu. C’aurait peut être été une erreur, car vos notes sont basses et rien ne prouve que vous auriez rattrapé de quoi entrer en première générale, mais en effet, entrer en première STG est chose plus aisée à obtenir et ç’aurait été envisageable. Là c’est beaucoup trop tard.

    Suggestion malgré tout : demandez vite (si possible allez y avec vos parents) à être reçu par les responsables de votre lycée de l’an dernier, et faites part de votre souhait de redoubler en seconde générale et techno (et si on vous l’accorde, optez pour l’enseignement d’exploration de “principes fondamentaux de l’économie et de la gestion”, pour bien montrer que vous comptez ensuite demander la première STG). Mais FAITES LE IMMEDIATEMENT, car au plus le temps va passer, au moins ce sera acceptable. Je ne vous dis pas qu’ils vont accepter une telle demande, mais vous n’avez rien à perdre à tenter votre chance.

    Pour bien préparer ce choix, et notamment l’entretien que vous pourriez avoir :
    - Le guide de l’orientation au lycée (de la troisième à l’après-bac)
    - Que faire avec un bac technologique ? (les débouchés du bac STG)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  289. Anonymele 09 sept 2011 à 17:00

    Merci d’avoir répondu, au début je n’étais pas sûr de vouloir faire sen mais mon pp me disais que ce serait bien, que je pourrais avoir le bac et après faire les concours or j’ai dis Mardi ( j’avais eu un rdv avec ma mère et 2 professeurs ) que je voulais faire ça juste pour faire des concours et ils m’ont dis qu’il faudrais que je fournisse beaucoup plus d’efforts comme je n’ai pas beaucoup d’heures de cours général.
    Je leur ai dis aussi qu’en faite maintenant je commencer à me poser la question si je n’aurais pas du redoubler en général ect et le professeur principal m’as dis que je devrais essayer une semaine ou deux puis ensuite voir si ça me plaîs, et que si ça ne me plaisais pas lui dire et qu’on essayerais de faire le nécessaire au plus vite mais que ce n’était pas gagner d’avance si c’est le cas. L’année dernière je ne pensais pas avoir le niveau pour aller en stg donc je n’avais pas essayé.
    Ma mère est aller voir mon lycée de l’année dernière mais les personnes à voir étaient en réunion, mais à l’accueil je crois, on lui a dit qu’il ne devait plus y avoir de places normalement et qu’elle devrait repasser pour les voirs quand même et leur demandés.
    L’année dernière je faisais SES en 1ere option on était obliger de choisir celle-ci et je me débrouillé assez bien en révisant bien sûr ( chose que ne faisais pas régulièrement… )
    J’aurais su j’aurais demandé de redoubler en général au conseil de classe, je commence à regretter maintenant..

  290. B. Magliulole 09 sept 2011 à 17:45

    Complément de réponse à Anonyme

    Dans votre situation, les regrets ne servent à rien. Ce qui est fait est fait !

    Ce qu’il faut maintenant c’est que vous élaboriez une argumentation convaincante pour que votre collège accepte de revenir sur ce qui a été décidé en fin d’année scolaire dernière. Ils n’y sont pas obligé, et ce sera donc difficile à obtenir, d’autant que d’après ce que vous m’avez dit dans votre précédent message, votre bilan scolaire de seconde de l’an dernier est assez mauvais, et peut faire craindre que le redoublement dans la même classe ne suffise pas à vous mettre au niveau requis. Mais si vous y tenez, et si vous vous sentez de taille à produire l’effort nécessaire pour gagner au moins deux ou trois points sur vingt de moyenne en plus (sinon, vous allez de nouveau vous retrouver en seconde professionnelle dans un an), alors essayez.

    Mais plutôt que de recommencer une seconde générale et techno (qui est surtout générale, comme vous le savez), pourquoi ne pas essayer une seconde professionnelle tertiaire (commerce ou comptabilité, selon vos goûts, par exemple), qui est beaucoup plus proche du bac STG que la seconde SEN dans laquelle vous êtes entré il y a quelques jours ? En cas de bonne réussite en bac pro commerce, vous pourriez avoir les mêmes avantages que si vous sortiez du lycée avec un bac STG : accès possible en BTS commercial par exemple, et même plus si ça marche. Une telle réorientation serait probablement plus facile à obtenir que celle que vous envisagez, et pourrait être immédciate s’il existe encore quelques places vacantes.

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  291. Abile 15 sept 2011 à 19:03

    Bonjour, J’aimerais vous demandez un renseignement. Je suis une fille qui jusqu’à maintenant était très indécise. Je n’avais vraiment aucune idée de quelle métier faire plus tard. N’ayant aucune idée, Je suis aller en seconde générale histoire d’avoir plus de temps pour réfléchir ! Je suis donc actuellement en seconde générale. J’ai chercher, chercher des métiers et je suis tomber sur ” Architecte d’intérieur ” qui me plait pas mal ! J’ai plusieurs questions : Est-ce que je peux faire ce métier avec un bac général ? Plus précisément S , celui que j’envisage pour l’instant. Est-t-il accessible même si mon enseignement d’exploration n’est pas ” Création et culture design ” ? En gros, Est-ce que ce bac est possible ? et Qu’est-ce qui m’attend après le bac général pour faire ce métiers ? Les études à envisagés ? Et j ‘ai aussi entendu parler de la MANAA , qu’est-ce que c’est au juste ?

    Merci Beaucoup , Bisous.

  292. B. Magliulole 16 sept 2011 à 10:37

    Réponse à Ali

    L’un des avantages de la seconde générale, c’est qu’elle permet de reculer jusqu’en terminale le moment du choix de sa filière d’études supérieures, et donc les professions qu’à travers ces études, vous viserez. Aujourd’hui, vous envisagez l’architecture intérieur, demain ce pourra être autre chose. Ne vous enfermez pas si jeune dans un choix définitif, sauf bien sur sur vous êtes hyper motivée, et donc tout à fait certaine de vouloir faire cela.
    Conseil : testez votre envie en vous efforçant de faire un stage de courte durée (une semaine devrait suffire) chez un(e) architecte d’intérieur.

    On se prépare au métier d’architecte d’intérieur via des études très spécialisées qui peuvent commencer après le bac. Ce peut être (au minimum), un BTS de design d’intérieur, ou mieux, une grande école (il en existe une douzaine en France qui préparent à ce métier, avec délivrance de diplômes de niveaux bac + 3, 4 ou 5.

    Pour le BTS (après lequel on peut d’ailleurs , si ça a bien marché, tenter d’entrer dans l’une de ces douze écoles), il y a priorité d’accès aux bacheliers STD2A (sciences et technologies du design et des arts appliqués), et pour espérer entrer en première STD2A, il faut avoir suivi, en seconde, l’enseignement d’exploration de “création et culture design”, ce que vous semblez d’ailleurs parfaitement savoir. Pour les autres bacheliers (et le bac S est pour cela fortement recommandé), il faudra en effet passer par une année de mise à niveau pour études supérieures d’arts appliqués (la MANAA que vous évoquez), ce qui fait que le BTS de design d’intérieur se prépare alors en trois ans au lieu de deux. La MANAA est obligatoire pour tous les bacheliers autres que STD2A désireux de faire des études supérieures d’arts appliqués.

    Attention : il y a peu de places à prendre, et tout cela est donc fort sélectif.

    Pour vous, un site incontournable : celui du “Conseil français des architectes d’intérieur ” (CFAI) : www.cfai.fr

    Lectures fortement recommandées, dans la collection l’Etudiant :
    - Les métiers de la création et du design (avec toutes les formations
    - Le guide de l’orientation au lycée
    - Pour quelles études êtes-vous fait ?
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”) ou en librairie scolaire, généralement sur commande

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  293. Seble 18 sept 2011 à 8:29

    Bonjour,

    Je suis conscient que la réponse a peut-être déjà été postée, mais je n’ai pas eu le courage de lire tous les commentaires et messages, et pour cela j’en suis désolé.
    J’ai donc une question à vous poser. Je suis en 2nde générale, dans un collège/lycée à l’ile maurice, dans un établissement français. J’ai pris l’option “Littérature et Société”, et j’aimerai m’orienter vers une 1ere L. Seul problème, les langues (Anglais et Espagnol) ne sont pas franchement ma tasse de thé (Quoique j’obtiens un 12 environ dans les deux matières). J’adore cependant le Français et l’Histoire-Géographie. Cependant, j’ai remarqué que le nouveau programme institué en 1ere L intégrait 10h hebdomadaire d’Anglais, chose légèrement déplaisante pour ma part. Dois-je donc envisager la 1ere L ? Sachant que les Maths ne me réussisse vraiment pas, la ES est à exclure (Je tournais aux alentours de 3/20 au deuxième trimestre en 4eme). J’aimerai poursuivre des études de droit ensuite. Je vous remercie. Seb.

  294. Seble 18 sept 2011 à 8:32

    J’ai également oublié de préciser qu’en plus d’aimer franchement le Français, je suis exceptionnellement doué pour l’écriture, que ce soit de textes argumentatifs, de poésies ou même de nouvelles. Mes études de droit porteront vers un aboutissement en tant que Magistrat, soit en cas d’échec, de Notaire. C’était juste une petite précision, qui je le crois, pourrait vous aider quant à répondre à mon interrogation.

    Cordialement,
    Seb.

  295. Seble 19 sept 2011 à 10:05

    Bonjour,

    Je suis en 2nde dans un lycée français à l’Ile Maurice, une 2nde générale. Voilà mon problème : J’aimerai passer en 1ere L, la difficulté c’est que les langues ne me plaisent pas (Espagnol et Anglais renforcé). Par contre, j’adore le Français et l’Histoire-Géographie. J’ai pris comme option “Littérature et Société”. Et j’ai remarqué qu’en L, il y a 10h d’Anglais hebdomadaire. Problème donc.
    Je n’aime pas les Maths : Ainsi, il faut renoncer à la S et à la ES. Sachez que ma moyenne en 4eme, au 2eme trimestre se situait aux alentours de 3/20 (Mathématiques, donc).
    J’aimerai entreprendre des études dans le droit, pour ensuite devenir Magistrat.
    Pourrais-je avoir votre avis donc quant au choix de ma filière… ?

    Je vous remercie,
    Seb.

  296. Seble 19 sept 2011 à 10:07

    Je m’excuse pour le post en plus, c’est une erreur.

    Cordialement,
    Seb.

  297. B. Magliulole 21 sept 2011 à 12:20

    Réponse à Seb

    Je commencerai par vous dire que je me suis déjà rendu dans votre lycée français de l’Ile Maurice. Il y a une quinzaine d’année de cela . C’était au lycée La Bourdonnais à Curepipe. J’étais alors inspecteur en sciences économiques et sociales, et j’ai profité d’une mission à La Réunion , pour répondre à une demande de me rendre dans cet établissement de l’Ile Maurice. J’y ai alors inspecté le (seul) professeur de sciences économiques et sociales de l’établissement. Je ne me souviens plus de son nom et pense qu’il n’est plus là en 2011, mais demandez à votre professeur de “SES” si par hasard il ne s’agit pas de lui, et saluez le de ma part. J’y avais même fait, à l’occasion de mon passage, une conférence pour les élèves et parents des diverses terminales, sur le thème “De la classe terminale à l’après-bac : réussir son orientation”.

    Mais venons en à votre question.

    Pour devenir magistrat, il faut en effet faire un parcours complet (de niveau bac + 5, master) en droit public, dans une filière universitaire de droit , puis se présenter et réussir le concours d’entrée à l’Ecole nationale de la Magistrature de Bordeaux (l’ENM).

    Pas de sélection à l’entrée de première année de droit, sauf dans un petit nombre de cas particuliers, pour la quasi totalité en Ile de France.

    Quel parcours d’études secondaires pour s’attaquer dans les meilleures conditions possibles aux études supérieures de droit ? Dans l’idéal : L ou ES (encore que certains S font un tel choix). Et comme vous avez un problème en maths, ce devrait logiquement être L. Mais il est vrai que la nouvelle filière L (celle installée en première à la rentrée 2011 dans le cadre de la réforme du lycée), renforce la dimension “internationale”, et donc les enseignements de langues, qui semblent être un autre problème pour vous (relatif cependant puisque vous me dites être à 12/20 dans ces deux enseignements : anglais et espagnol).

    D’où l’idée de vous intéresser à la filière ES, malgré ce que vous m’acrivez à propos des mathématiques, sachant que vous y aurez bien sur une exigence en deux langues étrangères aussi, mais pas auant qu’en L, mais qu’il y aura donc des maths. Toute la question est de savoir si votre niveau en maths est tel que vous ne pourriez pas digérer le programme de la voie ES. Posez la question à voitre professeur de maths bien sur. Sachez cependant que les maths en ES sont nettement moins abstraites et théoriques qu’en S, et qu’en outre, leur volume horaire est nettement plus faible.

    Je ne puis évidemment pas faire le choix entre L et ES à votre place, mais vous devrez le faire, sachant que j’ai bien compris qu’aucun de ces deux choix n’est “parfait” pour vous. Il vous faut donc vous demander quel est le moins dommageable (approche négative) ou quelle est de ces deux filières celle dont les contenus vous intéressera le plus (approche positive). Or, à cet égard, vous me dites beaucoup aimer (et bien réussir) en histoire-géographie et français. Est-ce que faire en plus des sciences économiques et sociales à assez forte dose (ce qui n’existe pas en L, mais que vous trouverez en ES), vous attire ? Sachez d’ailleurs que pour réussir en droit ce serait un élément favorable dans la mesure où vous renforcerez votre connaissance des problèmes économiques, sociaux et politiques du monde contemporain, ce qui vous sera utile pour des études en droit.

    Vous avez quelques mois pour réfléchir. Je reste pendant cette période à votre disposition pour vous conseiller encore à distance. N’hésitez donc pas à me poser une autre question si vous le souhaitez.

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Que faire avec un bac ES ?
    - Que faire avec un bac L ?
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Le guide de l’orientation au lycée
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  298. Seble 21 sept 2011 à 19:38

    Bonjour,

    En effet, c’est bien le LLB à Curepipe, et j’ai été surpris que vous ayez même fait une conférence dans cet établissement ! Alors, pour la SES, j’ai M.Douat, je n’ai par contre aucune idée de ses années d’expérience au LLB, et je vais le lui demander mardi, après le cours. Je ne manquerai pas de le saluer également.
    À vrai dire, entre choisir Maths ou Langues, je préfererai la seconde option. Je peux toujours prendre l’option facultative “Mathématiques”, si cela est vraiment nécessaire, l’année prochaine. Surtout que ce sont uniquement les points au-dessus de la moyenne qui comptent… un réel avantage !
    Néanmoins, il est vrai que la SES me serait fort utile. Surtout dans la profession que je souhaite exercer. Est-une vraie lacune si je m’oriente plus vers la L que la ES, donc… ?

    Je vous remercie d’avance,
    Seb.

  299. B. Magliulole 22 sept 2011 à 11:12

    Complément de réponse à Seb

    Pour les études supérieures en droit, vous n’aurez absolument pas besoin des maths, sauf peut être de connaissances basiques en statistiques et probabilités. Opter pour l’enseignement de mathématiques pourrait être en effet suffisant pour cela. Mais il ne faudra pas ensuite changer de projet en prétendant frapper à la porte de filières pour lesquelles un bon niveau en maths est requis (prépas économiques et commerciales, écoles tertiaires …) car dans ce cas, vous n’y entrerez pas.

    Quand aux sciences économiques et sociales, vous pouvez en faire un peu en L en optant (si votre lycée le propose) pour l’enseignement optionnel de “droit et grands enjeux du monde contemporain”, qui est proposé en terminale L (je devrai dire “sera” puisque cet enseignement n’est introduit que dans les nouvelles terminales L, créées par la réforme du lycée, et donc n’apparaitra qu’à la rentrée 2012), mais ce sera alors à la place des maths car vous ne pouvez choisir qu’un seul de ces enseignements optionnels complémentaires. Si en entrant en terminale L vous êtes encore déterminé à faire des études supérieures de droit, alors vous pourrez renoncer aux maths pour cet autre enseignement, tout à fait adapté à une vocation pour des études supérieures de droit.

    Quand à votre professeur de sciences éco et sociales, j’ai retrouvé mon rapport d’inspection établi en 1992 (!!!), et ce n’était pas lui. Saluez le quand même de ma part

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  300. Seble 22 sept 2011 à 17:28

    Pas de problème, je le saluerai de votre part. Alors, en effet, je pense donc me diriger vers la L. Pour l’instant, je me débrouille pas mal en Espagnol (mais cela est très relatif, car ce n’est que le début de l’année), et j’espère pouvoir continuer ainsi.
    Au cas où l’ENM ne m’accepterai pas (J’ai lu que le choix des candidats était hautement sélectif), pourrais-je m’orienter vers un métier dérivant du droit… ? Comme Notaire, justement ?
    Encore une question, et je sais que j’en pose énormément, donc j’en suis d’avance désolé, l’IEP serait-il un bon choix également ? Une fac de droit est-elle disponible à La Réunion, puisque c’est le plus près de Maurice… ? (J’ai cherché sur le net, mais n’ai eu que des recherches infructueuses pour ma part).

    Je vous remercie encore, en espérant ne pas trop vous déranger avec mes questions,

    Seb.

  301. B. Magliulole 23 sept 2011 à 11:22

    Nouvelle réponse à Seb

    Voici les réponses à vos nouvelles questions :

    1°) En cas d’échec au concours d’entrée à l’ENM (sélectif en effet), vous aurez bien sur la possibilité de vous diriger vers d’autres voies, très diversifiées.

    2°) Attention : pour devenir notaire, il faut se spécialiser en entrant, après la licence de droit en “master droit notarial”, qui est une spécialisation qui commence donc en quatrième année des études universitaires de droit.

    3°) Il existe en effet une filière “droit” à l’université de La Réunion. La personne responsable de la L1 de droit est Madame Cathy Pomart (cathy.pomart@univ-reunion.fr). Plusieurs spécialisations sont disponibles en deuxième cycle master, soit à La Réunion (droit des affaires, droit notarial et du parimoine, droit public), soit dans d’autres universités en métropole. Il y aura en février une “journée portes ouvertes” : un coup d’avion et hop, vous y êtes !

    4°) Sciences po’, (IEP) ? Oui, c’est une superbe grande école universitaire. Il existe neuf “instituts d’études politiques” en France (pas à La Réunion), qui recrutent sur des concours très sélectifs (en moyenne : dix candidats pour une place). En tapant “Sciences po’” sur un moteur de recherche, vous aurez tous les renseignements. Sachez qu’il existe des prépas en ligne : tapez “prépas sciences po’” et vous aurez les sites. Et procurez vous, dans la collection L’Etudiant, le livre qui parait la semaine prochaine : “10 mois pour réussir Sciences po’”

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  302. Seble 24 sept 2011 à 7:23

    Encore merci pour vos réponses complémentaires, je verrai pour la “Journée porte-ouverte” à La Réunion, qui m’a l’air grandement intéressant. Si l’ENM ne m’accepte pas, je doute fort que l’IEP ne m’accepte également, vu les entrées très sélectives également. Mais ce n’est que mon avis. Merci pour l’adresse de Mme. Pomart.
    Je tenterai de me procurer le livre en plus, comme vous me le conseillez.

    Cordialement,
    Seb.

  303. B. Magliulole 26 sept 2011 à 15:11

    Complément de réponse à Seb

    Les IEP recrutent sur des concours qui se déroulent l’année du bac, parfois à bac + 1 ou bac + 3. Ce système n’a pas grand chose à voir avec l’ENM qui est une école de troisième cycle, qui ne recrute qu’après un master (bac + 5). Seul point commun : le niveau de la sélection qui est dans les deux cas très sévère (environ dix candidats pour une place).

    Bruno Magliulo

  304. Carla :)le 05 oct 2011 à 21:25

    Bonsoir, je suis en 2nd generale et j’hésite pour une premiere L ou STG je ne suis pas douée en math et les débouchés en L me bloquent merci de m’aider!

  305. B. Magliulole 06 oct 2011 à 8:46

    Réponse à Carla

    C’est un choix important que celui que vous allez faire en fin de seconde. Nous ne sommes qu’en début (ou presque) de l’année scolaire, et vous avez encore devant vous huit mois pour décider (voeux provisoires d’orientation à formuler pour le conseil de classe du deuxième trimestre, voeux définitifs pour celui du troisième trimestre).

    Vous dites hésiter entre L et STG (en réalité “sciences et technologies du management et de la gestion”, STMG, à compter de la rentrée 2012), et expliquez ce double choix par le fait que vous n’êtes “pas douée en maths”.

    Si vous ne voulez plus en faire du tout, il n’y a que la filière L, dans laquelle, en première comme en terminale, les maths ne sont qu’un enseignement au choix que l’on peut ne pas prendre, au profit d’un autre. C’est donc le seul bac que l’on peut préparer sans maths. Mais du coup, comme vous le dites vous même, un tel profil pose le problème des débouchés dans la mesure ou vous ne pourrez pas prétendre aux filières d’études supérieures ou il y a des maths (nombreuses en vérité, même dans le secteur des études “littéraires”). C’est la raison pour laquelle les L sont nombreux à faire malgré tout le choix de l’enseignement optionnel de maths, qui ne demande en réalité pas un niveau très élevé et est donc très abordable, même pour une élève qui se dit non douée en maths. Demandez plus tard son avis à votre professeur de mathématiques de seconde.

    En STMG, les maths sont obligatoires, et d’un niveau légèrement plus élevé qu’en L. Mais ce ne sont pas des maths abstraites comme on en fait beaucoup en S. Ce sont des maths appliquées (statistiques, probabilités …). Vous devez aussi vous attendre à faires des maths appliquées dans les enseignements de gestion, qui sont importants dans cette filière.

    Mais surtout, il existe entre ces deux voies d’études secondaires une différence essentielle : le bac STMG est un bac technologique, ce qui veut dire que les enseignements généraux y sont très tournés vers le domaine économique, et moins importants et exigeants qu’en L où c’est plus théorique et plus important. En outre, en STMG vous aurez des enseignements de technologie à volume horaire important et devrez apprendre les sciences économiques à assez forte dose. Examinez bien les programmes avant de vous y engager car ils marqueront de façon déterminante vos deux années d’études en STMG. Est-ce que cela vous intéresse ?

    Autre différence essentielle : les débouchés. Les STMG font plutôt des études supérieures professionnelles courtes (en BTS, IUT, écoles …) quitte à prolonger pour les meilleurs d’entre eux dans des écoles de deuxième cycle (commerce, hôtellerie, tourisme, communication, etc.) et vont rarement (et ont du mal à y réussir) en université. Pour les L c’est l’inverse : la plupart d’entre eux entrent en université (principalement en langues, lettres modernes, arts, information et communication, histoire, psychologie, etc.)

    Entre ces deux bacs, il y a quand même le bac ES, autre bac général à dimension littéraire, mais comprenant en plus des enseignements de sciencs économiques et sociales et … de maths. Vous ne le citez pas, sans doute parce que les maths y sont relativement importantes, et que vous semblez ne plus trop vouloir en faire. C’est dommage car ce serait un très bon compromis entre le bac STMG, et le bac L. Bac général, il offre bien plus de débouchés que le bac L en effet. Et les maths n’y sont pas théoriques. Pas grand chose à voir avec l’exigence d’un bac S.

    Vous devez donc comparer les programmes, débouchés, exigences … et mettre ces informations en rapport avec votre bilan scolaire et personnel (qu’est-ce qui vous attire le plus, avez vous déjà un projet d’études supérieures ou pas ? Si oui, quel est le bac qui vous y préparer le mieux ? Est-ce qu’il y a des maths et si oui sont - elles à votre portée ? etc.).

    Pour vous y aider, je vous conseille de vous procurer les livres suivants, édités dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac technologiques ? (le bac STMG et ses débouchés)
    - Que faire avec un bac L ?
    - Que faire avec un bac ES ?
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”), ou en librairie scolaire

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le désirez

    Et n’oubliez pas de consulter votre professeur principal

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  306. Namouhle 10 oct 2011 à 10:39

    Bonjour je suis actuellement en 2nd Général et je voudrais passé en 1er sT2s mais le problème &é que dans mon lycée il ne font pas de 1er St2s Combien il me faut de moyen pour passer en 1er St2s dans un autres Lycée Dans quels matières faut-il que j’ai des bonnes notes ?

  307. B. Magliulole 11 oct 2011 à 11:15

    Réponse à Namouh

    Il est vrai que pour augmenter ses chances d’admission en première ST2S, il vaut mieux faire sa seconde dans un lycée qui propose cette filière. Pourquioi cela ? Parce que d’une part le recrutement dans cette série y est prioritaire pour les élèves du lycée, et surtout parce que ce type de lycée propose en seconde un enseignement d’exploration de “sciences médico-sociales” (SMS) , qui donne priorité d’accès à cette classe de première ST2S.

    Cependant, rien n’interdit qu’un(e) élève qui est dans une classe de seconde et n’y a pas suivi l’enseignement d’exploration de “SMS”, puisse se porter candidat, y compris lorsque le lycée qui offre cette filière n’est pas le même. Mais dans ce cas, il faudra d’une part l’avis favorable du conseil de classe de votre actuelle classe de seconde, et en plus, l’avis favorable de l’établissement qui pourrait vous accueillir en première ST2S.

    Sachez que les classes de première ST2S sont très demandées, et qu’il y a le plus souvent plus de candidat(e)s que de places à prendre. Il en résulte que vous devez vous préparer à :

    - afficher un bon dossier de classe de seconde, sachant que tout va compter, en particulier les sciences de la vie et de la Terre, la physique-chimie (car la filière ST2S est scientifique)
    - vous préparer à devoir subir un entretien de motivation ou avoir à rédiger une lettre de motivation.

    Conseil : essayez, d’ici le mois de février, de faire un petit stage en milieu professionnel paramédical ou social (auprès d’une infirmière, d’un masseur kinésithérapeute… dans un hôpital, une caisse d’allocations familiales …) afin de tester votre motivation professionnelle, et de crédibiliser aux yeux de ceux qui vont décider de vous admettre dans cette classe ou pas, que vous êtes réellement motivée.

    Autre conseil : demandez à être reçue, si possible avec au moins l’un de vos parents, par les responsable de la filière ST2S du lycée que vous convoiterez, et n’hésitez pas à frapper à plusieurs portes si vous vivez dans une ville ou plusieurs lycées proposent la filière ST2S.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac technologique ? (avec une présentation des débouchés du bac ST2S)
    - Le guide de l’orientation au lycée
    - Pour quelles études êtes-vous faite ? (pour préparer votre lettre ou entretien de motivation)

    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”
    Ou en librairie scolaire

    N’hésitez pas à me questionner à nouveau si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  308. Nassimle 15 oct 2011 à 16:45

    Oui je ne savais pas trop ce qu’étais la première STI2D :(
    Mais je pense finir l’année de 1ère STI2D si cela ne me plaît toujours pas je redoublerais ma 1ère pour en faire une plus général.

    En tout cas merci. :)

    (Je pensais qu’il pourrais me prendre en S/ES étant donné que j’ai montré que je pouvais faire des efforts avec ce premier trimestre de STI2D ou je me débrouille pas mal et j’ai un comportement un peu plus correct que l’année dernière moins de bavardage,plus de participation.)

  309. Leonle 28 oct 2011 à 13:46

    Quelle différence entre le bac “STI” et le bac “STI2D” ?

  310. B. Magliulole 28 oct 2011 à 15:56

    Réponse à Léon

    Le bac STI2D (sciences et technologies de l’industrie et du développement durable) est la nouvelle appellation (version “réforme du lycée”), de l’ancien bac “STI” (sciences et technologies industrielles).

    C’est en septembre 2012 que seront mises en place les quatre nouvelles spécialités du bac “STI2D”, et en septembre 2013 pour les nouvelles terminales “STI2D”. la première session du nouveau bac STI2D est donc pour 2014. D’ici là, les anciennens classes de STI seront progressivement éliminées : 2011-2012 sera la dernière année scolaire de la première STI, 2012-2013 des terminales, et la session de 2013 du bac STI sera la dernière concernant l’ancien bac STI.

    Pour tout savoir sur ces nouvelles formations :
    - Le guide de l’orientation au lycée
    - Que faire avec un bac technologique ?
    Collection L’Etudiant (Internet : www.letudiant.fr rubrique “librairie”)

    n’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  311. Maellale 31 oct 2011 à 11:49

    Ma fille était en seconde générale et technologique en 2010-2011. Pour le passage en première, nous avions demandé “ES” en premier et seul voeu. Le conseil de classe a décidé d’une orientation vers la première STG ou, en cas de refus, d’un redoublement en seconde.

    Nous avons fait appel de cette décision et avons obtenu gain de cause. Maella a donc été admise en première ES.

    Hélas, ça ne s’y passe pas bien du tout, et nous sommes bien forcés de constater que les professeurs avaient eu raison de privilégier l’orientation vers STG ou le redoublement.

    Est-il possible, à ce stade de l’année, de deamnder à ce que notre fille retourne en seconde générale afin de consolider ses acquis en vue de passer dans de meilleures conditions en première ES en septembre 2012 ? A qui faut-il le demander , sachant que Maella a changé de lycée depuis l’année dernière, l’ambiance la concernant dans son ancien lycée risquant de ne pas être propice à sa réussite

    Merci

  312. B. Magliulole 31 oct 2011 à 16:57

    Maella

    Situation “classique” que la votre. On “force” le passage pour une élève qui n’a pas vraiment le profil pour la classe demandée, et on se retrouve en situation d’échec.

    Mais pour répondre à votre question, sachez que vous avez parfaitement le droit de demander à repasser en seconde générale, dès à présent. Problème cependant : votre droit se limite à la possibilité de le demander. La réponse appartient aux responsables du lycée fréquenté, sur avis des professeurs de la classe fréquentée.

    Concrètement, cela veut dire que c’est sous réserve de la motivation (qu’il faudra bien préparer car on vous demandera de la présenter), sous réserve aussi des places disponibles …

    A qui s’adresser pour exprimer une telle demande ? Commencez par le faire savoir au professeur principal, ainsi qu’au chef d’établissement de qui dépendra la réponse à une telle deamande (après avoir rencontré le professeur principal).

    Autre possibilité : demander la réorientation de votre enfant en première STG, et ce sans attendre ! Après tout, c’était la proposition d’orientation du conseild e classe du printemps dernier !

    Pour préparer vos arguments :
    - Le guide de l’orientation au lycée
    - Que faire avec un bac ES ?
    - Que faire avec un bac technologique ?
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrioque “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  313. Fille en détresse scolairele 02 nov 2011 à 14:56

    Ma fille a été orientée en seconde générale après recours gagné à une commission d’appel, suite à la décision de son établissement de l’an dernier de la faire redoubler.

    Pas de regret sur notre décision de faire appel, mais nous avions alors émis le voeu d’une orientation vers une classe de seconde professionnelle restauration dans laquelle elle n’a pas été prise, faute de places disponibles.

    La vérité est que cette année, ça ne se passe pas bien pour elle, mais que son souhait d’entrer en voie professionnelle en vue de travailler dans la restauration, est intact.

    Question 1 : est il possible de demander à passer de seconde générale en première professionnelle restauration ?
    Question 2 : Sinon, peut on demander un redoublement volontaire en seconde pro restauration ?
    Question 3 : En cas de double refus aux questions un et deux, quel bac vous semble le plus favorable afin de lui permettre de faire une école de restauration après bac ?

    Y a t il chez L’Etudiant un livre que vous pourriez me conseiller sur les métiers de la restauration, et les études ?

    Merci

  314. B. Magliulole 03 nov 2011 à 12:10

    Réponse à “fille en détresse scolaire”

    Question un : Non, il n’est pas possible de passer directement de seconde générale en première professionnelle restauration. La spécialisation professionnelle commence dès la seconde pro et suppose donc que l’élève y accomplisse un parcours complet sur trois ans !

    Question 2 : Oui, il est par contre possible de demander un redoublement volontaire en seconde pro restauration, mais cela sera toujours sélectif à l’entrée, le nombre des places disponibles étant toujours inférieur au nombre des demandeurs. Un tel passage n’a donc rien d’automatique !

    Question 3 : En cas de double refus, il aurait été envisageable de demander le bac technologique hôtellerie-restauration (en recommençant en seconde), voire de réussir un bac général (ES ou L si l’élève a des problèmes en sciences), et d’attaquer les études professionnelles en restauration dans le cadre de l’après-bac.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Les métiers de l’hôtellerie-restauration (avec toutes les formations)
    - Le guide de l’orientation au lycée (de la troisième à l’après-bac)
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  315. Anale 20 nov 2011 à 17:15

    Bonjour, je suis actuellement en 3e. Je cherche donc une orientation en seconde, mais je ne sais pas s’il faut mieux faire une seconde GT ou une seconde pro. Je souhaite devenir scénariste et pour cela, je me suis renseigné et j’ai vu que plusieurs lycées proposaient l’option cinéma audiovisuel, et mieux encore, qu’en première il existait une série L profil lettres-cinéma audiovisuel.
    1) Cette dernière est-elle accessible après la première uniquement?
    2) Si oui, dois-je faire une Seconde GT, puis aller en L et tenter cette série?
    3) Si non, existe-il un BTS après le bac, une licence ou une classe prépa pour se préparer à entrer dans une école de cinéma, qu’elle soit à l’étranger ou non?
    J’aimerais beaucoup que vous puissiez m’aider sur ce cas-là et me renseigner sur cette nouvelle série (qui vient d’arriver il n’y a pas si longtemps) et qui m’intéresse beaucoup. Sachant que je tente d’entrer dans un lycée à Paris (avec une moyenne de 13 pour l’instant au premier trimestre ; mes matières fortes sont le français, l’histoire-géo et les langues) dont les enseignements d’exploration sont nombreux (je pense prendre SES et LV3 Chinois, mais si je veux faire L, on m’a conseillé de prendre Littérature & Société en deuxième choix) et dont l’option facultative qui m’intéresse le plus est l’option cinéma-audiovisuel. 4) Si je la prends donc en seconde, cela me donnerait-il un avantage sur la nouvelle série cinéma pour L ?
    Désolée d’être si confuse, et merci d’avance pour votre réponse.

  316. Quentinle 21 nov 2011 à 22:49

    Bonjour, je m’apelle Quentin DAVID j’ai 16 ans et je suis actuelle ment en recherche d’un établissement scolaire qui serais prés a m’accepter.
    j’ai suivis une scolarité un peu chaotique a cause de problemes familiau.
    j’ai fait deux 5eme une 4eme et 1 troisieme avec beaucoup d’absence donc je n’ai pas réussi a avoir le brevet des college on m’a fait ensuite redoubler ma troisieme qu j’ai arreter mi novembre 2010 j’ai ensuite commencer un apprentissage mais il semblerait que j’aimerais me réorienter vers une scolarité générale. Le problemes c’est que je n’est pas l’avis du conseil de classe et j’ai ensuite + de 16 ANS. Quel établissemnt pourrait me prendre en seconde en cour d’année alors que je n’ai pas l’avis du conseil de classe et le bepc ? Pourtant j’ai fait évaluer mesz capacité scolaire et elle sont plutot positives pour la seconde ! comment faire ? merci beaucoup si vous trouvez la solution

  317. B. Magliulole 22 nov 2011 à 9:15

    Réponse à Quentin

    Bonjour,

    En France, la scolarité n’est obligatoire que jusqu’à 16 ans. Au delà, vous n’êtes ni obligé d’être scolarisé, mais aussi, un établissement scolaire a le droit de refuser votre inscription.

    Si je comprend bien ce que vous m’écrivez, votre parcours antérieur, assez cahotique en effet (ça arrive !), vous a conduit à faire une classe de troisième non validée. Je craisn donc qu’au mieux, vous ne puissiez qu’espérer recommencer une scolarité en troisième si c’est pour faire ce que vous dites : de l’enseignement général.

    A vous de voir si c’est bien ce que vous désirez. Et pour cela, vous devez vous rendre (ou vos parents) au service de scolarité d’un rectorat ou d’une inspection académique. Si vous me dites dans quel endroit vous vivez, je pourrait vous communiquer une adresse précise. C’est là que vous pourrez demander à être admis dans un collège public.

    Sinon, il y a bien sur la possibilité de suivre une formation professionnelle (en particulier, de type “CAP”, certificat d’aptitude professionnelle), mais vous semblez ne pas vouloir cela. Dommage, car compte tenu de votre parcours scolaire jusque là, cela semble être plus à votre portée.

    Je ne vous cache pas qu’à la date d’aujourd’hui (fin novembre), la rentrée scolaire ayant eu lieu il y a près de trois mois, vous allez avoir beaucoup de mal à troiuver un colloège qui accepte de vous prendre. Mais comme vous avez déjà suivi une scolarité en troisième, ce n’est pas strictement impossible

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Le guide de l’orientation au lycée (de la troisième à l’après-bac)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  318. B. Magliulole 23 nov 2011 à 16:44

    réponse à Ana

    Compte tenu de votre projet, il est clair qu’une orientation vers la seconde générale et technologique est préférable. Cela vous donnera un an pour valider votre projet … ou changer de voie.

    Oui, en effet, il existe dans quelques lycées (rares, donc difficiles d’accès), une classe de première et terminale L cinéma. Cette filière n’est accessible qu’après une seconde générale et techno, avec possibilité dans ces mêmes lycées de trouver en seconde une option dite d’ “enseignement d’exploration de “création et activités artistiques” arts visuels ou arts du son ou arts du spectacle ou patrimoines… c’est selon).

    Dans l’enseignement supérieur, les rares formations préparatoires au métier de scénariste dont dispensées dans une poignée d’écoles de cinéma (la FEMIS, le CEEA). Les places sont rares et prises d’assaut ! PAs de BTS ni DUT dans ce secteur.

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et grilles d’autonalyse)
    - Le guide de l’orientation au lycée (de la troisième à l’aprèsbac) : tout sur le lycée rénové
    - Les métiers (et formations) du cinéma
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  319. Benjile 04 déc 2011 à 15:45

    Je voudrai savoir si il y a une sélection pour le bac sti? Par exemple j’ai pris mps et j’ai peur que des éléves ayant pris si ou cit soient pris avant moi.

  320. B. Magliulole 04 déc 2011 à 19:11

    Réponse à Benji

    L’orientation, en fin de seconde générale et technologique, vers une classe de première (quelle qu’elle soit) est “sélective” en ce sens qu’elle est soumise à la décision favorable du conseil de classe. L’admission n’y est donc jamais automatique.

    Ce dernier se prononce en tenant compte de votre bilan scolaire de l’année de seconde, de votre motivation aussi (demander une première STI2D (STI tout court ça n’existe plus).

    Le fait que vous ayiez choisi, parmi les enseignements optionnels d’exploration, celui de “MPS” (méthodes et pratiques scientifiques), n’est pas une raison pour écarter a priori une telle demande. Il n’y a pas, parmi les options de “MPS ou SI ou CIT”, d’enseignement d’exploration qui serait nécessaire pour prétendre demander à entrer en STI2D ou S !

    Tout va donc se jouer sur la qualité de vos résult(ats en seconde, notamment dans les disciplines scientifiques.

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée (de la troisième à l’après-bac)
    - Que faire avec un bac technologique ?” (pour tout savoir sur les débouchés du bac STI2D)
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à m’adresser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  321. Olgale 05 déc 2011 à 12:08

    Bonjour je suis en seconde et j’aimerai faire un bac st2s mais mon problème est la svt. Est-ce vraiment important?

  322. B. Magliulole 06 déc 2011 à 12:05

    Réponse à Olga

    Les “sciences de la vie” sont une matière importante en ST2S. Ce n’est cependant pas la seule. Attendez vous tout de même à ce que si vos résultats en SVT sont mauvais en seconde, cela ne soit considéré comme un motif pour ne pas vous laisser vous orienter vers une filière où la biologie est assez importante. Tout dépend donc de ce que vous voulez dire quand vous écrivez que votre problème est la SVT.

    Normal : cette filière conduit, après le bac, à des études supérieures ou les “sciences de la vie” sont très importantes (écoles paramédicales par exemple). De plus, cette filière n’offre qu’un nombre de places limitées à un nettement plus grand nombre de candidats. Concrètement, cela veut dire que tous les candidats n’y sont pas admis. Avoir un bon niveau et du goût pour les SVT est donc une condition … nécessaire !

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Le guide de l’orientation au lycée
    - Que faire avec un bac technologique ? (les débouchés du bac ST2S)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (ubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  323. anonymele 11 déc 2011 à 14:39

    je veux etre en seconde technique filiere h informatique pour etre webmaster est ce qu’iul ya des lycées techniques a cgartres ou à orléans qui proposent cette option je suis en quatrieme

  324. B. Magliulole 13 déc 2011 à 12:39

    Réponse à Anonyme

    Il n’existe pas de “filière h informatique”. Par contre, il existe en lycée professionnel un baccalauréat professionnel “systèmes électroniques numériques”, mais dont le but n’est pas de former des “webmasters”, mais des spécialistes de la maintenance d’un parc informatique et numérique.

    Si vous voulez devenir “webmaster”é, il faut vous préparer à faire des études supérieures : au minimum un BTS ou un DUT (bac + 2), voire une école d’ingénieurs informatique.

    Pour avoir les adresses des établissements qui préparent au bac pro signalé sur Chartres ou orléans, il suffit d’aller rencontrer un conseiller d’orientation dans un centre d’information et d’orientation (CIO) ou dans votre collège (voyez les brichures académiques de l’ONISEP : demandez au documentaliste).

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Informatique : formations gagantes pour métiers porteurs
    - Le guide de l’orientation au lycée (de la troisième à l’après-bac)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  325. yasminele 03 jan 2012 à 22:58

    Bonjour,
    J’ai 16ans, je suis en seconde générale, l’année prochaine , j’aurais aimé faire une 1erS, mais j’ai beaucoup de mal en maths et en physique je souhaite donc m’orientée vers une 1er ES ; je ne suis pas encore sûr de ce que je veux faire plus tard pour la simple est bonne raison que je n’ai aucune idée de quel genre de métier je pourrais faire avec un Bac ES , je pourrais aller en S mais ma moyenne est plutôt juste (12/20) et je ne veux pas perdre encore une année; mes amis me disent qu’ aller en S sa ouvrent plus de portes alors que mon professeur principal ma dit qu’un bon BAC ES valait mieux un qu’un “mauvais” bac S ; j’ai aussi vu sur des sites,forums…quelle que soit la filière (S,ES,L)on peut presque tous faire sauf médecine et encore.
    Bref, je sais plus quoi faire; si je fais une ES option MATHS SUP. Es que je pourrais travailler dans l’architecture , aéronautique, commerce….?car je ne veux surtout pas faire de politique et sociale (juste pour les cours mais pas plus tard).

    Merci de me répondre, très bonne année à vous!

  326. B. Magliulole 04 jan 2012 à 18:32

    Réponse à Yasmine

    Je suis tout à fait d’accord avec votre professeur principal : il vaut évidemment mieux faire un bon parcours en ES qu’un moyen en S ! C’est d’autant plus vrai pour vous que compte tenu de vos notes actuelles en maths et sciences physiques (matières fondamentales de la filière S), vous risquez fort d’y éprouver de grandes difficultés.

    J’ajoute qu’en ce qui concerne le discours classique sur le fait que “le bac S est le seul qui permet de tout faire”, il est évidemment faux. Pourquoi cela ? Parce qu’après le bac, la majeure partie des filières supérieures sont sélectives (sur concours ou dossier), et qu’avec un bac S moyen (à supposer qu’on le réussisse), on est interdit d’accès à une filière sélective, quelle qu’elle soit. Il résulte de ce constat que pour nombre de filières, les bons bacheliers ES passent avant les moyens bacheliers S. CQFD !

    Si donc vous optez pour la première S, allez y sans complexe, à la condition cependant d’avoir du goût pour les enseignements de base qui vous y attendent : les sciences économiques et sociales, les langues vivantes, le français, l’histoire-géographie, et des maths quand même … Et si vous optez , lorsque vous entrerez en terminale ES, pour l’enseignement de spcialité d’ “approfondissement en maths” (et si vous y réussissez bien sur) vous aurez devant vous plein de possibilités de débouchés : vous pourrez presque tout envisager. LA seule chose qui vous sera interdite, ce sera le secteur des études supérieures purement scientifiques (écoles d’ingénieurs, études universitaires de santé, maths, physique…).

    Quand à faire des études supérieures d’architecture après un bac ES, c’est tout à fait possible ! Le commerce aussi (en grande école ou à l’université). Par contre, l’aéronautique non : cela suppose un bac S ou STI2D.

    Autrement dit, si les études supérieures en sciences politiques ou dans le social sont possible avec un bac ES, on n’est absolument pas obligé de s’y engager : bien d’autres possibilités se présenteront à vous, que vous pouvez découvriri en vous procurant le premier des livres que je vous recommpande ci-après.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac ES ?
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse)
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    n’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  327. Maman Perplexele 16 jan 2012 à 10:51

    Bonjour,

    ma fille est en classe de seconde. C’est une très bonne élève, mais a un profil littéraire très fort (ses faiblesses sont effectivement en SVT et Physique, tout le reste est bon). Elle ne souhaite donc pas entrer en 1ère S. D’après ses professeurs, elle réussirait d’ailleurs mieux en L ou ES. Ils nous laissent le choix!!!
    Elle est passionnée d’histoire et adore écrire. Et si elle semble aujourd’hui vouloir étudier l’histoire, son projet professionnel n’est évidemment pas déterminé à à peine 15 ans! Elle préfèrerait donc a priori une 1ère L (probablement avec option maths), et pourrait du coup envisager après le bac une Hypokhagne-Khagne. Elle ne serait pas contre non plus l’idée de tenter le concours des IEP.
    Je m’inquiète du peu de débouchés de la filière L. J’ai entendu parler de la Banque d’Epreuves Littéraires dont apparemment l’objectif est de revaloriser cette filière et d’en augmenter les débouchés. Qu’en est-il vraiment dans les faits? Y a -t-il un nombre de places conséquent? ou bien reste-t-il très limité? En reste-t-on au discours d’intentions ou bien assiste-t-on à une vraie révolution dans cette filière?
    Du coup, me conseilleriez-vous plutôt L ou ES?
    Merci

  328. B. Magliulole 16 jan 2012 à 12:25

    Réponse à “Maman perplexe”

    Il est vrai que le profil de votre fille, tel que vous me le décrivez, la prédispose plus à une filière ES ou L que S, ceci étant renforcé par son actuel projet d’études supérieures.

    Du fait de la réforme du lycée, il y a désormais une différence significative entre les voies ES et L.

    - La voie L met l’accent sur le littéraire bien sur, mais aussi sur les langues étrangères, mais sacrifie par contre la “culture générale du monde contemporain” (pas de cours de sciences économiques et sociales) et les maths
    - La voie ES met l’accent sur le couple “culture générale du monde contemporain/maths”, tout en offrant la possibilité de bien se former aux langues.

    J’aurais donc tendance, compte tenu de ce que vous m’écrivez, à vous prescrire le choix d’entrer en ES. Mais les cibles que votre fille envisage de viser dans deux ans (son projet peut évoluer) sont atteignables après un bac L.

    Les classes préparatoires littéraires ont en effet vu s’ouvrir, l’année dernière, un champ nouveau de grandes écoles, jusque là réservées aux élèves de ES et L : les IEP de province, certaines écoles de communication et journalisme, et surtout les grandes écoles de commerce et management des entreprises. Ceci grâce à la création d’une “banque d’épreuves littéraires” pour ces écoles. Des centaines de places à prendre, surtout dans les écoles de commerce et management des entreprises.

    Quand à faire des études supérieures d’histoire, elles sont parfaitement compatibles avec la présence en classe préparatoire littéraire (option “LSH” : lettres et sciences humaines), et soit une entrée en Ecole normale supérieure (très sélectif), soit une réorientation vers une troisième année de licence en histoire. Attention : débouché à 90% dans l’enseignement (secondaire ou supérieur).

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac ES ?
    - Que faire avec un bac L ?
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec tests et grilles d’auto analyse)
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  329. ashrafianle 27 jan 2012 à 16:52

    Bonjour,
    Mon fils est en seconde générale et désire s’orienter vers une STG. Il est bon en langue vivante, aime l’histoire et tout ce qui touche les laboratoires. Nous ne savons pas quoi choisir comme STG. Il est assez timide et réservé.
    Merci
    Cordialement.

  330. B. Magliulole 31 jan 2012 à 11:25

    Réponse à Ashrafian

    Le bac STG est très intéressant, mais n’a vraiment rien à voir avec “ce qui touche les laboratoires” comme vous l’écrivez. C’est le bac STL (sciences et technologies des laboratoires) qui correspond à cela.

    Par ailleurs, vous écrivez que votre fils est bon en langue vivante en mettant cette expressioin au singulier. Est-ce à dire qu’il n’est bon que dans une seule langue étrangère ? Je vous demande cela car en STG, il y a deux langues étrangères obligatoires.

    Quand à l’histoire, il en fera un peu en STG ou STL, mais c’est loin d’être une discipline fondamentale de ces deux baccalauréats qui sont technologiques.

    Avez vous pensé au bac général ES ? Qu’en dit votre fils , et qu’en pensent ses professeurs, en particulier son professeur principal ?

    Pour aller plus loin, dans la collection l’Etudiant :
    - Que faire avec un bac technologique (tout sur les bacs STG et STL, et leurs débouchés)
    - 100 questions/réponses pour biens ‘orienter
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question siç vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  331. ashrafianle 31 jan 2012 à 12:07

    Bonjour,

    Merci de votre réponse. Nous aurions voulu que notre fils et lui-même passe en ES mais il est nul en math et son prof m’a dit que pour l’instant, il ne passerait pas en 1ère, mais c’est provisoire sauf s’il remonte ses moyennes. En fait, mon fils recherche un parcours où il n’y a pas de maths. Mon grand fils lui a conseillé une STG que lui-même a fait. Ce n’est pas un grand bosseur et à cet âge, on se recherche encore. Je le sens perdu. Il est assez moyen en français, correct en anglais, moyen en espagnol, moyen en persan qu’il pratique le mercredi après-midi au lycée Molière mais qui fait partie de son cursus du lycée. Il est bon en Histoire, SVT il s’en sort. En fait il n’est pas très fort dans les matières scientifiques.
    De plus, j’aimerai l’intégrer dans le lycée Léonard de Vinci à Levallois pour sa 1ère STG pour la rentrée 2012 car nous, ses parents, devont partir en Iran et c’est une amie qui le prendrait en charge, qui réside à Levallois. Mon fils est à Newton sur Clichy. Plus de STG à Clichy, j’aimerai éviter qu’il aille à Asnières. Je ne sais pas comment faire, quelle procédure dois-je faire ?

    Cordialement.

  332. B. Magliulole 31 jan 2012 à 14:47

    Réponse complémentaire à ashrafian

    Je comprend mieux votre problématique avec les détails que vous me confiez.

    Si vous confirmez votre demande d’admission en première STG, sachez (et qu’il sache) qu’il y aura quand même des maths, mais des maths appliquées à la vie professionnelle en entreprise (statistiques, probabilité…) donc beaucoup plus “concrètes” que dans les bacs généraux.

    Quand à demander un lycée hors “secteur d’affectation”, vous devrez en passer par les services du rectorat et demander une dérogation. Vous devriez vous cobnnecter sur le site de votre académie (ac-versailles.fr) pour savoir comment procéder. On devrait aussi pouvoir vous renseigner sur place.

    Avez vous songé à le faire redoubler volontairement (plutôt que d’accepter une orientation non vraiment désirée), dans le but de lui permettre de se reconstruire scolairement et obtenir une première ES en 2013 ?

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  333. Lisonle 31 jan 2012 à 17:37

    Bonjour, je suis actuellement en seconde générale et technologique dans un lycée agricole de franche compté. L’année prochaine, je souhaiterais apprendre la musique et le chant. serait-il possible de me réorienter dans cette filière ? Si oui, connaissez-vous un lycée en franche compté où je pourrais pratiquer le chant ?
    Merci et à bientôt.

  334. B. Magliulole 01 fév 2012 à 11:39

    Réponse à Lison

    Au lycée, il existe une filière spécialisée en “techniques de la musique et de la danse” (TMD) qui commence … en seconde (et non en première). Si vous envisagez de poser votre candidature, il faudra repartir en seconde ! De plus, c’est une filière rare, et très sélective. Entre autres critères de sélection, sachez qu’on n’y prend que des personnes ayant plusieurs années de pratique artistique de bon niveau en conservatoire de musique ou de danse. Si c’est votre cas, ce peut être pour vous.

    Sinon, la seule façon de faire de la musique et du chant en lycée, de façon assez intense, est d’entrer en première L option “musique et chant choral”.

    Pour avoir la liste des établissements scolaires de Franche-Comté proposant cette filière (et éventuellement la prépar(ation au bac TMD), vous pouvez vous rendre auprès d’un Centre d’information et d’orientation (CIO : il y en a 8 en Franche Comté, et si vous me dites dans quelle ville vous vivez, je vous donnerai l’adresse du plus proche, mais vous ne devriez pas avoir de mal à trouver si vous cherchez le renseignement dans votre lycée ou par l’Internet).

    Il y a cependant une autre formule, utilisée par nombre d’élèves ayant la même volonté que vous : vous faites vos études dans n’importe quelle section au lycée, et vous complétez votre formation lycéenne par des formations en musique et chant en vous inscrivant dans un conservatoire municipal ou régional de musique. Il y en a probablement un à Besançon … d’autres peut être !

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Les métiers de la musique et du son (avec toutes les formations)
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  335. famcole 12 fév 2012 à 23:14

    bonjour,

    la première chose qui m’interpelle en lisant tous ces commentaires ce sont
    tous ces jeunes (ou leurs parents) qui disent être assez bons élèves ou pas trop mauvais élèves. Quand je vois leurs notes et que je les compare avec celles
    de mon fils
    ( que je crois mal parti ) je doute de tout: .( bon élève au collège/15 de moyenne générale- travail sérieux- bon gamin dixit les profs )
    Actuellement au lycée en seconde générale ( PFEG et science et laboratoire) .
    Ses notes sont :
    Français :11,75
    HIS GEO : 14,24
    LV1 anglais : 7,57
    LV2 espa :15,75
    Maths :11,20
    PFEG : 6
    PHY CHIMIe : 9
    SVT :10,88
    il est partout au dessus de la moyenne de sa classe sauf en anglais et PFEG.
    (Lycée dit sélectif)
    que vous dites vous en voyant ces notes ? je me remets en question
    du coup…
    Suis je trop exigeante ou ai je raison de m’inquiéter ? je suis un peu perdue

    Bon élève ?
    moyen ?
    Il ne sait pas quelle 1ère choisir et veut ” faire un truc en rapport avec l’histoire “… ( pas bien précis tout ça…), déteste la PFEG, n’aime pas du tout les rédactions, commentaires etc… y croit puis n’y croit plus… déçu et surtout pas habitué à
    ce genre de notes…
    Son lycée n’est que général ( L ES OU S)
    Votre avis ?
    merci pour votre réponse

  336. B. Magliulole 13 fév 2012 à 0:09

    Réponse à Famco

    Vous évoquez le fait que, selon vous, votre fils serait scolarisé dans un lycée sélectif. Il est clair que si c’est bien le cas, le niveau requis chez eux pour être admis en première générale peut être significativement supérieur à celui qui aurait été exigé dans un lycée plus “accompagnateur”.

    Concrètement, cela veut dire que votre fils, qui est “assez bon” quand on regarde globalement ses notes (dire qu’il n’est que “moyen” serait sévère … mais peut être est-ce ainsi qu’on le qualifiera là ou il est scolarisé, alors que dans d’autres lycées on le regarderait plus positivement), a toutes ses chances pour passer en première, mais pas dans n’importe quelle première.

    Ses résultats en maths, physique-chimie et SVT sont sans doute trop moyens pour envisager une orientation vers la classe de première S. Par contre, ses résultats en français, histoire-géo, LV2 et maths laissent bien présager d’un passage (puis d’une réussite) en ES… bien que son résultat en anglais vienne contrarier cette vision des choses (il faudrait qu’il améliore quelque peu sa moyenne en anglais d’ici le conseil de classe du troisième trimùestre). Quand à la première L, pourquoi pas, mais là encore, son résultat en anglais est contrariant.

    Bref, si j’étais vous, j’envisagerais de demander un passage en première ES.

    Mais je me dis qu’il aurait mieux valu que le premier enseignement optionnel d’exploration soit “sciences économiques et sociales” plutôt que “principes fondamentaux de l’économie et de la gestion” , car ce deuxième enseignement correspond plutôt à la filière technologique STMG (sciences et technologies du management et de la gestion), dont vous me dites qu’on ne la propose pas dans votre lycée. Je me pose d’ailleurs sur ce 6/20 de moyenne en PFEG une question : comment peut on avoir une aussi mauvaise note dans un enseignement optionnel qu’il n’est pas prévu de … noter ?

    En tout état de cause, vous avez sans doute intérêt à anticiper le risque d’une décision non conforme aux voeux d’orientation que vous allez formuler d’ici le troisième conseil de classe. Sachez que s’il est décidé d’un redoublement sur de telles notes, ou d’une orientation vers une filière non désirée (STMG par exemple), vous disposez du droit de faire appel de la décision d’orientation. Attention : il y a des procédures précises, un calendrier à respecter, des arguments à préparer et présenter …
    Le premier des deux ouvrages signalés ci-après vous sera très utile.

    Pour aller plus loin, dans la collection l’Etudiant :
    - Parents d’élèves : vos droits (tout pour bien préparer le recours à la commssion d’appel en cas de besoin)
    - Que faire avec un bac ES ?
    Par l’Internet : www.letudiant.fr‘ (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  337. famcole 13 fév 2012 à 19:39

    mille mercis pour cette réponse claire et précise et… très rapide !
    En ce qui concerne les enseignements d’exploration, je me suis entendue dire, comme d’autres parents, qu’ils n’avaient aucune influence sur le choix de la 1ère !
    Mon fils a donc opté pour PFEG qui lui semblait plus intéressant que SES ( ne pensant pas faire un bac ES ) et sciences et laboratoire ( pour voir pensant aller en S)… bref.
    et comme vous le soulignez , c’est noté alors que ça ne devrait pas l’être…
    merci encore pour votre avis éclairé et précieux.
    Bonne continuation

  338. B. Magliulole 13 fév 2012 à 23:31

    Complément de réponse à Famco

    En tout état de cause, cet enseignbement d’exploration ne devant pas être noté, cette note ne doit pas être prise en compte pour ce qui est de la décision d’orientation de fin d’année. Dans le cas contraire, ce pourrait être un élément en votre faveur devant la commission d’appel.

    Et c’est vrai que le fait d’avoir suivi tel ou tel enseignement d’exploration ne consitue en rien une condition nécessaire (ni suffisante d’ailleurs) pour une orientation vers une première.

    Bonne continuation à vous et à votre enfant

    bruno Magliulo

  339. Heidile 14 fév 2012 à 13:55

    Bonjour,
    Merci pour ce blog et tous les conseils que vous donnez.
    Je suis élève en seconde générale et professionnelle avec SES et Biotechno. Je suis de fin d’année et j’ai toujours été une élève moyenne mais je n’ai jamais redoublé et ai eu mon brevet avec 13 de moyenne. Je rêve de devenir kiné. Le premier trimestre a été très correct sauf en hist géo et en physique. Au deuxième trimestre , mes notes baissent et je me décourage. Les notes en maths sont bonnes et j’aime cette matière mais en physique et SVT les résultats baissent car je n’apprends pas régulièrement et du coup je ne comprends pas le cours et me décourage. Mon prof principal dit que je ne peux pas envisager S l’année prochaine et le déconseille après un redoublement car il dit que je n’ai pas un esprit scientifique : je sais ré-appliquer les exercices déjà faits mais je “panique” face à la nouveauté. Je suis prête à travailler plus pour envisager STL Biotech l’année prochaine mais je ne suis pas sûre de pouvoir faire kiné ainsi ?
    J’ai compris qu’il vaut mieux un bon bac STL qu’un S juste, et je préférerais cette filière si je peux envisager d’être kiné par cette voie.
    Si S est la seule voie possible pour être kiné je suis prête à redoubler pour renforcer la physique et la SVT, mais si je ne suis pas faite pour, est-ce utile de persévérer ? et si je dois renoncer à ce projet je n’ai aucune autre idée…
    Dois-je de toute façon redoubler pour me donner plus de temps pour réfléchir à mon avenir et reprendre confiance en moi ?
    (PS : J’ai commandé le livre “pour quelles études suis-je fait?!!)
    Merci de vos conseils.

  340. famcole 14 fév 2012 à 13:57

    je vous prends encore un peu de temps, une dernière question:
    qu’en est il des classes passerelles ?
    en pratique et en réalité d’ailleurs.
    cela dépend t il de la politique de l’établissement ?
    merci

  341. B. Magliulole 14 fév 2012 à 16:20

    Réponse à Heidi

    Les écoles préparatoires au diplôme d’état de “masseur-kinésithérapeute” ne sont accessibles que sur concours compren,ant une dominante d’épreuves scientifiques. Il est fortement recommandé d’avoir au préalable réussi un bon parcours en première/terminale S, car on ne peut plus passer ces concours l’année du bac : il faut faire une année de préparation. Or, dans la plupart des cas, cette année de préparation consiste en la première année du premier cycle universitaire santé, au terme de laquelle se présentent divers coours très sélectifs : médecine, pharmacie, dentaire, écoles para médicales (dont celles de massage kinésithérapie) … Autre possibilité : faire une année de préparation du concours dans une école privée.

    Peut on se présenter à ce concours avec un bac STL : oui bien sur ! A-t-on des chances raisonnables de le réussir dans ce cas : non. les reçus aux écoles de ce type sont bacheliers S à 95% !
    A la limite, il vaudrait mieux passer par le bac ST2S (sciences et technologies de la santé et du social)… mais force est de constater que cela n’accroit qu’un tout petit peu les chances de parvenir à se faire admettre en école de massage-kinésithérapie.

    Nettement plus accessible, mais fort coûteux en droit de scolarité : les formations au métier d’osthéopathe.

    Une chose m’inquiète dans ce que vous m’écrivez : “les résultats baissent car je n’apprend pas régulièrement”. Voulez-vous dire que si vous faisiez un effort supplémentaire cela irait mieux ? Si c’est vrai, alors vous avez la réponse et dans ce cas, il vaut sans doute mieux tenter de préparer un bac S, quitte à faire un redoublement (volontaire peut être) de votre seconde afin de parvenir en première S dans un an. Vous multiplierez fortement vos chances de parvenir à entrer ensuite dans une école de massage-kinésithérapie. Attention : un redoublement volontaire est soumis au “feu vert” du conseil de classe… qui a le droit de vous le refuser. Conseil : si vous vous engagez dans cette direction, demandez avec vos parents à être reçu pour en parler avec le professeur principal, et pour cela, le plus tôt sera le mieux.

    Attention cependant : un redoublement n’est réussi que si on obtient au moins 2/20 de moyenne en plus. le risque de beaucoup d’élèves, c’est de se laisser piéger par le sentiment de facilité ressenti en début d’année scolaire rédoublée … et de ne pas “passer le turbo” en s’efforçant de rester tête de classe toute l’année en travaillant nettement plus que l’année d’avant.

    Préparez-vous par ailleurs à devoir éventuellement faire appel de la décision d’orientation qui pourrait être prise par le conseil de classe et le chef d’établissement en fin d’année, notamment si vous sollicitez un redoublement volontaire qui vous serait refusé.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Parents d’élèves, vos droits (pour préparer efficacement son recours à la commssion d’appel)
    - Les carrières paramédicales
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  342. B. Magliulole 14 fév 2012 à 16:29

    Complément de réponse à famco

    Qu’entendez-vous par “classes passerelles” ?

    S’agit-il des “classes préparatoires à l’enseignement supérieur” qui sont proposées dans certains lycées pour renforcer le profil de certains bacheliers avant de les laisser entrer en première année de l’enseignement supérieur ? S’agit-il (je pense que c’est cela que vous évoquez), des possibilités de réorientation en cours de seconde ou première (sans attendre la fin de l’année scolaire) ouvertes par la réforme du lycée, et pouvant aller jusqu’à la mise en oeuvre de “stages passerelles” pour faciliter cela ? Mais je ne vois par contre pas ce que pourrait être une “classe passerelle” en cours d’études secondaires.

    Ce que je peux vous dire, c’est qu’en ce qui concerne les “stages passerelles” et les possibilités de réorientation en cours d’études secondaires, un certain nombre de lycées se sont engagé dans cette direction, assez nombreux en vérité, mais selon des formules propres à chaque établissement. En tout état de cause, les familles disposent désormais du droit de demander de telles réorientations (de même que les équipes des établissements peuvent le proposer), mais ensuite, chaque cas est examiné de façoçn particulière, et la réponse est purement locale !

    Tapez “stages passerelles” sur un moteur de recherche, et vous en saurez plus, du moins dans le vocabulaire très “langue de bois” de l’éducation nationale. Ensuite, pour la façon dont on le fait effectivement dans le lycée fréquenté, c’est bien sur à voir localement.

    bruno Magliulo

  343. famcole 15 fév 2012 à 8:00

    mea culpa… je voulais dire “stage passerelle” bien évidemment…
    merci

  344. famcole 15 fév 2012 à 9:17

    je vous sollicite encore ET la réponse n’est pas urgente du tout …

    peut on sérieusement envisager une 1ère ES ( bac ES) ( vous dites qu’il en a le profil ) quand on exècre les rédactions…? ce qui semble être l’exercice roi de cette filière …
    Peut on comparer ce bac ES au bac B de l’époque ?
    merci

  345. B. Magliulole 15 fév 2012 à 12:26

    Réponse à famco

    J’ai conseillé la filière ES (qui est bien, en version “XXIe siècle, le successeur du bon vieux bac “B” d’antan) au regard des notes présentées par vous dans votre premier message d’il y a quelques jours. Mais il est clair que la filière ES est particulièrement exigeante en capacités d’expression écrite et orale. Ainsi, au bac, les élèves de Es doivent affronter quatre dissertations (une en première : français; trois en terminale : SES, histoire-géo, philosophie). De plus, il est fortement exigé une participation active à des travaux sur dossiers de documents, de faire des fiches de lecture, des exposés aux autres élèves, des petites recherches sur des questions d’actualité économique, politique, sociale … Il est clair que s’il exècre les rédacvtions, ça va être très très dur. Mais ce que je ne comprend pas, c’est que ses résultats en français et histoire-géo sont parmi ses meilleurs… alors il n’aime peut être pas, mais il sait le faire !

    Ebn tout état de cause, si on écarte les filières ou les capacités d’expression écrite sont importantes, il ne reste … que les bacs professionnels ! C’est une solution comme une autre

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  346. Monsieur Padivele 16 fév 2012 à 20:54

    Monsieur,
    Lorsque les résultats normatifs de seconde générale et technologique sont justes ou même faibles et que l’élève n’a aucun projet défini, n’est-il pas préférable d’envisager un redoublement, et cela même si une proposition de passage en 1ère ES est faite ?
    Quelle est la solution la moins pénalisante pour la suite : un redoublement ou un dossier « 1ère-terminale » moyen ou très moyen ? Des tests d’aide à l’orientation vous paraissent-ils pertinents à ce stade de notre réflexion ? Si oui, lesquels et où s’adresser ? Notre fils vient d’avoir 15 ans, il est né le 28 décembre 1996.
    Merci de votre attention.
    Cordialement.
    Monsieur Padive.

  347. Badole 17 fév 2012 à 17:18

    Bonjour, mon cas ne correspond pas du tout à ce que vous détaillé ci dessus. Mais je pense tout de même que vous pourrez m’éclairer sur quelques point…
    Je suis actuellement en terminale ES, après l’obtention de mon Bac je me destine à des études de droit; mais des études de droit à Montréal, vous l’aurez donc compris sur un autre territoire ce qui complique davantage les tâches à effectuer sachant que je n’ai toujours pas choisis de faculté, donc je n’ai toujours pas envoyé mon dossier, ni obtenue de réelles informations sur comment obtenir mon visa, ni sur comment me loger etc etc.
    Je suis désemparé… Et le moi de mars s’approche, je suis en réel difficultés. Néanmoins, jai effectuer quelques recherches et je me suis rendu compte que pour faire des études de droit à Montréal il fallait obtenir un bac spécifique soit le LLB, dans ces cas, cela veut-il dire que mon Bac ES n’a aucune valeur? Si tel est le cas, je ne me vois pas du tout refaire une année de lycée pour obtenir un Bac que j’aurais déjà, toute fois, il est possible que je me trompe…
    Deplus, je voudrais m’informer sur les moyens de se loger, je sais qu’il existe les cités universitaire, mais tous dépend des places…
    J’ai opté pour de fac Uqam et UDM (Université De Montréal) toutes les deux se trouves à Montréal.
    À la base des bases, si je restait en France j’avais pour but, d’obtenir ma licence en droit, puis un master pour ensuite passer le concour ENM pour devenir procureur; je voudrais donc savoir vers quelles spécialités je devrait me tourner pour devenir procureur au Canada, voir aux États-Unis.
    Dois-je donc passer un master internationales en droit pour être sur de pouvoir travailler comme procureur aux Canada ou aux USA?

  348. B. Magliulole 17 fév 2012 à 19:11

    Réponse à Bado

    Il est relativement rare qu’un bachelier français parte faire des études supérieures à l’étranger dès l’après-bac. Le plus souvent, ils le font après avoir franchi une étapa de premier cycle en France, et entrent pour cela dans un programme d’échanges internationaux comme il en existe des centaines désormais. Sachez que de très nombreuses universités de droit françaises permettent de faire une partie de sa scolarité dans des universités de droit canadiennes … ou autres.

    Mais ce n’est pas impossible ! Et dans ce cas, les règles d’admission sont propres à chaque établissement étranger demandé. Vous devez donc commencer par vous adresser au service des inscriptions des facs canadiennes que vous envisagez d’intégrer.

    Quand aux problèmes de recherche de logement, de visa … vous aurez tout sur le site suivant :www.studyincanada.com/french On vous y donnera toutes les informations en français. C’est là aussi que vous pourrez vous connecter sur les sites des diverses universités (UQAM et autres).

    Autre site très riche d’informations : www.immigration-quebec.gouv.qc.ca (rubrique “étudiants étrangers”)

    Et si vous habitez la région parisienne : les services de l’ambassade du Canada bien sur.

    Attention : le fait d’obtenir un diplôme de droit canadien (ou aux USA …) ne vous donnera pas automatiquement le droit d’exercer sur place à l’issue des études. Il ya pour cela toute une législation restrictive en terme d’accès à l’emploi local, et même une quasi impossibilité pour ce qu’on appelle les “emplois régaliens”, strictement réservés aux nationaux … et c’est le cas pour un poste de procureur (idem d’ailleurs pour être juge en France : il faut être ressortissant de l’un des pays de l’Union européenne). Autre problème : pas sur que vous puissiez au retour faire reconnaître vos diplômes canadiens en Europe en général, en France en particulier. prenez des précautions sur ce point.

    Conseil : procédez quand même à vos inscriptions sur “admission postbac”, car si vous ne parvenez pas à aller faire vos études au Canada, vous risquez d’avoir de grosses difficultés pour vous in,scrire en France au delà de la date limite fixée au 2O mars !

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Pour quelles études êtes-vous fait ?
    - Partir étudier à l’étranger (plusieurs pages consacrées au Canada)
    - Les métiers (et formations) du droit
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  349. B. Magliulole 17 fév 2012 à 19:27

    Réponse à Monsieur PADIVE

    N’oubliez jamais que le passage de première en terminale est automatique : il n’est pas possible d’imposer un redoublement, et rien n’oblige à ce que l’établissemen t accepte une demande de redoublement volontaire de l’élève à ce niveau. Le risque est donc réel que le parcours 1e/terminale soit médiocre si on y entre dans l’état que vous décrivez (sauf bien sur à ce que l’élève “se réveille”).

    S’il faut redoubler une classe, autant que ce soit la seconde. Mais attention : pour qu’un redoublement soit considéré comme “réussi”, il faut que l’élève redoublant obtienne en deuxième tentative au moins 2/20 de moyenne en plus ! Or, le risque existe chez certains de se laisser aller , de tomber dans le piège de l’apparence de facilité que l’on ressent toujours dans les premiers jours de la deuxième seconde. Si l’élève ne profite pas de son avantage de départ pour “passer le turbo” et viser la tête de classe, cela risque de ne servir à rien !

    Notez que le redoublement volontaire n’est jamais un droit : il se négocie localement et peut ne pas être accordé par l’établissement. D’où mon conseil, en cas de refus, de ne pas hésiter à faire un recours auprès de la commssion d’appel.

    Des tests, pourquoi pas ? Mais les tests sont fait pour accompagner la réflexion sur le projet d’orientation, pas pour résoudre le problème d’une insuffisance de bilan scolaire. Je n’ai pas de “cabinet” particulier à vous recommander, ne les connaissant pas tous, et ces derniers étant nombreux en France. Le réseau le plus ancien et le plus répandu est celui du groupe Fabert. C’est privé et donc payant !

    Formule moins coûteuse : le “coaching” de “solutions orientation” proposé par L’Etudiant pour environ 400 euros sur l’année. Pour en savoir plus : www.so.letudiant.fr et 01 75 55 41 60

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter (avec plusieurs pages consacrées au problème du redoublement volonatire)
    - Parents d’élèves, vos droits (avec des conseils utiles pour solliciter un redoublement volontaire, ou recourir à la commssion d’appel en cas de refus de l’établissement)
    - Que faire avec un bac ES ?
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  350. Mariele 02 mar 2012 à 23:20

    Bonjour je voudrais savoir si apres la seconde generale, voulant me réorienter en voie professionnelle, je devrais refaire la premiere année d’enseignement professionel ou je peux passer directement à la deuxième d’enseignement professionel?
    Merci.

  351. B. Magliulole 05 mar 2012 à 15:23

    Réponse à Marie

    Malheureusement, la réponse est négative, et cela s’explique.

    Les diverses filières qui conduisent en trois ans (classes de seconde, première, terminale) à un bac pro, sont spécialisées dès la seconde, au contraire des voies qui conduisent à des bacs généraux (ES, L ou S) et technologiques (STI2D, STMG, STD2A, STL, ST2S, etc.), qui ne se spécialisent qu’en entrant en première. Il en résulte qu’un élève (c’est votre cas) qui est scolarisé en seconde générale et technologique, ne peut guère espérer, en fin d’une telle seconde, bifurquer directement en première professionnelle : il lui manquerait les nombreuses heures de formation professionnelle dispensées en seconde pro.

    Rien cependant ne vous interdit de le demander et on ne sait jamais : si vous êtes très motivée, pouvez faire la preuve d’un commencement d’apprentissage du domaine professionnel visé, avez un dossier scolaire qui “tient la route”, on vous fera peut être une fleur. Mais cela est à négocier auprès des responsables de la filière professionnelle demandée.

    Mais si vous avez en tête un projet professionnel bien ancré et qui vous motive, deux stratégies s’offrent à vous :

    1°) Entrer en première générale et technologique et attaquer votre formation professionnelle en entrant dans le supérieur (en BTS, IUT, école …)

    2°) Redoubler en seconde professionnelle. Attention cependant : nombre de filières professionnelles sont sélectives, n’offrent qu’un nombre limité de places, et ne recrutent donc que des candidats de qualité et très motivés.

    Conseil : discutez de ce problème avec votre professeur principal, et avec un conseiller d’orientation-psychologue.

    Autre conseil : il se pourrait qu’avec vos parents, vous ayez besoin de contester la décision d’orientation qui sera prise au niveau du collège que vous fréquentez à l’issue du troisième conseil de classe. Dans ce cas, vous aurez peut être besoin de “faire appel”. Pour vous y aider (et vos parents qui vont aller devoir “s’y coller” avec vous), inspirez vous des très utiles conseils présentés dans un livre de la collection L’Etudiant : Parents d’élèves, vos droits. Voius y trouverez une présentation de la procédure, des conseils sur les arguments à présenter et ceux qu’il vaut mieux s’abstenir d’évoquer, des exemples de lettres de motivation …

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Parents d’élèves, vos droits
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à m’envoyer une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  352. Sosole 07 mar 2012 à 21:17

    Bonjour,
    Je suis en seconde générale ma moyenne générale du 2e trimestre est de 10,61 (Français:7,04;Anglais:7,41;Espagnol:7,71;Maths:11;Sciences P-C:12,5;SVT:14;EPS:15,8)
    Je voudrai aller en ST2S mais il est pas dans mon lycée il est dans la ville juste à coté de chez moi.Il y a 1 seule classe de ST2S et tout le monde me dit que tous ce d’autre lycée ne sont pas prioritaire.
    Donc voila ma question:
    1)Est ce que avec mes notes je peut aller en 1er ST2S?
    2)Est ce que dans cette filiere la pôle littéraire est trop important pour y rentré ?
    Merci d’avance
    Cordialement

  353. B. Magliulole 08 mar 2012 à 10:41

    Réponse à Soso

    L’admission éventuelle en première ST2S n’est pas conditioonnée au fait d’avoir opté, en seconde, pour l’enseignement d’exploration de “santé et social”. Si on ne vous y admet pas à cause de cela, c’est un vice de forme et vous pourrez vous appuyer dessus pour contester un éventuel refus (du conseil de classe et du chef de votre établissement scolaire) devant la commission d’appel.

    Par contre, cela ne veut pas dire que vous y serez automatiquement admis : le conseil de classe se pronconcera en donnant un avis, lors du conseil de classe du troisième trimestre, mais il faudra en outre, puisque votre lycée ne dispose pas de cette filière, que votre dossier soit ensuite accepté par les responsables de cet autre lycée, et en particulier de la filière ST2S.

    Vous avez donc intérêt à, d’une part, informer de ce voeux votre actuel établissement (faites le via la “fiche navette” qu’il va falloir que vos parents remplissent avec vous en vue du conseil de classe du deuxième trimestre), d’autre part à demander à être reçu par votre professeur principal afin d’en discuter … Demandez aussi à l’établissement visé (celui qui propose la filière ST2S) d’être reçu, et/ou de vous rendre à une journée portes ouvertes s’ils en organisent une … afin de vous faire connaître, exposer les motifs de votre projet d’orientation (il faudra le faire).

    Reste la question de vos chances d’accès à une telle filière. Comme vous le savez, elle est fortement demandée, et il y a peu de classes disponibles (c’est une filière relativement rare). Une certaine “sélection” règne donc à l’entrée. Ce qui va jouer en votre faveur ce sont vos résultats corrects en maths et dans les matières scientifiques, matières importantes pour une telle filière. Mais on prendra quand même en compte vos autres résultats (français, deux langues étrangères) parce que ce sont malgré tout des matières que vous retrouverez en première et terminale ST2S, même si ce sera considéré comme moins important que si vous aviez demandé une orientation vers une première littéraire. On tiendra également compte de la qualité de votre “motivation” pour cette filière : attendez vous à ce que l’on vous demande de présenter votre projet par lettre ou entretien de motivation.

    En résumé, je dirai que vous avez des chances, mais que ce n’est pas assuré. Vous avez donc intérêt :

    1°) A frapper à d’autres portes de lycées offrant la voie ST2S si c’est possible pour vous (rien ne vous interdit d’end emander plusieurs)
    2°) A anticiper le risque de ne pas y être admis en choisissant entre deux formules :
    - une orientation vers une autre première (laquelle ? A vous de voir bien sur)
    - un redoublement volontaire afin de vous consolider et obtenir dans un an ce que vous n’allez peut être pas obtenir cette année. sachez que préférer un redoublement, plutôt qu’une orientation non demandée, est un droit !

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Parents d’élèves, vos droits (pour bien préparer un éventuel recours à la commission d’appel)
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter (le droit au redoublement volontaire, préparer sa lettre ou son entertien de motivation , etc.)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”) ou en librairie scolaire sur commande

    N’hésitez pas à m’adresser une autre question si vous le souhaitez

    Bon copurage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  354. Sosole 08 mar 2012 à 23:34

    Ok merci j’ai bien pris tous ça en note Merci beaucoup

  355. Michelle Ménoretle 09 mar 2012 à 13:47

    bonjour
    mon fils est en seconde et envisage de poursuivre en 1ere S. Son lycée propose à la fois l’option SVT et l’option SI. Il n’aime pas particulièrement les SVT donc préfèrerait à priori SI, même si le programme paraît plus chargé ! Ce choix est-il véritablement lourd de conséquences par rapport à son orientation post-bac, sachant qu’il ne sait pas pour le moment ce qu’il souhaite faire (mais profil scientifique certain) ?
    notamment est ce que les écoles d’ingénieurs font une distinction entre les bacs S (SVT) et S (SI) ? merci d’avance !
    Michelle

  356. B. Magliulole 09 mar 2012 à 20:04

    Réponse à Michelle Ménoret

    Le bac S SI est un très beau bac. Difficile, exigeant (plus lourd en effet que la filière S SVT), mais particulièrement porteur quand on désire intégrer ensuite des écoles d’ingénieurs. En plus, avantage rare pour vous et lui : il n’a pas besoin de changer de lycée, ces deux options existant dans son actuel établissement !

    A la sortie, il pourra même bénéficier d’un avantage pour accéder à certaines classes préparatoires scientifiques (les maths’sup/maths spé’) aux écoles d’ingénieurs : les S SI bénéficient d’un réseau de classes de ce type qui leur sont strictement réservées : les prépas “PTSI”. Et en outre, rien ne leur interdit de demander les autres (les “MP” ou “PC”).

    Seule limitation : il ne pourra pas demander à faire des études supérieures … biologiques. C’en sera donc terminé pour médecine, pharmacie, chirirgie dentaire, sciences biologiques, les Ecoles nationales vétérinaires, etc. A vous de voir si c’est très grave ou pas !

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Pour quelles études êtes-vous fait ?
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Que faire avec un bac S ?
    - Parents d’élèves, vos droits
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  357. Morgane Agadle 10 mar 2012 à 19:51

    Bonjour, je suis actuellement en classe de seconde général et technologique et je souhaiterais avoir quelques renseignement sur mon orientation.

    Je ne sais pas vraiment ce que je veux faire plus tard & j’hésite entre deux filières qui sont les suivantes : STMG ou ES.
    J’aimerais savoir la différence entre ces deux filières, mise à part que l’une est technologique et l’autre général.

    Je voudrais savoir les débouchés qu’il y’a et puis quel profil faut avoir.

    Merci d’avance, au revoir.

  358. B. Magliulole 12 mar 2012 à 13:46

    Réponse à Morgane Agad

    Pour pouvoir comparer ces deux parcours (première/terminale Es et STMG), vous avez la possibilité de consulter les horaires , le détail par matières, et même les programmes, sur n’importe quel moteur de recherche, ou en allant à votre centre de documentation qui sans doute des brochures de présentation du ministère de l’éducation nationale.

    Pour résumer , sachez qu’en tant que bac général, le bac ES n’offre aucun enseignement techologique (au contrat de STMG). On y suit donc que des enseignements généraux, et donc avec un volume horaire et un programme plus ample et plus exigeant qu’en STMG dans des matières telles que les maths, les langues, le français, les sciences économiques et sociales, l’histoire-géo, la philosophie en terminale … En STMG, les horaires de ces enseignements sont plus faibles et le niveau d’exigence réduit, au profit d’une approche plus “concrète” de l’économie, du management des enhtreprises, etc. Attendez vous en outre , en ES, à devoir avoir une bonne aptitude à la dissertation.

    Quand aux débouchés, ils ont bien sur des points communs, mais grosso modo :

    - Les ES font plus fréquemment des études longues (en grandes écoles ou université) que les STMG : 75% pour les premiers, 20% pour les seconds.
    - les STMG sont très fortement attirés par les BTS et DUT (70% d’entre eux chaque année), alors que les ES ne s’y retrouvent qu’à 25%.
    - Mais attention : dans les deux cas, il faudra faire des études supérieures car le bac techno n’est pas un bac permettant de s’insérer directement sur le marché de l’emploi, contrairement aux bacs professionnels.
    - Bien entendu, aucun de ces deux bacs ne permettra d’opter pour des études supérieures purement scientifiques

    Pour aller plus loin, dans la collection l’Etudiant :
    - Que faire avec un bac ES ?
    - Que faire avec un bac technologique ?
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Les deux premiers titres vous donneront tous les détails sur les profils des élèves qui fréquentent Es et STMG, ce qui caractérise ces deux voies, et ce que sont leurs débouchés
    Par l’Internet : www.letudian t.fr (rubrique “librairie”), ou en librairie scolaire sur commande

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  359. Namouhle 16 mar 2012 à 10:40

    Bonjour Je suis actuellement en seconde general ei tech C pour savoir quelle genre de note et de moyenne il faudrait avoir pour passer en 1 ère St2s

  360. B. Magliulole 18 mar 2012 à 13:25

    Réponse à Namouh

    Les professeurs membres des conseils de classe de seconde qui examinent les demandes d’orientation vers une classe de première ST2S, attachent beaucoup d’importance à un certain nombre de résultats dans des matières comme : les SVT, le français, les maths aussi (il y en a en ST2S)… Mais tout sera regardé : l’ensemble des notes et des appréciations. Plus qu’une simple question de moyenne, ce sera aussi la motivation qui vous pousse a demander une telle filière (attendez vous à devoir subir un entretien de motivation ou à devoir rédiger une lettre de motivation). On tiendra compte de votre comportement général en année de seconde.

    Tenez compte du fait que les classes de première ST2S sont le plus souvent demandées par beaucoup d’élèves, et que le nombre des places à prendre y est limité. Il règne donc à l’entrée de ces classes de première ST2S une certaine “sélection” qui fait que les élèves dont le bilan scolaire est très moyen ne sont pas admis.

    Si la première ST2S est située dans votre actuel lycée, l’avis favorable vaut engagement de vous y admettre. Mais si vous devez changer de lycée (le bac ST2S n’est pas préparé partout, loin s’en faut), alors cet avis favorable devra être accompagné par l’avis favorable du lycée sollicité pour entrer en première ST2S. Vous avez donc intérêt, si vous avez cette possibilité, de frapper à plusieurs portes.

    Enfin, sachez qu’en cas de refus du conseil de classe et du chef d’établissement, de vous orienter vers la première ST2S, vous disposez avec vos parents d’un droit de faire appel de cette décision négative en exprimant un recours auprès d’une “commission d’appel”. Conseil : préparez vous à l’avance (ainsi que vos parents) à cette perspective en vous procurant d’ores et déjà un livre de la collection l’Etudiant dont le titre est “Parents d’élèves, vos droits”. Vous y trouverez tous les textes officiels (vos droits) et de très utiles conseils, pour préparer ce recours et augmenter vos chances d’avoir satisfaction.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac technologique ? (avec plusieurs dizaines de pages consacrées à la filière ST2S et ses débouchés après le bac : très utile pour préparer son entretien ou sa lettre de motivation)
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - parents d’élèves, vos droits
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”) ou en librairie scolaire sur commande

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  361. Anale 18 mar 2012 à 15:33

    Bonjour, je vous remercie pour votre réponse d’il y a quelques mois déjà et souhaite encore poser quelques questions.
    Il existe deux enseignements pour le cinéma au lycée, celle facultative et celle obligatoire à partir de la première. D’après ce que j’ai compris, l’option facultative est sur trois ans (seconde, première, terminale) et celle obligatoire est sur deux ans (première et terminale). Suis-je obligée de faire un enseignement d’exploration Arts Visuels pour accéder à l’option obligatoire en première ? Les professeurs m’ont dit que les enseignements d’explorations n’étaient pas à prendre à la légère et qu’ils étaient parfois décisifs pour les options. Merci beaucoup d’avance.

  362. B. Magliulole 20 mar 2012 à 12:47

    Réponse à ANA

    Il n’existe en effet pas d’enseignement optionnel obligatoire (les senseignements “d’exploration”) de cinéma et audiovisuel en seconde. Il existe parfois un enseignement d’exploration de “création et activités artistiques” (avec quatre options au choix : arts visuels ou arts du son ou arts du spectacles ou partimoines) qui est fortement recommandé aux élèves souhaitant d’ores et déjà entrer en première L option obligatoire cinéma-audioviduel (1h30 par semaine). Ce peut aussi être une option facultative, que l’on peut prolonger jusqu’en terminale, avec une épreuve facultative (seuls compteront les points supérieurs à la moyenn,e)à lors du baccalauréat.

    Ensuite, deux cas de figure :

    1. La première (puis terminale L) avec la possbilité, en première puis termpinale, d’opter pour une “option obligatoire” de cinéma-audioviduel à horaire lourd (5h par semaine). Attention : cela conduit à une épreuve obligatoire à important coefficient lors du baccalauréat, et là, les notes prises en compte peuvent être supérieures ou inférieures à la moyenne, selon le résultat obtenu par le candidat

    2. La première (puis terminale) ES ou S, avec une possibilité d’enseignement optionnel facultatif (3 h par semaine) ainsi que nous l’avons évoqué précédemment, en prolongation de la seconde (sauf cas particulier, il faut avoir commencé cet enseignement en seconde).

    Quand au lien entre le choix des enseignements d’exploration en seconde, et le choix de sa voie d’études ensuite (ES, S, L, STMG, STI2D, etc.), sachez que les textes réglementaires disent clairement que ce choix n’interdit en rien de choisir la voie que l’on souhaite (pas d’obligation donc d’avoir suivi l’enseignement d’exploration d’arts visuels pour pouvoir demander ensuite la première L option cinéma-audiovisuel). Mais je peux comprendre que, compte tenu du petit nombre de lycées qui proposent de telles possibilités de formation, et du nombre des candidats (qui dépasse fréquemment les capacités d’accueil), les professeurs de ces disciplines rares fassent du fait d’avoir anticipé sa formation en ce domaine en seocnde une condition d’entrée. Ces choix ne sont donc en effet pas à prendre à la légère.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Pour quelles études êtes-vous fait ?
    - Les métiers du cinéma (avec les formations supérieures)
    - Les métiers de l’audiovisuel (avec les formations supérieures)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”) ou en librairie scolaire sur commande

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  363. Lucilele 23 mar 2012 à 21:08

    Bonjour. Je suis en seconde, et c’est la fin de l’année alors nous sommes rendus au moment où la question des orientations apparaît le plus. J’ai découvert une filière, récemment, la filière STD2A. Mais j’ai lu ceci : “nul n’est autorisé à entrer en première STD2A s’il n’a, en seconde, suivi l’enseignement d’exploration de “création et culture design”. La filière STD2A est donc un cas particulier de parcours d’études pour lequel il existe un choix strictement contraint à faire en entrant en seconde. L’explication est que cet enseignement d’exploration est lourd (six heures par semaine), si bien qu’il est inenvisageable de le rattraper si on ne l’a pas assimilé. Toute autre chose est la situation des autres enseignements d’exploration, qui ne sont présents en seconde qu’à raison d’une heure trente par semaine, sont donc aisément rattrapables si on ne les a pas choisis, si bien qu’ils ne sont pas considérés comme étant une condition nécessaire pour l’admission dans telle ou telle classe de première.” Ayant choisi une seconde générale et technologique (sans options quelconques), je n’ai pas suivi l’enseignement d’exploration “création et culture design”, devrais-je redoubler et suivre cet enseignement d’exploration pour pouvoir choisir cette filière là en 1ère ?
    Merci.

  364. B. Magliulole 26 mar 2012 à 11:34

    Réponse à Lucile

    En effet, l’admission en première STD2A est strictement conditionnée au fait d’avoir suivi, en seconde, l’enseignement d’exploration de “création et culture design”, et d’y avoir fait ses preuves. C’est donc un choix qui se fait en sortant de troisième.
    Pour un élève qui tient absolument à faire de telles études, et qui n’aurait pas suivi une scolarité en seconde “création et culture design”, s’offrent deux options :

    1. Redoubler volontairement dans une telle seconde (ce qui suppose qu’il la demande, et parvienne à s’y faire admettre, sachant que leur rareté fait qu’il y a sélection à l’entrée)

    2. Qu’il prépare un autre bac et attende le supérieur pour se lancer dans des études d’arts appliqués. Conseil dans ce cas : choisir un lycée qui propose un enseignement d’arts plastiques, le suivre et … y réussir.

    Si vous optez pour la première solution, sachez que le redoublement volontaire n’est jamais automatique : il est lié à une décision favorable du conseil de classe de fin d’année, qui va évidemment vous demander quelle est votre motivation, et juger de la capacité de votre enfant à réussir dans une telle filière. Conseil : préparez votre dossier de demande de redoublement volontaire et vous appuyant sur les textes qui vous y autorisent, et vous donnent de bons conseils pour obtenir satisfaction. Vous trouverez tout cela dans un livre publié dans la collection L’Etudiant : “Parents d’élèves, vos droits”. Je vous conseille de vous le procurer, et d’avoir sur ce point un entretien avec le professeur principal.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Parents d’élèves, vos droits
    - Que faire avec un bac technologique ? (plusieurs pages sont consacrées aux débouchés du bac STD2A)
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  365. Lilile 05 avr 2012 à 17:16

    Bonjour ,
    Je voudrais savoir si je pourrais passer en S avec ces Moyennes trimestrielles :
    :
    1er Trimestre : Maths : 13.3 Physique-Chimie : 8 SVT : 11.31 Francais : 8 , Histoire-Geo : 5 Anglais:10.5 Espagnol : 11 SES: 16

    2eme Trimestre: Maths: 12.06 Physique-chimie : 7.10 SVT : 7 Francais :7.30 Histoire-Geo : 6.5 Anglais : 11 Espagnol : 12 SES : 14 Sante et Social : 11

    J’ai commencer le 3eme trimestre avec les notes suivantes :
    SVT: 15 ; Maths : 11 ; Anglais : 17.5 ; Physique-chimie 11

    Merci de repondre .

  366. B. Magliulole 05 avr 2012 à 18:08

    Réponse à Lili

    Je ne vous cacherai pas que vos notes en physique-chimie et en SVT ne sont pas favorables pour une orientation vers la première S. Mais je vais aller plus loin : avec en outre vos notes en français et histoire-géographie, même votre passage en première autre que S est compromis.

    Tout va dépendre de la politique d’évaluation des élèves dans votre établissement. Avec de tels résultats, si vous êtes dans un établissement “sélectif”, vous n’avez guère de chance. Mais dans un lycée plus “accompagnateur” (moins exigeant), peut être pourriez vous passer en première, mais même dans ce deuxième cas, la S n’est guère envisageable… sauf bien sur si, au troisième trimestre, vous manifestez un redressement très significatif.

    Cela dit, c’est à votre professeur principal de répondre à une telle question : il vous connait bien mieux que moi, et sait comment sont évalués les élèves dans votre lycée. C’est d’autant plus vrai que l’on ne prend jamais en compte uniquement les notes, mais aussi votre effort au travail, votre comportement scolaire, etc. Avoir 7/20 en physique-chimie quand on a pourtant fait des efforts visibles, ce n’est pas pareil que quand on n’a guère travaillé.

    En tout état de cause, vous avez intérêt à envisager de demander, au moins en deuxième voeu, une autre voie de préparation à un bac (L, ES, STMG, ST2S… à vous de voir)

    Vous pourriez donc vous retrouver devant une décision d’orientation (décision d’orientation vers une autre première que S, redoublement …) non conforme à vos voeux. Sachez que dans ce cas, vous disposez avec vos parents d’un droit d’appel. Pour vous y préparer, et bien préparer votre dossier de demande et votre passage devant la commission d’appel, je vous conseille de vous procurer un livre très complet paru dans la collection l’Etudiant : “Parents d’élèves, vos droits”.

    Pour aller plus loin, dans la même collection :
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Parents d’élèves, vos droits (en cas de besoin de faire appel en fin d’année scolaire )
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”) ou en librairie scolaire sur commande

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  367. Maevale 05 avr 2012 à 22:01

    Pour devenir avocate , j’hesite entre ES et STMG , quelle serait la plus avantageuse pour moi ?

  368. B. Magliulole 06 avr 2012 à 11:00

    Réponse à Maéva

    Devenir avocate suppose en effet d’entrer d’abord en fac de droit pour y préparer une licence (en trois ans), puis un master (en deux ans de plus), puis de parvenir à se faire admettre en “cycle préparatoire à la profession d’avocat” (sur concours) et d’y réussir un parcours en deux ou trois ans. C’est donc une perspective de formation très longue : bac + 7 minimum. Et on est pour cela obligé de commencer par la première étape de la licence de droit.

    Or, si les bacheliers ES comme les STG (STMG désormais) peuvent entrer sans problème en première année de la licence de droit (sauf cas particulier, il n’y a pas de sélection à l’entrée dans cette filière), on observe que les premiers ont une probabilité de réussite nettement plus grande que les seconds : 60% des bacheliers ES entrés en première année de droit finissent par se doter de la licence, contre 15% seulement après le bac STG (STMG).

    Cet écart s’explique en grande partie par le fait que les études en droit, tout particulièrement en premier cycle licence, ne sont réussies que par des étudiants dotés d’une solide culture générale, aptes à la dissertation , capables de mémorisation, et de plus en plus bons en langues car les carrières du droit en général, d’avocat en particulier sont de plus en plus internationales. Or, dans tous ces domaines, les Es sont mieux dotés que les STMG en moyenne, ce qui s’explique par le fait que les programmes d’études de la voie ES mettent plus l’accent sur tout cela.

    Ce constat m’amène, pour un tel objectif, à préférer le bac ES.

    Mais tenez compte de la différence de contenus de ces deux bacs : strictement général en ES, avec en plus une forte exigence en maths et langues vivantes, en français aussi … , alors que la voie STMG est moins générale, moins mathématisée, moins exigente en langue, mais vous offre une formation de base au droit que n’a pas le bac ES.

    Ces différences me conduisent à vous inciter à vous poser la question suivante : lequel de ces deux bacs m’intéresse le plus compte tenu de ses contenus ? Dans laquelle de ces deux voies ais-je le plus de chance de bien réussir ? Il vaudra toujours mieux être un bon bachelier STMG, qu’un moyen ES … pour réussir en droit ou autre.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac ES ?
    - Que faire avec un bac technologique ? (plusieurs dizaines de pages consacrées au bac STMG et ses débouchés)
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto-analyse)
    - Les métiers du droit
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”) et/ou en librairie scolaire sur commande

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez.

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  369. lucasle 20 avr 2012 à 14:34

    Notre fils est scolarisé en classe de première S, et le professeur principal nous a communiqué une “décision provoire” du conseil de classe du deuxième trimestre qui est la suivante (je cite) : “devra se réorienter vers une terminale ES ou L ou redoubler si confirme sa volonté d’entrer en terminale S”.

    J’avoue ma désagrable surprise : je croyais d’une part qu’il ne pouvait y avoir de redoublement imposé en fin de première, et par ailleurs, que les réorientation vers une autre terminale ne pouvaient qu’être proposées à la famille qui a la possibilité d’accepter, mais aussi de refuser.

    Est-ce que je me trompe ? Et ais-je le droit, en fin de première, de faire appel d’une décision d’orientation non conforme à nos voeux, si d’aventure le conseil de classe confirme sa menace actuelle ?

    Lucas

  370. Jimmyle 20 avr 2012 à 15:09

    Ma fille est en seconde généralke. En enseignement d’exploration, elle a choisi “sciences économiques et sociales” et “principes fondamentaux de la gestion”. A l’approche de cette fin d’année de seconde, elle a fait savoir à son professeur principal et au conseil de classe du deuxième trimestre qu’elle souhaite demander son admission en première STD2A (arts appliqués et design).

    Or, la réponse - qui nous étonne - est que ce ne serait pas possible parce qu’elle n’a pas suivi en seconde l’enseignement d’exploration de “création et culture design”. Cette réponse nous étonne parce qu’on nous avait dit, en fin de troisième, que le choix d’une filière spécialisée de première est indépendant du choix des enseignements d’exploration en seconde.

    Qu’en est il en vérité ?

    Jimmy

  371. B. Magliulole 21 avr 2012 à 11:45

    Réponse à Jimmy

    En seconde, chaque élève doit en effet choisir deux enseignements d’exploration. Votre fille a opté pour le couplage “SES” + “PFEG”. Dont acte !

    Mais pour l’admission en première STD2A (sciences et technologies du design et des arts appliqués”), le choix de l’enseignement d’exploration de “création et culture design” est strictement obligatoire (condition nécessaire). Pourquoi cela ?

    Parce que contrairement aux autres enseignements d’exploration, qui sont à horaire léger (une heure trente par semaine), celui de “création et culture design” est lourd (6h par semaine) et un tel horaire, qui représente plus de 200 heures de formation sur l’année, ne peut se rattrapper : tout élève qui ne l’a pas suivi est interdit d’entrée en première STD2A.

    Bien sur, cet enseignement d’exploration n’est guère répandu, et beaucoup de familles trouvent anormal que l’on refuse cette orientation vers la première STD2A à un élève qui a fait sa seconde dans un lycée où on n’offre pas cet enseignement. C’est vrai, mais ce n’est pas un argument recevable, car rien n’interdisait de demander cet enseignement en sortant de troisième, quitte à aller le suivre dans un autre lycée !

    Seules solutions pour vous :

    1. Faire un redoublement volontaire en seconde avec enseignement de “création et culture design”
    2. Préparer un autre bac (avec option “arts plastiques”, en L par exemple) et attendre l’enseignement supérieur pour faire des études d’arts appliqués.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - 100 questions réponses pour bien s’orienter
    - Que faire avec un bac technologique ? (avec la présentation de la filière STD2A et ses débouchés dans le supérieur)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  372. B. Magliulole 21 avr 2012 à 11:56

    Réponse à Lucas

    Vous avez raison sur un point au moins : en fin de première, le conseil de classe n’a pas le droit d’imposer un redoublement ou une réorientation vers une terminale non conforme à la première suivie. Vous avez donc la pleine possibilité de refuser ce qui ne saurait être qu’une proposition (et non une imposition).

    A vous donc d’y réfléchir. Peut être que les raisons de cette proposition (que le professeur principal doit vous présenter) sont fondées à vos yeux, et dans ce cas, il vous appartiendra d’en décider. Redoubler volontairement une première S peut s’avérer avantageux … à vous de voir ! Se réorienter vers une terminale ES ou autre peut également être avantageux … encore à vous de voir ! Le seul droit dont dispose le conseil de classe et le chef d’établissement, c’est de vous proposer de telles décisions d’orientation en fin de classe de première. A vous de dire si vous l’acceptez ou pas.

    Mais vous n’aurez pas à “faire appel” car du fait que la classe de première n’est pas un “pallier d’orientation” (et c’est pour cela qu’on ne peut imposer aux élèves un redoublement ou un e réorientation), il n’y a pas de “commission d’appel”, contrairement à ce qui se passe en fin de troisième et seconde. Le recours est donc interne à l’établissement, et en cas d’anomalie, vous portez directement votre protestation auprès des services rectoraux. Le droit est donc de votre côté !

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Parents d’élèves, vos droits
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  373. Yannle 21 avr 2012 à 12:53

    Est-il vrai que pour entrer en première, ce n’est pas le conseil de classe qui décide, mais le proviseur ?

    Yann

  374. B. Magliulole 21 avr 2012 à 13:55

    Réponse à Yann

    Le conseil de classe donne un “avis d’orientation” au chef d’établissement, qui décide, en dernière instance au niveau de l’établissement. Mais ne vous faites guère d’illusion : si le conseil de classe a émis un avis non conforme à vos voeux, il y a très peu de chance que le chef d’établissement déjuge son conseil de classe et prenne une décision différente.

    Dans ce cas, vous devez vous préparer à plutôt recourir à la “commission d’appel”. Attention : il y a une procédure stricte à respecter, notamment concernant le délai dont vous disposez pour le faire.

    Pour en savoir plus, je vous conseile de vous procurer, dans la collection L’Etudiant, un livre dont le titre est “Parents d’élèves, vos droits” (par l’Internet : www.letudiant.fr, rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  375. Yannle 04 mai 2012 à 10:39

    Je suis élève de première ES et je commence à r’éfléchir sur mon orientation vers le supérieur dans un an.

    Dans certains documents, je vois apparaître le terme de “bachelor” désignant certains diplômes. Est-ce que ce sont des diplômes “niveau baccalauréat” ?

    Yann

  376. B. Magliulole 04 mai 2012 à 13:49

    Réponse à yann

    Vous avez bien raison de ne pas attendre la classe terminale pour commencer à réfléchir à vos problèmes d’orientation vers le supérieur.

    Concernant le terme “bachelor”, il est vrai qu’il est très ambigü dans la mesure ou beaucoup le traduiisent par “baccalauréat”, alors qu’en réalité, ce diplôme délivré principalement par les établissements d’enseignement supérieur anglo-saxons (méis aussi par certains établissement français), correspond à un parcours de trois années après le bac , et donc à ce que, dans notre système, nous appelons la “licence”.

    Vous n’avez donc pas à craindre, si vous vous engagez dans une telle filière, de refaire un parcours de trois ans au lycée.

    Les “bachelors” sont de toutes sortes : bachelor de tourisme, d’hôtellerie, de communication audiovisuelle, de commerce international, de e-business, d’assistant ingénieur, etc. Ce sont donc des formations professionnalisées, étalées sur trois années, et principalement destinées à préparer celles et ceux qui parviennent à ce diplôme à être porteur d’une qualification professionnelle intermédiaire les rendant apte à s’insérer sur le marché de l’emploi.

    Mais rien n’interdit en outre de tenter de prolonger les études et de viser des diplômes professionnels de deuxième cycle (de niveau “master”). Par exemple, les “bachelors des écoles de commerce en trois ans”, autorisent à se présenter à divers “concours parallèles en vue d’accéder directement en deuxième année de certaines grandes écoles de commerce et management des entreprises (parcours “bac + 3 + 2)

    Comme vous l’avez compris, il est possible de préparer un tel diplôme en France, notamment dans des écoles “tertiaires” en trois ans. Attention : elles sont presque toutes privées et donc payantes.

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Pour quelles études êtes-vous fait ?
    - Que faire avec un bac ES ?
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  377. danielle 04 mai 2012 à 15:48

    Je suis parent d’un élève actuellement en seconde générale.

    Est-il vrai que si, en fin d’année scolaire, nous demandons en premier voeu d’orientation “première S”, et en deuxième voeu “première ES”, nous n’aurons pas la possibilité de recourir à la commission d’appel si le conseil de classe de fin de seconde décide d’une orientation vers la classe de première ES ?

    Daniel

  378. B. Magliulole 05 mai 2012 à 11:52

    Réponse à Daniel

    La réponse est OUI. Vous ne pouvez faire appel que si votre enfant est orienté vers une filière NON DEMANDEE. Le fait que vous portiez en second voeu “première ES”, fait que si c’est la décision prise, vous ne pourrez en effet pas faire appel de cette décision d’orientation, car vous serez considéré comme l’ayant demandée, en second voeu certes, mais demandée quand même. Par contre, si par exemple on oriente votre enfant vers une classe de première L, STMG, STI2D … ou décide d’un redoublement, vous aurez le droit de faire appel.

    La sagesse voudrait donc que dans votre cas, vous ne demandiez que la seule “première S”. Mais je sais que la pression est forte, dans nombre de lycées, pour qu’on ne se contente pas d’un seul voeu.

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Parents d’élèves, vos droits
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  379. Rockle 09 mai 2012 à 17:00

    Notre fils est en classe de seconde générale. On nous a récemment transmis une “fiche navette” pour exprimer par écrit nos voeux d’orientation pour l’entrée en première. Nous avons l’intention de demander “première ES”, à l’exclusion de toute autre orientation.

    Or, le professeur principal nous a dit que dans son lycée, il est obligatoire de faire au moins deux voeux, et il nous demande d’écrire “première STMG” en deuxième voeu.

    Mais nous ne voulons pas le faire parce que nous avons appris que pour ce qui est du droit au recours à une commission d’appel en cas d’orientation que nous contesterions, nous ne pourrions le faire que si la décision porte sur un voeu non exprimé par nous. Ce qui veut dire que si nous écrivons “première STMG” en deuxième voeu, nous l’aurons demandé et ne pourrons alors pas faire appel si nous n’avons pas satisfaction pour la première ES

    D’où trois questions :

    1. Est-il vrai qu’il est obligatoire de porter deux, voire trois voeux par ordre de préférence ?
    2. Est-il vrai que si notre fils est orienté vers une classe demandée en deux ou trois, nous ne pourrons pas faire appel puisque nous l’uarons demandé
    3. Le lycée a t il le droit d’exiger que nous fassions un deuxième voeu ?

    Le conseil de classe se réunira dans trois semaines. merci de nous répondre assez vite

    Rock

  380. B. Magliulole 09 mai 2012 à 18:50

    Réponse à Rock

    En effet, on ne peut faire appel d’une décision d’orientation que si on ne l’a pas demandée. Ainsi, avoir demandé en second voeu le passage en première STMG, et l’avoir, ne permet pas de faire appel de cette décision … puisque vous avez satisfaction dans le cadre de vos voeux.

    Dans votre cas, vous avez donc intérêt à ne porter qu’un seul voeu : première ES ainsi que vous le souhaitez. Dans ce cas, si on oriente votre enfant vers une première STMG, vous aurez droit à la procédure d’appel, puisque vous ne l’aurez pas demandé.

    Par contre, le conseil de classe, puis le chef d’établissement, peuvent décider d’une orientation non demandée. Mais encore une fois, celle ci est alors susceptible d’appel.

    On ne peut pas vous obliger à faire plusieurs voeux par ordre de préférence : c’est une possibilité (jusqu’à trois voeux) qui vous est offerte, et dont il vous appartient de décider si vous en usez ou pas !

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Parents d’élèves, vos droits
    - Que faire avec un bac ES ?
    PAr l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”) ou en librairie scolaire sur commande

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  381. GASPARle 10 mai 2012 à 13:13

    Bonjour, ma fille est actuellement en seconde générale. Elle souhaite être puéricultrice. Elle a demandé a être orienté en ST2S. Elle n’est pas très forte en maths et physique. Mais a de bons résultats en anglais, histoire, géo, francais et espagnol. Est ce la bonne filière pour le métier de puericultrice ? Merci. Cordialement,

  382. B. Magliulole 11 mai 2012 à 11:38

    Réponse à GASPAR

    Les puéricultrices sont en fait des “infirmières spécialisés dans l’enfance”, mais qui peuvent être amenées à travailler parfois auprès d’adultes. Leur terrain principal (ou unique) d’activité est cependant l’enfance, et même souvcent ce qu’il est convenu de nomme “la petite enfance”.

    Il faut donc commencer par se faire admettre dans un “IFSI” (institut de formation aux soins infirmiers), qui est une école paramédicale en trois ans, sélective à l’entrée, mais qui offre chaque année plus de 30000 places dans tout le pays, et en fait donc un secteur d’écoles paramédicales moyennement sélectif. La spécialisation en puériculture s’acquiert pendant les études en IFSI, parfois au terme d’une quatrième année de spécialisation, voire par l’expérience sur le terrain de son activité d’infirmière.

    La question est donc de savoir si le bac ST2S est un bon bac pour espérer pouvoir se faire ensuite admettre en IFSI. La réponse est OUI. Les épreuves de sélection à l’entrée comportent, à l’écrit, deux épreuves : culture générale ( analyse d’un texte sur une question d’actualité sanitaire et sociale), tests psychotechniques (pour évaluer la capacité de concentration, d’abstraction, de raisonnement logique et analogique …). les candidat(e)s qui obtiennent la moyenne à ces deux épreuves sont convoquées pour un “entretien de motivation” devant un jury principalement composé de professionnels.

    Conseil à votre fille : qu’elle s’efforce, durant son année de première si possible, de faire un stage (même court : une semaine par exemple), dans ce milieu professionnel.

    On observe que les bacheliers candidats viennent de plusieurs bacs : ST2S bien sur, mais aussi ES, L, S, STL, STMG, etc. Les ST2S de bon niveau (je dis bien de bon niveau) ont toutes leurs chances.

    Les procédures de sélection ont lieu assez tôt dans l’année scolaire de terminale (dès le mois de février ou mars dans nombre d’IFSI), et donc, il y a utilité à ce qu’un(e) candidat(e) mette en oeuvre un programme de révision dès la fin de sa classe de première, et même chez certains avant.

    Il est possible de faire une année de classe préparatoire (mais le plus souvent privée et donc payante) après le bac, avant de tenter d’entrer en IFSI.

    Pour votre information : il existe en outre des “auxiliaires de puériculture” qui sont passées par des filières professionnelles spécialisées (il existe un bac pro dans ce secteur, mais cela commence en seconde pro)

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Pour quelles études êtes-vous fait ?
    - Que faire avec un bac technologique ? (tous les débouchés du bac ST2S)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”) ou en librairie scolaire

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  383. Remcole 11 mai 2012 à 12:12

    Je suis élève d’une seconde générale d’un lycée privé reconnu par l’Etat. Je veux faire des études de médecine et je sais que pour cela, un bac S est absolument nécessaire.

    0r, mon prof principal m’a averti que compte tenu de mes résultats actuels en maths et sciences (8/20 de moyenne), le conseil de classe envisage de me refuser cette orientation, et se prépare à décider d’un redoublement.

    J’ai vu qu’il existe un autre bac scientifique : ST2S (santé et social), qui semble donc, du moins d’après son intitulé, e^tre préparatoire aux études supérieures médicales. On m’a dit qu’il était plus facile d’obtenir son orientation vers cette première ST2S.

    Ais-je le droit de demander cela sachant que dans mon lycée elle n’est pas proposée, et que cela suppose donc que je change de lycée

    Je n’ai pas suivi en seconde l’enseignement d’exploration de “santé et social” (non proposé dans mon lycée). Est-ce un problème pour entrer en ST2S ?

    Les bacheliers ST2S ont ils de rélelles chances de réussir en médecine ?

    J’attend votre réponse, rapidement si vous le pouvez car je dois faire mes voeux d’orientation d’ici la fin du mois de mai.

    D’avance merci

    Remco

  384. B. Magliulole 14 mai 2012 à 17:51

    Réponse à REMCO

    Malgré son intitulé (”sciences et technologies de la santé et du social”), le bac ST2S n’est pas le plus approprié pour envisager ensuite de faire des études réussies en vue de devenir médecin. Comme vous le savez sans doute, les études de santé commencent en deuxième année d’un premier cycle “santé”, et le passage en deuxième année se fait sur réussite à un concours très sélectif (moins de 15% de reçu chaque année). Or, on observe que les bacheliers ST2S n’ont pratiquement jamais de résultat positif à ce concours : seuls les S (et encore : les bons élèves de S) ont des chances raisonnables d’y parvenir.

    Par contre, après un bac ST2S, il est envisageable de se préparer à une carrière paramédicale, via une école paramédicale (infirmier, masseur kinésithérapeute, manipulateur en électroradiologie, ortophoniste, etc.).

    Ainsi, mon conseil est clair : si vous persévérez dans votre désir de tenter votre chance en vue d’une carrière de médecin, vous avez sans doute intérêt à entrer en première S, et donc, en l’état actuel de vos résultats scolaires en seconde, à redoubler, ainsi qu’on envisage de vous le proposer. Mais si vous passez en première ST2S, il vous faudra vous faire à une ambition moins élevée.

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Que faire avec un bac S ?
    - Que faire avec un bac technologique (avec les débouchés du bac ST2S)
    - Réussir les études de santé
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”) et en librairie scolaire

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  385. Gwenaëllele 14 mai 2012 à 18:30

    j’ai lu la question posée par “GASPAR ” et votre réponse. Ke confirme ce que vous écrivez : ma fille, après un bac ST2S, a tenté médecine. ce fut “opération impossible” ! Son bac n’était absolumen,t pas adapté çà un tel objectif. On nous l’avait dit mais nous ne l’avions pas cru. A ce sujet, je trouve l’intitulé de ce bac quasi mensonger (sciences et technologies de la santé et du socil). Ainsi, on présente aux familles de seconde l’illusiuon d’un bac fait pour les études de santé, alors qu’une grosse partie d’entre elles (médecince, dentaire, pharmacie, sage femme) sont quyasi inaccessible si on ne sort pas bien doté de S.

    En tout cas, je conseille à Madame GASPAR de redoubler et de dire à son enfant de bien travailler car même avec un bac S, rien n’est sûr pour de telles études : à Paris il n’y a eu que 13% de reçu pour passer en deuxième année de médecine, et tous étaient issus du bac S , aucun ST2S !

    gwenaelle

  386. B. Magliulole 14 mai 2012 à 18:33

    réponse à Gwenaëlle

    Merci pour ce témoignage édifiant qui sera lu, je l’espère, par “GASPAR”. je confirme qu’en effet, beaucoup trop de familles optent pour le bac ST2S en pensant qu’il est tout indiqué pour se préparer aux études supérieures de mùédecince, ce qui n’est pas vrai ! Et même pour le secteur paramdécical, il faudra sans doute faire un,e classe préparatoire avant de se frotter aux concours !

    bruno Magliulo

  387. Adnenele 16 mai 2012 à 13:57

    Bonjour Monsieur,
    Je suis élève en 1er S, au lycée Gustave Flaubert de la Marsa Tunis, Tunisie.
    Depuis le 1er trimestre de l’année en cours je me suis rendu compte que la filière S était difficile.
    Est-ce que je pourrais demander un passage en terminal STG CFE?
    Quels sont les textes de loi me donnant droit à ma demande?.
    Merci.

  388. B. Magliulole 16 mai 2012 à 16:41

    Réponse à Adnene

    Vous avez parfaitement le droit de demander votre réorientation vers ES, STG, L , STI … Et cela peut se faire de deux façons à l’issue d’une classe de première :

    1°) Un redoublement volontaire dans une autre classe de première
    2°) Un passage dans une autre terminale (STG par exemple en ce qui vous concerne)

    Mais votre droit se limite au fait de le demander : la décision appartient au chef d’établissement (votre proviseur), sur avis du conseil de classe.

    Vous avez donc intérêt (si vous ne l’avez pas encore fait) à demander d’urgence à avoir un entretien avec votre professeur principal, afin d’examiner tout cela.

    La gestion pédagogique de ce genre de demande de réorientation n’obéit pas à des règlements nationaux : l’examen des situations est laissé à la lattitude des responsables de chaque établissement scolaire.

    Attendez-vous à ce que des contraintes d’effectifs puissent venir contrarier une réponse positive : si les terminales STG sont bien “bourrées”, on sera fondé à vous inviter à ce pas vous réorienter ainsi. De plus, il y a évidemment des contraintes fortes dans la mesure où certains enseignements non suivis en première STG vous feront défaut : management des organisations, économie-droit, enseignements technologiques … Il va donc se poser un problème de remise à niveau dans ces enseignements, et l’établissement a le droit d’exiger que vous produisiez un tel effort avant d’accepter. Sauf bien sur si votre demande va dans le sens d’un redoublement volontaire en première STG (ou autre)

    Pourquoi la STG ? Vous aurez de nombreuses heures de cours à rattraper. Ce pourrait être plus facile (ou plus adapté à votre profil) avec le bac ES, pour lequel le seul enseignement que vous aurez à rattraper est celui des sciences économiques et sociales.

    Fondez votre demande sur les textes de réforme du lycée : il y est clairement incité à ce que les élèves bénéficient de possibilités plus larges de réorientation. Pour trouver ces textes, tapez “réorientation lycée” sur un moteur de recherche.

    L’évocation du lycée Gustave Flaubert de La MArsa me renvoie à quelques années en arrière : j’étais inspecteur d’académie en exercice et j’avais été invité par l’association des parents d’élèves à venir faire deux conférences sur les problèmes d’orientation. C’est un excellent souvenir.

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Parents d’élèves, vos droits (les textes concernant le droit à la réorientation)
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Que faire avec un bac technologique ? (tout sur les débouchés des quatre spécialités du bac STG)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  389. Rexle 18 mai 2012 à 15:28

    Salut,

    Je suis en seconde générale et avec mes parents, je prépare ma demande d’orientation vers la classe de première. J’hésite entre une première ES et une STMG.

    Mon prof principal me dit que c’est du pareil au même, que les débouchés d’après bac sont très comparables. Est-ce vrai ?

    Rex

  390. B. Magliulole 21 mai 2012 à 14:13

    Réponse à Rex

    Votre professeur principal commet une grosse erreur s’il vous a vraiment dit que la filière ES, et la filière STMG, sont “du pareil au même”. La preuve : si c’était vraiment la même chose, elles seraient fusionénés depuis longtemps, et ce n’est pas le cas … parce que ce n’est pas pareil.

    La filière ES et la filière STMG n’ont d’abord pas les mêmes programmes d’enseignement. Je ne vais pas ici entrer dans le détail de chacun d’eux, d’autant qu’il est facile de vous les procurer au cendre de documentation de votre lycée.

    Les enseignements d’ économie ne sont pas appréhendés de la même façon : on le fait de façon pluridisciplinaire en ES (cours de “sciences économiques et sociales” en ES, avec de l’économiue générale, de la sociologie, des sciences politiques …), alors qu’en STMG, c’est plutôt de l’économie appliquée au monde de l’entreprise.

    La filière ES est intégralement composée d’enseignements généraux, alors qu’en STMG, on est moins porté par les enseignements généraux, lesquels sont en partie remplacés par plusieurs heures (six par semaine), d’enseignement technologique, liés à la spécialité que vous pourriez choisir en entrant en terminale STMG

    La structure des orientations de ces deux types de bacheliers ne se ressemble guère, même si parfois, on les retrouve ensemble dans certaines filières (comme on retrouve aussi des S, L …) :
    - Les ES optent à 75% pour des études longues qui les conduisent majoritairement vers des diplômes de niveau bac + 5 (fin de grandes écoles ou de masters universitaires)
    - Les STMG optent à 80% pour des études courtes (en deux/trois ans après le bac), notamment pour y préparer un BTS ou un DUT.

    Il y a bien sur d’autres différences.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac ES ?
    - Que faire avec un bac technologique ?
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  391. Léale 21 mai 2012 à 18:55

    Bonjour,

    Je suis actuellement en seconde générale et devrais rentrer en première L l’année prochaine et je ne sais pas quelle option choisir.
    La seule qui me donnerait envie serai la LV2 renforcée mais est-elle utile au bac ou devrais-je choisir une nouvelle option en terminale?

    Merci d’avance

  392. B. Magliulole 22 mai 2012 à 11:13

    Réponse à Léa

    En vue d’entrer en première L, vous devez en effet choisir “un enseignement optionnel obligatoire” parmi ceux qui vous sont proposés. Chaque lycée propose les siens : vous n’en trouverez aucun qui les propose tous.

    La liste officielle théorique est la suivante : arts plastiques, musique et chant choral, histoire des arts, cinéma et audiovisuel, théâtre et expression dramatique, arts du cirque, LV3, approofondissement en LV1 ou 2, langues et cultures de l’antiquité (latin, grec classique), mathématiques. Dans la plupart des cas, l’enseignement choisi se prolonge en terminale L et conduit à une épreuve spécifique au bac. Comme j’ignore de quels enseignements optionnels obligatoires est faite la liste de ces enseignements dans votre lycée, il m’est difficile de vous aider à choisir.

    Ce choix doit procéder de trois facteurs complémentaires : votre goût pour l’enseignement choisi (autant choisir un domaine qui vous motive); votre capacité à y réussir puisque vos compétences et connaissances dans le domaine choisi seront évalués non seulement sur la parcours 1e/terminale mais aussi au bac; le lien avec votre futur passage dans le supérieur si vous commencez à avoir une idée de ce que vous escomptez demander.

    Ainsi, par exemple, si vous ambitionnez de faire ensuite des études supérieures dans lesquelles un bagage en maths est nécessaire (écoles tertiaires, psychologie, sociologie, économie, écoles de commerce, etc.), vous aurez intérêt à opter pour les mathématiques.

    Mais beaucoup de L optent pour les langues, soit LV3, soit approfondissement en LV1 ou 2. Pourquoi pas ? Vous dites que c’est ce qui vous intéresse le plus. Je ne sais pourquoi mais c’est déjà une bonne base pour faire un tel choix. Cela devrait vous aider à faire enseuite des études supérieures pour lesquelles les langues étrangères seront importantes.

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Que faire avec un bac L ?
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse de vos réponses)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  393. Louisale 24 mai 2012 à 15:28

    Ma fille est en seconde et nous avons demandé pour elle une admission en première STG, option communication. On nous a répondu que l’an prochain (en septembre), se met en place une nouvelle première STG (qui s’appellera STMG), et qui n’y aura pas d’option dans cette classe, qu’il faudra attendre le passage en terminale pour choisir son option.

    Savez-vous vers quel ouvrage ou site nous pourrions nous tourner pour en savoir plus sur cette nouvelle filière STMG, et ses débouchés ?

    Merci

    Louisa

  394. B. Magliulole 24 mai 2012 à 16:30

    Réponse à Louisa

    En effet, à compter de la rentrée 2012 (en première), puis 2013 (en terminale), l’acienne filière STG devient la filière STMG (sciences et technologies du management et de la gestion).

    Et en effet (encore), la première STMG est désormais unique, en ce sens qu’il n’y a plus de distinction entre les deux premières STG d’avant (”gestion” et “communication”). Par contre, quand votre fille passera de première en terminale, elle aura comme dans l’ancien bac STG le choix entre 4 spécialités.

    Pour tout savoir sur cette nouvelle filière, lisez le document publié par le Ministère intitulé “Instructions et programmes 1e et terminale STMG”. Si vous êtes dans un lycée qui propose cette voie d’études, ce document est sans doute disponible au centre de documentation. Sinon, demandez à un professeur d’économie-gestion enseignant dans ces classes. Vous pouvez aussi taper “STMG” sur un moteur de recherche.

    Sur les débouchés, procurez vous un livre de la collection L’Etudiant intitulé “Que faire avec un bac technologique ?”. Il est normalement disponible en librairie scolaire, ou par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  395. Léole 25 mai 2012 à 16:55

    Ma fille est actuellement en classe de seconde professionnelle commerce, mais bien qu’il y réussisse scolairement, il n’est absolument pas motivé par les métiers du commerce.

    A quelles conditions est-il envisageable de se réorienter vers une première technologique de type ST2S, Marion (ma fille) étant aujourd’hui très désireuse de préparer un métier d’infirmière, et on lui a dit que pour cela, il faut entrer dans une école d’infirmière après le bac pour laquelle les bacheliers technologiques ST2S sont mieux préparés que les bacs pros commerce.

    Léo

  396. B. Magliulole 26 mai 2012 à 11:17

    Réponse à Léo

    Il est extrêmement rare de voir un(e) élève de seconde pro passer directement en première technologique. Explication : les programmes sont trop différents. C’est d’autant plus vrai en ce qui vous concerne que la filière technologique que vous visez est très différente du champ professionnel de votre seconde pro.

    Vous avez cependant le droit de le demander, mais en ayant si peu de chance d’avoir satisfaction, que je vous conseille de prévoir une autre demande de réorientation par un redoublement volontaire en seconde générale et technologique, et vous demanderez une seconde avec “enseignement d’exploration de santé et social”, préparatoire à lo’entrée en 1e ST2S.

    Sachez aussi qu’il existe un bac pro “accompagnement, soins et service à la personne” qui est probablement plus adapté au profil actuel de votre fille, et permet à son issue de se présenter aux concours de recrutement en vue d’entrer dans un “IFSI” (institut de formation aux soins infirmiers).

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac technologique ?
    - Pour quelles études êtes-vous fait ?
    - Les carrières paramédicales
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  397. Louisale 30 mai 2012 à 11:23

    Notre fille est actuellement scolarisée en première S dans un lycée privé sous contrat de Reims où vous êtes venu cette année faire une conférence “orientation” aux parents d’élèves. J’y étais et je vous avais posé une question : avons nous le droit, en fin de première S, de demander une réorientation vers une terminale ES.

    Vous nous aviez alors répondu positivement, précisant que c’est sous réserve d’un accord du conseil de classe et du chef d’établissement.

    Le conseil de classe vient de se réunir, et nous avons un accord pour cette réorientation. Mais depuis votre passage, nous avons appris que pour des raisons professionnelles, nous allons devoir quitter Reims pour Lille. Or, dans le lycée contacté à Lille, nous avons essuyé un refus, malgré l’avis favorable de l’établissement d’origine. Ils prendront notre fille en terminale S, mais pas en ES.

    En ont ils le droit ?

    Merci de nous répondre au plus vite s’il vous plait car c’est urgent !

    Louisa

  398. B. Magliulole 30 mai 2012 à 12:06

    Réponse à Louisa

    La décision de permettre en fin de première S, une réorientation vers une terminale ES, ne vaut que pour l’établissement qui en a décidé ainsi. Elle ne saurait s’imposer à un autre qui a donc pleinement le droit de ne pas tenir compte de ce qui n’est qu’une simple recommandation. Les raisons qui font que de tels refus s’expriment sont diverses : problème de capacités d’accueil, interprétation différente du dossier de l’élève, etc.

    Pour répondre à votre question : oui, ils en ont le droit. Et vous ne pourrez faire appel de cette décision de refus car il n’existe pas de commission d’appel au niveau première, le passage en terminale y étant automatique (mais pas nécessairement les passages en réorientation).

    Conseil : Lille ne compte pas qu’un seul lycée, loin s’en faut. ce que le lycée X vous refuse , pourrait vous être accordé par le lycée Y.

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Parents d’élèves, vos droits
    - Que faire avec un bac ES ?
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  399. Antony G.le 30 mai 2012 à 22:33

    Ma fille est actuellement en lycée pro, en 2nde Hotellerie (après une troisième). Sa motivation à poursuivre dans cette voie, jusqu’au bac, n’est plus au rendez-vous. Sa moyenne générale est de 12/20. Sa moyenne dans la matière pratique a chuté à 8/20 pour le troisième trimestre. Elle ne sent pas faite pour ce métier, et n’arrive plus à se projeter. Elle envisage une réorientation vers une 2nde indéterminée. Il ne semble pas possible de rejoindre la filière générale depuis une filière pro. Elle n’est ni intéressée par un CAP, et la filière Techno.

    Est il réellement impossible de se réorienter de la fillière pro vers la fillière générale, alors même que ses résultats de 2nde Pro dans les enseignements généraux sont supérieurs à la moyenne?

    Si cela reste possible, quelles sont les modalités à suivre?

    Merci par avance pour votre éclairage.

    Antony.

  400. B. Magliulole 31 mai 2012 à 10:35

    Réponse à Antony G.

    Il est relativement fréquent que des élèves engagés dans une classe de seconde professionnelle (ou de première année de CAP), découvrent que le secteur professionnel auquel ils se préparent n’est celui qu’ils escomptaient, les déçoit, et demandent donc à en sortir. Mon point de vue est que cela est compréhensible, surtout à cet âge, et que plutôt que de faire de l’acharnement, il vaut mieux s’efforcer de se réorienter tant qu’il est temps.

    Car il est encore temps, même si ce n’est pas chose simple.

    Passer de seconde professionnelle en seconde générale et technologique (ce que vous appelez “la seconde indéterminée”) n’est pas strictement impossible, mais est rarement accordé. Mais rarement, n’est pas “jamais”. Vous avez parfaitement le droit de le demander.

    Pour que ce soit accordé, il faudra expliquer les raisons d’une telle demande de réorientation, et être en mesure de mettre l’accent sur le fait qu’à cet âge, une erreur quand à la vocation professionnelle est chose compréhensible, et que, surtout, son bilan dans les matières générales, tant lorsque votre fille était en troisième, que cette année dans sa seconde professionnelle restauration, fut bon. Car la question que va se poser le conseil de classe (et éventuellement la commission d’appel si vous faites un recours en cas de refus de la part de l’établissement), sera la suivante : est-ce que cette élève était en mesure d’être orientée vers une seconde générale et technologique lorsqu’elle est sortie de troisième. Si la réponse est non, je crains fort que cela ne conduise à une réponse négative aujourd’hui.

    Un élément devrait jouer en votre faveur pour une telle demande : le fait que son bilan scolaire témoigne de résultats très convenables dans la plupart des matières … sauf dans celles du domaine professionnel, ce qui est bien la preuve d’une erreur d’orientation.

    Sachez (je viens de l’évoquer), qu’en cas de refus, vous disposez d’un droit de recours par appel auprès d’une commission d’appel. Sur ce point, je vous renvoie à l’article intitulé “Commission d’appel, mode d’emploi”) figurant sur ce blog.

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Parents d’élèves, vos droits (tout sur les droits en matière de réorientation, de recours à la commssion d’appel, etc.
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”) ou en librairie scolaire

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  401. Antony G.le 31 mai 2012 à 13:28

    Merci pour votre réponse.
    Après différents échanges avec le CPE et son professeur principal de 2nde Pro, le conseil de classe s’oriente pour un passage en 1ère Pro Hotellerie. Dans une semaine ma fille démarre son stage d’un mois en entreprise. Les enseignants pensent que le stage lui permettra de confirmer ou d’infirmer son souhait de ne pas poursuivre dans cette voie.
    Le voeux de réorientation en seconde générale, qui serait en quelque sorte un “redoublement” de la seconde, doit il être exprimé avant le conseil de classe de la semaine prochaine? Si nous attendons le résultat de son stage (fin juin), ne sera t il pas trop tard pour engager une éventuelle réorientation de la fillière pro vers la fillière générale? Pouvons nous saisir une commission d’appel, alors que le conseil de classe proposerait un passage en classe supérieur?

  402. B. Magliulole 31 mai 2012 à 15:36

    Complément (2) de réponse à Antony G.

    Non, vous ne pouvez pas attendre la fin de son stage pour valider ou infirmer son éventuel passage en première pro : cela doit être demandé AVANT la réunion du conseil de classe, via la “fiche navette” que vous avez vous même évoqué dans votre message précédent.

    Vous avez donc à choisir entre :

    1) Anticiper sur le refus de contnuer en première pro hôtellerie, en demandant soit une autre seconde pro (voire une autre première pro de type tertiaire), ou un redoublement volontaire en seconde générale et technologique. Une fois la décision prise, il ne sera pas possible de revenir en arrière

    2) Parier sur un “déclic” positif durant le stage qu’elle se prépare à faire et confirmer le passage normal en première pro du même secteur professionnel.

    Dites bien à votre enfant que ce ne serait d’ailleurs pas tastrophique : nantie d’un bac pro de ce secteur, elle pourrait approfondir ses connaissances et compétences en passant dans une formation supérieure du même type (école hôtelière, BTS hôtellerie …), soit en changeant de voie vers par exemple, une école de commerce; un BTS ou DUT commercial, ou une formation aux métiers du tourisme …

    En tout état de cause, si vous ne demandez pas, avant la réunion du conseil de classe, sa réorientation par un éventuel redoublement volontaire en seconde générale et technologique (qui peut lui être refusé), vous ne pourrez pas le faire après. Ca tombe mal, mais les deux calendriers (celui du déroulement, stage compris, de l’année de première pro, et celui de l’orientation) ne coïncident hélas pas.

    Quand à saisir la commission d’appel, vous ne le pourrez que si vous n’avez pas demandé l’orientation vers la première pro du même secteur. Par contre, vous le pourrez si, ne l’ayant pas demandé, et ayant demandé une autre orientation (autre filière pro ou seconde générale et technologique par redoublement volontaire)) et rien d’autre, on ne vous l’accorde pas. Encore une fois, il ne peut y avoir d’appel d’une décision d’orientation conforme aux voeux des familles.

    Sans vouloir vous forcer la main, sachez que tous les textes de vos droits figurent dans le sivre précédemment signalé (”Parents d’élèves, vos droits”), publié chez L’Etudiant.

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  403. Béatricele 04 juin 2012 à 14:12

    Mère d’élève d’une garçon actuellement scolarié en seconde, je découvre que, contrairement à ce qui avait été proposé à mon fils ainé lorsqu’il était entré en première ES en 2008, il n’est plus possible, dans la nouvelle voie ES du lycée réformé, de choisir en première et terminale un enseignement de spécialité d’ “approfondissement en langue étrangère”.

    La seule façon de le faire dans ce nouveau lycée est de s’orienter vers L.

    Avec beaucoup de regret, car nous aimions beaucoup l’équilibre des enseignements proposés en filière ES, et notamment, le fait qu’on puisse y bénéficier d’un enseignement spécifique de sciences économiques et sociales, et d’un bagage conséquent en maths, je vais, à mon corps défendant, demander une orientation vers la première L, car mon fils se destine à entrer après son bac dans une formation aux langues étrangères.

    J’aurais préféré qu’il puisse trouver cela en ES, mais je trouve nullissime que cette possibilité ne soit plus offerte dans cette filière secondaire, alors que c’était possible jusque là.

    J’ajoute que nous sommes plusieurs dans mon lycée (je vis à Lyon) à nous être étonné de cela, et nous avons fait une délégation de parents auprès du proviseur afin de demander une explication, et de voir si une telle option d’approfondissement en langues n’était pas malgré tout envisageable en ES. Il nous a répondu qu’il y a trop d’élèves en ES, et que selon lui, opter pour L c’est “plus sérieux pour les langues étrangères”, et qu’avec l’enseignement de spécialité de “droit et grandes enjeux du monde contemporain”, on peut reconstituter un parcours de type ES, tout en préparant le bac L ! Quand à ouvrir un tel enseignement de spécialité en ES, c’est parait-il non réglementaire, depuis la mise en place de la réforme du lycée !

    Qu’en pensez-vous ?

    Béatrice, mère d’élève, Lyon

  404. B. Magliulole 04 juin 2012 à 14:39

    Réponse à Beatrice

    Merci Béatrice pour ce très intéressant témoignage, qui met en effet en lumière une des contreparties très négatives de la réforme du lycée : l’impossibilité, dans la nouvelle filière ES, de continuer d’opter pour un enseignement de spécialité d’ “approfondissement en langue étrangères” (LV1 ou 2), contrairement à ce qui existait dans la filière ES d’avant la réforme.

    Nombreux sont ceux qui pensent qu’il y a en cette mesure, scandaleuse à mes yeux, une volonté de moins donner envie aux familles de seconde de demander la voie ES, supposée faire trop d’ombre à la filière L que le ministère d’avant les dernières élections a voulu rendre plus attractive, notamment en y maintenant la possibilité de s’y adonner à des formations intensives en langues étrangères, ce qui fut le cas en ES et ne l’est désormais plus.

    Votre chef d’établissement a hélas raison de vous répondre qu’il lui est impossible d’ouvrir en ES un tel enseignement de spécialité, celui-ci n’apparaissant plus dans la liste des possibilités. Mais le ton et les mots employés pour vous répondre donnent le sentiment d’un proviseur assez jubilatoire au constat de cette impossibilité.

    Et tant pis pour les familles qui, comme la votre, sont à la recherche de cette possibilité, tout en préparant un bac ES !

    Je vous dirai en outre que c’est se moquer de vous que de vous présenter comme équivalent le contenu des cinq heures hebdomadaires de l’enseignement des sciences économiques et sociales, offrant eux élèves, sur le parcours première ES/termlinale ES, un cumul de près de 400 heures de formation dans ce domaine de connaissance des problèmes du monde contemporain (et même 500 pour celles et ceux qui opteront, en terminale ES, pour l’enseignement de spécialité de “sciences politiques et sociales” ou d’ “économie approfondie”) , et les moins de 100 heures pour ceux qui opteront, en terminale L (mais pas en première L ou ça n’est pas offert) pour un enseignement intéressant certes, mais qui n’a pas grand chose à voir , de “droit et grands enjeux du monde contemporain”.

    Qu’il me soit permis de conclure en vous suggérant quelque chose. Si le lycée réformé ne propose plus de possibilité d’approfondir sa connaissance en LV1 1 ou 2, il ne manque pas, dans une grande ville telle que Lyon, de centres culturels étrangers (British Council, Goethe Institut, Institut cervantes, etc.) et associations qui permettent à un(e) élève motivé(e) de cultiver son profil international “hors les murs de son lycée”. Vous ne serez ainsi pas la première a bénéficier des avantages que procure un bac ES (ainsi que vous le dites vous même), tout en faisant bénéficier votre fille de la possibilité d’approfondir en LV1 ou 2 ainsi que vous le souhaitez.

    Ainsi, vous pourrez avoir le beurre (le bac ES) et l’argent du beurre (le propfil “langues étrangères”), et ce malgré cet aspect négatif de la réforme du lycée. Bien sur, j’aurais préféré que la réponse soit interne, mais les réalités du moment étant ce qu’elles sont, c’est une solution possible.

    Elle est pas belle la vie ?

    N’hésitez pas à me faire part de vos réactions à ce propos si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

    PS : Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant : “Que faire avec un bac ES ?”

  405. lucasle 04 juin 2012 à 15:43

    Je suis prof de SES, et prof principal en seconde depuis plusieurs années.

    Il est vrai que cette impossibilité nouvelle de choisir en 1e ES et terminale ES un enseignement de spécialité d’approfondissement en langue, dissuade certains parents et élèves de seconde d’aller en ES. MAis la peut du manque de débouchés à l’issue du bac L est telle qu’en fait, je n’ai pas constaté de diminution de la vocation à entrer en ES, qui demeure forte, du moins dans mon bahut parisien.

    Je retiens cependant de votre article une idée dont je me servirai : celle de profiter des centres culturels étrangers ou associations pour se parefaire en langues “hors les murs du lycée” comme vous dites. C’est vrai que dans les grandes villes, c’est un argument que nous pourrons utiliser. Il a cependant ses limites dans la mesure où ça sera beaucoup moins possible dans les villes moyennes ou petites.

    Lucas, prof de SES à Paris

  406. B. Magliulole 04 juin 2012 à 16:27

    Réponse à Lucas

    Il est vrai que les statistiques relatives à la première année de mise en oeuvre de la réforme du lycée au niveau première n’ont pas permis de constater une variation significative des flux d’orientation vers L, au détriment de ES. On verra dans l’avenir ce qu’il en est dans une plus longue (et donc plus significative) durée.

    Il n’en demeure pas moins qu’à mes yeux, la suppression de toute possibilité de choisir un enseignement de spécialité en première ES (alors que c’était possible auparavant, par exemple, celui d’ “approfondissement en langue” évoqué par Béatrice dans son message), et le fait qu’en terminale ES, cette possibilité de choisir “approfondissement en langue” a disparu de la liste des choix possibles d’un enseignement de spécialité en terminale ES, est manifestement le fruit d’une volonté de rendre la filière L (dans laquelle cette possibilité est maintenue, en première comme en terminale), plus attractive, au détriment de la filière ES.

    Par ailleurs, je vous donne acte que mon idée d’évoquer la possibilité de se profiler “langues étrangères” hors les murs du lycée a ses limites :

    1) Celle que vous évoquez, à savoir que c’est une possibilité qui est d’autant plus importante et praticable que l’on vit en milieu urbain de taille importante… et donc qu’à contrario, cette ligne revient à pénaliser les familles vivant là où cette offre de formation compensatoire est largement insuffisante , voire absente. Mais je signalerai simplement que lorsqu’il était possible de se voir offriri de telles possibilités “dans les murs”, c’était sous réserve des moyens de le faire… qui conduisaient nombre de lycées à ne pas le proposer.

    2) Mais il est une autre limite qui me gêne beaucoup plus, et que j’évoque dans ma réponse à Béatrice : j’ai horreur de devoir chercher une telle réponse “hors les murs”, avec conscience du risque d’une certaine “privatisation” de la réponse, nombre des ces organes culturels étrangers n’étant pas gratuits. Je vois même une offre compensatoire apparaître dans des organes de “cours privés” type Acadomia et autres. Mais il est vrai que “la nature a horreur du vide”, et qu’à chaque retrait du service public, correspond un empiètement nouveau de la sphère d’initiative libérale. Raison de plus pour exiger le rétablissement de cette possibilité de formation.

    Bruno Magliulo

  407. Anniele 05 juin 2012 à 11:03

    Je suis mère d’une élève qui est actuellement en terminale ES, et , ayant lu les commentaires de Béatrice, parente d’élève, de Lucas, professeur de sciences éco, et vos propres commentaires, j’éprouve le besoin de témoigner d’une autre dérive fréquemment constatée en seconde : l’incitation, quand on est bon élève, à préférer la voie S à la ES.

    Mon fils est ce qu’on appelle un bon élève. Je dis bien “bon” et pas “excellent” : il a régulièrement 13/15 sur 20 de moyenne depuis le collège, et cela contionue cette année en terminale. Quand il était en seconde, et qu’il a manifesté son désir d’entrer en première ES, il a été victime (et nous ses parents aussi), d’une véritable campagne de pression pour aller vers S, venant de nombre de ses profs, du conseiller d’orientation, du chef d’établissement lui-même qui cherchait visiblement à “faire du chiffre” du côté de la filière S, son lycée proposant des filières post bac de type prépas scientifiques, et BTS industriels … plus faciles bien sur, pour ces dernières, à remplir avec des S qu’avec des ES ! On nous a même dit qu’ “il est trop bon pour se contenter d’un bac de second rang” !

    Nous nous sommes accrochés à notre projet et ne le regrettons pas. Non seulement notre fils aura accompli en ES un parcours épanouissant et réussi, mais il y a découvert son projet d’orientation, qui est de faire des études supérieures universitaires en sciences éco, si possible à Paris-Dauphine qui est certes sélective, mais pour laquelle nous avons bon espoir compte tenu de la qualité de son dossier.

    D’où la question suivante : “préparez un bac L plutôt que ES ! “, “préparez un bac S plutôt que ES !”… Mais pourquoi donc ce tir de barage anti filière ES ?

    Annie, parente d’élève de ES

  408. B. Magliulole 05 juin 2012 à 11:45

    Réponse à Annie

    Merci d’abord pour ce très intéressant témoignage, très révélateur en effet d’une sorte de volonté de “réduire” les flux d’orientation de seconde vers la première ES. Il existe d’ailleurs d’autres avatars de cette volonté.

    Je vais vous faire une confidence : cela fait bien longtemps que cela dure. Dès sa création, à la fin des années 1960 (il y a donc bientôt un demi siècle, il va falloir célébrer un tel évènement), la filière “économique et sociale” (le bac “B” des débuts, puis son successeur , le bac “ES”) a connu un réel succès quantitatif et qualitatif, et en effet, attiré des élèves de plus en plus nombreux, entraînant chez certains une sorte de “méfiance”, voire “jalousie”, qui a conduit à vouloir en réduire l’impact auprès des familles. En vain jusqu’à ce jour, malgré de fréquentes tentatives de déstabilisation, voire d’élimination pure et simple.

    A ce sujet, il faut remercier le collectif des professeurs de sciences économiques et sociales, et en particulier l’APSES (association des professeurs de SES), qui mène depuis fort longtemps un combat permanent pour contrer ces tentatives d’élimination ou de dilution (tel le projet qu’ont certains de rendre soluble la filière ES dans la filière STMG).

    Vous me demandez pourquoi un tel acharnement anti “ES” en général, (anti enseignement des SES en particulier ajouterais-je ?). Répondre avec précision à cette question serait se lancer dans une démonstration qui demanderait des pages et des pages, et vous me pardonnerez donc de ne pas m’y lancer sur un humlble blog. Sachez simplement qu’il y a des raisons stratégiques bien sur (réduire le flux d’entrée en ES pour augmenter celui qui se dirige vers L et S), mais aussi (vous vous en doutez) idéologiques. Cette filière, et l’enseignement des sciences économiques et sociales qui la caractérise, sont considérés par certains comme développant trop l’ “esprit critique” des élèves (mais alors, quid de la philosophie, de l’histoire-géographie … ?), ayant des problèmes du monde contemporain une vision très (trop aux yeux de certains) à pluridisciplinaire, mêlant par exemple en un seul et même enseignement des branches du savoir telles que l’économie, la sociologie, les sciences politiques, l’histoire …, etc. Voilà pourquoi on veut la peau du bac ES … mais aussi pourquoi il faut le soutenir, et à cet égard je vous remercie de votre façon de le faire, en tant que parente d’élève ayant navigué avec bonheur semble-t-il, durant deux ans, en première et termpinale ES.

    Bruno Magliulo

  409. Danle 06 juin 2012 à 11:13

    Je suis professeur de philosophie dans un lycée de Lille et j’avoue être surpris par la teneur des quelques messages dont je viens de prendre connaissance sur votre blog. j’ai l’impression de voir un remake du célèbre film “Il faut sauver le soldat Ryan” … Ici c’est “Il faut sauver le bac ES” (et au passage son enseignement caractéristique : les sciences économiques et sociales).

    Moi je trouve que s’il est un soldat qui demande secours, compte tenu de l’effondrement de son public, et de la perte intellectuelle que représenterait son effacement du panorama de l’offre de formation secondaire : c’est le bac L !

    Alors toute mesure, fut-ce au détriment de quelques filières voisines, qui pourrait participer à une action “redistributive” des élèves sortant de seconde, et viendrait revivifier la filière L, est bonne à prôner. A cet égard, je trouve très étonnant que les professeurs de SES, qui sont très majoritairement “de gauche” (ce qui est leur droit, et je précise que j’ai voté Hollande), donc qui prônent les vertus équilibrantes, égalitaires, de la redistribution en matière budgétaire et fiscale, soient si peu enclins à se l’appliquer dès lors qu’il s’agit de redistribuer … les élèves de seconde !

    Dan, professeur de philosophie, Lille

  410. B. Magliulole 06 juin 2012 à 12:19

    Réponse à Dan

    Je ne crois pas que ceux qui défendent la filière ES, et son enseignement emblématique que sont les sciences économiques et sociales, le fassent de façon aussi “corporatiste” que vous semblez le penser . Et comme vous, je pense en effet que ce serait une sérieuse régression intellectuelle que de ne rien faire devant la perte d’attractivité de la filière littéraire, et la menace de disparition que cela entraîne : en 25 ans, les effectifs des candidats au bac L sont passés de plus de 100000 à moins de 50000 aujourd’hui ! C’est un vrai problème.

    Mais faut-il, pour le résoudre, chercher du côté de la filière ES une sorte de “bouc émissaire” qui en serait la cause principale, et donc jouer la carte de l’effacement de cette voie d’études secondaires, pour voir augmenter à nouveau les effectifs s’orientant vers L ? Je ne le pense pas !

    Notons d’abord que si crise de vocation (des familles) pour la filière L il y a (et il y a sans doute), cela tient essentiellement à la modestie des débouchés qui s’offrent à ces bacheliers à l’issue des études secondaires. En quoi la filière ES en est-elle responsable ?

    Ajoutons que les programmes d’enseignement proposés dans cette voie L manquaient sans doute d’une ouverture vers les questions relatives au monde contemporain. A cet égard, je pense que l’introduction, en première et terminale L, d’un enseignement “tronc commun” de type “sciences économiques et sociales”, aurait été bien plus bénéfique que le fait de pouvoir choisir en terminale L rénovée un vague enseignement de “droit et grands enjeux du monde contemprain”, qui représente certes une ouverture utile, mais manque d’envergure à mes yeux. Et combien de temps va t on continuer de permettre aux L de faire, s’ils le veulent, un parcours d’études “quasi sans maths” , alors que dans le supérieur, un minimum de compétence dans ce domaine est requis, y compris dans nombre de filières prétenduement littéraires (psychologie, géographie, sociologie …) pour lesquelles des bases solides en “mathématiques appliquées” (statistiques, probabilités, programmation linéaire …) sont attendues. Idem évidemment pour tout le secteur des études supérieures économiques, qu’elles soient générales ou appliquées.

    Il y aurait beaucoup d’autres choses à dire, mais je termine ce propos en disant que ce n’est pas en dépouillant la filière ES de certaines de ses caractéristiques (telle la possibilité d’y opter pour un enseignement de spécialité d’ “approfondissement en langue(s) étrangère(s)”, désormais strictement réservé aux L ), au profit de la filière L, que l’on résoudra les problèmes, bien plus profonds et larges en vérité, qui conduisent à donner de moins en moins envie aux familles de seconde de demander à y entrer. C’est d’une réforme en profondeur de la filière L que cette voie d’études a besoin, et à cet égard, je crains que les ajustements mis en oeuvre dans le cadre de la réforme du lycée, ne suffisent pas.

    Je souhaite me tromper, mais je vous pronostique qu’en l’état actuel de ce qu’est la filière L du lycée rénové, vous n’assisterez pas à un retournement des tendances d’orientation en sa faveur. Tout au plus va-t-on (peut être ?) parvenir à en freiner la réduction des flux. Et souvenez vous du Titanic : la série L va droit vers son gros glacier, il ne faudra pas tourner le gouvernail trop tard, ni que le braquage soit trop timide … ce qui me semble hélas être le cas dans le cadre de la réforme “Chatel” du lycée.

    Merci en tous cas pour ce témoignage et cette réaction, que je ne partage que très partiellement, et discute sur bien des points. Mais après tout : un blog ne sert-il pas à cela ?

    A vous relire si vous éprouvez le besoinde réagir

    Bruno Magliulo

  411. Evale 06 juin 2012 à 16:56

    Monsieur Magliulo,

    Je suis actuellement élève en 2de GT, option européenne au lycée de Canet-en-Roussillon. Je viens aujourd’hui à vous, sous la recommandation de ma professeur de sciences économiques et sociales, Madame Teulier, afin d’obtenir quelques conseils et renseignements. J’envisage un bac ES, étant plus intéressée par l’histoire, les langues ainsi que les SES que par les matières scientifiques. Ce dernier trimestre, mes résultats sont autour de 17 de moyenne; 17 en histoire et SES, 18 en langues (anglais et espagnol) et 15 en français et maths. Je souhaiterais intégrer par la suite un IEP, celui de Paris de préférence. J’ignore cependant comment préparer ces concours et c’est pour cette raison que je m’adresse à vous. Je voudrais aussi savoir vers quelles voies de recours me diriger en cas d’échec à ce concours. Enfin, j’aimerais en savoir plus sur les débouchés de ce cursus. En vous remerciant d’avance.

    Respectueusement, Eva.

  412. B. Magliulole 07 juin 2012 à 11:31

    Réponse à Eva

    Je commencerai par vous féliciter pour vos très bons résultats scolaires, et votre démarche “anticipative” en matière d’orientation, d’autant plus “utile” en ce qui concerne votre objectif premier (Sciences po’) qu’il est de plus en plus fréquent que des élèves commencent à s’y préparer dès la classe de première. A ce sujet d’ailleurs, je vous invite à lire le numéro de ce mois de la revue L’Etudiant (numéro de juin 2012, le N° 356). En page 30, vous y trouverez un article qui devrait vous intéresser : “Réussir Sciences po’ : se préparer dès la première”. Ca tombe bien non ?

    Et avant de vous donner quelques détails de réponse, je vous demanderai de saluer de ma part votre professeur de sciences économiques et sociales, Madame Teulier. Vous avez bien de la chance d’avoir une telle prof de SES.

    Sachez que les informations que je vais vous communiquer sont à jour pour l’année 2012. Il se pourrait qu’il y ait des évolutions d’ici 2014, année de votre future candidature quand vous serez en terminale ES. Mais vous serez tenue au courant, notamment sur le blog cité un peu plus loin.

    IL existe huit IEP (instituts d’études politiques) en province (à Aix-en-Provence, Toulouse, Rennes, Lille, Strasbourg, Lyon, Grenoble et Bordeaux), et un neuvième à Paris. Pour les lycéens, tous recrutent directement à l’issue de la classe terminale, sur un concours… en réalité sur quatre concours : l’héxa concours pour les six premier IEP de province cités, et un concours autonome pour Bordeaux, Grenoble et Paris.

    Il est recommandé de ne pas s’inscrire à tous ces concours, chacun d’entre eux ayant ses spécificités et posant alors un problème de préparation. Mais rien n’interdit de se présenter aux quatre concours. Celui de Paris est le plus sélectif (environ 10% des candidiats présents aux épreuves). Autre formule (uniquement pour les IEP de province) : se représenter à un concours d’admission à bac + 1 (après une année en classe préparatoire par exemple).

    Le niveau de la sélection est tel que seuls des candidiats ayant fait au lycée un très bon parcours scolaire , et investi un fort temps de préparation des épreuves, ont des chances de réussir. Mais si vous continuez comme vous avez commencé, vous pouvez espérer faire partie des heureuses élues. Bon à savoir : les ES sont les meilleurs à ces concours !

    Il existe plusieurs possibilité de commencer à se préparer à ces concours dès la classe de première, et notamment … en continuant en ES d’être aussi bonne élève que vous semblez l’être. L’essentiel repose sur vos acquis de 1e et terminale ES, sur votre curiosité intellectuelle, sur votre capacité à bien suivre l’actualité économique, politique, sociale ….

    Mais il est bon d’ajouter un complément de formation , notamment par des formations à distance, donc parfaitement compatibles avec le fait d’être scolarisée à Canet en Roussilon :

    www.tremplin-iep.fr
    http://www.ladocumentationfrancaise.fr/informations/evenements/prepa-sciences-po-1ere-annee-2012-2013

    La première est très axée sur les concours province, la seconde sur l’IEP de Paris. Ajoutez à ces deux prépas (dès la première), le CNED (www.cned.fr) qui ne le fait qu’en terminale (sauf changement récent)

    Quand à vous donner tous les détails sur les IEP, leurs parcours d’études, leurs spécialisations, leurs débouchés … cela demanderait des pages et des pages que je n’ai pas le temps de vous communiquer via ce blog. Je vous renvoie donc à quelques sources d’informations :

    Le numéro de novembre 2011 (N° 349) de la revue L’Etudiant, comporte un gros dossier très complet sur les neuf IEP. Regardez du côté de votre CDI s’ils ne sont pas abonnés.

    Un blog, très complet, non seulement sur le descriptif des IEP, mais aussi avec conseils sur les prépas aux concours, des bibliographies, etc. :

    http://blog.letudiant.fr/concours-sciences-po-iep/2011/01/02/
    prepa-sciences-po-des-la-classe-de-premiere/

    Avec tous cela, vous devriez avoir de quoi commencer à bien réfléchir et vous préparer.

    Vous me demandez que prévoir en cas d’échec aux concours d’entrée à Sciences po’ ? Vous avez raison d’anticiper. Sachez qu’on peut se représenter aux IEP de province après un bac + 1 (en prépa ou après une première année de fac), mais aussi à bac + 3 après avoir obtenu une licence complète. Attention : pour ce type d’orientation, certaines licences sont plus adaptées que d’autres. Mais pour cela vous avez le temps de réfléchir.

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Que faire avec un bac ES ?
    - Pour quelles études êtes-vous fait ?
    - 10 mois pour préparer Sciences po’
    En librairie scolaire ou par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas, y compris durant la prochaine année scolaire, à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage t bonne chance

    Bruno Magliulo

  413. pascal Cle 07 juin 2012 à 22:07

    bonsoir Monsieur,

    Notre fils souhaite aller une 1ère ES l’année prochaine après une seconde générale. Je sais déjà que ce sera accepté.
    Mais on lui a juste demandé quelle 1ère il voulait faire sans aborder la question des options.
    N’y a t il pas une option obligatoire à choisir ? un profil à choisir dès la 1ère? ou bien est ce lors du passage en terminale que cette spécialisation se fait ?
    quelles sont les épreuves anticipées en 1ère en dehors de bac de français ? histoire géo ?

    merci pour votre réponse
    Pascal C

  414. B. Magliulole 08 juin 2012 à 11:47

    Réponse à Pascal C

    Bravo d’abord à votre fils pour son passage en première ES.

    Il n’y a pas d’enseignement optionnel obligatoire à choisir en première ES , mais vous aurez à le faire lorsqu’il passera en terminale (ce sera alors un choix entre trois possibilités : approfondissement en maths, économie approfondie ou sciences sociales et politiques). Mais rien de tel en première.

    Ce qui peut expliquer votre erreur c’est que l’ancienne première ES (celle d’avant la réforme du lycée) comprenait une telle possibilité dès la première. Ce n’est désormais plus le cas.

    Le seul choix d’option(s) que vous pourrez eventuellement faire sera celui d’une ou deux options facultatives (LV3, latin, cinéma et audiovisuel, etc.), à choisir selon l’offre proposée par le lycée de votre fils… et qui sont souvent en prolongement d’options facultatives débutées en seconde.

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Que faire avec un bac ES ? (tout sur la nouvelle filière ES et ses débouchés)
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”), ou en librairie scolaire

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  415. B. Magliulole 08 juin 2012 à 11:49

    Complément de réponse

    j’ai oublié de répondre à une partie de vos questions, concernant les épreuves anticipées du bac ES.

    Votre fils sera évalué, en fin de première ES, dans deux matières : français et sciences.

    B. Magliulo

  416. pascal Cle 08 juin 2012 à 12:30

    mille mercis pour votre réponse
    Pascal C

  417. Océane Cle 08 juin 2012 à 18:18

    Bonjour, je suis actuellement en 2nde général et je m’approche de la décision de mon orientation en 1ère. Je stresse actuellement car j’ai reçu dernièrement un courrier disant que je ne recevrai pas ma bourse de 3eme trimestre car j’ai plus de 15 absences injustifiées. Ce trimestre j’ai vraiment fait n’importe quoi. Je suivais ma classe et n’allait pas en cours quand ils ne voulaient pas y aller. Maintenant je regrette et me demande si mes absences ne seront pas pris en compte dans mon choix d’orientation. J’ai demander une 1ère ES. J’ai eu 9 de moyenne au 1er trim et 9,85 au second. Le 3ème je ne sais pas encore. Donc voilà, j’aimerai savoir si j’ai des chances d’aller là où j’ai demander, sachant que j’ai la moyenne en langue sauf français, en mathématiques c’est bof bof ainsi qu’en histoire et géographie. J’espère avoir une réponse très vite, car j’ai vraiment peur. Merci d’avance.

  418. B. Magliulole 09 juin 2012 à 17:40

    Réponse à Océane C

    Bien sur, vos absences et autres comportements, vont être prises en compte, ainsi que vos notes et appréciations obtenues dans chaque matière.

    Vous me demandez un pronostic : je vous le donne. Je pense que d’après tout ce que vous me dites, le conseil de classe, puis le chef d’établissement, vont soit prononcer une décision de redoublement, soit vous imposer une orientation pour une première technologique (même si vous ne le demandez pas), de type STMG par exemple. Avec les notes que vous affichez sur les deux premiers trimestres en français, maths, histoire-géo … je dirai que c’est très mal parti pour être autorisée à entrer en première ES.

    Mais ce n’est qu’un avis de ma part. Cela dépend évidemment de ce qui va être décidé au niveau de votre établissement.

    Sachez que si la décision d’orientation prise ne vous convient pas, vous disposez d’un droit de faire appel devant une “commission d’appel”. Sachez aussi que si on vous oriente vers une première non demandée (STMG par exemple), vous avez le droit de préférer un redoublement volontaire en seconde.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Parents d’élèves, vos droits (pour préparer son appel, une éventuelle demande de redoublement volontaire …)
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”) ou en librairie scolaire

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  419. Sandrinele 09 juin 2012 à 22:17

    Bonsoir Monsieur,
    wouah !! que de commentaires intéressants, en effet, je n’ai pas eu la chance de pouvoir suivre des études secondaires. Mais j’aimerais que mes enfants puissent y accéder, alors voilà mes soucis. Mon fils va passer en première, avis favorable de conseil de classe,nous avons choisi 1ere STD2A ou STI2D, seulement ses résultats ont baissé depuis le premier trimestre, 10,5 puis 9,60 et enfin 8,40, mais les appréciations des profs ne sont pas assommentes. Visiblement son établissement actuel ne veut pas de redoublement afin de “garder la côte”. Faute de place en seconde, il n’a pas pu choisir les options “création et innovation” il s’est retrouvé en seconde général S, d’où je pense, son échec.
    Nous nous sommes arrangés pour qu’il fasse un mini stage d’immersion dans le lycée où il souhaite aller en STD2A, est-ce qu’il aurait une chance de pouvoir y entrer suite à ce mini stage effectuer en mai dernier ?
    Il est doué pour la création de toute sorte de chose et assez à l’aise en dessin. Que faire pour l’épauler dans cette orientation ?

  420. B. Magliulole 11 juin 2012 à 12:54

    Réponse à sandrine

    Je ne vous cacherai pas que cela va être beaucoup plus difficile pour le première STD2A que pour la STI2D.

    L’admission en première STD2A (design et arts appliqués) est prioritairement réservées aux élèves qui, en seconde, ont suivi avec succès l’enseignement d’exploration de “création et culture design”, qui est un enseignement lourd (6 h par semaine), ne se rattrappant pas si on entre directement en première STI2D. Or, cet enseignement n’est que rarement proposé, et toujours dans les lycées qui offrent la filières STD2A. Seule possibilité envisageable : repartir au niveau seconde dans un tel lycée … ce qui serait un sacré retour en arrière !

    Pour la première STI2D, il n’est pas obligatoire d’avoir suivi en seconde un enseignement d’exploration préparatoire, si bien que nombre d’élèves y sont admis sans avoir suivi l’enseignement optionnel d’exploration de “création et innovation technologique”, qui ne pèse d’ailleurs qu’une heure trente par semaine, et est aisément rattrappable. Mais il est inimaginable d’y aller directement en terminale après une première S : le passage par un redoublement volontaire en première STI2D parait plus acceptable, et surtout, plus à la portée d’un élève qui choisirait cette voie.

    Le problèmle est que, le passage de première S en terminale S étant automatique (on ne peut imposer un redoublement à ce niveau d’études), l’éventualité d’une telle réorientation ne peut se faire que sur votre demande, et après avis favorable de la part du chef d’établissement (si c’est le même), ou du chef d’établissement actuel et de celui du lycée d’accueil s’il y a réorientation vers un autre établissement pour entrer en STI2D.

    Pour être franc avec vous : les classes de STI2D ayant plutôt du mal à recruter, ce n’est pas de ce côté là que vous courrez le plus grand risque de refus de réorientation.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Parents d’élèves, vos droits
    - Que faire avec un bac technologique ? (tout sur les filières STD2A et STI2D, et leurs débouchés dans le supérieur puis la vie active)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”) ou en librairie scolaire

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  421. Evale 13 juin 2012 à 12:11

    Je suis élève de seconde, et avec ma mère, nous avons trè-s fortement regretté d’être quasiment obligé de demander la première L, alors que la ES m’attirait beaucoup (j’ai adoré la découverte des sciences éco et sociales cette année).

    Mais je me destine à des études internationales, et j’ai pour cela besoin de mettre le paquet sur les langues étrangères (je suis tri(lingue : anglais + espagnol + mandarin). Quand j’ai vu qu’il n’y avait qu’en L qu’il est possible d’approfondir en langues, et ce dès la première, alors qu’en ES ça n’est possible ni en première, ni en terminale, j’ai dû choisir le bac L.

    Vous dites à une personne qu’il est possible, quand on vit dans une grande ville, de se parfaire en langues grâce à des associations ou des centres culturels étrangers. Peut-être, mais outre que ça n’est pas gratuit, je vous signale que pour moi qui vit à Périgueux, ville très moyenne, ce genre de possibilité n’existe quaisment pas !

    Dommage !

    Eva, élève de seconde

  422. B. Magliulole 14 juin 2012 à 12:22

    Réponse à Eva

    Il est vrai que, dans le cadre de la réforme du lycée, la possibilité de choisir, à compter de la classe de première, un “enseignement de spécialité” d’approfondissement en langue vivante, a disparu de la voie ES. Mais je vous signale que le volume horaire hebdomadaire proposé en LV1 et LV2 demeure très important (autant qu’en L : 4h30 par semaine), qu’il est toujours possible d’opter pour une troisième langue étrangère (si l’établissement propose un tel choix, et si on a commencé la LV3 en seconde), et que rien n’interdit, dans le domaine de l’apprentissage des langues étrangères, d’en faire plus “hors les murs de l’école” (chaînes télévisées éducatives en langues étrangères, associations municipales …), même si je peux comprendre que cela est moins facile à Périgueux qu’à Bordeaux ou Poitiers.

    Sachez qu’un pourcentage très significatif de bacheliers ES se lance ensuite dans des études “internationales” (écoles de commerce international, d’hôtellerie, de tourisme, de traduction/interprétariat, études universitaires de langues, de droit ou d’économie internationales, etc.)

    Mais puisque votre choix a été d’aller en L, je vous y souhaite plein épanouissement. Attention toutefois au piège de la faiblesse de l’exigence en maths si on n’opte pas pour l’enseignement de spécialité de maths : cela peut être très pénalisant pour l’après-bac.

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Que faire après un bac L ?
    - Que faire après un bac ES ?
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  423. indyle 15 juin 2012 à 21:08

    mon fils est en seconde générale il a une moyenne de 9 et désirait aller en 1ère STI. Le directeur du lycée lui à déconseillé ainsi que le redoublement lui disant que çà ne servirait à rien. et lui à conseillé une 1ère stmg, par contre j’ai signé l’acceptation dans cette filière mais je regrette mon choix. je suis allée voir sur internet ce bac et je ne pense pas que mon fils ça lui plaise mais à l’heure actuelle il ne sait toujours pas ce qu’il veut faire. J’aimerais qu’il redouble pour partir sur de bonnes bases pour rentrer en 1ère sti ou partir vers un bac pro electrotechnique. ce bac pro j’ai trouvé un lycée près de chez nous mais je sais pas si il peut y rentrer après une seconde générale parce qu’il se fait en 3 ans après la troisième. est il trop tard pour l’inscrire, et étant donné que j’ai accepté son admission en 1ère stmg. merci de me répondre je suis un peu perdu;

  424. B. Magliulole 16 juin 2012 à 12:43

    Réponse à Indy

    Il est vrai qu’une filière STMG a la réputation d’être “plus facile à réussir” que la filière STI2D, cette dernière étant plus exigente en maths et surtout en sciences. Ceci explique sans doute la raison de cette proposition d’y orienter votre fils. Mais on entre alors dans une filière qui ne peut que conduire à des études supérieures puis des carrières du secteur tertiaire (juridiques, commerciales, comptables, financières, gestion des ressources humaines, communication, marketing/publicité …) qui supposent un intérêt de la part de l’élève. Si tel n’est pas le cas (et il semble que ce n’est pas le cas pour votre fils puisque toutes les autres orientations envisagées - STI2D, bac pro électrotechnique et énergie- sont dans un domaine d’études et de métiers très différent), on peut comprendre un refus d’une orientation vers STMG. J’aurais dit la même chose de quelqu’un qui souhaite devenir commercial, et entre en STI2D ou en bac pro électrotechnique !

    Restent deux stratégies possibles :

    1. La filière STI2D, mais cela ayant été refusé cette année, vous pouvez soit faire appel devant la commission d’appel en vue d’essayer de l’obtenir quand même (pas garantie, mais c’est votre droit d’essayer), soit accepter l’idée d’un redoublement volontaire en seconde générale et technologique (de préférence d’un lycée ayant la filière STI2D afin de pouvoir choisir en seconde des “enseignement optionnels d’exploration” préparatoires à une telle orientation.

    2. La filière bac pro électrotechnique et énergie, vers laquelle il est quasi impossible de se diriger après une seconde générale, ce qui s’explique, les enseignemnets de cette seconde étant très diofférents de ceux d’une seconde générale et même générale et etchnologique (encore que vous avez le droit de le demander, et le chef d’établissement du lycée pro concerné a lui même le droit d’accepter ou de refuser). Solution : demander un redoublement volontaire en seconde pro électrotechnique et faire normalement le parcours en trois ans !

    Attention si vous faites un recours devant la commssion d’appel (pour demander la STI2D) : vous n’avez que trois jours après avoir été reçu par le chef d’établissement.. qui a dû évoquer la chose puisque l’orientation décidée (STMG) est non conforme à vos voeux.

    Une inquiétude cependant : vous écrivez que vous avez fini par accepter l’orientation vers la première STMG. Du coup, si on vous applique strictement les textes, vous n’avez plus droit à la commssion d’appel. C’esrt donc à rediscuter avec le chef d’établissement, en lui diosant que vous avez changé d’avis. idem si en fin de compte, vous sollicitez un redoublement volontaire en seconde (pro ou générale et etchnologique).

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Parents d’élèves, vos droits
    - Que faire avec un bac technologique ? (tout sur les filières STI2D et STMG, et leurs débouchés).
    En librairie scolaire , en la librairie de l’éditeur 23 rue de Chateaudun dans le 8e arrondissement de Paris (métro : stations Notre-Dame de Lorette ou Le Peltier), ouverte de 9 à 12h et de 14 à 17h30, tous les jours sauf week-ends et jours fériés

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  425. Axelle 21 juin 2012 à 20:09

    Je viens de passer un très long moment à lire vos réponses. Premier regret : ne pas avoir eu l’idée de lire ce blog plus tôt dans l’année…

    Mon fils a demandé une première ES, le conseil de classe propose une première STMG (qui ne l’intéresse pas à priori) et l’établissement insiste sur les ressemblances entre les deux filières. Je constate que c’est une attitude relativement répandue donc…

    Nous avons décidé de faire appel, la section locale de la FCPE me conseille d’insister sur son projet professionnel “même encore un peu vague”. Mais justement mon fils n’a pas vraiment de projet établi, il sait seulement que ses matières favorites sont l’histoire et la SES qu’il découvre cette année en enseignement d’exploration.

    Avant le lycée, il a longtemps rêvé de devenir chirurgien, puis après quelques séances d’orientation au collège, il a opté pour “analyste financier”, sans plus vraiment être sûr de lui à présent.
    C’est un élève qui obtient des résultats moyens parce qu’il ne se donne pas vraiment de mal pour mieux réussir - ce que soulignent nombre de ses enseignants.
    S’il évoque cette idée d’analyste financier, il me semble que cela va plutôt le desservir et qu’on en déduira que la gestion lui conviendra tout aussi bien.
    Pensez-vous qu’il soit préjudiciable d’évoquer son goût pour l’histoire et l’économie, et d’envisager des études supérieures en économie sans autre précision ?

    Merci de votre réponse, et un grand merci pour ce blog qui donne bien davantage d’explications que le professeur principal ou le principal adjoint !

  426. B. Magliulole 22 juin 2012 à 8:55

    Réponse à Axel

    La différence essentielle entre la filière ES et la filière STMG, est que la première est totalement générale (fortement “théorique” si vous préférez), la seconde est technologique (plus “concrète”). Il en résulte que si les enseignements généraux donnent parfois l’impression d’être comparables (sciences éco dans les deux cas, deux LV dans les deux cas, maths dans les deux cas, histoire-géo dans les deux cas, français dans les deux cas, etc.), il faut savoir que ni leur poids (en horaires, coefficients au bac) ne sont comparables dans ces disciplines, et que les programmes sont plus “concrets” en STMG (par exemple, en maths, c’est essentiellement des maths appliquées à la vie des entreprises).

    Autre grosse différence : c’est vrai qu’il y a de l’économie dans les deux cas, mais en ES c’est un enseignement très général de sciences économiques, sociales et politiques, de style assez universitaire. En STMG c’est de l’économie (pas de sciences sociales et politiques), plus axée sur le monde de l’entreprise (économie appliquée).

    Autre différence : les langues étrangères et l’outil mathématiques. Il n’y a pas photo entre les deux filières. Les acquis des ES sont nettement supérieurs dans ces deux domaines.

    De fait, pour un élève qui n’a pas fait ses preuves dans l’enseignement général en seconde, et qui souhaite faire un “bac économique”, on propose souvent STMG, réputé plus accessible, plus “facile”…

    Il en résulte de grosses différences en terme de débouchés : alors que les trois quarts des ES entrent dans des filières longues (visant du bac + 5 ou plus à la sortie : prépas, grandes écoles, universités …), les STMG sont nettement plus attirés par les formations professionnelles courtes (en 2/3 ans après le bac : BTS, DUT, écoles spécialisées tertiaires …). Bien sur, il y a des ES en IUT/BTS et des STMG en classes prépas ou universités, mais c’est dans des proportions très différentes.

    Indéniablement, pour un élève qui envisage de faire dans le supérieur des études supérieures économiques, pour éventuellement devenir “analyste financier”, le bac ES est nettement plus recommandé, car les filières supérieures qui préparent à de telles carrières (en grandes écoles ou à l’université), privilégieront les profils “maths/langues/culture générale du monde contemporain”, qu’on trouve plus marqué en ES qu’en STMG.

    Faut-il, comme on vous l’a recommandé, évoquer ce projet professionnel ? Pas forcément de façon aussi pointue (analyse financier), mais dire que votre enfant n’est pas encore assuré de ses choix d’études supérieures, et encore plus de métier, mais sait qu’il est très intéressé par l’histoire-géo, les SES (ce serait bien qu’il ait en outre un bilan convenable en maths et langues), toutes disciplines qui font que les programmes qu’il a découvert en ES l’attirent plus que ceux de STMG.

    Cela ne suffira peut être pas, mais ce sont des arguments qui ont du sens. Sachez tout de même que pour réussir des études supérieures, il vaut mieux être un bon élève de STMG qu’un moyen ES. S’il entre malgré tout en STMG, à lui de produire l’effort nécessaire pour faire partie des meilleurs de sa classe.

    Sachez en outre que la réglementation vous autorise à préférer un redoublement volontaire plutôt que d’accepter une orientation vers une première non souhaitée. Ce droit au redoublement volontaire, vous pouvez l’exprimer au niveau du lycée sans aller vers la commssion d’appel, ou après la décision de la commission d’appel si vous décidez de recourir à son arbitrage.

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Parents d’élèves , vos droits (tout sur le droitd ‘appel, le droit au redoublement volontaire, les arguments qu’il est bon de présenter et ceux qu’il vaut mieux s’abstenir d’évoquer, le fonctionnement des commissions d’appel, etc.)
    - Que faire avec un bac ES ? (pour mieux connaître la filière ES et ses débouchés)
    - Que faire avec un bac technologique ? (idem pour STMG)
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie), en librairie scolaire ou, si vous habitez la région parisienne, la librairie de l’éditeur, 23 rue de Chateaudun dans le 8e arrondissement de Paris (métro : stations Notre-Dame de Lorette ou Le Peletier), ouverte de 9 à 12h et de 14 à 17h30, tous les jours sauf week-ends et jours fériés

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  427. Ullale 10 juil 2012 à 11:45

    Ma fille a été déclarée bonne pour le passage en première S dans son lycée privé (hors contrat). Pour des raisons de déménagement, nous allons nous installer fin août dans une ville moyenne de province dans laquelle il n’y a que deux lycées : un public et un privé catholique. Dans les deux cas, nous avons été informés que malgré l’avis favorable pour le passage en première S reçu par notre fille, elle allait devoir passer un “examen d’entrée”.

    Est-ce normal ? Et que se passe t il si elle ne le réussit pas ?

    Je m’excuse mais j’ai besoin d’une réponse très rapide, car nous nous rendons dans notre future ville de résidence jeudi et avons rendez-vous avec les deux directeurs vendredi.

    Merci d’avance

    Ulla

  428. B. Magliulole 10 juil 2012 à 12:07

    Réponse à Ulla

    Je n’irai pas jusqu’à dire que c’est “normal” (pour reprendre le mot que vous utilisez dans la formulation de votre question), mais c’est conforme à la réglementation. Votre enfant étant scolarisée en établissement scolaire privé hors contrat, toute demande de retour vers un établissement public ou privé sous contrat, est soumis à un examen qui doit être réussi par le demandeur d’admission.

    La raison est bien connue : les établissements scolaires privés hors contrat ne sont pas tenus de respecter les règlements de l’Education nationale, en ce qui concerne bien des choses, en particulier le respect des horaires et programmes officiels, de plus, il n’y a pas de contrôle du fonctionnement pédagogique par des corps d’inspection rectoraux. Certes, beaucoup d’entre eux travaillent conformément aux textes en vigueur, mais ces établissements étant hors contrôle de l’Education nationale (les inspecteurs ne peuvent venir y évaluer la qualité de l’enseignement prodigué), les décisions d’orientation prises par les responsables de ces établissements privés hors contrat ne valent que pour eux-mêmes.

    Mais rassurez vous : si votre fille était (c’est probable) dans un établissement scolaire privé hors contrat qui a bien respecté les horaires et programmes, et avait des enseignants de qualité, et que votre enfant a bien assimilé ce qu’elle a appris, elle devrait aisément réussir des épreuves d’examen (et pas de concours) qui ne visent qu’à s’assurer qu’elle a acquis les connaissances et compétences requises pour passer en classe supérieure en lycée public ou privé sous contrat.

    Je vous précise que l’examen en question est organisé au niveau de l’établissement, et non sur époreuves communes au niveau académique ou national. Leurs modalités sont donc “à géométrie variable”

    Et si par malheur (cela n’arrive que rarement), elle devait être interdite d’accès en première S, vous auriez le choix entre :
    - accepter une autre orientation qui vous serait proposée (vers une première ES par exemple)
    - accepter un redoublement en seconde
    - la maintenir dans un établissement privé hors contrat dans lequel elle devrait alors être interne

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Parents d’élèves, vos droits
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”) ou en librairie scolaire

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  429. Linnele 27 juil 2012 à 17:37

    Ma fille a été normalement orientée en première L à l’issue de sa classe de seconde. Elle devait faire sa rentrée 2013 dans le même lycée privé catholique à Angers.

    Mais pour des raisons professionnelles, je suis mutée dans une autre ville dans laquelle le seul lycée disponible est catholique (ce qui est bien puisque nous en étions en seconde), mais ne dispose pas de série L : il n’y a que ES et S.

    J’ai donc demandé à ce qu’elle soit admise en première ES, et on me l’a refusé, au motif qu’à la lecture de son dossier de seconde, on constate des résultats jugés insuffisants en maths, mais aussi, parce que le conseil de classe l’a orientée en L.

    Je trouve ça effarant, d’autant que le premier lycée offrant la série L est situé à 45 kms de notre futur domicile, et n’a pas d’internat, ce qui rend absolument impossible une inscription dans cet établissement éloigné.

    Est-ce que le directeur du lycée de ma future ville a le droit de refuser d’inscrire ma fille en première ES ? Qu’est-ce que je peux faire pour obtenir satisfaction ?

    J’espère que vous pourrez me répondre d’ici la mi août car le lycée signbalé réouvre (pour l’accueil des parents) le 20 août.

    Dans l’attente

    Linne

  430. B. Magliulole 30 juil 2012 à 11:20

    Réponse à Linne

    Oui, malheureusement pour vous, le directeur du lycée évoqué a parfaitement le droit de refuser l’admission de votre fille en première ES. En effet, le conseil de classe de seconde, et son ancien chef d’établissement, l’ont orientée en première L, et donc, cette décision s’impose pour tout autre lycée public ou privé sous contrat.

    De plus, vous dites que le motif de ce refus d’admission en ES est lié aussi au fait que les résultats de votre fille en mathématiques sont mauvais. Or, en ES, les maths sont une matière importante. Raison de plus !

    Vous auriez pu bien sur l’inscrire dans un autre lycée , public ou privé sous contrat, qui dispose d’une filière L, mais vous me dites que dans votre future ville de résidence il n’y a qu’un seul lycée (ça ne doit pas être une bien grande ville), privé sous contrat, et ne proposant pas la filière L … ce qui arrive en effet !

    Vous n’avez comme issue que les possibilités suivantes :

    - Une entrée en première L dans un lycée (public ou privé sous contrat) qui, du fait de son éloignement, nécessitera sans doute le recours à un internat ou à un logement dans la famille si vous trouvez cela quelque part.
    - Obtenir du directeur du lycée privé sité qu’il change de position (il en a le droit, mais pourquoi changerait-il d’avis après un premier avis ? A vous dans ce cas de trouver les bons arguments)
    - Un redoublement volontaire en seconde pour améliorer son bilan scolaire, notamment en maths, et éventuellement passer en première ES l’an prochain
    - Une scolarisation en première L à domicile en usant de l’enseignement à distance du CNED (www.cned.fr) pour lequel vous serez prioritaire en tant que vivant dans une ville où il n’existe pas de préparation au bac L. MAis c’est bien sur un système très difficile à mettre efficacement en oeuvre, par manque d’encadrement de l’élève.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Parents d’élèves, vos droits
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Que faire avec un bac L ?
    - Que faire avec un bac ES ?
    Par l’Internet : www.letudiant.fr (rubrique “librairie”)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  431. Louisale 01 août 2012 à 13:34

    Ma fille était en première S en 2011-2012. Le conseil de classe l’a autorisée à se réorienter : elle passe en terminale ES.

    Que se passe-t-il concernant les épreuves anticipées du bac ES ? Est-ce que ce qu’elle a passé en fin de première S est acquis, ou devra t elle se représenter à ces épreuves pour le bac ES ?

    Dans ce deuxième cas, est-il prévu des heures de cours pour cela, en plus des heures de la terminale ES ?

    Louisa

  432. B. Magliulole 02 août 2012 à 11:00

    Réponse à Louisa

    Chaque année, vous êtes plusieurs centaines à être réorienté (sur votre demande ou sur l’incitation des professeurs), d’une série à une autre : prémière S vers terminale ES ou L, première ES vers terminale STMG, première ES vers terminale ES, première S vers terminale STI2D, etc.

    Un principe à bien connaître : quelle que soit la série de bac vers laquelle un élève se réoriente, IL CONSERVE LES NOTES OBTENUES AUX EPREUVES ANTICIPEES DE FRANCAIS.

    Pour les autres épreuves anicipées, cela dépend de la série de bac choisie. Ainsi, votre fille ne conservera pas la note obtenue aux épreuves anticipées d’histoire-géographie. C’est logique car en terminale ES, votre enfant va bénéficier d’un enseignement obligatoire d’histoire-géographie, et devra donc se présenter, en juin 2013, à l’épreuve correspondante qui est obligatoire en fin de terminale ES.

    Autre cas vous concernant : l’épreuve obligatoire ancipée de “sciences” que passent normalement en fin de première les élèves de ES. En tant qu’élève de première S, votre fille n’a pas eu à passer cette épreuve. Il faudra donc qu’elle le fasse en fin de terminale, et ce sera une épreuve de plus que pour les élèves de sa classe issus de première ES. C’est certes contraignant, mais ayant suivi un enseignement “lourd” de VT et physique-chimie en première S, cela ne devrait pas lui poser de problème majeur. Conseil : qu’elle garde le contact avec les professeurs de cet enseignement de “sciences” dispensé en première ES, mais aussi ceux de sa première S, et elle saura s’y préparer.

    Y aura-t-il pour cela un cours de “rattrapage” ? Il n’y a pas de règle en la matière. Si le nombre d’élèves concernés est modeste, on peut penser que la réponse sera négative. MAis quelques (rares) lycées le font : c’est à voir sur place.

    Si vous n’avez pas de cours de “sciences” au sein du lycée, je vous conseille d’inscrire votre fille au cours de “sciences” de première ES du CNED (centre national d’enseignement à distance). C’est peu coûteux et bien fait ! Pour tout renseignement : www.cned.fr Mais sachez que le programme de cette épreuve est suffisamment léger pour que la plupart des élèves issus de première S et admis en terminale ES, parviennent à s’y préparer efficacement par eux-mêmes, et obtiennent une bonne note au bac.

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr ou en librairie scolaire

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  433. Noémiele 28 août 2012 à 10:41

    Ma fille est scolarisée en seconde générale et technologique à partir de la rentrée 2012. Elle commence - et nous ses parents avec - à réfléchir à son choix d’orientation en fin d’année scolaire , lors du passage en première.

    La brochure de l’ONISEP signale, outre les voies générales (S, ES, L), l’existence de deux catégories de voies “techniques” : les voies technologiques et les voies “spécifiques”.

    C’est quoi la différence entre les deux

    Merci d’avance

    Noémie

  434. B. Magliulole 28 août 2012 à 14:02

    Réponse à Noémie

    Il existe en effet dans la voie “technologique”, deux types de formations :

    1. Les séries technologiques proprement dites (STMG, STI2D, STL, ST2S, STAV) que l’on entame en entrant en première, après une année de seconde générale et technologique.

    2. Les séries “spécifiques (au nombre de 2 : “hôtellerie-restauration” et “techniques de la misique et de la danse”). Mais sauf cas particulier fort rare, il est impossible d’entrer en première spécifique (HR ou TMD) au niveau première, à l’issue d’une classe de seconde générale et technologique : ces deux séries sont spécialisées dès l’entrée en seconde (seconde HR ou seconde TMD), et seuls des élèves ayant passé une année dans ces seconde spécialisées peut demander enseuite à passer en première correspondante.

    Autrement dit, pour votre filles, les filières HR ou TMD (spécifiques) ne sont plus accessibles, sauf bien sur à demander (et obtenir : c’est sélectif) à effectuer un redoublement volontaire en seconde HR ou TMD selon la spécialité visée. Par contre, en fin de l’année scolaire 2012-2013, elle (vous) pourra (pourrez) demander une orientation vers un bac général (ES, L ou S), ou vers l’un des bacs technologiques cités précédemment.

    Pour en savoir plus, dans la colelction L’Etudiant :
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Le guide de l’orientation au lycée
    Par l’Internet : www.librairie.letudiant.fr ou en librairie scolaire

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bruno Magliulo

  435. JaCkle 14 sept 2012 à 16:49

    Bonjour , je suis perdu , je veut faire un BTS DCEV , mais je suis en seconde générale , je n’ai aucune idée sur quoi faire l’anée prochaine et sachant que je suis PAS DU TOUT BON EN MATHS ! VRAIMENT PAS !

    Merci , Un conseil serait le bienvenu

  436. B. Magliulole 15 sept 2012 à 10:48

    Réponse à jack

    Le BTS DCEV fait partie du secteur des BTS “arts appliqués”. Priorité d’accès pour les élèves issus de la voie “arts appliqués” au lycée (les parcours qui conduisent au bac STD2A : sciences et technologies du design et des arts appliqués). En seconde, il aurait donc fallu demander pour la rentrée 2012 votre admission dans une classe de seconde générale et technologique d’un lycée offrant l’enseignement optionnel d’exploration de “création et culture design”, qui est strictement obligatoire pour pouvoir entrer en première STD2A. Je suppose - puisque vous parlez de seconde générale - que tel n’est pas le cas pour vous.

    Autre formule : vous passez en première générale (L, ES ou S) à l’issue de votre seconde actuelle, et y faites une scolarité avec option “audiovisuel” qui est proposée dans certains lycées, notamment du côté de la filière L (ce qui tomberait bien compte tenu de ce que vous me dites de votre niveau en maths). Avec un tel bac, vous n’aurez pas le droit d’entrer directement en première année du BTS DCEV (puisque c’est réservé aux bacheliers STD2A), mais vous pourrez demander à entrer dans ce qui se nomme l’ “année de mise à niveau pour études d’arts appliqués” (MANAA), proposée dans une soixantaine d’établissements publics ou privés en france, et à l’issue de laquelle on peut être autorisé à rejoindre le BTS que vous citez.

    Dernière formule : vous tentez à la fin de l’année de seconde générale que vous avez commencé, de rejoindre (par un redoublement volontaire), une seconde avec enseignement d’exploration optionnel de “création et culture design”, et vous vous donnez les moyens d’être ensuite admis en première STI2D. Vous allez certes trouver étonnant que je vous propose une formule qui comporte un redoublement, mais n’oubliez pas que seuls les bacheliers STD2A peuvent entrer directement en première année du BTS DCEV, sinon il faut ajouter une année de “MANAA”. Donc au total, cela revient au même !

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - 100 questions/réponses pour bien s ‘orienter
    - Que faire avec un bac technologique ? (avec les débouchés du bac STD2A)
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr ou en librairie scolaire

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  437. JaCkle 16 sept 2012 à 19:00

    Bonjour , Merci Bruno !
    Pour mes parents rien que le fait d’envisager un redoublement que ce soit volontaire ou pas est inconcevable …
    Je pense donc faire un bac STMG avec option audiovisuel + MANAA . Si c’est possible avec STMG .
    Je suis un peut perdu , je voudrais étudier dans le domaine du graphisme , mais à cause de cette seconde générale je vois que j’aurais du boulot . J’ai surtout peur pour mon Bac , quel que ce soit , a cause des maths ça risque d’être dur !
    Peut être que je peut intégrer le STD2A l’année prochaine si j’insiste vraiment auprès du lycée ?

    Merci encore .

  438. B. Magliulole 22 sept 2012 à 14:16

    Complément de réponse à jack

    Oui, rien ne vous interdit de solliciter votre admission en première STD2A sans avoir suivi l’enseignement d’exploration de “création et culture design”, mais je ne parierai pas sur vos chances d’avoir satisfaction, sauf si vous parvenez à vous doter d’un socle de compétences dans ce domaine (au minimum : l’option “audiovisuel” que vous évoquez, et faites un ou deux stages, même de courte durée, dans le milieu du graphisme et de l’audioviduel puisque c’est ce que vous visez). Mais c’est plus facile à dire qu’à faire !

    Sinon, oui après le bac STMG vous aurez la possibilité de demander à vous faire admettre en année de MANAA, mais là encore, il y aura sélection à l’entére, et vos chances d’y être admis seront d’autant plus grandes que vous aurez acquis quelques compétences dans ces domaines (option, stages …).

    Quand aux maths, vous ne pouvez les abandonner totalement qu’en préparant un bac L, ce qui ne sera pas votre cas. Mais le niveau requis pour absorber le programme de maths sur le parcours 1e/terminale STMG, est loin d’être très très difficile : ce seront des maths appliquées parfaitement abordables si vous bossez un minimum cette nécessaire discipline.

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  439. Jackle 22 sept 2012 à 21:04

    Merci beaucoup , C’est une chance pour me de vous avoir trouvé !
    Sinon , Je pense avoir déjà un bon niveau dans ce domaine , J’ai déjà réalisé plusieurs sites web , logos etc … Donc ça serait dommage pour moi de laisser passer cette chance !
    Je vous tiendrais au courant de mon avancée , Merci encore Bruno

  440. Lisale 11 oct 2012 à 10:38

    Bonjour,

    Ma fille est en seconde dans un lycée privé catholique reconnu par l’Etat. Elle est très motivée par les études de médecine après le bac et , n’étant pas très bonne en physique et moyenne en maths, elle compte pour cela demander à passer en première ST2S. Dans ce but, elle a opté pour un enseignement d’exploration de “santé et social”.

    Que pensez-vous de ce choix ? Cette question parce que le professeur principal nous a dit qu’avec un bac ST2S, elle n’avait aucune chance de pouvoir réussir des études de médecine. Pourtant, ST2S ça veuit dire “sciences et technologies de la SANTE et du social”. Et dans SANTE, il y a médecine non ?

    Bref : nous avons du mal à comprendre ce discours dissuasif du professeur principal.

    Lisa, mère d’élève déroutée

  441. B. Magliulole 17 oct 2012 à 18:26

    Réponse à Lisa

    Je crains , hélas pour vous, devoir vous répondre que c’est le professeur principal de votre fille qui a raison.

    Chaque année, plusieurs centaines de bachelier(e)s ST2S entrent en première année du premier cycle universitaire “santé”. Ils font cela avec d’autres bacheliers : S (surtout), mais aussi quelques autres venant de STL, STAV, ES … Pas de problème pour entrer en cette première année : il n’y a pas de sélection à l’entrée, si bien que tout bachelier candidat y est admis automatiquement. Le problème n’est donc pas là !

    Le problème est dans le fait que, comme vous le savez sans doute, le passage en deuxième année (pour entrer en “médecine”, ou “pharmacie”, ou “chirurgie dentaire” ou “école de formation des sages-femmes” et certaines écoles paramédicales …) demande la réussite à un concours très sélectif : en médecine, selon les universités, le taux d’admission va de 13% à 18% chaque année. C’est très peu !

    Or, on constate que parmi les reçus, il n’y a presque que des bacheliers S d’origine ! Les ST2S n’ont presque aucune chance d’y parvenir … sauf à faire d’abord une année de remise à niveau scientifique comme on en propose dans certaines facs, et même dans ce cas, pour beaucoup cela ne suffit pas .

    Sachez d’ailleurs que quand on dit SANTE (dans “sciences et technologies de la SANTE et du social”), cela ne veut pas dire “médecine, mais renvoie à l’ensemble des professions de la santé, en particulier aux professions para médicales. Et force est de constater que la majorité des bachelier(e)s ST2S font ensuite des études pour accéder à une carrière paramédicale (écoles d’infirmières par exemple) ou sociale (écoles d’asistante sociale).

    Sachez aussi que la plupart des élèves qui entrent en première année du premier cycle universitaire “santé” ne se présentent pas au concours d’entrée en médecine, mais font de cette année une année de remise à niveau scientifique en vue d’être mieux armés que dans la foulée du bac, pour tenter les concours en vue d’entrer en école paramédicale.

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse)
    - Les carrières paramédicales (avec les formations supérieures)
    - Réussir ses études de santé
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr ou en librairie scolaire

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  442. Rosele 29 oct 2012 à 12:03

    Ma fille est actuellement scolarisée dans un lycée général du 4e arrondissement de Paris. Nous voudrions qu’elle soit autorisée à entrer en premiuère STD2A (sciences et technologies du design et des arts appliqués) à la rentrée prochaine.

    Nous en avons parlé avec le professeur principal qui nous a dit que ce n’est plus envisageable. Selon lui, il aurait fallu qu’elle opte en seconde pour l’enseignement d’exploration de “création et culture design”. Or, celui-ci n’étant pas proposé dans son actuel lycée, je trouve très injuste qu’on lui oppose cette situation.

    Quel(s) conseil(s) pourriez-vous nous donner ?

    Rose, mère d’élève

  443. B. Magliulole 30 oct 2012 à 12:28

    Réponse à Rose

    Le professeur priuncipal de votre fille a hélas en grande partie raison. En effet, le passage de seconde à une classe de première STI2D est largement conditionné par le fait d’avoir suivi, en seconde, l’enseignement d’exploration de “création et culture design”, et d’y avoir fait ses preuves. Cette condition s’explique doublement :

    1. Cet enseignement d’exploration est beaucoup plus lourd que les autres (six heures par semaine au lieu d’une heure trente), si bien qu’on estime que quand on ne l’a pas suivi, on ne peut guère espérer pouvoir rattraper les 200 heures de formation ainsi ratées, et c’est d’autant plus important que ce même enseignement est une des bases de la filière STI2D : un tel handicap (alors que les autres élèves auraient suivi cet enseignement préparatoire) contrarierait fortement ses chances de réussite.

    2. Les classes de première (puis terminale) STI2D sont peu nombreuses, et très demandées, si bien qu’il est nécessaire de faire une sélection des candidats à l’entrée. Le fait d’avoir bénéficié de cet enseignement d’exploration et d’y avoir réussi est donc un des critères de tri des candidats.

    Seul cas particulier : les élèves qui, en dehors du monde scolaire (en association municipale, dans un centre culturel …) ont déjà commencé à découvrir les monde du dessin et du design et peuvent faire la preuve qu’ils ne sont pas purs débutants dans ce domaine.

    Le fait d’être scolarisé dans un lycée qui n’offre pas cet enseignement d’exploration de “création et culture design” n’est pas un élément suffisant pour être exonéré de cette obligation : rien ne vous interdisait, en sortant de troisième, de demander à ce que votre fille entre dans un lycée permettant de suivre un tel enseignement, et qui aurait probablement offert ensuite la filière STI2D.

    Pour votre information, sachez qu’il n’est pas impossible d’aborder de telles études en passant de terminale dans le supérieur. Conseil dans ce cas : préparer un bac général (L de préférence) avec option lourde en arts plastiques.

    Suggestion : il n’est pas interdit, si vous tenez vraiment à ce qu’elle entre en première STI2D, de demander en fin de seconde un redoublement volonatire et de l’inscrire dans un lycée permettant cela.

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Que faire avec un bac technologique ? (comporte une partie consacrée à la filière STI2D et à ses débouchés)
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr ou en librairie scolaire

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  444. Liloule 07 nov 2012 à 11:09

    Mon prof principal me dit qu’il est impossible de passer en première professionnelle (je voudrais faire un bac pro esthétique) en sortant d’une seconde générale.

    Est-ce vrai ?

    Lilou

  445. B. Magliulole 09 nov 2012 à 18:46

    réponse à Lilou

    Votre professeur principal a en grande partie raison … mais pas totalement.

    En effet, vous avez parfaitement le droit de demander une telle réorientation … mais elle est rarement accordée pour un passage direct de seconde générale à une première professionnelle. Il faut que vous compreniez pourquoi. Une première pro est caractérisée par l’importance du volume horaire de la formation professionnelle, et des stages qu’on a pu accomplir en milieu professionnel. Il en va de même en seconde professionnelle. Or, passer de seconde générale à une première pro signifierait que l’on soit en mesure de se passer des enseignements professionnels dont ont bénéficié les élèves passés par la seconde pro. Sauf cas très particulier, c’est impossible !

    Autre formule envisageable, mais qui “coûte” un an : demander un redoublement volontaire en seconde pro et donc “investir” un an en retournant en seconde. Attention : cela pourrait ne pas suffire pour autant car certaines secondes professionnelles sont sélectives (offrent peu de places à un beaucoup plus grand nombre de candidats), si bien que nombre de demandeurs sont écartés. Tout va donc dépendre du type de seconde pro que vous allez demander, et de la qualité de votre dossier de candidature (et de voitre lettre de motivation ou de ce que vous direz lors de l’entretien de motivation).

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Pour quel(s) métier(s) êtes-vous fait ?
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr ou en librairie scolaire

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  446. lolottele 04 déc 2012 à 20:36

    bonjour, je suis en seconde générale et je ne sais pas bien dans quelle section m’orienter ( es, l ou s) sachant que j’aimerais plus tard travailler dans la décoration d’intérieur ou designeuse. Aidez-moi! merci :)

  447. lolottele 04 déc 2012 à 20:44

    je précise que S n’est vraiment pas mon truc…

  448. B. Magliulole 06 déc 2012 à 15:38

    Réponse à Lolotte

    Le problème est que pouvoir se faire admettre en première année du BTS architecture d’intérieur (ou d’écoles correspondantes), il faut obligatoirement avoir préparé et obtenu le bac … STD2A (sciences et technologies du design et des arts appliqués), qui est une filière spécialisée dès la seconde. Etant en seconde générale et technologique, vous ne pouvez plus le demander, sauf à faire un redoublement volontaire en seconde arts appliqués. Attention : peu implantée, cette filière rare est sélective à l’entrée.

    Vous devrez donc préparer un autre bac (de préférence : général, avec options arts plastiques), et demander ensuite votre entrée dans une “classe de mise à niveau pour études d’arts appliqués” (la classe de MANAA), si bien que cela rajoutera un an pour parvenir au BTS (1 + 2 ans au lieu de 2). C’est pour cela qu’un redoublement volontaire en seconde arts appliqués n’est pas absurde : en terme de durée des études cela reviendra au même.

    Avantage cependant d’un bac général : cela vous donne le temps pour confirmer un tel choix, et si votre projet évolue, tout reste ouvert. Par contre, si vous revenez en seconde arts appliqués, vous vous mettez de suite sur des rails.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Les métiers de la création et du design (avec les formations supérieures)
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr ou en librairie

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  449. Alexisle 13 jan 2013 à 12:16

    Bonjour,
    J’aimerai faire un bac technologique hôtellerie. mais le problème est que si ça ne me plait pas, je me demande si je pourrai passé de seconde technologiques hôtellerie à une première générale (filière l en l’occurrence). Est-ce possible ?Merci d’avance

  450. B. Magliulole 15 jan 2013 à 16:15

    Réponse à Alexis

    La réponse est hélas négative, mais cela s’explique : la seconde hôtellerie est trop spécifique pour pouvoir rejoindre ensuite une première générale. Les différences de contenu entre la seconde générale et la seconde technologique hôtellerie ne permettent pas cela.

    Vous avez donc le choix entre :

    1. Confirmer votre demande d’entrer en seconde hôtellerie, en acceptant le risque que vous évoquez, et dans ce cas, en cas de rupture, vous devrez redoubler en seconde générale

    2. Aller jusqu’à un bac général (je vous conseille le bac ES, le plus adapté à votre objectif) si vous craignez de ne pas être très déterminé pour des études hotelières dès la seconde, et de rejoindre ensuite, dans le post bac, une formation hôtelière si vous confirmez votre actuelle vocation, ou autre chose si vous changez de projet. Et dans ce cas, un conseil : durant vos années lycée, faites un ou deux stages en milieu hôtelier.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et des grilles d’auto analyse)
    - Pour quels métiers êtes-vous fait ? (idem)
    - Les métiers de l’hôtellerie et de la restauration (avec les filières de formation)
    - Que faire avec un bac ES ?
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr ou en librairie

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  451. Loule 04 fév 2013 à 9:27

    Bonjour, monsieur
    Mon fils est en seconde GT dans un bon lycée (Hélène-Boucher) de l’est parisien. Il souhaiterait passer en 1re ES, à l’exclusion de toute autre section, car il s’intéresse surtout à l’histoire, l’éco et l’actualité. Malheureusement, si ses notes sont tout à fait correctes dans la plupart des matières, il n’a ce trimestre que 7,7 (moyenne de classe à 11,6) de moyenne en maths (10,1 au premier trimestre), alors qu’il fait quatre heures de maths hebdomadaires avec un étudiant ! Nous craignons, bien sûr, que la 1re ES ne soit exclue en raison de ce résultat, et ne savons comment réagir à cette situation… Faut-il accepter une orientation probable en L (il est plutôt bon en français, en HG et en anglais), alors qu’il ne lit rien d’autre que la presse, ou demander un redoublement, sans aucune certitude qu’il réussisse mieux en maths l’an prochain ? Il n’a aucune idée précise de métier, mais rêve d’intégrer Sciences-Po…
    Je serais très heureuse d’avoir votre avis sur cette situation et vous en remercie par avance.
    Très cordialement,
    Lou

  452. B. Magliulole 04 fév 2013 à 14:10

    Réponse à Lou

    Le passage en première ES est en effet conditionné à un parcours en seconde justifiant une telle décision du conseil de classe. Les mathématiques sont une des matières importantes de la filière ES et je pense qu’en effet, son niveau actuel pourrait poser problème. Mais 7,7/20, sans être suffisant, n’est pas catastrophique, surtout si d’ici le conseil du troisième trimestre, votre fils parvient à rehausser ce résultat de façon significative.

    Cela dit, on peut réussir le bac ES en ayant au bac une mauvaise note en maths. Il suffit pour cela de compenser par le reste, et cela arrive souvent !

    Attention : viser Sciences po’ est un objectif très ambitieux (10% de reçus seulement au concours d’admission). Avantage de ce choix : pas de maths au concours, et peu pendant les études. Mais il faudra être très bon dans le reste (SES, histoire, français, langues 1 et 2…) et particulièrement apte à l’exercice de dissertation. Concours qu’il faudra commencer à préparer dès la classe de première !

    Préparer un bac L est une autre éventualité, mais s’il pourra ne plus y faire de maths (ou très peu par un enseignement optionnel très léger), il ne fera plus non plus de sciences économiques et sociales. Autre problème : un parcours sans maths réduit fortement le potentiel de débouchés post bac. J’aurais donc tendance à vous inciter à vous accrocher au projet de demander en priorité la première ES. Mais qu’il n’abandonne surtout pas les maths : celles qu’il trouvera en ES n’ont pas grand chose à voir avec les attentes en maths d’une première S !

    Quand à privilégier le rédoublement volontaire en seconde, j’ai un gros doute sur cette opportunité pour un élève tel que votre fils. un an pour se parfaire en maths … alors qu’il ne va pas gagner grand chose dans les autres enseignements ? Il vaut mieux, me semble t il, qu’il entre en première ES, et s’accroche en maths ! Il devra compenser d’éventuels mauvais résultats dans cette matière par de bons résultats dans d’autres. Et pour le passage dans le supérieur, il pourra, si les maths ne sont toujours pas au rendez-vous, faire des études sup avec peu ou pas de maths !

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac ES ?
    - Pour quelles études êtes-vous fait ?
    - Parents d’élèves , vos droits (pour préparer un éventuel recours à la commission d’appel en cas de refus d’accéder à votre demande d’admission en première ES)
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr ou en librairie

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  453. Loule 04 fév 2013 à 15:05

    Je vous remercie de votre réponse qui confirme notre propre évaluation de la situation. Reste à espérer que le conseil de classe lui accorde ce passage en ES (nous ne mentionnerons de toute façon que ce vœu sur la fiche navette) et que nous n’ayons pas à choisir entre un passage en L et le redoublement.
    Merci encore de votre excellent travail sur ce blog, très cordialement,
    Lou

  454. jean-françois Lle 10 fév 2013 à 20:54

    Bonsoir,

    J’ai assisté à votre présentation du 4 fevrier 2013 au lycée Charles Peguy. Je profite de l’occasion pour vous poser une question.

    Mon fils est actuellement en première STMG au lycée Charles Peguy-Paris 11.

    Deux options s’offrent à lui dans ce lycée pour la terminale “Mercatique” ou “Ressources Humaines” ?

    Ses bulletins de notes sont très encourageants et révèlent une certaine facilité en mathématiques et sciences de gestion.

    L’option “gestion et finances” n’étant pas disponible à Charles Peguy, je voudrais savoir si cela est structurant pour ses choix d’orientation après la terminale. Certaines portes seront-elles “fermées” par le choix d’une option “Mercatique” ou “Ressources humaines”.

    Je vous remercie par avance pour votre réponse.

    Cordialement

    Jean-François

  455. B. Magliulole 14 fév 2013 à 11:53

    Réponse à Jean-François L

    Quand on sort de première STMG, on a le choix entre quatre spécialités en terminale : gestion et finance, mercatique (marketing), ressources humaines et communication, systèmes d’information et de gestion.

    Malheureusement, il est rare qu’un lycée propose en son sein les quatre spécialités. Il en résulte que pour certains choix, il y a nécessité de changer d’établissement.

    Sachez d’abord que cette “spécialité” correspond à un simple module d’enseignement technologique de six heures par semaine. C’est important, mais c’est très secondaire par rapport au tronc commun d’environ 25 heures, qui est strictement le même pour les quatre terminales STMG. Il n’y a donc que “spécialisation partielle” : ces quatre classes sont très polyvalentes, et n’enferment donc pas vraiment les élèves dans une spécialisation pointue précoce.

    Je sais qu’en effet, à Charles Péguy, on propose deux de ces quatre spécialités : marketing et ressources humaines/communication. Ce sont en effet les deux les moins marquées par les mathématiques, qui sont par contre plus prononcées dans les deux autres. Normal : ces deux autres spécialités sont plus tournées vers les domaines de la gestion comptable et financière d’une part, l’informatique de gestion d’autre part.

    En fait, la question qui se pose est celle de savoir si, à la sortie, votre enfant souhaite frapper à la porte de formations supérieures en phase avec la spécialité (comptables et financières pour la spécialité gestion et finance , commerciales pour la spécialité marketing …). Elle augmentera ses chances d’admission (les filières professionnelles supérieures sont sélectives à l’entrée) si elle demande une filière adaptée à sa spécialité de terminale.

    Mais si elle conserve un niveau convenable en maths dans une spécialité qui n’est pas de gestion, elle conservera le droit de se porter candidate pour des études supérieures de gestion … avec moins de chances cependant d’y être prise (mais des chances quand même).

    Autrement dit : le choix de la spécialité est important, mais la polyvalence des diverses terminales STMG rend possible des bifurcations.

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Pour quelles études suis-je fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse)
    - Que faire avec un bac technologique ? (Tout sur les débouchés des quatre spécialités du bac STMG)
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr

    Pour votre information, sachez que je ferai deux conférences sur le thème “Que faire après un bac STMG ?” dans le cadre du Salon de L’Etudiant qui se tiendra ce week end au Parc des Expositions de la Porte de Versailles. Ce sera samedi à 10h30, et dimanche à 12h. l’entrée est gratuite

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  456. xou31350le 19 mar 2013 à 20:15

    Bonjour a tous
    Voila je suis en seconde général et je me suis rendu compte un peu trop tard que ce n’étais pas fait pour et je voulais savoir si on pouvais passer d’une seconde général a une première professionnel? merci par avance et désoler pour les fautes d’orthographe

  457. B. Magliulole 20 mar 2013 à 10:35

    Réponse à xou31350

    Les filières professionnelles conduisant au bac pro (en trois ans) ou à un CAP (en deux ans), sont spécialisées dès l’entrée en seconde, et comportent beaucoup d’enseignements professionnels qui n’existent pas en seconde générale, ainsi que des stages obligatoires en entreprises. Tout cela rend très difficile le passage direct de seconde générale en première pro ou deuxième année de CAP (selon ce que vous visez).

    Il en résulte que la réponse à votre question est le plus souvent négative !

    Toutefois, vous avez le droit de demander une telle réorientation, sachant que la décision appartient à l’établissement que vous allez solliciter. Il faut donc commencer par vous poser la question de la spécialité professionnelle à laquelle vous désirez vous préparer, puis de repérer un ou plusieurs lycées professionnels proposant cette spécialité professionnelle. Une fois ces démarches accomplies, vous sollicitez un rendez-vous (de préférence avec vos parents), afin d’expliquer votre motivation et vous présenter. Ils examineront bien sur vos résultats et comportements scolaires en seconde générale, mais vous demanderont aussi quelles sont les raisons de cette demande de réorientation.

    Préparez vous à devoir sans doute demander un redoublement volontaire en seconde pro (si vous êtes admis en première générale ou technologique), ou à être obligé à repasser par la case “redoublement obligatoire” en seconde pro, si votre lycée général prononce une décision de redoublement.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Pour quelles études êtes-vous fait ?
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr ou en librairie

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  458. MURIELle 30 mar 2013 à 12:26

    Bonjour,

    Mon fils est en 2nd générale avec option sport et n’a aucune idée du métier qu’il souhaiterait exercer. Je suis perdue avec les différentes orientations de 1ere et les options. Il veut faire 1ere S mais à mon sens, ses notes ne le permettent pas : 10,1 au 1er trimestre, 10,5 au second avec 8 en math, 8 en français, 9 en langue 1 et 2… juste la moyenne en HIST GEO 12 SVT 10 PHYSIQUE 11. Je ne sais pas du tout et lui non plus quelle orientation choisir.
    Merci de m’apporter vos lumières
    Cdt

  459. B. Magliulole 30 mar 2013 à 12:39

    Réponse à Muriel

    Des élèves qui en sont au niveau de la classe de seconde, donc qui ont entre 16 et 17 ans, et qui n’ont pas encore d’idée de leur devenir professionnel, il y en a des dizaine de milliers, et celka n’a rien d’étonnant à cet âge. Ce n’est d’ailleurs en soi pas très grave : il suffira alors de repousser au niveau bac le moment du choix possible d’une filière professionnalisée, en préparant un bac général de préférence, éventuellement un bac technologique.

    Mais dans tous les cas, il faut obtenir l’avis favorable pour le passage du conseil de classe, et là, compte tenu des notes actuelles de votre enfant, il peut y avoir problème, car tout cela est très moyen ; On peut même dire qu’il est moyen en tout : aucune matière à résultat désastreux, aucune non plus qui émerge et témoigne d’une certaine réussite.

    Cette situation de “moyen en tout” ne facilite pas la détermination d’une filière (ES, L, S, STMG, STIDD, etc.) en particulier !

    certes, votre fils semble désirer la

  460. B. Magliulole 30 mar 2013 à 12:51

    Suite de la réponse à Muriel

    Votre fils semble désirer la première S, mais pour l’obtenir, il faudrait qu’il ait obtenu des résultats probants dans les matières scientifiques, ce qui n’est guère le cas (sans qu’il soit très mauvais non plus, mais cela ne sera peut être pas suffisant aux yeux des membres du conseild e classe). Il faut aussi des résultats convenables en langues, français, et histoire-géo, et là aussi, c’est “très moyen”.

    Bref : il y a risque que le conseil de classe ne propose un redoublement. Ce n’est évidemment pas sur, mais c’est possible sur une telle base de résultats (et sous réserve bien sur des résultats du troisième trimestre qui, s’ils sont en nette progression, pourraient modifier en positif le jugement du conseil de classe). Mon point de vue est que ce ne serait pas forcément une catastrophe : un an pour se consolider et mieux choisir en 2014 ! Pourquoi pas ? A la limite, plutôt que d’accepter une orientation vbers une classe de première non demandée, pourquoi ne pas préférer un redoublement volontaire.

    Et si vous tenez à obtenir le passage en première (S ou autre ?), vous devez vous préparer au risque d’un refus du conseil de classe, et donc à la possibilité dans ce cas de faire un recours auprès de la commission d’appel. C’est pourquoi je vous conseille, sans attendre, de bien y réfléchir, et de peser le pour et le contre en en parlant avec votre fils, avec son professeur principal … et si vous le faites (c’est votre droit), préparez sérieusement à l’avance vos arguments car la commission d’appel vous proposera de venir les exposer (tout comme l’établissement enverra quelqu’un pour exposer les raisons de leur décision d’orientation. A cet effet, je vous invite à vous procurer dès à présent le livre de la collection l’Etudiant intitulé “Parents d’élèves, vos droits”, qui vous aidera grandement dans vos démarches à venir

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Parents d’élèves, vos droits (tout pour préparer le recours à la commssion d’appel)
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr ou en librairie. Et si vous le préférérez, sachez que je puis vous les faire parvenir sur simple demande de votre part.

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  461. Loule 30 mar 2013 à 15:11

    Bonjour, monsieur

    Je reviens vers vous avec un bilan du deuxième trimestre plus précis, afin de recueillir votre avis…
    Mon fils a un an d’avance et est en 2de GT. Il souhaite entrer l’an prochain en 1re ES.
    Ses moyennes du 2e trimestre sont :

    Français : 11,13
    H-G : 13,20
    Anglais : 15,30
    Italien : 9,5
    Maths : 7,73
    P-C : 12,1
    SVT : 12,25
    SES : 14 (meilleure de la classe)
    EPS: 14
    Moyenne générale : 12,13

    Le commentaire général n’est guère encourageant : “Trimestre trop moyen et trop contrasté. Concentration et travail superficiel, c’est dommage.”

    Comme je vous l’ai déjà écrit, c’est naturellement sa moyenne de maths qui pose problème pour le passage en ES et sa demande a reçu comme réponse un attendu “passage en ES possible si progrès en maths”…
    Bien entendu, la première chose à faire pour lui est de remonter dans cette matière (ce qui n’est pas impossible car sa prof de maths, en plus d’être une bonne enseignante, m’a paru être quelqu’un de juste), mais si ce n’était pas le cas et s’il se maintenait à peu près dans les autres matières, estimez-vous qu’il pourrait avoir gain de cause en appel, sachant que son lycée est plutôt sélectif (plus 70 % de mentions au bac 2012 toutes séries confondues) ? Et, si oui, quels seraient les arguments
    susceptibles de convaincre la commission (j’ai acheté et lu avec attention votre livre “Parents d’élèves, vos droits”), sachant plus particulièrement que :
    1. Il aurait son bac en appliquant déjà les coefficients ES à ses notes actuelles, malgré la mauvaise note de maths.
    2. Il n’a pas de projet professionnel, mais s’intéresse à l’histoire-géo, l’économie, l’actualité.
    3. Il écrit plutôt bien et facilement, ce qui est un atout pour les quatre dissertations du bac ES.
    4. Il ne serait pas à sa place en L, car il ne lit que la presse.
    5. Un redoublement volontaire présente des risques, que j’hésiterais à prendre malgré son année d’avance car rien ne garantit qu’il fera mieux l’an prochain, que ce soit en maths ou ailleurs…
    En vous remerciant par avance de votre réponse et très cordialement,
    Lou

  462. B. Magliulole 01 avr 2013 à 11:19

    Complément de réponse à Lou

    Vous dressez vous même le diagnostic très probable qui vous attend à l’issue du troisième conseil de classe : ce sont les maths, importantes en ES sans être pour autant aussi exigentes qu’en S, qui posent le plus de problème. C’est vrai sur le parcours première/terminale, mais c’est vrai aussi pour le postbac car des filières comme les grandes écoles de commerce et management des organisations, les classes préparatoires économiques et commerciales, la filière économique à l’université … sont fortement mathématisées. Mais il est vrai aussi que beaucoup de bacheliers Es font après le bac des études supérieures moins mathématisées ou pas mathématisées du tout (sciences po’, journalisme, communication, certaines formations commerciales, sciences sociales, langues, droit, etc.). On peut donc réussir en ES, et dans le supérieur post bac ES, avec un bilan modeste (mais il ne faut pas qu’il soit trop faible) en maths, mais en renonçant à celles des filières supérieures qui exigent un bon bagage en maths.

    L’idéal serait qu’il atteigne 10/20 (ou presque) au troisième trimestre, en maths.

    Autre problème qui pourrait se poser : le résultat très moyen (même pas) en LV2 italien, qui, s’il se maintenait, pourrait contrarier les chances de votre enfant de pouvoir accéder à certaines filières supérieures où être bon en deux langues étrangères est une nécessité, et il y en a beaucoup.

    Mais pour répondre à votre question, oui, vous avez des chances (sans que ce soit une absolue certitude) d’obtenir satisfaction en commission d’appel. les arguments que vous avancez sont bons. Mais ajoutez que sans être assuré d’un projet professionnel précis, il envisage de faire des études sup où les maths ne seront pas trop exigeantes (Sciences po’, droit, certaines écoiles de commerce, etc.).

    Insistez aussi sur le fait que dans quasiment toutes les autres matières fondamentales de la filière ES, il obtient des résultats probants, dans un lycée pourtant sélectif : SES, histoire-géographie, anglais, français

    Essayez (puisqu’il y réussit bien) de faire du professeur de sciences économiques et commerciales un allié. Après tout, cette discipline est, en ES, la plus importante, aussi bien en volume horaire de formation qu’en coefficient au bac.

    Pour bien connaître la filière ES et ses déocuhés, dans la collection l’Etudiant :
    - Que faire avec un bac ES ?
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  463. Loule 01 avr 2013 à 12:21

    Merci de votre réponse détaillée.
    En effet, mon fils n’envisage certes pas de faire des études supérieures où les maths seraient indispensables et pour l’instant souhaite tenter d’intégrer un IEP en commençant dès l’an prochain une prépa à Ipesup (si vous connaissez cet institut, je serais heureuse d’avoir votre avis sur ce choix) et en cas d’échec (si probable !) se dirigerait certainement vers le droit ou le journalisme.
    Son inscription à Ipesup, qui si elle ne lui garantira pas l’accès à un IEP l’aidera probablement à obtenir de bonnes notes au bac français et histoire-géo, serait-elle d’ailleurs, d’après vous, un argument pour la commission ?
    En revanche on pourrait nous objecter, me semble-t-il que ces choix d’études n’impliquent pas un bac ES et que L fera aussi bien l’affaire… Comment contourner ce problème autrement que par les centres d’intérêt de mon fils ?
    En vous remerciant à nouveau de votre aide,
    Lou

  464. B. Magliulole 01 avr 2013 à 18:20

    Complément de réponse à Lou

    IPESUP est très certainement le “top” des “boîtes à prépas” de France. Attention : c’est tellement le “top” qu’il ne suffit pas d’être demandeur d’une admission. Un tri, plus ou moins sévère selon le c ycle d’études demandé, y existe.

    Préparer Sciences po’ (surtout celui de Paris) est certes un objectif ambitieux, qui demande en effret une préparation qui a tout intérêt à commencer dès la classe de première; Il existe pour cela des “boîtes à Sciences po”, telle l’IPESUP, mais aussi, des prépas à distance de qualité (voir la prépa Sciences po’ de La Documentation française).

    Alternative que vous citez : le journalisme, le droit … Ce sont de bons choix pour un futur bachelier ES. Et tout cela a une certaine cohérence puisque ce sont là des filières pour lesquelles une éventuelle insuffisance en maths peut être compensée.

    Conseil lorsqu’il entrera en terminale ES si ces objectifs sont toujours les siens : il aura intérêt à choisir l’ “enseignement de spécialité” de sciences sociales et politiques.

    C’est vrai que ces objectifs peuvent être visés à partir d’un bac S ou L, mais indéniablement, la filière ES, du fait de la densité de ses enseignements en “sciences humaines” au sens large (sciences économiques, siciences sociales, sciences politiques, histoire …) et de l’importance des études sur des problèmes du monde contemporain, est indéniablement celui qui prédispose le mieux à y réussir.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse)
    - Que faire avec un bac ES ?
    - Les métiers du jornalisme (métiers et études sup’)
    - Réussir Sciences po’
    Par l’Internet : hyyp://librairie.letudiant.fr/wp-login.php

    Restant à votre disposition si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  465. MURIELle 02 avr 2013 à 20:47

    MERCI DE VOS CONSEILS !

  466. Loule 03 avr 2013 à 12:24

    Un grand merci également ! Lou

  467. MARINEle 11 avr 2013 à 18:53

    Bonjour Monsieur. J’ai eu le plaisir d’assister à une de vos présentations des filières bacs généraux dans un lycée privé parisien.
    Je me permet donc de vous demander conseil pour l’orientation de ma fille actuellement en seconde générale. Bonne élève la seule matière qui lui pose des difficultés est “mathématiques”. Avec 9.6 au second trimestre elle ne devrait pas accéder à une 1ère S. Or ma fille souhaiterait faire une école de kinésithérapeute, elle pensait y accéder après une année de médecine PCEM ce qui implique un bac S.
    Si elle est orientée vers un bac ES existe t il des passerelles pour revenir vers une formation médicale ?
    Je vous remercie de prêter attention à cette requête. J’attends vos conseils avec impatience pour redonner de l’espoir à ma fille.
    Cordialement,
    Marine

  468. B. Magliulole 13 avr 2013 à 11:45

    Réponse à Marine

    Il est vrai que pour pouvoir se présenter avec des chances raisonnables de réussite aux concours d’entrée en Institut de massage-kinésitharapie, il est fortement recommandé de passer par un bac S, puis de faire une année de préparation du concours, soit en première année du premier cycle universitaire “santé”, soit en classe préparatoire (privée) aux concours paramédicaux. C’est du moins le cas pour de telles études en France (cela se passe différemment dans d’autres pays, la Belgique par exemple … où nombre de jeunes français vont faire de telles études)

    Je ne puis donc que recommander que, si vous fille est très fortement motivée par un tel parcours d’études supérieures et le métier qui l’attendra alors à la sortie, elle persévère dans son idée de préparer un bac S.

    Or, elle n’est pas sans atouts pour cela.

    Le bilan scolaire que vous décrivez (sous réserve bien sur de la façon dont les professeurs de son conseil de classe l’interprèteront), n’est pas si inadapté que cela. Dans bien des lycées, un(e) élève qui a des résultats convenables en SVT et physique-chimie, et quasi moyens en maths, est autorisé à passer en première S. Le problème vient peut être du fait que dans certains lycées, on est plus dans une logique de haute exigence, donc “sélectif”, et que ce qui suffit ailleurs, peut ne pas suffire là où vous êtes. L’idéal serait qu’elle passe au dessus de la moyenne et tende vers 11/20 de moyenne en maths et elle aurait des chances d’arracher un avis favorable pour un passage en première S.

    Comme vous le savez sans doute, vous disposez d’ailleurs du droit de faire un recours auprès d’une commission d’appel en cas de refus d’accéder à votre demande d’orientation en première S.

    Autre formule, mais qui “coûte” un an : faire un redoublement en seconde pour obtenir en 2014 l’orientation désirée. Attention : l’établissement n’est pas obligé d’accéder à une telle demande qui, concernant votre fille, s’pparenterait un une sorte de redoublement volontaire.

    Si elle passe en première ES, il ne lui sera bien sur pas interdit d’entrer ensuite en première année du premier cycle universitaire santé. Mais n’ayant pas le bon profil (elle n’aura suivi quasiment aucun enseignement scientifique pendant deux ans), je ne parierai pas sur ses chances de réussite à un concours aussi sélectif que celui qui permet d’entrer en Institut de massage-kinésithérapie.

    Sachez cependant qu’il existe à l’université de Paris Sud - Orsay, une possibilité offerte aux bacheliers “non S”, très motivés par les études supérieures scientifiques, et qui s’appelle “année scientifique zéro”. Il s’agit d’une année de remise à niveau scientifique avant d’entrer en première année d’une filière universitaire scientifique. Attention : il y a sélection à l’entrée.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Les carrières paramédicales (avec les formations)
    - Que faire avec un bac S ?
    - Que faire avec un bac ES ?
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr ou en librairie

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  469. B. Magliulole 13 avr 2013 à 11:47

    Complément de réponse à Marine

    Autre livre conseillé (dans la même collection L’Etudiant ) :

    Parents d’élèves, vos droits (pour préparer votre éventuel recours à une commission d’appel et maximiser vos chances d’avoir satisfaction)

    Bruno Magliulo

  470. Marinele 13 avr 2013 à 12:56

    Suite de mon message :
    Votre réponse est précise et vos conseils précieux.
    Merci pour votre investissement.
    Marine

  471. Marinele 13 avr 2013 à 14:19

    Monsieur, j’ai fait une erreur lors de l’envoi de mon message je me permets de vous le ré-adresser.
    Vos informations confirment les recherches que j’ai faites sur internet.
    J’ai vu qu’il existe cette année « zéro » mais je ne trouve pas une liste des établissements qui la proposent. Je vais persévérer.
    J’ai une question précise, pensez vous qu’un Bac ES de bon niveau ajouté à une année de remise à niveau sérieuse confèrent autant de chance d’accéder en classe Préparatoire aux concours qu’un Bac S de niveau moyen ?
    Ma fille est en effet dans un lycée « sélectif », et je crains qu’une filière S soit difficile à gérer pour elle. Je ne voudrais pas que l’investissement nécessaire pour suivre en Mathématiques se fasse au dépend des autres matières dans lesquelles elle obtient de bons résultats jusqu’à présent.
    La formation de Kinésithérapeute semble être une vocation pour ma fille et nous avons à cœur de prendre les meilleures décisions pour elle.
    Ceci dit, la décision du conseil de classe n’est pas définitive, les résultats du troisième trimestre seront décisifs. Je ne manquerai pas de vous informer.
    Monsieur, merci encore pour l’aide que vous dispensez aux élèves et aux parents d’élèves.
    Cordialement,
    Marine

  472. B. Magliulole 13 avr 2013 à 19:54

    Complément de réponse à Marine

    Je ne connais pas de liste d’établissements qui proposent une année de remise à niveau scientifique du type de l’ “année zéro” de Paris Sud 0rsay, tout simplement parce qu’à ma connaissance, c’est la seule du genre en Ile de France. Cette formation a d’ailleurs changé de nom cette année : elle se nomme désormais “DU (diplôme d’université) préparation aux cursus scientifiques à 0rsay”. Elle s’adresse à tout bachelier non scientifique désireux de faire une année de remise à niveau avant d’entamer un cursus scientifique. Il y a 12O places à prendre chaque année. La sélection se fait sur dossier (pas de concours donc). Pour tout renseignement : 01 69.15.54.87 et pcso.sciences@u-psud.fr Le responsable de cette formation est Monsieur Yan PICARD

    On me dit qu’un établissement privé de Paris (Poly Prépas, 20 rue Léon Frot 75011 PARIS, tel : 01.43.79.61.23) propose également (mais version privé pur et dur) une possibilité de remise à niveau scientifique. Je n’ai aucune information concernant la réputation de cet établissement.

    Sachez en outre que j’ai trouvé, dans l’ “Annuaire national de l’enseignement supérieur” (publié par L’Etudiant, mais qui est un gros annuaire professionnel coûtant fort cher ), une liste nationale de plusieurs centaines (je dis bien centaines) de préparations aux concours paramdéicaux. Si vous parvenez à cet annuaire , sachez que c’est en pages 1104 à 1108). peut être que vous pourrez accéder à ce genre de renseignement via le site www.letudiant.fr

    Et ne ratez pas le Salon européen de l’éducation qui se tiendra comme chaque année en dernière semaine de novembre prochain au parc des expositions de la Porte de Versailles : la plupart des établissements ayant une classe préparatoire aux écoles paramédicales y seront représentées. En outre, chaque année, L’Etudiant organise en janvier ou février un “Salon des études et carrières paramédicales”.

    Il n’en reste pas moins qu’en 2012, 97% des admis en Institut de massage - kinésithérapie avaient à l’origine obtenu le bac S ! Mais tous les espoirs sont permis puisqu’il y avait aussi des anciens ES (1% seulement, mais 1% tout de même … pourquoi pas votre fille ?)

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

    Il existe par ailleurs de nombreuses écoles qui proposent des cycles préparatoires d’un an aux concours paramédicaux. Il en existe plusieurs dizaines en région parisinne. Toutes sont privées et donc payantes, ce qui explique qu’on ne trouve pas de liste exhaustive officielle dans les documents de l’ONISEP.

  473. Marinele 15 avr 2013 à 10:24

    Merci Monsieur pour votre reponse.
    Nous voilà suffisamment éclairées pour prendre les décisions qui conviendront le mieux à notre fille.
    Nous ne manquerons pas de vous tenir informé.
    Cordialement,
    Marine

  474. jurikoule 16 avr 2013 à 19:56

    Bonjour,
    Je suis en seconde au lycée condorcet à paris et je dois bientôt rendre mes voeux pour la classe de 1ère. J’ai de bons résultats dans la plupart des matières (physique-chimie, langues, histoire-géographie, mathématiques …).
    Mon problème est que je ne sais pas quelle filière choisir. J’étais tout d’abord décidée à faire S, car elle a la réputation d’être la filière “qui ne ferme aucune porte”. Je doute maintenant de mon choix. En effet, malgré de bons résultats dans les matières scientifiques, j’ai peur que la 1ère S ne me corresponde pas…
    C’est pourquoi j’envisage maintenant de m’orienter vers une 1ère ES car, malgré que je ne sache pas quel sera mon métier plus tard, je ne souhaite pas devenir ingénieur ou faire une prépa scientifique. J’en ai parlé avec ma famille et ils me conseillent de me diriger tout de même vers une 1ère S, car c’est plus sur (étant donné que je n’ai pas de projets précis pour le futur). J’hésite beaucoup, est ce que vous pouvez me conseiller ? La 1ère S ouvre-t-elle vraiment toutes les portes ?
    Merci beaucoup d’avance de votre réponse.

  475. B. Magliulole 17 avr 2013 à 18:38

    Réponse à Jurikou

    Vos parents ont raison lorsqu’ils vous disent que le bac S est celui qui offre le plus de débouchés. De facto, on trouve des bacheliers S aussi bien dans les études supérieures scientifiques (études universitaires en santé, biologie, physique, chimie, maths, sciences de l’ingénieur …, écoles d’ingénieurs à recrutement niveau bac, classes préparatoires scientifiques, BTS ou IUT scientifiques ou induustriels …), que non scientifiques (droit, sciences po’, langues, économie et gestion, écoles de commerce et de management des entreprises à recrutement niveau bac, autres écoles tertiaires, classes préparatoires économiques et commerciales, littéraires aussi, BTS ou IUT tertiaires …).

    Mais la plupart de ces filières supérieures sont sélectives à l’entrée (sur dossier et/ou concours), et ne laissent passer que de fort bons élèves de terminale. Si bien que pour nombre de bacheliers S qui ne parviennent que “moyennement” a la fin de leur terminale S, il y a refus de les prendre, et ils sont forcés de faire leur entrée en première année d’université non sélective (pas toutes : nombre d’entre elles sont sélectives à l’entrée).

    Si on a une vraie vocation scientifique, le bac S est incontournable, mais si on fait partie de cette moitié des bacheliers S qui, chaque année, frappent à la porte de filières non scientifiques, la question devient : quel est le bac qui me permet d’y arriver au meilleur niveau et meilleur degré de préparation possible ? Ainsi, par exemple, pour entrer en classe préparatoire économique et commerciale (que vos parents ont connu sous le nom de “prépa HEC”), il vaut évidemment mieux être un bon bachelier ES qu’un moyen bachelier S !

    Ainsi, de deux choses l’une :

    1. Si vous êtes encore dans un gros degré d’incertitude quand à vos études supérieures, et ne savez donc pas encore si vous opterez pour des études scientifiques, commerciales, juridiques, littéraires, etc., alors un bac S vous donne deux ans de plus pour mûrir votre projet … mais il faudra y être performant !

    2. Si vous êtes d’ores et déjà décidé à renoncer aux études purement scientifiques, alors, vous pouvez hésiter entre le bac ES et le bac S ! Pour le bac ES les conditions de la réussite sont : un bon niveau (et du goût) pour les sciences économiques et sociales et l’histoire-géographie; une réelle aptitude à la dissertation ; les langues étrangères; et un bon niveau en maths (mais en fonction du niveau requis en ES, qui n’est évidemment pas le même qu’en S).

    Je ne me permettrai pas de vous conseiller un tel choix, qui doit être discuté en famille (et sachez qu’il est normal que sur un tel sujet, la recherche d’un bon compromis ne soit pas toujours facile à trouver), et émaner de votre “moi profond”. Mais vous avez les éléments sur lesquels vous pouvez vous fonder.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac S ?
    - Que faire avec un bac ES ?
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse)
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr ou en la librairie de l’éditeur, à l’adresse suivante : 23 rue de Chateaudun, 8e arrondissement, métro : stations Notre-Dame de Lorette ou Le Peletier (pas très loin de Auber). Ouverte tous les jours sauf samedis et dimanches.

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  476. Leale 18 avr 2013 à 12:07

    Merci pour votre réponse très claire et très détailéée, même si ce n’est pas celle que j’espérais.

    Ma fille est en effet très motivée, et nous tenons beaucoup à cette entrée en STD2A. Mais je suis très étonné par votre réposne - bien que je la comprenne - car j’ai plusieurs fois lu dans les documents de l’ONISEP que les enseignements d’exploration ne soint pas une condition nécessaire pour entrer dans une première donnée. Ainsi, dans le lycée qu’elle fréquente, certains élèves entrent en première ES sans avoir opté en seconde pour l’enseignement d’exploration de “sciences économiques et sociales”. Alors pouquoi en irait-il autrement pour l’enseignement d’exploration de “création et culture design” par rapport à la filière STD2A ?

    Par ailleurs, le fait que ma fille suive avec succès un enseignement optionnel facultatif d’ats plastiques ne peut-il compenser l’absence de l’option “c réation et culture design” ?

    Léa

  477. B. Magliulole 18 avr 2013 à 23:40

    Deuxième réponse à Léa

    La règle que vous évoquez (l’accès à une classe de première donnée n’est pas liée au choix de tel ou tel enseignement d’exploration) existe bien, mais est soumise à certains cas particuliers, notamment lorsque l’enseignement d’exploration est à horaire lourd , ce qui est le cas pour celui de “création et culture design” . De ce fait, vous ne pouvez en effet entrer directement en première STD2A sans avoir suivi cet enseignement (lourd : six heures par semaine) de “création et culture design”.

    Mais bien sur, le fait d’avoir suivi un enseignement d’arts plastiques peut jouer en votre faveur, non pour entrer directement en première STD2A, mais pour obtenir une place en seconde à option “création et culture design”, puisque l’accès à cette dernière est sélectif.

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  478. Zénable 25 avr 2013 à 17:56

    Bonjours . Je suis actuellement en seconde pro vente . Je suis allée en seconde générale l’année dernière . Pour éviter le redoublement je me suis réorientée dans cette section sans trop réfléchir car je ne souhaitais réellement pas redoubler ma seconde . J’ai de bonnes notes et tous se passe bien . J’aime bien cette section mais sans plus . Mon problème est le suivant je ne sais pas quoi faire si je restes dans cette section ou si je change mais j’aimerai savoir si j’aurai toutes mes chances pour entrer dans un BTS autre que la vente (BTS esthétique cosmétique parfumerie) ou si je devrais changer tous de suite de section afin d’avoir plus de chances d’intégrer ce BTS (me diriger vers une voie technologique par exemple).

    Merci de m’avoir lu .

  479. Emmanuellele 25 avr 2013 à 18:38

    Bonjour,
    Le conseil de classe de ma fille n’as pas accepté un passage en 1e L et elle souhaiterait se réorienter.
    Mais son choix n’est pas encore précis.
    La filière STD2A, lui correspondrais peut être…
    Ses moyennes en matières scientifiques se situent en dessous de 10, les matières littéraires sont plus élevées (11) alors que les langues sont plutôt son point fort.
    Pensez-vous qu’elle aurait des chances d’intégrer un établissement proposant cette filière ?
    Merci d’avance pour votre réponse,
    Emmanuelle.

  480. B. Magliulole 26 avr 2013 à 14:05

    Réponse à Emmanuelle

    Je suis très étonné que vous me disiez que “le conseil de classe n’a pas accepté le passage (de votre fille) en classe de première L”. Normalement, à la date de ce jour, le conseil de classe du troisième trimestre, qui est celui où se prenent les décisions, n’a pas encore eu lieu … ou alors, dans votre collège il a été anormalement anticip, ce qui serait très surprenant .

    Je fais donc l’hypothèse que ce que vous appelez “refus” n’en est pas (pas encore) un, mais une réponse provisoire du conseil de classe du deuxième trimestre. Si j’ai raison, de meilleurs résultats au troisième trimestre pourraient changer les intentions des professeurs.

    Il n’empêche, même si c’est un simple “avis provisoire” du conseil de classe du deuxième trimestre, il n’est pas toujours facile de pouvoir remonter la pente au cours d’un troisième trimestre qui va passer très vite, surtout si les résultats constatés en fin de deuxième trimestre sont franchement insuffisants, ce que vous ne précisez pas.

    Peut-on demander à entrer en première STD2A (sciences et technologies du design et des arts appliqués) à l’issue du seconde générale et technologique. Oui, c’est envisageable mais à deux contions qu’hélas , vous ne semblez pas réunir :

    1. Avoir suivi en seconde l’enseignement d’exploration de “création et culture design” et y avoir réussi. Cet enseignement est lourd : 6 heures par semaine. C’est très difficile à rattraper et il y a donc normalement une priorioté d’accès dans cette première STD2A pour les élèves qui, en seconde, on pu suivre et enseignement d’exploration

    2. Les classes de STD2A sont sélectives (plus de candidats que de places), si bien que seuls des élèves ayant bien réussi leur seconde ont des chances de pouvoir y entrer. Il faut en outre témoigner de sa motivation (attenbdez vous à un entretien de motivation) au cour duquel seront évoquées les réalisations “artistiques” de votre fille.

    Je crois donc que pour une telle orientation, vous n’ayiez que deux pistes :

    1. Redoubler en seconde dans un lycée qui offre l’enseignement d’exploration de “création et culture design” (il n’y en a pas partout), et passer en première STD2A en … 2014

    2. Insister sur le passage en première L (quitte pour cela à recourir à la commission d’appel si on vous la refuse), y prendre une option d’arts plastiques, et faire des études d’arts appliqués ensuite, dans le supérieur.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Parents d’élèves, vos droits (pour préparer son recours en commission d’appel et accroître ses chances d’avoir satisfaction)
    - Que faire avec un bac trechnologique ? (avec la filière STD2A et ses débouchés)
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr ou en librairie

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  481. B. Magliulole 26 avr 2013 à 14:40

    Réponse à Zénab

    On constate que chaque année, les bacheliers professionnels sont de plus en plus nombreux à demander et obtenir une orientation vers une “STS” (section de techniciens supérieurs), en vue d’y préparer en deux ans un “BTS” (brevet de technicien supérieur).

    Mais il est beaucoup plus facile de parvenir à entrer dans un BTS dont la spécialité est identique ou proche de celle du bac pro préparé (par exemple, bachelier pro commerce demandant son admission en BTS “management des unités commerciales” ou “négociation et relation clients”), que si ce même bachelier pro demande une réorientation vers un secteur très différent (bachelier pro commerce demandant un BTS esthétique-cosmétique). Autant le premier aura de grandes chances d’y être admis, autant le second n’en aura que très peu.

    Le principe est simple à comprendre : priorité aux élèves sortant d’un bac pro identique ou proche du BTS demandé !

    Cela revient à dire que si votre vocation est d’entrer ensuite en BTS esthétique-cosmétique, vous avez plus de chance (nettement) d’y être admise si vous sortez avec un bac pro esthétique/cosmétique/parfumerie.

    Cela revient à dire que si vous êtes très fortement motivée par ce BTS, vous avez intérêt … à demander un redoublement volontaire en seconde pro esthétique/cosmétique, car vous n’aurez guère de possibilité de passer directement d’une seconde pro commerce à une première pro esthétique/cosmétique.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Pour quelles études êtes-vous fait ?
    - Les métiers de l’esthétique et de la beauté
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr ou en librairie

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  482. lauryle 01 mai 2013 à 19:55

    Bonjour Monsieur

    Ma fille est en classe de 2e générale dans un lycée privé parisien.
    Elle est sérieuse mais ne fournit pas les efforts nécessaires pour un bon niveau .Elle manque un peu de maturité , n’arrive pas à se concentrer 4h de suite .Elle fait son travail mais sans l’approfondir réellement
    Elle est agréable et” bien dans sa peau”
    Ses notes sont très justes dans toutes les matières (11 en maths , 9 en français , 9 en histoire-géo , 11 en anglais )
    Ses matières préférées sont les maths et l ‘anglais .
    Elle n’a aucun objectif précis pour son avenir ;ses voeux provisoires sont la 1e ES ou la 1eS (enseignées dans son lycée)
    Pourriez vous m’aider à y voir plus clair pour son orientation
    Je vous en remercie par avance
    bien cordialement

  483. B. Magliulole 02 mai 2013 à 12:07

    Réponse à Laury

    Il m’est difficile de vous répondre, n’ayant qu’une partie de son actuel bilan scolaire. Rien sur la LV2, la physique-chimie, les SVT, les sciences économiques et sociales …

    La question que vous devez (avec elle) vous poser est la suivante : est-ce que votre but est qu’elle parvienne simplement à réussir son futur bac, quitte à ce que ce soit “ric-rac”, ou visez-vous en plus un vrai potentiel de passage dans des filières sélectives (classes prépas, grandes écoles à recrutement niveau bac, filières universitaires sélectives …), pour lesquelles le bac ne suffira pas ?

    Si vous êtes dans un lycée “sélectif” , on est plutôt dans le second cas de figure. Si vous êtes dans un lycée accompagnateur, c’est le premier cas qui domine. Pour être plus clair, dans le premier cas, ses notes actuelles pourraient même ne pas suffire à lui accorder le passage en première générale (quel a été le diagnostic provisoire de son conseil de classe du deuxième trimestre ?), alors que dans un lycée accompagnateur, on ne juge que la capacité à atteindre le bac, et là cela pourrait être jugé suffisant.

    Une première question se pose : avez-vous intérêt au passage en première dès cette année ? Si elle a besoin de prendre du recul, de se donner un an de plus pour se consolider, accéder à des rythmes de travail plus conformes aux nécessités du lycée, mûriri son projet d’orientation … un redoublement (y compris volontaire de votre part) pourrait avoir du sens. Mais attention : c’est à la condition qu’elle en profite pour devenir “tête de classe” et non pour qu’elle se laisse aller à l’illusion de facilité qu’elle va ressentir durant les premiers jours, sinon cela pourrait être une année de perdue .

    Sinon, concernant le passage en première générale, vous cites, dans l’ordre, la première ES puis la S.

    - Pour la ES, j’ai besoin de vous demander où elle en est en LV2, et en sciences économiques et sociales (enseignement d’exploration suivi en seconde). Car des deux matières vont, en plus des maths, du français, de l’anglais et de l’histoire-géographie, compter fortement. De plus, c’est une section très marquée par l’écrit (quatre dissertations au bac). Enfin, est-elle curieuse et intéressée par les débats d’actualité économique, politique, sociale … qu’elle va devoir absorber pedant ses deux années de première et terminale. Aura-t-elle l’envie (on l’exigera) de lire la presse économique, politique et sociale, de suivre des débats d’actualité à la télévision, etc ?

    - Pour la S, son niveau en maths (11/20) pourrait s’avérer insuffisant. De plus, vous ne dites rien de ses résultats en SVT et physique/chimie, fondamentaux pour une telle filière.

    Je considère donc qu’en l’état actuel des choses, elles semble scolairement mieux armée pour la ES, mais sous toute réserve car il y a des conditions de réussite sur lesquelles je ne puis me prononcer n’ayant aucune information .

    En fait, l’enjeu pour vous est de choisir d’une part entre redoubler ou demander à passer en première. Et dans le deuxième cas, je prône plutôt la ES, mais sous réserve émise précédemment.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - 100 questions-réponses pour bien s’orienter
    - Que faire avec un un bac ES ? (la filière ES et ses débouchés dans l’enseignement supérieur)
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse)
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr ou en la librairie de l’éditeur, installée 23 rue de Chateaudun (8e arrondissement), stations de métro Notre-Dame de Lorette ou Le Peletier, ouverte du lundi au vendredi de 9h30 à 12h et de 14h à 17h30

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  484. lauryle 03 mai 2013 à 0:11

    Bonjour Monsieur ,
    Je vous remercie de toutes vos explications.Il est vrai que j’ai ommis certaines informations , à savoir :7 en SES , 11 en SVT , 12 en LV2 ,14 en anglais LV1 et non 11, 12 EN LV3 ,10 en physique
    Je ne vois pas ma fille dans le profil de la 1ereES comme vous le décrivez .Elle n ‘a pas de culture ,ni d’intéret pour les débats d’actualité , ni à l’aise dans les dissertations .
    D’autre part elle n’a pas le profil , l’esprit pour les concours sélectifs (prépa,grandes écoles).
    Voici l’avis du bulletin intermédiaire que je viens de recevoir aujourd’hui :”le bilan n’est à ce jour pas convaincant malgré vos efforts pour un passage en 1ere;le 3e trimestre est déterminant -ne baissez pas les bras”
    J’espère vous avoir éclairer avec ces quelques détails
    bien cordialement

  485. B. Magliulole 03 mai 2013 à 10:41

    Complément de réponse à Laury

    Oui, ces informations complémentaires sont très éclairantes.

    Concernant le diagnostic provisoire du conseil de classe, c’est évidemment plutôt négatif, même si la phrase “le 3e trimestre est déterminant, ne baissez pas les bras” crée une petite lueur d’espoir). La menance de redoublement est cependant évoquée (”le bilan n’est à ce jour pas convaincant”), même si c’est à demi mots. Seul espoir : un relèvement significatif des notes au troisième trimestre. Mais c’est toujours la même chose avec ce genre d’avertisssement : le troisième trimestre étant fort court, il est rare que les élèves parviennent à “relever significativement” leur bilan scolaire sur cette seule période. A 80%, les diagnostics du deuxième conseil de classe sont confirmés par le troisième !

    Si c’est le cas, la question sera de savoir si vous (et elle) vivez cette décision de façon positive : redoubler dans le but de faire une bonne classe de seconde en 2013-2014. Si vous rejetez cette idée, il ne vous restera plus qu’à faire un recours auprès de la commission d’appel (procurez vous, dans cette perspective, le livre signalé : “Parents d’élèves, vos droits”).

    Reste la classe de première à demander en premier voeu. Si vous jugez qu’elle n’a pas le profil ES (ce que semble corroborer son 7/20 dans cette matière et sa mauvaise note en histoire-géographie), il lui reste la première S dans son actuel lycée (mais ce sera dur car elle est très moyenne dans les matières scientifiques, et que le niveau d’exigence en sciences et maths est en S très supérieur à celui de la classe de seconde), ou L (ailleurs puisque vous me disiez que son lycée n’offre pas de préparation au bac L). Et visiblement, elle a (d’après son bilan scolaire schématique tel que présenté par vous ) plus le profil L, d’autant que visiblement, son domaine sortant uèn peu du lot est celui des langues étrangères.

    Il me semble que du côté des langues, il y a quelque chose à creuser, non seulement pour le bac (un bac L profil langues serait sans doute le plus indiqué), et elle aura ensuite plein de possibilités pour l’après-bac (études de langues générales ou appliquées, en école ou université). Ce qui me conduit à vous conseiller, si vous faites appel, de le faire pour une admission en première L, qu’il faudra alors avoir placé en voeu 1 sur votre “fiche navette”.

    J’espère que ces quelques réflexions vous aideront à construire la meilleure stratégie poossible.

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  486. lauryle 03 mai 2013 à 20:31

    Je vous remercie bien vivement pour votre aide .Vous confirmez ce que je craignais

  487. Zénable 04 mai 2013 à 2:09

    Je vois ! C’est bien ce que je redoutais mais bon merci beaucoup de votre réponse .

  488. Sophiele 06 mai 2013 à 12:38

    Est-l vrai qu’en fin de seconde , ma fille ayant choisi “principes fondamentaux de l’économie et de la gestion” (PFEG) en tant qu’enseignement d’exploration, ne peut pas demander à être orientée vers la première générale ES, et qu’elle est tenu, de par ce choix, de demander une première STMG ?

    C’est ce que lui a dit son professeur principal pendant un entretien d’orientation qui s’est tenu juste avant les vacances, suite à la réunion du deuxième conseil de classe de l’année, conseil pour lequel nous avons signalé par fiche que nous souhaitons une orientation vers première Es en voeu 1.

    Merci de bien vouloir me répondre aussi rapidement que possible, le conseil du troisième trimestre se tenant dans à peine quatre semaines.

    Sophie

  489. B. Magliulole 06 mai 2013 à 14:06

    Réponse à Sophie

    Votre professeur principal se trompe : à l’issue de la classe de seconde, les familles sont autorisées à demander l’orientation qui a leur préférence, et ce indépendemment des choix d’enseignement d’exploration faits en seconde.

    Ainsi, le fait que votre fille ait choisi “PFEG” ne l’oblige nullement à demander la première STMG, du même qu’un élève qui a choisi sciences économiques et sociales (SES) peut parfaitement demander son orientation vers une première STMG … ou autre.

    C’est même pour cela que :

    1. Les horaires de ces enseignements d’exploration (1h30 par semaine) sont légers et donc à contenus très récupérables
    2. Que les programmes dans les enseignements d’économie (gestion ou SES) repartent à zéro, si bien qu’il n’y a aucun “pré requis” disciplinaire.

    Lorsque vous ferez vos voeux définitifs (qui seront examinés lors du troisième conseil de classe), vous pouvez donc, soit demander 1. ES et rien d’autre; soit 1.ES, 2. SMG

    Bien sur, au delà de vos voeux, c’est le conseil de classe puis le chef d’établissement qui décideront de l’orientation de votre enfant, et il est donc possible, selon son bilan scolaire, que votre fille soit orientée en STMG même sans l’avoir demandé. Dans ce cas, si vous ne l’acceptez pas, vous disposerez d’un droit de recours à la commission d’appel.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac ES ? (le bac ES et ses débouchés)
    - Que faire avec un bac technologique ? (la moitié du livre est consacrée au bac STMG et ses débouchés)
    - Parents d’élèves, vos droits (tout pour efficacement faire appel)
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr ou en librairie

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  490. yannickle 14 mai 2013 à 9:47

    Mon fils est actuiellement en classe de seconde. Pour les enseignements d’exploration, il suit ceux de “principes fondamentaux de l’économie et de la gestion” (PFEG), et “méthodes et pratiques scientifiques” (MPS). Ses résultats globaux sont plutôt bons (12,5/20 de moyenne générale, aucune matière en dessous de la moyenne, et trois matières à 14/20 : anglais, histoire-géo, SVT.

    Nous comptions demander son admission en première ES, mais son professeur principal nous a dit que ce ne serait pas possible, notre fils n’ayant pas opté pour l’enseignement d’exploration de “sciences économiques et sociales” (SES).

    Par contre, le professeur de SES de l’établissement nous a dit le contraire.

    Qui a raison ?

    Yannick

  491. B. Magliulole 14 mai 2013 à 13:48

    Réponse à yannick

    C’est le professeur de “sciences économiques et sociales” qui a raison : le choix, par les parents, d’une filière de première/terminale, ne peut réglementairement pas être lié aux choix des enseignements d’exploration.

    Votre fils peut donc parfaitement demander avec vous une orientation vers la première ES, de même qu’il aurait demander une première STMG s’il avait opté pour l’enseignement d’exploration de “SES”.

    Mais attention : le conseil de classe peut donner un avis négatif à une telle demande, mais ne saurait la baser sur le choix de cet enseignement d’exploration de PFEG. Il faudrait qu’il le justifie par des résultats scolaires insuffisants au regard de l’orientation demandée. Mais comme ses résultats sont bons, je n’imagine pas qu’une telle décision soit prise.

    Si par hasard c’était le cas, je vous conseille de faire un recours devant la commission d’appel. Je ne doute pas qu’avec un tel profil d’élève, la commission d’appel trancherait en votre faveur

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac ES ? (la filière ES et ses débouchés)
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Parents d’élèves, vos droits (tout pour solliciter efficamenet l’arbitrage de la commssion d’appel)

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  492. Naïmle 14 mai 2013 à 18:05

    Juste une contribution pour confirmer ce que vous avez répondu à Yannick. Mon fils est entré en première S l’an dernier, sans pour autant avoir suivi en seconde l’enseignement d’exploration de “MPS”, qui est pourtant très ciblé sur la S.

    Bravo pour le travail que vous faites sur ce blog

    Naïm, père d’élève

  493. B. Magliulole 15 mai 2013 à 9:24

    Réponse à Naïm

    Merci d’abord pour l’expression de votre satisfaction pour le travail accompli sur ce blog.

    Merci aussi pour votre témoignage, qui vient en effet corroborer ma réponse à Yannick : de même que votre fils a pu entrer en première S, sans pour autant avoir opté en seconde pour l’enseignement d’exploration de “méthodes et pratiques scientifiques”, le sien peut demander à entrer en première ES sans avoir opté pour l’enseignement d’exploration de “sciences économiques et sociales”.

    A une autre occasion de vous retrouver sur ce blog

    Bruno Magliulo

  494. Paolale 15 mai 2013 à 17:19

    J’avoue être très étonnée par cet échange entre Naïm, Yannick, et Magliulo. En effet, l’an dernier, ma fille qui était scolarisée en seconde générale à Toulouse a demandé son orientation pour une première technologique hôtellerie, et on la lui a érfusée au motif qu’elle n’avait pas fait de seconde hôtellerie.

    Du coup, elle est entrée en première ES, classe qu’elle ne regrette pas et où ses résultats sont pour le moment plutôt bons, mais si ce que vous dites tous les trois est vrai, alors on nous a menti, manipulé peut être.

    Qu’en pensez-vous ?

    Paola

  495. Corinnele 16 mai 2013 à 8:35

    Bonjour Monsieur,

    Ma fille actuellement en 3ème est “normalement” admise pour l’année prochaine en seconde “SDT2A”. Ma question est la suivante : si elle n’a pas de bons résultats (elle est un peu faible en maths et physique-chimie) et qu’elle ne passe pas en 1ère STD2A peut-elle se réorienter vers une 1ère L option Arts Appliqués ou devra t’elle redoubler sa seconde. Si elle poursuit en L (option AA) aura t’elle les mêmes débouchés qu’après un Bac pour aller vers un BTS ou devra t’elle passer par une MANAA ?
    Merci de votre réponse

  496. B. Magliulole 16 mai 2013 à 9:49

    Réponse à Corinne

    Il n’existe pas à proprement parler de seconde “STD2A” (sciences et technologies du design et des arts appliqués), mais une seconde générale et technologique composée d’un vaste tronc commun concernant les disciplines de base (français, maths, physique-chimie, SVT, LV1, LV2, histoire-géo, EPS), auxquelles s’ajoute obligatoirement un ou deux “enseignements d’exploration” optionnels” (en ce sens qu’on les choisi normalement dans une liste qui en comprend plusieurs, proposée par chaque lycée).

    Parmi ces enseignements d’exploration, quelques lycées (beaucoup ne le font pas), proposent “création et culture design”, qui est un enseignement lourd (6h par semaine) qui permet de tester l’aptitude d’un(e) élève à entrer ensuite en première/terminale STD2A. Du coup, les élèves qui sont dans cette situation ne choisissent généralement pas de deuxième enseignement d’exploration, alors que ceux qui choisissent un premier enseignement d’exploration à horaire léger (par exemple : 1h30 par semaine pour les “sciences économiques et sociales”), sont tenus d’en choisir un deuxième à horaire léger (par exemple : “méthodes et pratiques scientifiques”).

    Il en résulte que votre fille aura reçu les mêmes enseignements de base que ceux qui passeront en L, S, ES, STMG … ce qui l’autorisera, en cas de nécessité ou de changement d’avis d’orientation, à demander une autre filière, la L que vous évoquez par exemple, et ce sans nécessité de redoubler en seconde.

    Attention cependant : ce sera sous réserve de l’avis favorable du conseil de classe. Il faudra donc, dans ce deuxième cas, qu’elle ait fait ses preuves dans les matières littéraires (français, langues, histoire-géo). Le redoublement peut donc survenir, mais uniquement si son bilan global le justifie. On ne pourra donc pas vous imposer un redoublement au seul motif qu’elle avait opté en seconde pour l’enseignement d’exploration de “création et culture design”. D’ailleurs, si on venait à vous refuser une telle réorientation, vous auriez le droit de faire un recours devant la commission d’appel.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac technologique (la filière STD2A et ses débouchés
    - Que faire avec un bac L (idem)
    - Parents d’élèves, vos droits (tout pour bien préparer un éventuel recours devant la commssion d’appel)
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr ou en librairie

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  497. Corinnele 16 mai 2013 à 9:54

    Merci pour votre réponse ! L’avenir nous dira si elle suit bien dans cette filière ou si elle devra se réorienter ! Bonne journée à vous

  498. B. Magliulole 16 mai 2013 à 10:02

    Complément de réponse à corinne

    Ca c’est de la réactivité !

    Mais que votre fille (et vous même) soyez rassurées : la seconde G/T à enseignement d’exploration “création et culture design” est suffisamment généraliste pour à la fois permettre de tester sa vocation pour la filière 1e/T STD2A, mais aussi, grâce au vaste tronc commun, acquérir des bases qui permettront si besoin est de se réorienter vers une autre filière générale ou technologique.

    Bon à savoir : la condition basique pour être ensuite admise en 1e STD2A est d’avoir bien sur fait ses preuves en “création et culture design”. L’avis du professeur de cette discipline est fondamental. Mais ce ne sera qu’une condition nécessaire. Pour être suffisante il faudra bien sur que le bilan global soit bon.

    Cela dit, quand on aime, c’est une filière passionnante, aux débouchés multiples dans l’enseignement supérieur. Par curiosité (et en toute discrétion), dans quel lycée envisage-t-elle de faire un tel parcours d’études secondaires ?

    Bonne continuation

    Bruno Magliulo

  499. Corinnele 16 mai 2013 à 10:47

    Le souci est que sur deux classes avec cette option il n’en restera qu’une à la fin de la seconde … donc écrèmage massif ! C’est un lycée privé de Cahors. En plus de l’enseignement d’exploration de 6 h elle aura une “option” obligatoire de 3 h d’Arts Plastiques en plus !!! Donc beaucoup de travail supplémentaire. Et vu ses “faiblesses” en maths et physique chimie (qui sont des matières importantes dans cette filière) je commence déjà à réfléchir (un peu prématurément peut être) à une autre orientation permettant de garder les “arts plastiques”.

  500. B. Magliulole 16 mai 2013 à 11:09

    Deuxième complément de réponse à Corinne

    Le lycée dans lequel votre fille est scolarisée à Cahors n’est-il pas le lycée Saint Etienne ? Je vous pose cette question parce que je m’y suis rendu les jeudi 10 mai 2011 et mercredi 11 mai 2011, à la demande du directeur d’alors (un certain Monsieur Salvador, qui, je le sais, a été remplacé depuis). J’avais alors fait une conférence orientation pour les parents, le mardi 10 en fin de journée, puis une journée de formation des professeurs principaux portant sur “la prise en charge de l’orientation par les enseignants”. Je garde un excellent souvenir de ces deux journées passées à Saint Etienne, et de la beauté de votre ville que je découvrais à cette occasion.

    Pour en revenir à ce que vous écrivez, oui, ce que vous décrivez arrive. Cela permet à l’établissement de ne laisser passer en première SID2A que des élèves pleinement aptes à y réussir … mais aussi, cela “laisse sur le carreau” une importante proportion des élèves concernés par l’enseignement d’exploration de “création et culture design”. Votre crainte est donc justifiée.

    Il me semble cependant, à vous lire, que les responsables de ce lycée le savent et mettent en place un cursus de formation qui permette à chacun de trouver sa place. C’est du moins comme cela que j’interprête le fait qu’en plus de l’enseignement d’exploration de “création et culture design”, on ait ajouté de façon obligatoire (c’est ce que vous écrivez), 3h hebdomadaires d’ “arts plastiques”. Le but semble être double : 1. renforcer la culture générale artistique de ces élèves; 2. faciliter d’éventuelles réorientations vers une première L arts, sans nécessairement redoubler sa seconde

    Bonne continuation

    Bruno Magliulo

  501. Corinnele 16 mai 2013 à 11:14

    Oui c’est bien ce lycée !!! Il propose aussi un Bac Pro “communication graphique multi media” qui peut permettre aux élèves un peu plus faibles de continuer vers une flilière très intéressante aussi même si elle ferme des portes pour aller vers des BTS hélas !

  502. B. Magliulole 16 mai 2013 à 15:25

    Troisième complément de réponse à Corinne

    Sachez, puisque vous pensez que le fait de passer par un bac pro ferme les portes des BTS, que c’est de moins en moins vrai. D’année en année, la part des bacheliers pros qui demandent à prolonger leurs études, tout particulièrement en vue d’un BTS, augmente. Mais il se pourrait que ce soit moins vrai pour les BTS du secteur arts appliqués (très demandés et donc fort sélectifs), que pour certains autres.

    cela dit, on ne peut nier que la probabilioté d’être admis en BTS première année est plus forte pour un bachelier technologique (et même général), que pour un bachelier professionnel.

    Avantage lorsque le bac préparé n’est pas du secteur “arts appliqués” : on échappe à l’obligation de passer par une année de “mise à niveau pour arts appliqués” (MANAA).

    bruno Magliulo

  503. B. Magliulole 16 mai 2013 à 16:55

    réponse à Paola

    La filière secondaire technologique hôtellerie est un cas particulier en ce sens que la spécialisation commence dès l’entrée en seconde : on n’entre donc pas dans une seconde générale et technologique , mais en seconde hôtellerie. De ce fait , les enseignements techniques de spécialisation commencent dès l’entrée en seconde, ce qui n’existe pas en seconde génarale et technologique, classe à l’issue de laquelle les filières de spécialisation ne commencent qu’en première.

    Le poids de ces enseignements de “techniques hôtelières” est tel qu’il est impossible de les rattraper si on est passé par une seconde générale et technologique. Il en résulte que les élèves de cette seconde G/T désireux d’entrer en filière technologique hôtellerie, doivent repasser par la case “seconde technologique hôtellerie”.

    Il y a le même cas pour le bac technologique “techniques de la musique et de la danse” (TMD).

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    bon courage et bonne chance

    bruno Magliulo

  504. Corinnele 16 mai 2013 à 18:02

    Je n’ai pas compris cette phrase, désolée

    Avantage lorsque le bac préparé n’est pas du secteur “arts appliqués” : on échappe à l’obligation de passer par une année de “mise à niveau pour arts appliqués” (MANAA).

    ?

  505. Vincentle 16 mai 2013 à 22:03

    Monsieur,
    Ayant perdu sa grand mere maternelle, personne tres proche depuis sa naissance, au debut du premier trimestre, Mon fils unique de 16 ans , vient de faire une 2nd générale catastrophique ( notes, travail et comportement) .Au conseil de classe du 2 eme trimestre on lui a propose un redoublement en 2nd pro. Ne sachant pas encore vers quelle orientation se diriger , je souhaite lui faire redoubler sa 2nd générale pour lui donner une deuxième chançe, dans un autre lycée et en internat dans une classe a emploi du temps aménagé en vue de la poursuite d’un projet spécifique sportif de haut niveau ( football). –Puis je m’opposer à la décision du conseil de classe qui veut l’orienter en 2nd pro afin qu’il fasse une nouvelle seconde générale dans un autre lycée hors secteur?
    - Si oui , ce deuxième lycée peut il refuser ma demande d’inscription malgré l’appui de la structure sportive ( partenaire de ce lycée) ou joue mon fils car ses résultats scolaires et les appréciations ne plaident pas en sa faveur?

  506. B. Magliulole 17 mai 2013 à 10:45

    Réponse à Vincent

    Il est hélas fréquent que lorsqu’un drame vient frapper un adolescent, des contreparties en découlent dans le domaine scolaire. Concernant votre fils, la conséquence de la disparition de sa grand mère est qu’il est apparemment passé à côté de son année scolaire en seconde générale et technologique. C’est dommage, mais cela peut se comprendre. L’important est désormais de l’aider à rebondir !

    Et ce n’est à mes yeux pas en le poussant vers une seconde professionnelle non désirée qu’on y parviendra. D’ailleurs, toute orientation vers une seconde pro - classe professionnellement spécialisée - suppose que l’élève qui se prépare à y entrer ait au préalable élaboré un projet professionnel assez précis. Si je ne me trompe pas, ce n’est pas le cas !

    Je pense donc comme vous que le redoublement semble souhaitable pour lui, mais plutôt en seconde générale et technologique (c’est comme cela qu’on nomme ce type de seconde, même lorsque dans l’établissement fréquenté, elle ne comporte aucune offre d’enseignements d’exploration technologiques, ce qui semble le cas pour vous, d’où votre façon de la nommer “seconde générale”).

    Règlementairement, l’établissement ne peut que proposer (c’est d’ailleurs le mot que vous utilisez pour décrire la situation) une réorientation vers une seconde professionnelle, mais on ne peut vous l’imposer. En cas de décision de redoublement (probable), vous êtes en droit de demander un redoublement dans la même seconde (dans le même établissement ou dans un autre). Et si d’aventure, au niveau de l’établissement, on ne vous l’accordait pas, on serait dans un cas de vice de forme que la commission d’appel casserait très probablement pour vous donner satisfaction.

    Par contre, vous avez raison de sembler préférer qu’il change d’établissement. Il trouvera ailleurs sans doute un climat moins empreint d’a priori, il portera moins le poids de son année scolaire 2012-2013 ratée . Autant repartir à presque zéro (je dis “presque” parce que son dossier scolaire sera transmis aux responsables du nouvel établissement) !

    Du coup la question devient celle de savoir dans quel établissement cela pourrait se faire, sachant que si l’établissement demandé pour la rentrée 2013 est public, vous devrez en passer par la procédure Affelnet de votre académie. Par contre, si c’est pour un établissement privé sous contrat, le recrutement des élèves se fait en “face à face” (mais à cette date, cela devient dans ce deuxième cas, très tardif).

    Or, la procédure Affelnet suppose très clairement que pour l’entrée en seconde d’un lycée public, ce n’est pas l’établissement lui-même qui fait son marché (son recrutement), mais en fonction d’un barême académique qui classe les demandeurs au regard d’une liste de voeux classés par ordre de préférence. Comme vous ne me dites pas s’il est actuellement dans un lycée public ou privé sous contrat, je ne puis vous en dire plus sur ce point.

    Pour en revenir à la possibilité de faire un recours devant la commission d’appel, sachez que vous aurez trois jours à partir de la notification officielle par le chef d’établissement de la décision d’orientation non conforme à vos voeux (vous ne pourrez par contre pas faire appel si l’orientation décidée figure dans la liste de vos voeux, même en 2e ou 3e choix). Il faudra exprimer votre recours par courrier, constituer un dossier avec vos arguments. Je serais vous, je plaiderais la reconnaissance que l’année est ratée, et votre acceptation que l’année ne débouche pas sur un passage en première, mais, compte tenu des circonstances, que le redoublement se fasse en seconde générale et technologique. Conseil : obtenez un rendez-vous avec l’assistante sociale chargée de votre lycée, et demandez à ce qu’elle reçoive votre fils et rédige un rapport qui pourrait être joint à votre dossier.

    Autre conseil : procurez vous d’ores et déjà le livre publié dans la collection L’Etudiant, intitulé “Parents d’élèves, vos droits”. C’est un livre à bon marché, dans lequel vous trouverez les textes réglementaires concernant la procédure d’appel, des exemples de lettre de saisine de la commission d’appel, de très utiles conseils sur les arguments qui ont des chances de jouer en votre faveur, et ceux qu’il vaut mieux s’abstenir d’évoquer, etc.

    Pour vous le procurer : en librairie, ou par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  507. B. Magliulole 17 mai 2013 à 11:22

    Complément de réponse à Corinne

    Pour être admis dans une école supérieure d’arts appliqués (Boulle, Estienne, Dupérré, Olivier de Serres … et autres) ou dans un lycée proposant une filière BTS arts appliqués (BTS agencement de l’environnement architectural, communication et industries graphiques, communication visuelle, concepteur en art et céramique, design d’espace, design de produits, etc.), etc., il y a deux cas de figure :

    - Les élèves ayant en lycée préparé le bac STD2A ou le bac pro artisanat et métiers d’art, sont autorisés à demander leur admission directement en première année de ces filières supérieures (ce qui ne veut pas dire qu’ils y seront automatiquement admis car toutes sont sélectives à l’entrée)

    - Les autres bacheliers doivent OBLIGATOIREMENT commencer par obtenir leur admission dans une classe d’ une année de “mise à niveau pour études d’arts appliqués” , et ensuite , se frotter aux épreuves de sélection en vue de se faire admattre dans l’une des filières précédemment évoquées. Du coup, un BTS arts appliqués se prépare en trois ans au lieu de deux.

    Vous trouverez tous les détails sur les MANAA dans un livre signalé dans mon précédent message : 100 questions/réponses pour bien s’orienter (collection L’Etudiant). Pour vous le procurer : http://librairie.letudiant.fr ou en librairie

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  508. Corinnele 17 mai 2013 à 12:01

    Merci, j’avais compris votre phrase à l’envers alors !

  509. Vincentle 17 mai 2013 à 13:02

    Merci de vous être pencher sur mon cas.je vous donne les elements manquants pour finaliser votre reponse:Il est actuellement dans un lycée public et la structure sportive (club de foot) partenaire de ce nouveau lycée public lui aussi, mais hors zone prioritaire par rapport à notre domicile, m’a remis un dossier de demande d’inscription. Sur l’ annexe de ce dossier il est noté que ce lycée dans le cadre des textes officiels relevant conjointement du ministère de l’ E.N et du ministère de la Jeunesse et des sports accueille les sportifs de haut niveau sous condition d’avoir obtenu de leur établissement précédent une décision favorable pour entrer dans la formation demandée soit 2nd GT SES.merci de votre retour et de votre aide….

  510. B. Magliulole 17 mai 2013 à 15:55

    Complément de réponse à Vincent

    La procédure Affelnet (affectation des élèves entrant en seconde par le net), prévoit un barême unique propre à chaque académie, et ce pour se porter candidat à l’admission des les classes de seconde (GT et pro) , lesquelles sont regroupées par secteurs géographiques (par exemple, dans l’académie de Paris, il y a quatre secteurs d’affectation en seconde).

    Toutefois, des cas particuliers de “filières spécifiques” peuvent être mises “hors secteurs” et surtout, hors procédure affelnet. Ce sont les sections internationales, artistiques … et sportives. Il semblerait que vous êtes concerné par ce dernier cas de figure. C’est cependant à vérifier auprès des services académiques, ou sur votre site académique.

    Ce qui, malgré tout, est obligatoire, c’est d’obtenir une décision d’orientation conforme à la classe de seconde attendue, la seconde G/T (avec enseignement d’exploration de sciences économiques et sociales en ce qui, semble-t-il, vous concerne). Pour cela, je vous renvoie aux commentaires prononcés par moi dans

  511. moniquele 07 juin 2013 à 5:32

    bonjour ma fille fille est actuellement en seconde apres le conseil du second trimestre il souhaitait l orienter dans une premiere pro ce que j ai refuser puisse qu il avait proposer une premiere smtg et maintenant au troisieme trimestre il propose le redoublement dois je accepter ou faire appel merci

  512. B. Magliulole 07 juin 2013 à 10:58

    Réponse à Monique

    Le recours à une commission d’appel est possible chaque fois que le conseil de classe et le chef d’établissement décident d’une orientation non demandée par la famille. Si, comme il semble à vous lire, vous n’avez pas écrit sur la “fiche navette” (la fiche de voeux) que vous êtes prête à accepter un redoublement volontaire plutôt qu’une orientation vers une classe de première non demandée, alors oui vous pouvez faire appel.

    C’est évidemment à vous d’en décider. Je ne puis répondre à votre place à la question de savoir si vous devez accepter la proposition de redoublement ou faire appel, cette question étant liée à des aspects (résultats scolaires, comlportements scolaires, voeux exprimés… que je ne connais pas du tout. Suele chose que je puis affirmer : vous n’y êtes pas obligée. A vous de décider !

    En fait, la première question à vous poser devrait être celle de savoir si un redoublement est de nature à lui permettre de se consolider, se renforcer, et obtenir l’an prochain l’orientation désirée. Il arrive qu’un redoublement soit salutaire, mais l’inverse existe aussi !

    Vous évoquez l’idée d’un passage en première STMG. Pourquoi pas, mais pourquoi cette spcécialité de bac plutôt qu’une autre ? Par contre, sachez que le passage direct de seconde générale et technologique vers une première pro n’est pas simple à obtenir, la seconde professionnelle étant très spécifique, et demandant à avoir été suivie avant d’entrer en première pro. Par contre, si l’idée d’un bac pro vous intéresse, alors redoubler en seconde pro plutôt qu’en seconde générale et technologique pourrait s’avérer pertinent.

    Attention : vous n’avez que trois jours pour déposer votre recours devant la commission d’appel, à partir de la notification de la décision d’orientation non conforme à vos voeux par le chef d’établissement.

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant :
    - Parents d’élèves, vos droits” : tout pour faire efficacement appel (la procédure, les délais, les arguments à présenter et ceux qu’il vaut mieux s’abstenir d’évoquer, etc.)
    - Que faire avec un bac technologique ? : pour avoir des arguments pour expliquer votre demande de première STMG
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr ou en librairie

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  513. paulinele 18 juin 2013 à 22:34

    bonjour,
    Voilà je passe en classe de première st2s à la rentrée de septembre mais mon rêve est de partir étudier à l’étranger mais deux parents sont d’accords mais j’ai beau cherché je ne trouve pas de renseignement pour savoir si l’on peut faire ce bac technologique ailleurs quand France … Merci de votre réponse!

  514. B. Magliulole 19 juin 2013 à 9:43

    Réponse à Pauline

    Bravo d’abord pour votre passage en première ST2S (sciences et technologies de la santé et du social).

    Ce bac est un bac français. Vous ne le trouverez donc pas tel quel dans un autre pays étranger. Mais il y a surement des filières secondaires apporochantes, plus souvent professionnelles que technologiques d’ailleurs.

    Ainsi, par exemple, un bac de ce genre existe en Belgique. Dans d’autres pays sans doute aussi mais je suis incapable de vous en dresser la liste (il y a plus de 200 pays dans le monde). Si vous le voulez, vous pouvez utiliser un moteur de recherche en écrivant “enseignemlent secondaire italien”, “anglais”, méxicain,” etc.

    Cela dit, , sauf déménagement des parents vers l’étranger, il est très rare qu’un élève français parte faire seul ses études secondaires à l’étranger, ne serait-ce que parce que dans la plupart des pays, seuls sont autorisés à faire cela les élèves majeurs (agés de plus de 18 ans). Il est donc logique que ce soit plutôt après le bac que cela commence.

    Autre contrainte : la langue. Partir faire ses études secondaires (ou même supérieures) en Espagne ou Grande-Bretagne, pourquoi pas ? Mais êtes-vous d’un niveau “langue maternelle” dans la langue du pays ? Attendez vous à devoir le prouver par la réussite à un test d’aptitude en langue étrangère qui, si vous le ratez, vous interdira toute inscription (le TOEIC pour la Grande Bretagne par exemple). Sauf bien sur si vous partez dans un pays francophone (Belgique wallone, Suisse francophone, Québec …).

    Si vous passez votre bac ST2S en France, rien ne vous interdira de demander à partir faire des études supérieures sociales ou paramédicales à l’étranger. Prévoyez cela en donnant à fond sur au moins l’anglais (à cause du test dont je viens de vous parler) et/ou une autre langue selon le pays dans lequel vous envisagez d’aller faire vos études supérieures. Et si vouis vivez dans une grande ville, pourquoi ne pas profiter des deux années qui vous séparent du bac pour vous inscrire dans un centre culturel étranger, et vous familiariser avec la langue, la culture … du pays dans lequel vous envisagez d’aller ensuite faire vos études supérieures ?

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Partir étudier à l’étranger (on y traite surtout de l’enseignement supérieur)
    - Que faire avec un bac technologique ? (tout sur les débouchés du bac ST2S)
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr ou en librairie

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  515. paulinele 19 juin 2013 à 18:56

    merci beaucoup pour votre réponse
    mon rêve de partir à l’étranger est depuis que je suis toute petite j’adore voyager
    Après je voulais surtout approfondir mon anglais car j’ai le bac dans deux ans et mon niveau est pas très élevé le problème c’est que l’anglais en cours ne m’intéresse pas même si je sais que je suis obligée d’y penser alors je cherche un moyen pour y partir juste quelques mois genre l’été après aussi j’ai italien je m’en sors très bien donc voilà
    merci du conseil je pense que je vais faire comme ca je vais passer mon bac en France et partir par la suite
    merci d’avance

  516. B. Magliulole 20 juin 2013 à 9:31

    Complément de réponse à Pauline

    Vous avez totalement raison de vouloir vous doter d’un bon niveau en anglais, c’est important pour vos études (en particulier, ce sera nécessaire quand vous voudrez partir faire des études supérieures dans un pays anglophone), mais c’est aussi important pour votre future vie professionnelle et sociale.

    L’avantage des cours d’anglais donnés dans le réseau des centres culturels britanniques (le “british council”), c’est que l’anglais enseigné n’est pas scolaire. Ce que l’on apprend, c’est un anglais très vivant, un anglais du quotidien. Pour l’italien, l’équivalent c’est le réseau des “instituts Dante Alghieri”… mais il y en a beaucoup moins.

    Quand à votre idée de faire des séjours linguistiques à l’étranger sur une partie de vos vacances scolaires, c’est également une bonne idée.

    Bonne continuation

    bruno Magliulo

  517. yannickle 17 juil 2013 à 10:39

    Bonjour,

    Mon fils a été orienté en seconde générale, mais dans son lycée, les enseignements d’exploration ne comprennent que des options générales, alors que nous cherchions la combinaison SES + SMS.

    Est-il encore temps de demander un changement d’affectation pour aller vers un lycée permettant de tels choix ? Comment procéder : directement auprès du lycée que nous avons repéré ? En passant par le rectorat ? Les deux peut être ?

    Et à partir de quand peut on entamer les démarches ?

    Yannick

  518. B. Magliulole 17 juil 2013 à 11:30

    Réponse à Yannick

    Je suis très étonné par le fait que cette question survienne si tard. C’est depuis la mi juin que vous connaissez cette situation, et vous ne l’évoquez que maintenant. Depuis, les lycées offrant la combinaison d’enseignements d’exploration ES + SMS (il y en a relativement peu) ont procédé à la répartition des places disponibles, et je crains fort qu’en cette date (17 juillet), vous n’ayez désormais beaucoup de mal à trouver une place.

    Cela dit, ce n’est pas strictement impossible. Vous devez pour cela vous adresser au service de scolarité lycées du rectorat (ou de l’inspection académique) dont vous dépendez. Je ne sais s’ils sont encore ouverts, mais sachez que la plupart réouvrent le lunid 12 août (ou le lundi 19 août). Renseignez-vous de suite sur les dates d’ouverture de ces services sur le site correspondant (par exemple : www.ac-bordeaux.fr ou www.ac-paris.fr, etc.). C’est là que l’on pourra voir s’il reste des possbilités de telles inscriptions, et que l’on procèdera à une éventuelle affectation de votre fils. Surtout : le plus vite sera le mieux !

    Si vous ne trouviez aucune place de ce type, il restera à faire la rentrée en seconde dans l’établissement où il est pour le moment affecté (surtout, ne démissionez pas de cet établissement avant de savoir si vous trouvez une place ailleurs). Sachez qu’il n’est pas interdit de demander à rejoindre une classe de première ST2S en fin d’une seconde , même si dans le cadre de cette dernière, on n’a pas suivi l’enseignement d’exploration de SMS.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac technologique ? (tout sur le bac ST2S et ses débouchés)
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : http://librairie.conseilsdeclasse.letudiant.fr

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  519. Michèlele 19 juil 2013 à 18:09

    Ma fille a été orientée en première “STMG” à l’issue de sa classe de seconde. Or, on me parle de “STG”.

    C’est quoi la différence entre “STG” et “STMG” ?

    Michèle

  520. B. Magliulole 20 juil 2013 à 10:24

    réponse à Michèle

    Dans le cadre de la réforme du lycée, la filière STG (sciences et technologies de gestion) est remplacée progressivement par une nouvelle filière qui lui succède : STMG (sciences et technologies du management et de la gestion).

    Le calendrier d’application de la réforme est le suivant :

    1. Mise en place des nouvelles classes de première STMG (et donc disparition des anciennes classes de première STG) à la rentrée de septembre 2012. Maintien, pour la dernière année scolaire (2012-2013) de la terminale STG. La session 2013 du bac fut donc la dernière de l’ancien bac STG.

    2. Mise en place des nouvelles terminales STMG (et donc disparition des anciennes classes de terminale STG) à la rentrée de septembre 2013. En juin/juillet 2014 auront lieux les épreuves du nouveau bac STMG, se substituant à l’ancien bac STG.

    Pour votre enfant, qui entre en première, il n’y a donc plus de filière STG : elle entre en première STMG, et entrera en terminale STMG en 2014, et se présentera aux épreuves du bac STMG en 2015.

    Différence essentielle entre STG et STMG : le nouveau bac STMG est nettement plus “généraliste”, polyvalent, moins “techno”… Vous trouverez aisément les horaires et programmes des divers enseignements de STMG à l’aide d’un moteur de recherche.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac technologique ? Tout sur la nouvelle filière STMG et ses débouchés
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  521. Léale 20 juil 2013 à 11:35

    Ma fille entre en première STMG, et on lui demande de choisir entre quatre spécialités de bac STMG. C’est quoi ces spécialités entre lesquelles il faut choisir ?

    Et est-il vrai que si elle réussit son bac avec mention, elle pourra automatiquement accéder à un IUT, son rêve étant d’entrer en “communication/information” pour la spécialité “journalisme”.

    Merci d’avance

    léa

  522. B. Magliulole 22 juil 2013 à 9:09

    Réponse à Léa

    La première STMG est “unique” en ce sens que mis à part quelques possibilités d’options facultatives, les élèves suivent tous un même programme, dans les mêmes matières, avec les mêmes horaires hebdomadaires.

    Par contre, en passant en terminale STMG, ils se répartissent entre quatre “spécialités” : “mercatique”, “ressources humaines et communication”, “systèmes d’information et gestion”, “comptabilité et finance”. Chaque élève admis en terminale STMG doit donc faire un choix en fin de première STMG.

    Sachez cependant que s’il y a donc quatre terminales STMG, chacune d’entre elle a pour point commun d’avoir un tronc commun très dominant : économie, droit, management des organisations, mathématiques, LV1 et 2, français, histoire-géographie, EPS … sont ll’objet des mêmes horaires et programmes dans ces quatre classes terminales, et des mêmes épreuves au bac, avec les mêmems coefficients. La différenciation passe donc par un module d’enseignement technologique d’horaire relativement léger : six heures par semaine. Autrement dit, la spécialisation existe mais est peu poussée.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac technologique ? Tout sur la filière STMG et ses débouchés
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  523. Jeannotle 22 juil 2013 à 9:17

    Ma fille a été orientée en seconde générale, mais dans un lycée qui est strictement général. Or, l’an prochain, elle va demander à passer en première ST2S.

    Nous avons vu que parmi les enseignements d’exploration au choix de seconde, il y en a un qui s’appelle “sciences médico-sociales”. Dans son lycée, elle ne pourra pas en bénéficier.

    Est-ce que dans un an, lorsqu’il lui faudra demander à aller vers un autre lycée en première ST2S, le fait de ne pas avoir suivi cet enseignement d’exploration de SMS ne va pas la pénaliser, peut être même lui barrer l’accès à cette filière ?

    Jeannot

  524. B. Magliulole 23 juil 2013 à 16:11

    Réponse à jeannot

    Pour passer en première ST2S, il n’est pas obligatoire d’avoir opté en seconde pour l’enseignement optionnel de déterminbatioin de “SMS” (sciences médico-sociales). Cependant, le fait d’avoir pu le faire sera évidemment un avantage pour obtenir le “feu vert” pour une telle orientation. Autrement dit : si elle a un bon dossier de candidate, et se montre motivée (attendz vous à un entretien de motivation), elle y aura sa place, mais à bilan scolaire équivalent, priorité pour celles et ceux qui ont pu bénficier de l’enseignement d’exploration de SMS.

    Autre problème : du fait que dans son lycée de 2013-2014 (en seconde), elle ne puisse trouver ensuite la filière ST2S, il lui faudra bien sur obtenir une affectation dans un autre lycée.

    Par voie de conséquence, si votre fille est très déterminée à demander son orientation vers une première ST2S, il est peut être encore temps de chercher dans votre ville un lycée offrant une possibilité d’enseignement d’exploration de SMS en seconde. ce serait mieux ! Mais je ne vous cache pas qu’il aurait fallu le demander bien plus tôt, et obtenir votre affectation avant le départ en vacances. Rien ne prouve que fui août, vous trouverez une telle place !

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac technologique ? (tout sur le bac ST2S et ses débouchés)
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le désirez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  525. Leale 25 juil 2013 à 10:13

    Avec notre fille, nous avons demandé et obtenu son orientation en première L. Mais dans son lycée, nous avons depuis découvert une filière de préparation du bac “arts appliqués” (STD2A) qui nous intéresse énormément, mais que nous n’avons hélas pas demandée.

    Est-il possible de le faire d’ici la rentrée 2013 ?

    Si oui, suffit-il de nous adresser aux responbsables de son lycée, ou faut-il passer par le rectorat, sachant que son lycée est de statut public.

    Merci d’avacnec pour votre réponse

    Léa

  526. B. Magliulole 26 juil 2013 à 10:08

    Réponse à Léa

    Sauf cas très exceptionnel d’élève ayant acquis une expérience sérieuse en arts appliqués, dans le cadre d’organes de formation externes (écoles d’art, vie associative …), les seuls élèves susceptibles d’être admis en première STD2A sont ceux qui ont précédemment suivi avec succès les enseignements de la seconde générale et technologique, et bénéficié dans ce cadre des six heures hebdomadaires d’enseignements de “création et culture design” que proposent les lycées qui offrent une possibilité de préparation à ce bac. Les admissions en première STD2A étant sélectives (plus de candidats que de places à prendre), je ne crois donc pas que votre fille ait la moindre chance de parvenir à passer de la seconde qu’elle va vivre en 2013/2014 à cette première STD2.

    Et comme une telle orientation se décide en conseil de classe (qui doit prononcer un avis) et après une procédure de sélection, elle ne peut plus espérer une possibilité d’admission dans cette voie (en seconde arts appliqués) au titre de la rentrée prochaine : c’est beaucoup trop tard !

    Il n’en demeure pas moins deux possibilités :

    1°) préparer son bac L, y suivre un enseignement optionnel d’arts plastiques (et/ou à l’extérieur du lycée), et se porter candidate pour des études supérieures d’arts appliqués (si d’ici là son projet est toujours confirmé), après le bac !

    2°) faire en 2014 un redoublement volontaire en seconde à option “création et culture design”, et, au prix d’un retour en arrière d’un an, tenter son admission (qui sera conditionnelle) en première STD2A. Attention : un tel redoublement volontaire n’étant pas un droit, votre fille devra fortement motiver sa demande si elle espère y accéder.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Pour quelles études êtes-vous fait ? (avec des tests et grilles d’auto analyse)
    - Que faire avec un bac technologique ? (tout sur le bac STD2A et ses débouchés)

    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  527. Yannle 14 août 2013 à 11:36

    Notre fils était scolairsé au lycée français de Dakar, au Sénégal. Nous y vivons depuis quatre ans et je travaille dans une entreprise française de téléphonie, implantée ici.

    Je vis d’apprendre que mon enhtreprise me demande de rentrer en France pour le 1er janvier 2014. Ce sera une nouvelle vie à Bordeaux .

    Notre problème est donc de savoir si nous aurions intérêt à ce que notre fils , qui doit entrer en première S à la rentrée de septembre 2013, a intérêt à la faire dans son lycée de Dakar, pour changer d’établissement et faire ses deuxième et troisième trimestres dans un lycée de Bordeaux, après les vacances de Noël (en janvier 2014), ou à entrer de suite dans un lycée de Bordeaux (avec internat pour un trimestre seulement … ets-ce que cela est accepté par les responsables de lycée ?), pour y faire son année scolaire complète.

    Nous préfèrerions la première solution, mais nous craignons que les places dans les bons lycées bordelais ne soient alors d’accès difficile pour une rentrée en janvier 2014, et que notre fils soit alors obligé d’entrer dans un lycée de second choix.

    Nous sommes prêts, si c’est plus simple, à l’inscrire dans un établissement privé sous contrat.

    Quels conseils pourriez-vous nous donner, et à qui devons nous nous adresser, et à partir de quelles dates, suivan,t le scenario 1 ou 2 ?

    Merci, si vous êtes disponible en cette fin août, de nous répondre aussi vite que possible.

    Yann

  528. B. Magliulole 14 août 2013 à 12:36

    Réponse à Yann

    Je comprend fort bien votre souci, mais ne vous cacherai pas que votre situation scolaire est rendue difficile par la date fort tardive (mais ce n’est pas vous qui l’avez choisie), à laquelle survient votre problème.

    Les deux scenaris que vous envisagez sont chacun porteurs d’avantages et d’inconvénients.

    1°) L’inscrire dans un lycée (public ou privé sous contrat) de Bordeaux pour la rentrée de septembre prochain lui permettra bien sur de mieux s’intégrer, d’y faire une année scolaire complète, d’entamer cette dernière dans de bonnes conditions pédagogiques car les programmes traités par les enseignants le seront dans une parfaite continuité … Mais vous devez prendre en compte divers inconvénients, dont le principal est lié au fait qu’à cette date (mi août), il y a risque que les “bons” lycées n’aient plus aucune place disponible. Si votre choix va vers un établissement privé sous contratr avec internat, il en existe plusieurs de bonne réputation sur Bordeaux, mais il faudra alors que vous fassiez du “porte à porte” , directement auprès de chaque chef d’établissement. Pour les lycées publics, cela se passe auprès des services rectoraux. Ce n’est pas facile depuis Dakar, d’autant que les services du lycée français de Dakar auraient pu vous y aider, mais qu’à cette date, ils sont probablement non disponibles. L’idéal serait que vous bloquiez une semaine pour prendre divers rendez-vous, sachant que le plus vite est le mieux. Dans la plupart des cas, les services des lycées réouvrent … lundi prochain (le 19/08), ou peu après ! Pour trouver les coordonnées : www.letudiant.fr et www.ac-bordeaux.fr Un gros problèmle cependant : le plus difficile va peut être être de trouver une place AVEC INTERNAT. Préparez vous donc à ce que cela soit possible SANS INTENAT, et à devoir dans ce cas organiser l’hébergement de votre fils avant votre arrivée .

    2°) Lui faire faire sa rentrée en septembre dans son lycée français de Dakar est évidemment source de résolution de plusieurs des problèmes précédemment évoqués. Par contre, il y aura à assumer plusieurs contreparties :
    - trouver une place dans un lycée (public ou privé sous contrat) pour une admission en janvier 2014
    - lui faire vivre une relative “rupture” pédagogique (continuité des programmes tarités par les enseignants, découverte en cours d’année d’un nouveau cadre scolaire, de nouvelles têtes …), caractéristique qui se présente à chaque changement d’établissement en cours d’année scolaire.

    Avez-vous pensé à une troisième formule qui consisterait à lui laisser terminer son année scolaire 2013/2014 dans nson lycée français, quitte à ce qu’il soit logé chez l’un de vos amis à Dakar ? Certes, vous ne le verrez pas pendant cinq à six mois, mais sur le plan purement scolaire, c’est sans doute la situation la moins dommageable. J’ajoute que le fait d’être bachelier issu d’un lycée français de l’étarnger procure un in déniable “plus” dans les dossiers de candidature pour nombre de filières d’études supérieures sélectives. Pourquoi y renoncer , si près de la fin des études secondaires ? Peut être même que votre femme pourrait rester à Dakar pedant cette fin d’année scolaire, et vous rejoindre avec lui à Bordeaux en juin 2014 ?

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Choisir le bon lycée pour son enfant
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  529. Pierrele 17 août 2013 à 9:54

    Mon fils était en 2012/2013 scolarisé en seconde générale dans un lycée privé hors contrat situé à Paris. Son conseil de classe l’a admis en première S. Pour des raisons de déménagement, nous l’avons inscrit dans un lycée public de Poitiers. MAis nous avons reçu tardivement un courrier nous informant que l’admission en première S était refusée au profit d’une possible première ES ou L, et pire, que cette éventualité était soumise à l’obligation de se présenter à un examen dans l’établissement .

    Est-ce normal ?

    Pierre

  530. B. Magliulole 20 août 2013 à 11:01

    Réponse à Pierre

    Les décisions d’orientation prises dans le cadre d’un établissement scolaire privé hors contrat n’engagent que … ce seul établissement privé hors contrat. Elles ne s’imposent donc ni à un autre établissement de statut privé sous contrat, ni à un établissement scolaire public.

    Lorsqu’il y a demande d’inscription dans un établissement public, pour une famille dont l’enfant sort d’un établissement privé hors contrat, l’établissement sollicité est habilité à mettre en place un “examen” des aptitudes de l’élève candidat. Cela peut prendre plusieurs formes : examen du dossier, épreuves écrites voire orales diverses, entretien, voire une combinaison de plusieurs modalités d’examen… Le lycée que vous avez sollicité est donc en droit de ne pas accorder l’orientation vers la première ES que vous aviez obtenue dans le lycée privé hors contratr fréquenté en 2012/2013, et il est également en droit de soumettre l’autorisation d’entrée en première ES ou L (selon ce que vous allez choisir), à un examen.

    En cas d’échec, votre fils ne pourra que faire une nouvelle année en seconde. Il sera donc en situation de redoublement.

    Vous pouvez aussi, si vous tenez très fortement à la première S, solliciter un redoublement volontaire (plutôt que d’entrer en première ES ou L) en seconde du lycée public , et obtenir en 2014, l’orientation désirée.

    Ce sera pareil si vous vous adressez à un lycée privé sous contrat.

    Reste la possibilité de l’inscrire à nouveau dans un établissement privé hors contrat sur Poitiers … si cela existe bien sur.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Que faire avec un bac S ?
    - Que faire avec un bac ES ?
    - Que faire avec un bac L ?
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  531. Imanele 06 sept 2013 à 3:49

    bonjour je mappelle imane jai 16ans jai fait une seconde general et technologique pour envisager une premiere S on ma finalemen proposer une premiere techno donc jai redoubler cette annee ma seconde sauf que a la fin du premier trimestre jai commencer a mabsenter javais denorme problème familiale en janvier je me suis ouvert la tete jai du rester a lopitale puis ver fin fevrier on a du partir au bled car ma tante est morte et je devai revenir le 20mars sauf que 1jour avan jai encore fini a lopitale me fesan operer de lappendice du coup jai pa pu rentrer en france et jetai obliger de rester 1mois au lit donc finalment cest un 2eme echec de ma seconde.. je sui finlmen revenu en france ya 3jour mais je me retrouve sans lycee jai pas fait dinscription rien et je voudrais savoir si cest possible de tripler ma seconde dans mon cas et comment faire une insription or quon est en septembre je suis deseperer tout les jours je pleur jai limpression davoir gacher ma vie reponder moi au plus vite je vous en pris

  532. B. Magliulole 06 sept 2013 à 10:33

    Réponse à Imane

    Dur parcours que le votre ces deux dernières années. J’espère que vous allez désormais avancer sur des eaux plus calmes.

    En France, la scolarité n’est obligatoire que jusqu’à 16 ans (le jour de votre anniversaire de 16 ans). Jusque là, on est obligé de vous trouver une place dans un établissement scolaire (pas forcément pour une seconde générale) ou en formation professionnelle, au delà c’est laissé à la décision des chefs d’établissements, et surtout, des services rectoraux dont vous dépendez.

    Vous devez donc de toute urgence aller (vous ou vos parents) au rectorat ou à l’inspection académique dont vous dépendez (je ne peux vous donner d’adresse, ne sachant pas dans quelle ville vous vivez). Là vous allez au bureau qui s’occupe de la scolarité en lycée, et vous faites votre demande. En fonction des places disponibles, de votre dossier scolaire antérieur et de vos voeux, ils pourraient vous trouver une place. Attendez-vous, si vous avez passé la date d’anniversaire de vos 16 ans, à ce que ce soit plus difficile que si vous n’y êtes pas encore.

    Par contre, il est inutile de faire le tour des lycées car ce n’est pas les chefs d’établissements qui recrutent : ce sont les services académiques qui affectent, sur les critères que je vous ai précédemment signalé.

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  533. Henrile 06 sept 2013 à 11:52

    Mon fils a été admis en première S et avec lui, nous regrettons cette orientation, et lui préférons aujourd’hui une réorientation vers STI2D, filière que nous n’avions pas demandé lors du dernier conseil de classe de juin dernier. Le problème est que cette filière n’existe pas dans son lycée (il en existe plusieurs). Pensez-vous que nous pourrions obtenir satisfaction pour un autre lycée public, sachant que nous vivons à Nancy ?

    A qui, surtout, devons nous nous adresser : directement auprès du proviseur ? Au rectorat ? …

    Merci de nous répondre au plus vite car je suppose que le plus vite est le mieux pour obtenir satisfaction à une telle demande de réorientation.

    Henri

  534. Imanele 06 sept 2013 à 15:25

    j’habite a Paris , merci pour votre reponse mais est-ce que au rectorat je peut faire une demande pour une seconde général? et au rectorat est ce que je doit fournir des document particulier?

  535. B. Magliulole 09 sept 2013 à 10:54

    Complément de réponse à Imane

    Oui, rien ne vous interdit de demander une admission en seconde générale, mais le plus probable est qu’il y ait affectation vers la classe désignée par le conseil de classe.

    On va évidemment vous demander de fournir des documents divers : livret scolaire de votre enfant avec le document de décision d’orientation, documents attestant de votre domiciliation dans l’académie demandée, etc.

    Armez vous de patience : il y a beaucoup de monde à cette date.

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  536. B. Magliulole 09 sept 2013 à 11:01

    Réponse à Henri

    Votre cheminement de pensée est assez étonnant dans la mesure où la plupart des familles de seconde rêvent d’une première S plutôt que STI2D. Et vous, dont l’enfant a obtenir le feu vert pour une première S, vous souhaitez obtenir un réorientation vers une première STI2D. Pourquoi pas ?

    Le problème est évidemment que c’est bien tardif pour exprimer une telle demande, surtout dans un lycée qui n’offre pas le voie STI2D, et suppose donc un changement d’établissement.

    Ce que vous pouvez faire, de toute urgence, c’est vous renseigner sur les lycées de Nancy qui offrent la spécialité STI2D et qui seraient prêts à accepter la demande de votre fils. Muni de cette information vous devrez :

    1. Vous adresser directement au directeur s’il s’agit d’un lycée privé sous contrat
    2. Vous adresser au service des affectations en lycée du rectorat s’il s’agit d’un lycée public (les proviseurs des lycées publics ne peuvent pas inscrire directement les élèves).

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac technologique ?
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr

    N’hésitez pas à me poser une autre qestion si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  537. Heliotle 10 sept 2013 à 11:31

    Mon fils entre en seconde et il a choisi les enseignements d’exploration de sciences économiques et sociales et principes fondamentaux et de la gestion.

    Lors de la soirée d’accueil des parents, son professeur principal nous a dit qu’avec un tel jeu d’enseignement d’exploration, il est destiné à entrer en ES ou STMG, mais pas en S.

    Nous confirmez-vous cela ?

    heliot

  538. B. Magliulole 10 sept 2013 à 18:57

    Réponse à Héliot

    Les textes réglementaires sont formels ; sauf cas particulier , l’orientation vers une filière de première/terminale n’est pas obligée en fonction du couple d’enseignements optionnels d’exploration choisi par les élèves. Ainsi, avoir choisi SES + PFEG ne vous oblige pas à demander en premier voeu une première ES ou STMG. Bien sur, du fait de ces choix, vous y êtes plus particulièrement destiné, mais si son bilan global en maths et sciences le justifie, rien ne lui interdira de demander une première S. Il aurait cependant pu se préparer à un tel choix en choisissant un enseignement d’exploration scientifique, ce qui aurait accru ses chances d’avoir satisfaction… sans lui interdire pour autant de demander en voeux 2 (ou 2 et 3), première Es et (ou) première STMG.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - 100 questions réponses pour bien s’orienter
    - Parents d’élèves, vos droits
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  539. lilyle 22 oct 2013 à 10:05

    Ma fille est entrée en seconde générale, et ça ne va pas du tout. Elle voudrait se réorienter vers une seconde professionnelle, mais nous préférons qu’elle persévère et aille au moins au bout de sa classe actuelle, quitte à redoubler en seconde pro en 2014 s’il est confirmé que c’est mieux pour elle.

    Qu’en pensez-vous ?

    Lily

  540. B. Magliulole 22 oct 2013 à 10:18

    Réponse à Lily

    A la date d’aujourd’hui (à mi premier trimestre), un passage de seconde générale en seconde professionnelle est très difficilement envisageable, les programmes de ces deux classes étant fort différents, ce qui rend la “greffe” difficile. Mais pourquoi pas ? Sachez que dans ce cas, c’est à vous d’approcher le ou les lycées professionnels qui intéressent votre fille.

    En outre, contrairement à la seconde générale qui est unique, il n’y a pas une mais des secondes professionnelles : laquelle votre fille désire-t-elle ? Il en existe près de 80, chacune étant spécialisée sur un secteur professionnel plus ou moins précis. En outre, certaines spécialités sont tellement recherchées qu’elle sont obligées de procéder à une sélection à l’entrée, et donc exigent une préparation préalable des épreuves . C’est par exemple le cas pour les secondes pros des métiers d’art, de restauration, etc..

    Aller au bout de sa seconde générale permet bien sur de se donner du temps pour bien choisir sa spécialité professionnelle et s’y préparer, donc augmenter ses chances de bien choisir et d’y être admis si elle est sélective. En outre, si votre fille se met à progresser, peut être changera-t-elle d’avis et ira ensuite vers un bac technologique, voire général, et reportera ainsi à l’après-bac le moment de s’engager dans une filière professionnelle.

    En tout état de cause, il faudrait discuter de ce problème avec son professeur principal

    Pour aller plus loin, dans la collection L’Etudiant :
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter*
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  541. Adèlele 06 nov 2013 à 12:25

    Mon fils est en seconde générale, avec comme enseignements optionnels obligatoires ceux de sciences économiques et sociales et de LV3 (italien).

    Son professeur principal nous a dit que selon lui et plusieurs de ses professeurs, il n’a pas le profil bac ES (que nous souhaitons demander en premier vœu), mais plutôt un profil bac STMG.

    Son objectif est de se faire admettre à HEC. Or, on me dit qu’avec un bac STMG, il n’a aucune chance d’entrer dans cette école.

    Qu’en pensez-vous ? Et question : si c’est vrai, nous conseillez-vous d’insister pour une orientation en première ES ?

    Adèle

  542. B. Magliulole 06 nov 2013 à 17:37

    Réponse à Adèle

    Quand vous écrivez que le souhait de votre fils est d’entrer à HEC, j’ai besoin d’une précision : est-ce très précisément l’Ecole des hautes études commerciales (HEC) de Paris (localisée en fait à Jouy-en-Josas en banlieue ouest), ou évoquez vous une grande école de commerce en général ? Cette question parce que la réponse n’est pas du tout la même selon votre réponse.

    1. S’il s’agit de la seule école HEC, alors sachez (mais peut être le savez vous déjà), que c’est le top du top des grandes écoles de commerce et de management des entreprises. On y accède à l’issue de deux années passées en classe préparatoire économique et commerciale (option économique si on est issu du bac ES, option technologique si on est issue du bac STMG, option scientifique si on est issu du bac S). Or, le niveau de sélection est tel (plusieurs milliers de candidats chaque année pour quelques centaines de places), qu’on ne voit presque jamais un ancien STMG parvenir à sauter un tel obstacle, alors qu’il y a un nombre nettement plus significatif d’anciens ES qui y parviennent (et plus encore, les anciens S). Donc, pour HEC, il vaut clairement mieux passer par le bac ES que STMG.

    2. Mais s’il s’agit d’une grande école de commerce et de management des entreprises (dont HEC est un cas exemplaire, mais il y en a une trentaine d’autres), le jeu est beaucoup plus ouvert. Et là, on observe que les élèves issus des prépas économiques et commerciales option technologique (pour les STMG), ont des taux de réussite qui sont en moyenne tout à fait à la hauteur de ceux des ES dans leurs propres classes préparatoires. J’ajoute que contrairement à HEC, qui pour l’admission en première année ne recrute qu’en prépas, la plupart des autres écoles de ce genre recrutent principalement en prépa, mais offrent des possibilités d’accès à l’issue d’un DUT, BTS, bachelor, d’une licence… (ce qu’on appelle les procédures d’admission parallèle).

    Ainsi, en résumé, on peut dire que pour HEC il n’y a pas photo : ce doit nécessairement être un bac S ou ES. Pour les autres écoles de ce type ce peut aussi être me bac STMG.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac ES ?
    - Que faire avec un bac technologique ?
    - Bien choisir son école de commerce
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne chance

    Bruno Magliulo

  543. Florientle 19 déc 2013 à 19:55

    Bonjour, je suis actuellement en 1ère ES.
    L’an prochain, je souhaite prendre la spécialité économie approfondie, mais qui est la seule à ne pas être proposée dans mon lycée… Je souhaite donc obtenir une dérogation, en sachant que j’habite dans un petit village je souhaiterais également obtenir une place en internat sous peine de passer 3heures par jour dans les transports… Quelle démarche dois-je faire?
    Merci d’avance!

  544. B. Magliulole 21 déc 2013 à 12:34

    Réponse à Florient (Florent ?)

    Il est vrai que s’il existe trois spécialités de classe terminale ES (économie approfondie, sciences sociales et politiques, mathématiques), il arrive qu’un établissement n’en propose que deux , voire une seule.

    Dans un cas tel que le votre, on a le choix entre trois solutions :

    1. Changer de lycée et s’inscrire dans un autre établissement offrant l’option convoitée. Mais autant c’est facile à faire quand on habite dans une grande ville, autant je peux comprendre que dans votre cas, le lycée le plus proche offrant la spécialité “économie approfondie” se situant loin de votre domicile, ce ne soit inenvisageable, sauf à demander un lycée avec internat.

    2. Rester dans son lycée et renoncer à la spécialité non offerte, en en choisissant une autre

    3. Demander à suivre l’enseignement de la spécialité non proposée, via le CNED

    Si vous choisissez la première formule (un autre lycée, mais avec internat), la demande, si elle concerne un lycée public, s’exprime auprès des services de scolarité de l’inspection académique de votre département, ou du rectorat de votre académie. Généralement, cela passe par des dossiers téléchargeables que votre lycée actuel doit pouvoir vous obtenir (voir le secrétariat du proviseur ). Si le lycée avec internat convoité est privé sous contrat, elle peut s’exprimer directement auprès du directeur de ce lycée privé sous contrat. En allant au CIO le plus proche, vous aurez la liste des établissements offrant la spécialité “éco approfondie” et offrant un internat. Vous pouvez aussi utiliser le site de votre rectorat d’académie (par exemple : www.ac-bordeaux.fr ou www.ac-lille.fr, etc.)

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac ES ? (les débouchés, selon la spécialité choisie en terminale)
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr
    Ou en librairie

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bon courage et bonne continuation

    Bruno Magliulo

  545. paulle 12 jan 2014 à 1:40

    bonjour, j’aimerais passer en STI2D mais seulement mes notes ne sont pas toujours très bonnes. Donc j’aimerais savoir quelles sont les notes suffisantes pour le passage en STI2D. Merci d’avance !

  546. B. Magliulole 13 jan 2014 à 11:42

    Réponse à Paul

    Le passage de seconde en première STI2D (ou vers toute autre première), dépend d’une évaluation qui est propre à chaque établissement. Les notes comptent bien sur, mais pas uniquement. On tient également compte des appréciations. On pourrait en outre vous demander d’exposer les raisons d’un tel choix d’orientation (votre motivation).C’est votre conseil de classe qui va examiner ce vœu et répondre.

    Les choses ne se feront pas de la même façon selon que la filière STI2D que vous demandez existe dans votre lycée (auquel cas un avis favorable vaudra droit d’entrée en première STI2D), ou suppose un changement d’établissement (auquel cas il faudra en outre un avis favorable de l’établissement sollicité).

    Pour savoir si vous avez le “profil” pour y être admis, il faut en parler (vite car vous allez devoir exprimer votre voeu d’orientation avant le conseil de classe du deuxième trimestre)avec votre professeur principal. Encore une fois, la réponse est locale.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Que faire avec un bac technologique ? (avec plein de pages consacrées aux quatre spécialités du bac STI2D et ses débouchés : très utile si vous devez exposer votre motivation)
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bruno Magliulo

  547. Male 23 jan 2014 à 18:57

    Bonjour,
    J’aimerais savoir si le latin s’inscrit dans les vœux en fin de 3e, car étant donné que je m’apprête à aller dans un lycée qui n’est pas celui de mon secteur, le mieux serait dans mon premier vœu de ne rien mettre, mais dans ce cas l’option latin de mon vœu 2 risque d’être écartée.
    Et 2e question, une fois dans le lycée, est-ce qu’il y a une possibilité d’intégrer la classe de latin sans y avoir été affectée ?

  548. B. Magliulole 24 jan 2014 à 16:47

    Réponse à Ma

    Dans les fiches de vœux d’orientation de sortie de troisième, vous n’avez pas à préciser les options facultatives. Il vaut cependant mieux y penser à l’avance car tous les lycées ne permettent pas de suivre un enseignement de latin. Il faudra donc qu’outre la demande d’orientation (vers une seconde générale et technologique par exemple), vous fassiez une demande d’affectation vers un lycée qui permet de faire du latin. Sinon, vous courrez évidemment un risque de devoir y renoncer et, en effet, comme vous l’écrivez vous même, vous pouvez alors être inscrit dans une classe sans latin, malgré votre souhait d’en faire.

    Il existe cependant une solution de secours : s’inscrire au CNED (centre national d’enseignement à distance : www.cned.fr) pour y suivre une programme d’enseignement du latin à distance.

    Pour en savoir plus, dans la collection l’Etudiant:
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bonne continuation

    Bruno Magliulo

  549. Alexisle 16 fév 2014 à 15:55

    Bonjour
    Je suis actuellement en 2nd ASSP (accompagnement soins et service à la personne), et je voudrais devenir professeur des écoles et je voudrais m’orienté en bac STMG ou ST2S pour par la suite faire une licence de PSYCHOLOGIE puis un master.
    Et je voudrais savoir quel bac est le mieux pour allé à l’université et faire une licence de psycho?
    On ma dit que le général serais un compliqué pour moi et je préfère faire un bon bac technologique plutôt qu’un bac général moyen voir nul et qui ne mE permettrais pas d’allé à l’université.
    Merci

  550. B. Magliulole 17 fév 2014 à 11:30

    Réponse à Alexis

    Les études en psychologie conviennent bien mieux aux bacheliers généraux qu’à ceux issus de bacs professionnels ou technologiques. Mais pourquoi pas ?

    La difficulté, si vous persistez dans votre volonté de vous réorienter vers une première techno, est d’obtenir pour cela le feu vert du conseil de classe (d’une part) et du lycée techno d’accueil (d’autre part). Or, quand on est en seconde pro, une telle réorientation n’est pas automatique.

    STMG ou ST2S ? L’avantage de ST2S est que vous etes plus proche de votre actuelle seconde ASSP, et donc aurez plus de chances d’avoir satisfaction.

    Attention : après la licence de psycho (ou autre), pour devenir professeur des écoles, il vous faudra préparer en deux ans de plus un concours sélectif, pour lequel les épreuves les plus nombreuses seront faites d’enseignements généraux.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Pour quelles études etes-vous fait ?
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr

    N’hésitez pas à me poser une autre question

    Bon courage et bonne chance

    Bruno MAGLIULO

  551. Alexisle 18 fév 2014 à 15:22

    Bonjour,
    tout d’abord merci pour votre réponse.
    ET je voudrais aussi savoir si le bac Techno STMG option communication et relation humaine pourrais vraiment aidé pour travaillé aussi dans le social et dans l’enseignement?
    Comme dans mon lycée de secteur il y a cette filière je suis plus certain de la choisir.
    Merci

  552. Alexisle 18 fév 2014 à 15:27

    Bonjour,
    Tout d’abord merci de m’avoir répondu.

  553. Alexisle 18 fév 2014 à 15:33

    Bonjour,
    Tout d’abord merci de m’avoir répondu.
    Et je voudrais aussi savoir si le bac STMG relation humaine peut aidé à travaillé dans le social et dans l’enseignement? Car il est dans mon lycée de secteur et je suis plus sur le point de la prendre. Mes professeurs me dise que comme je me plait pas vraiment dans ma filière, il faudrait mieux pour moi d’allé en filière technologique mais il ne précise pas une filière en particulier et aussi sa m’évite de redoubler.

  554. Sylviele 19 fév 2014 à 6:23

    Bonjour,
    Mon fils a 16 ans. Il est en 2de G et T avec option arts plastiques, arts visuels et design qui lui plaisent. Il projetait un bac S et peut etre s’orienter avec une MANAA en Design Intérieur. Cependant ses notes en Physique-Chimie sont faibles et SVT moyennes. En maths,il a des cours de soutien extérieur qui le font progresser. Après présentation de la 1°S par les profs, il doute ce jour sur son orientation, la veille de remplir les voeux! Notre question: doit-il persévérer en S et se laisser ainsi un choix d’orientaion plus large après le bac (architecture ou autre)? ou tenter dès la rentrée prochaine une 1° ST2A à Nevers?
    Il est dyslexique, reconnu par la MDPH avec un PPS qui reconnaît son handicap à 50%.
    Ses notes en Arts plastiques sont 15 de moyenne, il peine bcp en Français, en Anglais, ce qui le démotive.
    Cette dyslexie serait-elle un “atout”, une priorité pour le prendre à Nevers ou au contrraire un frein? Merci de vos réponses rapides.

  555. Sylviele 19 fév 2014 à 6:55

    j’ai omis de vous dire qu’il est RCA au test “pour quelles études êtes-vous fait?” R (11) C (8) A (6)? il est très adroit, a déjà pensé et construit un poulailler de taille humaine, conçu en 3D les plans de ma cuisine, bonne représentation dans l’espace. Cordialement

  556. B. Magliulole 19 fév 2014 à 11:39

    Réponse à Sylvie

    La bonne question me semble être de savoir si votre fils est absolument déterminé à entamer, après son bac, les études supérieures que vous décrivez (classe de MANAA + BTS ou école de design (ou architecture) intérieur(e), ou s’il y a un risque qu’il puisse être amené à changer d’orientation post bac.

    Dans le premier cas, demander (attention : sélection à l’entrée) à entrer en première STD2A semble parfait, car non seulement il recevra en lycée un commencement de formation bien centrée sur sa vocation d’aujourd’hui, mais en outre, il accroîtra fortement ses chances d’être admis dans les formations supérieures signalées, et ce en gagnant un an puisqu’il sera prioritaire, et donc non obligé de passer par la MANAA. De plus, au regard de son actuel bilan scolaire (tel que vous le décrivez), cette filière semble plus “dans ses cordes” qu’une filière purement générale.

    Dans le deuxième cas, un bac général (S , mais aussi ES ou L), avec options arts plastiques, permettra de reporter à la classe terminale le moment du choix, et donc de confirmer éventuellement sa vocation d’aujourd’hui (via une MANAA), ou de demander autre chose si son projet à évolué.

    Le bac S est un bac difficile à réussir, mais votre fils ayant des difficultés en anglais et français, je comprend ce choix. Il y a aussi le passage par la filière ES qui, au regard des orientations postbac que vous visez, vous donne les mêmes possibilités.

    Quand à savoir si son état d’enfant dyslexique sera un atout ou un inconvénient, j’avoue avoir du mal à répondre dans la mesure où chaque établissement d’enseignement supérieur sélectif (ce qui est le cas des MANAA et écoles d’arts appliqués), et chaque lycée proposant la filière STD2A, sont libres d’organiser le tri des élèves selon des modalités qui leur sont propres. J’aurai tendance à penser que c’est un avantage relatif dans la mesure où les établissements (notamment de statut publics ou sous contrat d’association avec l’Etat) sont plus ou moins tenus d’appliquer une politique d’ouverture aux enfants et adolescents victimes d’un handicap reconnu. Mais cette remarque est un simple point de vue qui n’engage que moi.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Parents d’élèves, vos droits (pour maximiser vos chances de le faire admettre dans la filière demandée)
    - Pour quelles études êtes-vous fait ?
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr

    N’hésitez pas à me poser une autre question si vous le souhaitez

    Bonne continuation

    Bruno MAGLIULO

  557. B. Magliulole 19 fév 2014 à 11:46

    Nouvelle réponse à Alexis

    Pour les carrières du social, les bacs les plus indiqués sont le bac général ES ou le bac technologique ST2S. Mais rien n’interdit qu’un bachelier STMG demande son admission dans une formation supérieure aux carrières sociales (écoles d’assistants des services sociaux, école de formation de jeunes éducateurs … par exemple). cependant, leur parcours au lycée les y ayant moins préparé, ils auront de plus gros efforts à accomplir pour se préparer aux épreuves des concours qu’il faudra réussir pour pouvoir entrer dans de telles écoles.

    Quand aux carrières de l’enseignement, si c’est professeur des écoles (c’est ce que vous évoquiez dans votre premier commentaire), il vaut clairement mieux que vous prépariez un bac général et celui qui vous permettrait d’envisager les deux (prof des écoles ou carrière sociale), c’est le bac ES. Mais là encore, rien n’interdit d’envisager cela après un bac ST2S ou STMG, mais il faudra alors réussir une licence universitaire puis un master spécialisé, et c’est chose plus aisée après un bac général.

    Bonne continuation

    Bruno MAGLIULO

  558. Alexisle 23 fév 2014 à 0:56

    Bonsoir,
    Je vous remerci de m’avoir répondu, je voudrais aussi savoir quels sont les bac technologiques les mieux placés pour devenir professeur des écoles en fonction des matières qu’on apprend?
    Merci.

  559. B. Magliulole 24 fév 2014 à 10:50

    Réponse à Alexis

    Au concours de recrutement des professeurs des écoles, les épreuves que vous devrez passer sont toutes consacrées à des disciplines générales (français, histoire-Géographie, maths, sciences …). Rien de technologique !

    Il faudra donc en passer par des études universitaires générales, et pour cela, il est évidemment préférable d’avoir au lycée préparé et réussi un bac général (ES, L ou S).

    Il n’est pas interdit d’essayer de le faire via un bac technologique, mais dans ce cas, vous diminuerez vos chances d’y parvenir. Le bac techno le moins inadapté est selon moi le bac STMG… mais cette réponse ne fait que vous redire ce que je vous ai déjà dit dans mes précédentes réponses.

    bonne continuation

    Bruno MAGLIULO

  560. Alexisle 24 fév 2014 à 11:44

    Bonjour,
    Oui mais quand vous dite “qu’il FAUT passé par des études universitaires générales”, moi j’ai l’intention de faire une licence de psycho es que sa aura un gros impact?

  561. B. Magliulole 24 fév 2014 à 12:24

    Complément de réponse à Alexis

    Les études de psychologie de niveau licence sont des études générales, et les statistiques sont formelles : les bacheliers généraux ont une nettement plus grande probabilité d’y réussir que les bacheliers technologiques.

    Cela dit, pour psycho, le bac ST2S est également envisageable.

    Et que vous passiez par psycho, lettres, histoire ou maths en licence, lors du concours de recrutement de professeurs des écoles, vous aurez les mêmes épreuves générales.

    B. Magliulo

  562. Alexisle 25 fév 2014 à 0:39

    Bonjour,
    Merci de m’avoir répondu.
    Es qu’il serait possible d’être en seconde pro et de passé en première général tout en révisant pendant les vacances le programme de seconde général? Car j’ai déja redoubler et je ne voudrais pas perdre encore une année comme j’envisage des études longues (bac+5).

  563. Alexisle 25 fév 2014 à 13:56

    Bonjour,
    Je voudrais aussi savoir quelles sont les matières les plus importantes pour le bac STMG, ST2S, et ES
    Merci.

  564. Alexisle 26 fév 2014 à 12:56

    Bonjour,
    J’attends vos réponses avec impatience.
    Merci.

  565. B. Magliulole 27 fév 2014 à 10:21

    Réponse à Alexis

    Vous m’avez posé plusieurs questions complémentaires, via plusieurs mels. Voici mes réponses :

    1. Si vous voulez connaître en détails les programmes et la liste des enseignements et horaires des classes de STMG, ST2S et ES, il vous suffit de taper “classe de première STMG, classe de terminale STMG …etc.” sur un moteur de recherche, et vous aurez cela à l’écran. La réponse est trop longue pour que je la développe en détails sur un simple blog.

    Vous pouvez aussi vous procurer le document de l’ONISEP (accessible auprès du CDI de votre collège, ou dans n’importe que CIO, ou téléchargeable gratuitement sur le site www.onisep.fr), intitulé “Après la clase de troisième”.

    2. Il est très très rare qu’un élève de seconde professionnelle soit autorisé à passer directement en première générale. C’est par contre un peu plus fréquent (mais peu fréquent quand même) pour passer de seconde pro en première technologique. Votre droit est de le demander. Ensuite, le conseil de classe examinera cette requête (parlez en avec votre professeur principal), et émettra un avis. Il faudra ensuite obtenir le feu vert du lycée d’accueil. Préparez une telle démarche à l’avance

    Bonne continuation

    Bruno MAGLIULO

  566. Carrié-Bourrelle 27 fév 2014 à 20:24

    Bonjour,
    mon fils est actuellement en seconde générale.
    Il avait en 3ème une moyenne générale de 15,2 et au premier trimestre de cette année 12,9 (le second trimestre devrait être meilleur)
    SVT et physique chimie sont les matières où il est le plus à l’aise (respectivement 15,1 et 12,8 dernier trimestre de 3ème - 13,5 et 12 au 1er trimestre 2014)
    Il apprend le latin, l’anglais et l’allemand (+option musique et SES)

    Il souhaite s’orienter vers les métiers scientifiques mais il n’arrive que très péniblement à une moyenne de 9 voire 10 en maths
    Dans ces conditions, il est impossible d’envisager qu’il puisse réussir en section S
    On pense au bac STI2D mais nous n’arrivons pas à repérer ses réelles chances d’intégrer une école d’ingénieur directement après le bac
    Existe t-il par ailleurs, des prépas intégrées post bac dans des écoles d’ingénieurs?
    Vous l’aurez compris, l’objectif de mon fils est un master 2, mais a t’il des chances réelles avec le bac STI2D?

    Nous vous remercions par avance de votre réponse

  567. B. Magliulole 01 mar 2014 à 12:21

    Réponse à Carrié Bourrel

    Avec son profil, votre fils n’aura guère de mal à réussir aussi bien un bac S que STI2D. Mais il est vrai que pour un bac S, une insuffisance en maths est très contrariante, si bien que le risque est qu’il aboutisse à un “bac S trop moyen” pour espérer pouvoir intégrer ensuite une filière d’excellence comme une grande école d’ingénieurs, que cette dernière recrute postbac (école à prépa intégrée : parcours bac + 5) ou après prépa (parcours bac + 2 + 3). Encore qu’il y a dans le concept d’excellence des niveaux variés : certaines écoles d’ingénieurs sont plus “excellentes” (et donc exigeantes en maths lors du concours d’admission) que d’autres ! Voir sur ce point le palmarès des écoles d’ingénieurs publié dans le numéro de janvier 2014 de la revue L’Etudiant.

    C’est pourquoi l’idée de passer par une filière STI2D n’est pas à négliger : pour de tels objectifs, il vaudra mieux être bon bachelier STI2D que moyen bachelier S.

    Pour entrer en école d’ingénieur, les STI2D disposent de plusieurs portes d’admission :
    - Les concours postbac pour des parcours intégrés en cinq ans. Nombre d’écoles d’ingénieurs vont jusqu’à réserver un quota de places pour les bacheliers STI2D. Ces écoles sont celles dont on dit qu’elles comportent un premier cycle en deux ans dit “prépa intégrée”, suivi d’un deuxième cycle de trois ans. Il en existe plus de 100 en France.
    - Les concours de niveau bac + 2 :
    a) à l’issue des classes préparatoires scientifiques (math’ sup’ + maths’spé) réservées aux bacheliers STI2D (il en existe plusieurs dizaines en France, strictement réservées aux STI2D, et dont les programmes sont adaptés à leur profil, avec de très bons taux de réussite à la sortie)
    b) à l’issue d’un DUT ou BTS industriel (concours parallèle)
    - Les concours de niveau bac + 3 auxquels on peut se présenter à l’issue d’une licence universitaire (notamment celle de “sciences de l’ingénieur”).

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - Bien choisir son école d’ingénieurs
    - Que faire avec un bac technologique (tout sur les débouchés des quatre spécialités du bac STI2D)
    - Pour quelles études êtes-vous fait ?
    En librairie ou sur le site : http://librairie.letudiant.fr

    N’hésitez pas à me poser une autre question

    Bonne continuation

    Bruno MAGLIULO

  568. Anne Carrié-Bourrelle 02 mar 2014 à 1:35

    Bonsoir,
    Nous vous remercions de nous avoir répondu aussi rapidement.
    Nous allons étudier votre réponse attentivement, nous n’hésiterons pas à revenir vers vous si nous avons d’autres questions.

    Ps: nous avons assisté à votre conférence au lycée Théas de Montauban, votre professionnalisme et votre expertise nous ont déjà permis de progresser!

    Cordialement
    Anne Carrié-Bourrel

  569. Alexisle 02 mar 2014 à 15:35

    Bonjour,
    Je voudrais savoir que comme la filière STMG est dans mon lycée de secteur je devrais être pris obligatoirement non?

  570. B. Magliulole 03 mar 2014 à 12:00

    Alexis

    Pour pouvoir passer de seconde en première STMG, il faut d’abord obtenir le feu vert du conseil de classe (éventuellement de la commission d’appel). Ce n’est donc pas automatique.

    Par contre, si ce feu vert vous est donné, et que votre lycée a une telle filière, alors oui, c’est là que vous êtes automatiquement affecté. Mais vous avez le droit de demander der à préparer votre bac STMG dans un autre lycée si cela vous intéresse, notamment si la spécialité que vous visez en terminale n’est pas proposée dans votre lycée actuel.

    Bonne continuation

    Bruno Magliulo

  571. B. Magliulole 03 mar 2014 à 13:17

    Réponse à Anne Carrié-Bourrel

    Merci pour cette très aimable appréciation de mes prestations faites il y a quelques jours dans le cadre du lycée Théas de Montauban.

    A une autre occasion si vous en ressentez le besoin

    Bonne continuation

    Bruno MAGLIULO

  572. Alexisle 04 mar 2014 à 21:46

    Bonjour,
    Tout d’abord merci de m’avoir répondu.
    Je voudrais aussi savoir que pour quelqu’un qui est nul en math et en sport et moyen en physique chimie en français et en anglais, es suffisamment grave pour ne pas réussir le bac STMG ?

  573. B. Magliulole 05 mar 2014 à 11:49

    Réponse à Alexis

    A part la physique-chimie, que vous ne retrouverez pas en STMG, toutes les autres matières que vous citez font partie du programme.

    Mais ces enseignements sont moins abstraits (en maths), moins purement littéraires (en français et anglais) qu’en classe de seconde. Consultez les programmes de ces enseignements et vous aurez une partie de la réponse à la question de savoir s’ils sont à votre portée.

    Une chose est sure : un bac techno (STMG ou autre) est avant tout un bac généraliste. Pas grand chose à voir avec un bac pro !

    Bruno MAGLIULO

  574. Magali Nunningerle 08 mar 2014 à 21:09

    Bonjour , je suis en seconde générale et je ne sais vraiment pas quoi faire en début d’année j’ envisageais une première littéraire mais au fil des mois je me suis rendus compte que certaines matières nécessaires pour cette voie n’ était pas “faites ” pour moi :
    par exemple le français : en 3eme j’ais des 20 , des 18 , minimum 14 ; cette année en seconde mes notes descendent jusqu’à 8 et ma meilleure note était un 14 ; je ne comprend pas comment réaliser un commentaire analytique , la dissertation n’est pas mon fort ,il y a seulement le sujet d’invention qui me plait . Jamais je ne ferais de premiere scientifique ou es car je ne comprend rien aux maths , la science c’est encore pire . Bref il ne reste plus que la voie professionnelle , problème ! que faire ? Pourriez vous m’aider ? Si oui merci d’avance , je suis comme dans un trou noir …

  575. Magali Nunningerle 08 mar 2014 à 21:14

    petite précision j’adore lire et écrire , inventer des histoires j’aime les langues (anglais , allemand ) même si je ne pourrais pas les parler courrament …

  576. B. Magliulole 10 mar 2014 à 12:46

    Réponse à Magali Nunninger

    Vous êtes en seconde générale et technologique. Il est donc bien tard pour envisager un retour vers la voie professionnelle qui se décide en fin de troisième. Si vous envisagez sérieusement une telle réorientation (discutez en quand même en famille et avec votre professeur principal avant de prendre une telle décision), vous ne pourrez probablement que repartir un an en arrière en faisant un redoublement en seconde pro car il est très très rare qu’on autorisé à faire passer un élève de seconde G/T et première pro directement. Cela s’explique : cet élève n’aurait alors pas suivi en seconde la partie professionnelle de son parcours d’études.

    En outre, il vous faudra être porteuse d’un projet professionnel. Lequel ? Ce n’est pas moi qui peut répondre à cette question car c’est votre avenir qui se joue. La réponse est donc en vous. Or, il existe 83 spécialités de bac pro. Laquelle allez-vous choisir ? Consultez un conseiller d’orientation pour y voir plus clair.Sachez en outre que vous n’aurez pas automatiquement accès à certaines classes de seconde pro qui peuvent être sélectives.

    Le plus raisonnable est donc que vous cherchiez à passer en première générale ou technologique. Vous semblez dire n’être faite pour aucune filière générale. C’est bien pessimiste ! Que vous écartiez la S du fait que vous n’aimez (et ne réussissez) pas les maths et les sciences peut se comprendre. Mais de là à écarter a priori les filières ES ou L, voire STMG … Je vous rappelle que dans ces classes, une matière faible peut être compensée par d’autres matières . Le bac ES par exemple peut être réussi même quand on est faible en maths, si on réussit bien en langues par exemple. Et faire des maths en ES n’a pas grand chose à voir avec ce qui est nécessaire en S : les maths de ES sont beaucoup plus “concrètes”, et vous ne seriez pas la première élève qui rencontre des difficultés en maths en seconde, et se découvre des capacités en première ES ou STMG. Quand à la L, elle aurait l’avantage de vous permettre de ne plus faire de maths (plus du tout), et de développer vos talents en langues, votre goût de la lecture …

    Reste une option : pourquoi ne pas faire un redoublement volontaire en seconde afin de vous consolider avant d’attaquer en 2015 votre futur parcours première/terminale ?

    Tenez également compte des débouchés de chacun de ces bacs.

    Pour en savoir plus, dans la collection L’Etudiant :
    - 100 questions/réponses pour bien s’orienter
    - Que faire avec un bac ES ?
    - Que faire avec un bac L ?
    - Que faire avec un bac technologique ?
    Par l’Internet : http://librairie.letudiant.fr

    N’hésitez pas à me poser une autre question

    Bonne continuation

    Bruno MAGLIULO

  577. Alexisle 16 mar 2014 à 13:23

    Bonjour,
    Je voudrais aussi savoir si le bac STMG spécialité communication et gestion des ressources humaine serais adapté pour allé en licence de psychologie.
    Merci

  578. B. Magliulole 17 mar 2014 à 11:46

    Réponse à Alexis

    Je vais vous répondre avec franchise : la réponse est plutôt non, sauf cas particulier !

    Plusieurs raisons expliquent cela :

    1. Les licences de psychologie sont intégralement composées d’enseignements généraux, et favorisent donc les élèves issus des bacs généraux

    2. Parmi les enseignements, vous devez vous attendre à un plus ou moins important volume de biologie, matière qu’en STMG vous ne suivez plus depuis votre entrée en première. Cela suppose un gros travail de remise à niveau.

    3. Les statistiques du ministère de l’Education nationale sont formelles : 15% seulement des bacheliers STMG qui entrent en licence de psychologie parviennent à la licence, contre 68% des bacheliers généraux.

    Il y a cependant deux façons de lire ces statistiques : une optimiste (s’il y a 15% de STMG reçus, pourquoi n’en ferais-je pas partie ?), une pessimiste (85% d’échec pour les STMG : c’est “opération impossible”). A vous devoir bien sur, sachant que pour faire partie des 15% de STMG qui ont des chances, il vous faudra beaucoup, beaucoup travailler, et être très très motivé. Pourquoi pas ?

    Je reste à disposition si vous avez d’autres questions

    Bonne continuation

    Bruno MAGLIULO

  579. Alexisle 17 mar 2014 à 19:17

    Bonjour,
    je voudrais vous dire merci pour votre réponse et savoir si avec un bac professionnel ASSP je pourrais mieux réussir car on fait plus de biologie et à la fin au lycée j’aurais un diplôme reconnu ?

  580. Alexisle 17 mar 2014 à 19:35

    et aussi quels sont les bacs techno les plus approprié aussi?
    Merci

  581. B. Magliulole 18 mar 2014 à 12:51

    Complément de réponse à Alexis

    Oui, c’est vrai qu’il existe un bac pro ASSP, mais aussi un bac technologique ST2S (sciences et technologies de la santé et du social), dans lesquels on fait un peu de biologie, et donc qui semble plus approprié pour des études supérieures de psychologie. Mais encore une fois, les bacheliers technologiques (y compris ceux issus de la filière ST2S) ont beaucoup de mal à réussir en licence, et c’est encore pire après un bac professionnelle, fut-ce le bac ASSP. Il est donc préférable (mais je vous l’ai déjà dit) de passer par un bac général.

    Je répète : vous aurez six fois plus de chance de réussir en licence de psychologie avec un bac général, qu’avec un bac techno ou pro. Mais ce sera à vous de faire partie des cas particuliers qui, malgré le handicap pour de telles études d’être passé par un bac pro ou techno, réussissent, et donc font partie de la petite minorité qui y arrive.

    Bonne continuation

    Bruno MAGLIULO

  582. Alexisle 18 mar 2014 à 17:22

    Bonjour,
    Oui mais j’ai trop galéré au collège pour allé en général, si c’est pour galéré encore plus ça ne sert à rien et je ne veux plus travaillé 3 h par jour pour avoir que 13 de moyenne , cela ma dégouté et mon but à la fin c’est d’avoir un BAC pour pouvoir allé à l’université et faire la licence de psychologie et devenir professeur des écoles, psychologue scolaire/sociale, conseiller d’orientation psychologue, assistant sociale ou éducateur d’adolescent.

  583. B. Magliulole 20 mar 2014 à 12:07

    Complément de réponse à Alexis

    Je vous comprend, mais ça ne change rien aux réalités qui vous attendront en licence de psychologie : les bacheliers généraux sont ceux qui sont le mieux armés pour y réussir !

    Votre but est très respectable, et votre motivation visiblement très forte. Je ne vous dis donc pas qu’il faut renoncer à faire de telles études, mais que vous devrez vous attendre, une fois que vous y serez, à fournir un très très gros effort pour espérer y réussir. Comme vous le dites, et comme vous l’avez déjà vécu au collège, il va vous falloir “beaucoup galérer”. Mais avec votre motivation, vous allez sans doute y parvenir.

    C’est évidemment ce que je vous souhaite

    Bruno MAGLIULO

  584. Guylainele 20 mar 2014 à 13:44

    Bonjour,
    Ma fille est en seconde générale et a du mal a affiner son choix pour l’année prochaine : elle adore les langues, mais pas spécialement la littérature, ni l’économie et n’aime pas les maths. Ça n’est pas une scientifique donc nous excluons S. Elle veut plus tard continuer vers les langues ou l’architecture d’intérieure.
    J’ai du mal à la conseiller : ES semble approprié mais sans aimer math et éco, (elle a juste